Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'infante Cristina blanchie dans le procès pour fraude fiscale

reuters.com  |   |  353  mots
L'infante cristina blanchie dans le proces pour fraude fiscale[reuters.com]
(Crédits : Pool)

MADRID (Reuters) - La princesse Cristina de Bourbon, soeur du roi d'Espagne Felipe VI, a été acquittée vendredi à l'issue de son procès pour fraude fiscale.

Son mari, l'ancien international de handball Iñaki Urdangarin, accusé d'avoir détourné plusieurs millions d'euros de fonds publics par le biais de sa fondation caritative Noos, a en revanche été condamné à six ans et trois mois de prison.

L'infante Cristina, qui est âgée de 51 ans, devra toutefois s'acquitter d'une amende de 265.000 euros pour avoir bénéficié, bien qu'à son insu des fraudes de son époux.

Dix-huit personnes étaient jugées dans le cadre de ce procès qui a duré un an, et neuf d'entre elles ont été acquittées.

Iñaki Urdangarin, inculpé de fraude, d'évasion fiscale, de falsification de documents et de détournement de fonds publics, était passible de 19 ans et demi de prison. Cristina, uniquement poursuivie pour fraude fiscale, encourait quant à elle huit ans de réclusion.

Le couple, qui vit en Suisse avec ses quatre enfants depuis 2013, a démenti toute malversation. Leur présence n'avait pas été requise pour l'énoncé du verdict, dont ils peuvent faire appel devant la Cour suprême espagnole.

Jamais un membre de la famille royale d'Espagne ne s'était retrouvé dans le box des accusés depuis l'instauration de la monarchie constitutionnelle, en 1975.

Le procès a fortement entaché l'image de la famille royale, déjà mise à mal il y a quelques années par la révélation sur un safari que l'ancien roi Juan Carlos était allé faire en Afrique au plus fort de la crise financière. Juan Carlos a abdiqué en faveur de son fils en 2014.

Lors de son accession au trône, Felipe a relevé ses soeurs aînées Elena et Cristina de leurs obligations royales dans le cadre d'une modernisation de la monarchie. Le souverain a en outre privé la seconde de son titre de duchesse de Palma de Majorque l'année suivante.

(Rodrigo de Miguel et Sonya Dowsett, Gilles Trequesser et Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Marc Angrand)