Téléchargez
notre application
Ouvrir

Martin Schulz (SPD) promet une hausse des impôts pour les riches

reuters.com  |   |  335  mots
Martin schulz (spd) promet une hausse des impots pour les riches[reuters.com]
(Crédits : Axel Schmidt)

par Michael Nienaber

BERLIN (Reuters) - Martin Schulz, chef de file des sociaux-démocrates aux élections législatives de septembre en Allemagne, a promis lundi d'augmenter l'impôt sur le revenu pour les riches et de supprimer le prélèvement forfaitaire à la source s'appliquant aux revenus du capital.

"Nous allons réduire la charge fiscale sur les petits revenus et les revenus intermédiaires et soutenir les familles", a déclaré Martin Schulz aux journalistes, une mesure qui ferait économiser selon lui chaque année à ces ménages 15 milliards d'euros d'impôts.

Cette politique fiscale, a-t-il dit, devrait stimuler la consommation dans le pays et réduire l'excédent commercial allemand en renforçant les importations en provenance d'autres pays européens. "Notre proposition est bonne non seulement pour l'Allemagne mais aussi pour l'Europe", a-t-il ajouté.

Le SPD, partenaire de la "grande coalition" au pouvoir depuis 2013, a axé sa campagne électorale sur la justice sociale, tentant une politique plus à gauche mais sans grand succès puisque dans les derniers sondages, l'alliance CDU-CSU d'Angela Merkel conserve 12 à 15 points d'avance sur le parti de Martin Schulz dans les intentions de vote.

Martin Schulz a précisé que le taux d'imposition maximal serait porté de 42 à 45%. Pour éviter les hausses fiscales chez les classes moyennes, le SPD entend parallèlement relever de 54.000 à 76.200 euros le seuil de revenus annuels à partir duquel ce taux supérieur s'applique.

De l'autre côté, le Parti social-démocrate souhaite augmenter de 45 à 48% la "taxe spéciale" sur les revenus au-delà de 250.000 euros ou plus.

Sur les revenus du capital, le SPD espère remplacer le prélèvement forfaitaire à la source par un système par paliers, afin que le travail et le capital soient taxés de manière équitable.

Introduit en 2009 par le ministre des Finances Peer Steinbrück (SPD) pour lutter contre l'évasion fiscale, ce prélèvement forfaitaire à la source est fixé à 25% des revenus privés issus du capital.

(Arthur Connan pour le service français, édité par Henri-Pierre André)