Téléchargez
notre application
Ouvrir

Un label sécurité à Paris pour rassurer les touristes

reuters.com  |   |  332  mots
Un label securite a paris pour rassurer les touristes[reuters.com]
(Crédits : Pascal Rossignol)

PARIS (Reuters) - La préfecture de police de Paris a annoncé lundi la signature d'une entente avec les établissements touristiques de la capitale pour mettre en place un label sécurité afin de rassurer les visiteurs et renforcer l'attractivité de Paris.

"Le tourisme est un vecteur essentiel du rayonnement de notre pays et Paris joue en ce sens un rôle majeur, un rôle moteur", a déclaré Michel Delpuech, le préfet de police de Paris lors de la signature de cette convention visant à mutualiser les efforts de sécurité de l'ensemble des acteurs du tourisme de la capitale.

Pour obtenir le label "sécuri-site", les commerçants, les hôteliers ou encore les musées devront donc évaluer leurs dispositifs de sécurité et procéder à des ajustements si besoin.

La préfecture de police leur demande, entre autres, s'ils disposent d'agents spécialisés, de caméras de surveillance ou encore s'il y a des plots devant leur établissement.

Le secteur touristique de la capitale a été durement touché par les attentats de 2015 mais le choc ressenti par l'économie touristique "est en train de s'éloigner", a souligné le préfet de police, en témoigne l'augmentation régulière du nombre de nuitées et de réservations depuis fin 2016.

"On voit de nouveau Paris s'exprimer comme étant une ville sûre dans la comparaison internationale", a-t-il dit. "Raison de plus pour amplifier encore nos actions au service de la sécurité des touristes."

Le président de l'association des commerçants du haut Montmartre, Frédéric Loup, est conscient des coûts que ce label peut représenter pour un petit établissement.

"C'est astreignant, bien entendu. Mais on est prêt à le faire s'il y a du répondant", a-t-il dit à l'issue de la conférence de presse. "Les commerçants, nous sommes aux premières loges, mais nous ne voulons pas être des acteurs passifs."

(Caroline Pailliez, édité par Yann Le Guernigou)