Téléchargez
notre application
Ouvrir

Pour Berlin, il appartient à Londres de débloquer les négociations sur le Brexit

reuters.com  |   |  431  mots
Pour berlin, il appartient a londres de debloquer les negociations sur le brexit[reuters.com]
(Crédits : Fabrizio Bensch)

BERLIN (Reuters) - Il appartient à la Grande-Bretagne de débloquer les négociations sur le Brexit, a estimé vendredi le gouvernement allemand, ajoutant que "le temps commençait à manquer".

Londres, a ajouté le porte-parole du gouvernement allemand, doit agir avant le dernier sommet européen de l'année, en décembre.

"Cela signifie que savoir s'il y aura suffisamment de progrès pour lancer la seconde phase des négociations est toujours entre les mains de la Grande-Bretagne", a poursuivi Steffen Seibert.

Selon les principes de la négociation fixés par les Européens, il faut d'abord que les deux parties enregistrent des "progrès suffisants" sur les modalités du divorce avant de lancer dans un deuxième temps les discussions sur les relations futures entre Londres et les Européens.

Clôturant jeudi la cinquième session de négociations avec les Britanniques, Michel Barnier, le chef des négociateurs européens, a déclaré que les discussions étaient "dans une impasse" sur la question de la facture du divorce dont Londres devra s'acquitter.

Les dirigeants de l'Union européenne, qui se réunissent les 19 et 20 octobre à Bruxelles, pourraient néanmoins tendre la main à Theresa May en invitant leurs négociateurs à commencer à travailler de leur côté sur ce que pourrait être le futur cadre des relations entre Londres et l'UE, notamment sur une période de transition de deux ans suivant le Brexit, programmé pour fin mars 2019.

"(...) Le Conseil européen invite le Conseil (Art. 50) et le négociateur de l'Union (Michel Barnier) à entamer les discussions internes préparatoires", peut-on lire dans une première version du projet de conclusions élaboré par le président du Conseil européen Donald Tusk à l'intention des gouvernements de l'Union, Grande-Bretagne exceptée, en vue du sommet de la semaine prochaine.

Rendez-vous serait fixé ensuite pour le sommet européen des 14 et 15 décembre. Si, à ce stade, les négociations sur les termes du divorce ont progressé, la seconde phase du processus pourra alors être lancée sans attendre. [nL8N1MN69J]

Theresa May a fait savoir de son côté qu'elle pourrait avor de nouvelles déclarations à faire sur le règlement financier du Brexit lors du Conseil européen de la semaine prochaine

"La Première ministre sera à Bruxelles la semaine prochaine où elle s'entretiendra avec les dirigeants européens au Conseil européen et je suis donc convaincue qu'il y aura davantage à dire", a dit sa porte-parole. [nL8N1MO2XS]

(Michael Nienaber avec Alastair Macdonald à Bruxelles; Jean-Philippe Lefief et Henri-Pierre André pour le service français)