Téléchargez
notre application
Ouvrir

Un quatrième soldat américain a été tué dans l'embuscade au Niger

reuters.com  |   |  540  mots
Un quatrieme soldat americain a ete tue dans l'embuscade au niger[reuters.com]
(Crédits : Handout .)

WASHINGTON (Reuters) - L'armée américaine a annoncé vendredi le décès d'un quatrième soldat américain dans l'attaque qui s'est produite mercredi soir dans le sud-ouest du Niger, à proximité de la frontière malienne.

Le communiqué du Pentagone ne précise pas son identité, sa famille n'ayant pas encore été prévenue.

L'attaque a également été fatale à trois soldats nigériens qui participaient à une mission conjointe de reconnaissance, selon les dernières informations communiquées par les forces nigériennes. Deux soldats américains blessés ont été évacués vers un hôpital militaire en Allemagne.

Le corps d'un quatrième soldat américain a été retrouvé par les forces nigériennes vendredi matin près du lieu de l'embuscade, mettant fin à des opérations de recherches et de secours, ont précisé des responsables.

L'embuscade n'a pas été revendiquée, mais les Etats-Unis soupçonnent une branche locale de l'organisation Etat islamique d'en être l'auteur.

Le colonel Mark Cheadle, porte-parole du Commandement des États-Unis pour l'Afrique (Africom) a assuré de la résolution de l'armée afin de "poursuivre ceux qui ont attaqué une patrouille conjointe des forces nigériennes et américaines".

D'après l'armée nigérienne, la patrouille d'une quarantaine de soldats, dont une douzaine d'Américains, a été attaquée par des hommes armés près du village de Tongo Tongo. Les assaillants circulaient à bord d'une dizaine de véhicules et sur une vingtaine de motos et sont parvenus à voler quatre véhicules dans l'accrochage.

L'ARMÉE FRANÇAISE SOLLICITÉE

Des soldats français déployés dans le cadre de l'opération Barkhane ont été sollicités après cette embuscade.

Des hélicoptères français ont notamment participé à l'évacuation de blessés.

Donald Trump et Emmanuel Macron se sont entretenus vendredi au téléphone des opération antiterroristes conjointes de la France et des Etats-Unis au Sahel, a annoncé la Maison blanche.

Le colonel Mark Cheadle a fait état d'une opération à bas risque: la patrouille conjointe visait à rencontrer des dirigeants locaux et n'était pas appuyée par des forces aériennes.

"Un engagement avec l'ennemi n'était pas prévu. Cela visait à établir des relations avec les dirigeants locaux et les menaces était jugées peu plausibles, aussi n'y avait-il pas de couverture aérienne armée pendant le combat", a-t-il dit.

La perte de quatre membres des forces d'élite va déclencher un examen de la manière dont les opérations ont été menées, a-t-il reconnu, sans toutefois suggérer de changement dans l'implication américaine au Sahel.

Selon un diplomate au fait de l'attaque, l'opération des militaires américains a contrarié des responsables français, qui estiment que les forces américaines ont opéré avec une connaissance limitée du secteur et sans plans de secours.

L'armée américaine dispose d'environ 800 hommes au Niger. Elle gère notamment une base aérienne de drones dans la capitale, Niamey, et en construit une seconde à Agadez, dans le nord du Niger, pour des missions de conseil et d'entraînement.

(Phil Stewart avec John Irish à Paris; Henri-Pierre André et Julie Carriat pour le service français)