Téléchargez
notre application
Ouvrir

La France a une "opportunité exceptionnelle" pour réformer, estime le FMI

reuters.com  |   |  554  mots
Le fmi estime que la france a une opportunite exceptionnelle pour reformer[reuters.com]
(Crédits : Kim Kyung Hoon)

PARIS (Reuters) - La France bénéficie d'une "opportunité exceptionnelle" pour engager les réformes nécessaires afin de relever les défis auxquels son économie se heurte de longue date, notamment un taux de chômage élevé et une faible compétitivité extérieure, estime le Fonds monétaire international (FMI).

Dans les conclusions de sa revue annuelle de l'économie française publiée lundi, le FMI délivre un large satisfecit au programme économique et social annoncé par le nouvel exécutif pour assainir les finances publiques, assouplir le marché du travail et réorienter la fiscalité.

Au passage, il revoit en hausse à 1,5% sa prévision de croissance du PIB 2017, soit 0,1 point de plus que précédemment. Le nouveau gouvernement a calé la sienne sur la dernière prévision de l'Insee, qui se situe à 1,6%.

Pour le FMI, "le solide mandat politique (dont disposent Emmanuel Macron et son gouvernement) et l'amélioration de la conjoncture économique (le taux de croissance devrait pouvoir se hisser à 1,5% cette année et accélérer l'an prochain) offrent une opportunité exceptionnelle pour engager un tel paquet de réformes courageuses et complètes."

S'agissant des finances publiques, il juge "appropriée" la trajectoire graduelle d'assainissement publiée la semaine passée par le gouvernement, qui vise à ramener leur déficit à 0,5% du PIB à l'horizon 2022 via notamment une baisse de trois points des dépenses rapportées à la richesse nationale.

EFFORT MAJEUR DES LE DÉBUT

Pour assurer la crédibilité de cette stratégie, un effort majeur de réduction des dépenses est nécessaire "dès le début" et "il sera vital de définir et de mettre en œuvre de profondes réformes de dépenses à tous les niveaux des administrations publiques", y compris les collectivités locales, avertit le FMI.

Parmi les solutions qu'il avance, figurent une baisse du nombre des fonctionnaires ou des transferts sociaux mieux ciblés, en matière notamment d'aide au logement. Le Fonds estime aussi que la réforme des retraites envisagée "devrait comporter des mesures d'incitation pour retarder le départ à la retraite".

Pour le marché du travail, l'institution de Washington salue une stratégie de réforme "vaste et ambitieuse" qui intègre plus de flexibilité au niveau des entreprises, une refonte de l'assurance-chômage et un renforcement des dispositifs d'apprentissage et de formation professionnelle.

En matière de fiscalité du capital et du travail, il juge que les projets du gouvernement (baisses de charges et d'impôt sur les sociétés, réforme de l'impôt sur la fortune, nouvelle fiscalité des revenus du capital) "devraient stimuler l'investissement et la croissance de l'emploi."

Toujours pour le FMI, le coût de la transformation du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) en baisse de charges, d'un montant de 20 milliards d'euros et que le gouvernement entend mener à bien en 2019, "pourrait être allégé en étalant la réduction des charges sur deux ans."

"Pour produire le maximum d'effets, ces réformes devraient inclure des mesures visant à réduire le biais en faveur de la dette, à éliminer les exonérations inefficaces, à corriger les désincitations qui freinent la croissance des entreprises et à rationaliser la fiscalité de l'épargne de long terme", dit-il encore.

(Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)