Téléchargez
notre application
Ouvrir

Camps d'entraînement israéliens pour touristes en Cisjordanie

reuters.com  |   |  548  mots
Camps d'entrainement israeliens pour touristes en cisjordanie[reuters.com]
(Crédits : Nir Elias)

par Ori Lewis

COLONIE DE GUSH ETZION, Cisjordanie (Reuters) - Sur ce faux marché aux fruits reconstitué de cette colonie israélienne en territoire palestinien, un groupe de touristes tente d'évaluer si la silhouette de la taille d'une affiche qui représente un Arabe tenant un téléphone cellulaire est une menace et s'il doit être tué.

Leur objectif : apprendre à réagir à une attaque sur un marché. Cela fait partie de la formation dispensée par d'anciens commandos de l'armée israélienne aux touristes qui visitent ce "camp d'entraînement" situé à Gush Etzion, une colonie israélienne en Cisjordanie, au sud de Jérusalem.

Le camp controversé est géré par Caliber 3, société créée en 2003 par Sharon Gat, un colonel de réserve de l'armée israélienne.

Le centre d'entraînement a d'abord formé les forces de sécurité pendant les violences entre Israéliens et Palestiniens au cours de la Seconde intifada (2000-2005). Puis, quand le soulèvement s'est tassé, les touristes ont pris le relais. Depuis 2009, le camp leur est ouvert.

Pour 115 dollars (100 euros) par adulte et 85 dollars par enfant, les visiteurs assistent à des simulations de missions menées par d'anciens commandos israéliens, face à des attaques de Palestiniens.

Ceux qui fréquentent ce lieu sont pour la plupart américains, mais le camp dit avoir reçu des touristes chinois, japonais, indiens et d'Amérique du Sud.

A BALLE RÉELLE

L'objectif pour les visiteurs est d'apprendre à évaluer le danger et de savoir comment réagir en cas d'attaque. Des chiens d'attaque sont utilisés. Les adultes ont la possibilité de tirer à balle réelle dans un stand de tir.

Le colonel Sharon Gat affirme que les formateurs mettent l'accent sur la prudence. L'Arabe présenté avec son téléphone mobile a été déclaré innocent par les formateurs. Aussi n'a-t-on pas tiré sur la cible.

"En deux heures, vous n'avez pas le temps de devenir un professionnel, mais nous sensibilisons les visiteurs à ce que signifie vraiment se protéger soi-même, protéger sa communauté et sa famille", estime Sharon Gat, le directeur de Caliber 3.

Ce que Gat qualifie d'"attraction" touristique est vivement condamné par Yasser Sobih, le maire de la ville voisine palestinienne d'Al Khadher.

"La participation des touristes à ces camps d'entraînement construits sur des terres palestiniennes occupées signifie qu'ils soutiennent l'occupation. Nous leur demandons d'arrêter", a-t-il dit à Reuters.

Pour Yotam Yaakoba, membre de l'ONG La Paix maintenant, cette initiative est "une manière cynique et déplacée de se faire de l'argent sur le conflit israélo-palestinien".

De nombreux Israéliens ont servi dans l'armée. Il est d'ailleurs fréquent que des soldats en permission, des policiers ou même des civils portent une arme sur eux, malgré une législation très réglementée sur les armes à feu.

Depuis le mois d'octobre 2015 et le début d'une série d'attaques palestiniennes à l'arme blanche, à l'arme à feu ou au véhicule-bélier, 253 Palestiniens ont été tués en Israël et en Cisjordanie. Au moins 171 d'entre eux l'ont été après avoir lancé une attaque. Les autres sont morts lors de heurts ou de manifestations.

(Avec Ali Sawafta; Arthur Connan pour le service français, édité par Danielle Rouquié)