Téléchargez
notre application
Ouvrir

Une journaliste turque critique du putsch brièvement arrêtée

reuters.com  |   |  320  mots
Une journaliste turque critique du putsch brievement arretee[reuters.com]
(Crédits : Murad Sezer)

ANKARA (Reuters) - Les autorités turques ont brièvement arrêté la rédactrice en chef d'un journal régional qui a estimé dans un éditorial que le gouvernement exagérait l'importance du putsch manqué du 15 juillet 2016, indique le journal.

Yeliz Koray, rédactrice en chef du Kocaeli Koz, diffusé dans la région d'Izmit, à l'est d'Istanbul, a été arrêtée samedi soir à son domicile.

Elle a annoncé dimanche sur Twitter avoir été libérée sous contrôle judiciaire, ce qui signifie qu'elle devra se signaler régulièrement aux autorités.

"L'article a dérangé certains groupes qui ont pris Koray pour cible. Ils voulaient la lyncher pour ce qu'elle a écrit, alors que cela fait partie du droit à la liberté d'expression", a déclaré le journal dimanche sur son site internet.

Dans son éditorial, Yeliz Koray a critiqué l'emphase avec laquelle le pouvoir turc présentait "l'épopée" du 15 juillet 2016.

Elle estime aussi que le gouvernement n'a pas fait toute la lumière sur les événements de la nuit pendant laquelle des soldats mutins ont tenté de renverser le président Recep Tayyip Erdogan. Le putsch manqué a fait quelque 250 morts, dont de nombreux civils.

Depuis la tentative de coup d'Etat, imputée par les autorités à la confrérie de Fethullah Gülen, ancien ami devenu ennemi juré du président, des purges massives ont touché des pans entiers de la société turque.

Quelque 130 journaux et organes de presse ont été fermés.

Près de 160 journalistes, selon une comptabilité dressée par le Comité pour la protection des journalistes, basé à New York, ont été emprisonnés.

"La Turquie est aujourd'hui la plus grande prison du monde pour les professionnels des médias", a déploré samedi l'association Reporters sans frontières dans un communiqué.

(Tuvan Gumrukcu et Yesim Dikmen; Jean-Stéphane Brosse et Danielle Rouquié pour le service français)