Téléchargez
notre application
Ouvrir

Plus de 200 arrestations en Russie après des défilés anti-Poutine

reuters.com  |   |  516  mots
Un millier de partisans de l'opposition manifestent a moscou[reuters.com]
(Crédits : Sergei Karpukhin)

par Vladimir Soldatkin et Jack Stubbs

MOSCOU/SAINT-PETERSBOURG, Russie (Reuters) - Plus de 200 personnes ont été interpellées samedi en Russie dans le cadre d'une série de manifestations organisées dans tout le pays pour réclamer la libération de l'opposant Alexeï Navalni et la démission de Vladimir Poutine dont c'était le 65e anniversaire.

A Moscou, malgré un temps gris et pluvieux, plus de 2.000 personnes s'étaient rassemblées dans le centre de la capitale, place Pouchkine.

"La Russie sera libre", "La Russie sans Poutine", ont scandé les manifestants avant de défiler en direction du Kremlin et du Parlement.

Quelques personnes ont été brièvement interpellées. Il n'y a pas eu d'inculpation.

Selon un décompte de l'association OVD-Info, au moins 262 personnes ont été interpellées dans 27 localités.

A Saint-Pétersbourg, la ville où est né le président russe, où environ 1.500 personnes ont manifesté, la police anti-émeute est intervenue. Un journaliste de Reuters a compté 11 interpellations brutales. Selon OVD-Info, 66 personnes ont été arrêtées.

"Poutine est un voleur", "Libérez Navalni", criaient les manifestants.

Alexeï Navalni, à l'origine de ces manifestations, purge une peine de 20 jours de prison pour non respect des règles encadrant les rassemblements publics.

L'opposant a été déclaré inéligible pour l'élection présidentielle programmée en mars prochain.

UNE MONTAGNE DE BILLETS

Vladimir Poutine, qui est à la tête de l'exécutif en tant que président ou Premier ministre depuis près de 18 ans, devrait annoncer sa candidature à ce scrutin pour briguer un quatrième mandat. Depuis l'élection de 2012, le mandat présidentiel est de six ans.

Alexeï Navalni espère lui aussi pouvoir être candidat, bien que la commission électorale centrale l'ait déclaré inéligible en raison de sa condamnation à une peine de prison avec sursis, peine que l'opposant estime être à motivations politiques.

Les manifestations de samedi semblent avoir mobilisé moins de monde que celles de mars et de juin, également organisées par Alexeï Navalni, qui ont été, semble-t-il, les plus importantes depuis 2012.

Nombre de manifestants à Moscou étaient des adolescents ou de jeunes adultes d'une vingtaine d'années.

Un des manifestants de Moscou avait fabriqué une affiche montant un Vladimir Poutine portant une couronne et assis sur une montagne de billets de banque. La légende disait : "Joyeux anniversaire, petit voleur !"

D'autres brandissaient des affiches rappelant le droit de manifestation. D'autres encore portaient le drapeau russe.

De son côté, le chef de l'Etat a passé sa journée à recevoir des appels de félicitations des autres dirigeants mondiaux. Il a aussi présidé une réunion de son conseil de sécurité.

Les autorités avaient refusé de donner leur aval à pratiquement tous les rassemblements de samedi, mais Alexeï Navalni a fait valoir que le droit de manifester était inscrit dans la Constitution.

Une journaliste de Reuters à la manifestation d'Ekaterinbourg dans l'Oural, qui a rassemblé un millier de personnes, a vu la police interpeller huit personnes.

(Avec Gabrielle Tetrault-Farber à Moscou et Natalia Chourmina à Ekaterinbourg; Henri-Pierre André et Danielle Rouquié pour le service français)