La Tribune

"Il n'existe pas de site de jeux éducatifs équivalent en Chine"

Copyright Reuters
Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  384  mots
Coprésidente de Web Elephant, Chinoise

Elle a la douceur et l'allure d'une femme enfant. Fille d'une professeure de français, Yi Chen est une révolutionnaire dans l'âme. Elle a hérité de sa mère le goût de transmettre, d'enseigner. Convaincue que l'apprentissage du chinois, de l'anglais et des mathématiques est essentiel pour préparer le plus grand nombre à devenir des adultes responsables, elle a décidé de les initier à ces enseignements par le jeu. En Chine, la plupart des enfants qui ont Internet à la maison passent en moyenne cinq heures par jour devant un écran. Pourquoi donc ne pas profiter de cette appétence pour qu'ils apprennent tout en surfant, cliquant ? Son site ifengfeng.com est une communauté virtuelle pour enfants de 3 à 12 ans qui, pour jouer, doivent apprendre dans un univers ludique. Elle réunit déjà 3 millions de bambins. Le principe est simple. Après une période d'essai gratuite, les parents prennent un abonnement. À chaque connexion, les bambins doivent accomplir un certain nombre d'exercices sous forme de minijeux adaptés en fonction de l'âge et du niveau. Chaque utilisateur choisit son personnage. « Moi, je suis la reine », dit Yi Chen dans un éclat de rire. « Feng (prononcez foong) est une petite abeille, notre mascotte qui accompagne les enfants dans le monde virtuel. »

Le potentiel Internet
Les parents reçoivent des rapports d'activité bihebdomadaires sur les progrès réalisés. Les résultats sont phénoménaux. Maman elle-même, Chen teste tous les jeux auprès de son enfant et de celui de son associée, l'une a une fille, l'autre un garçon, d'âges différents donc très complémentaires. C'est après avoir participé pendant sept ans à l'essor des jeux en ligne World of Warcraft que Chen, finaliste des Cartier Women's Awards cette année, a eu cette idée. « Il n'existe pas de site de jeux éducatifs équivalent en Chine, la plupart sont développés par des hommes qui ne pensent qu'aux jeux. Nous, nous sommes conscientes et nous nous soucions de l'avenir de nos enfants. Demain, Internet fera de plus en plus partie de leur vie. Alors, pourquoi ne pas utiliser le potentiel extraordinaire de l'outil ? » À moyen terme, le nombre d'utilisateurs pourrait atteindre 10 millions. Et s'ouvrir à d'autres enseignements, le français par exemple...

Réagir