Aide à l'embauche : déjà 40.000 emplois à la clé ?

 |   |  239  mots
Le gouvernement a-t-il trouvé la martingale pour enfin inverser la courbe du chômage, comme promis fin 2013 ?
Le gouvernement a-t-il trouvé la martingale pour enfin inverser la courbe du chômage, comme promis fin 2013 ? (Crédits : REUTERS/Christophe Ena/Pool)
Selon le gouvernement, 40.000 entreprises ont demandé des informations pour obtenir l'aide à l'embauche afin de soutenir l'emploi dans les PME.

Annoncée le 18 janvier par François Hollande lors de ses vieux aux acteurs de l'entreprise et de l'emploi, l'aide à l'embauche ne laisse pas insensible.

Un peu plus d'un mois après la publication au Journal officiel du décret qui définit les modalités de mise en œuvre de ce dispositif réservé aux PME de moins 250 personnes - intervenue le 25 janvier - 40.000 demandes ont été enregistrées par le gouvernement. Les demandes augmentent en flèche ! Le 25 février, ce sont 28.000 demandes qui avaient été observées.

Cette aide à l'embauche, pouvant aller jusqu'à 4.000 euros en deux ans, concerne les TPE et les PME qui embauchent en CDI ou en CDD de plus de six mois un salarié payé jusqu'à 1,3 fois le Smic.

Le gouvernement se félicite

Le gouvernement a-t-il trouvé la martingale pour enfin inverser la courbe du chômage, comme promis fin 2013 ? " Les PME souscrivent à ce soutien à l'embauche ", se félicite déjà Stéphane Le Foll, le porte-parole du gouvernement. Le coût de cette mesure applicable en 2016 et en 2017 avoisine le milliard d'euros.

Plus simple qu'un allègement de cotisations sociales puisque cette aide est délivrée dès la déclaration d'embauche, ce dispositif s'ajoute aux nombreuses mesures déjà existantes pour stimuler l'emploi, notamment le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) et les allègements de cotisations prévus par le Pacte de responsabilité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2016 à 7:40 :
Quand le gouvernement ne fait rien on le critique et c est normal . Mais quand on le critique quand il a des résultats cela devient patologique et idéologique . On se plaint que le coût du salaire est trop élevé mais quand onble baisse cela ne sert a rien . Effectivement se sont les entreprises qui embauche et pour cela il faut être bon dans son domaine , innover , créer , inventer , vendre . Ce n'est pas en restant assis sur son passé ( avant cela se vendait ...) que l'on avance et dans ce domaine l'état ne peut rien faire . C'est aux entreprises Françaises de réagir et comme avec les agriculteurs ne pas vouloir de l'état et tout demander a l'État .
Réponse de le 05/03/2016 à 12:29 :
Vous pourriez détaillé leurs résultats ! contentez vous des positifs... Mais bon j'aurais pus ne pas mettre le "s" sur positifs il me semble !
a écrit le 03/03/2016 à 17:16 :
Pensez vous vraiment qu'une entreprise embauche pour une prime dérisoire de 2.000€ par an !!
Et bien non elle embauche car elle en a besoin, mais par contre elle profite de l'effet d'aubaine qu'est cette prime
Nos dirigeants au lieu de se faire les gorges chaudes devraient comprendre qu'une fois de plus ils ont créés une trappe à pauvreté, cette prime n'étant versée que pour les salaires inférieurs à 1,3 le smic
M Hollande n'aime décidément pas les pauvres et il en crée tous les ans
a écrit le 03/03/2016 à 12:08 :
2ème PRIME à l’EMBAUCHE pour les PME, annoncé le 18, décret le 26/01/16
> PRIME de 4.000 euros pour l'embauche d'un premier salarié :
> Soit 2.000 euros par an sur 2 ans (500 euros par trimestre).
> Entreprises concernées, celles qui recrutent un salarié en CDI ou en CDD de plus de 6 mois, payé jusqu'à 1,3 fois le Smic (22 877 euros bruts annuels pour 35 heures par semaine).
> Concerne les embauches réalisées par les PME entre le 18 janvier et le 31 décembre 2016.
> Cette prime qui vise au moins 50.000 créations nettes d'emplois d'ici à la fin de l'année.
> Elle complète et élargit l'aide à l'embauche du premier salarié qui ciblait surtout les très petites entreprises
.
- Le 26/02/16, près de 28.000 demandes ont été enregistrées depuis la parution du décret.
Une enveloppe d'un milliard d'euros est prévue pour financer cette prime
.
1ère PRIME à l’EMBAUCHE, juin 2015
> PRIME de 4.000 euros pour l'embauche d'un premier salarié.
> Soit 2.000 euros par an sur 2 ans (500 euros par trimestre).
> Entreprises concernées : n'ayant jamais eu de salarié ou n'en ayant pas eu depuis au moins 12 mois.
> Embauches en CDI et CDD de plus de 12 mois, entre 09/06/15 et le 08/06/16.
> 2 million de très petites entreprises « sont visées par cette mesure »
.
- Succès mitigé. Créée en juin dernier, cette prime à l'embauche du premier salarié n'a jusqu'ici fait l'objet que de 8.000 demandes en 9 mois.
.
AIDE TPE JEUNE APPRENTI :
> Les TPE qui embauchent des mineurs en apprentissage depuis juin 2015 n'ont plus à payer ni charges, ni salaires. La rémunération est prise en charge par l'Etat. L'exonération ne concerne que la première année de contrat. Soit aux environs de 4400 euro. Soit 1100 euros par trimestre.
> Cumulable avec la prime d’apprentissage de 1000 euros minimum.
.
«Small business act» - Loi Macron - Choc de simplification:
DUREE CONTRATS INTERIM ET CDD
> La durée maximale cumulée des CDD ou contrats d’intérim reste fixée à 18 mois (Le patronat demandait pour 24 mois), mais ils peuvent désormais être renouvelés deux fois
.
PRET NACRE :
> Augmentation du dispositif réservé aux demandeurs d'emplois
.
APPRENTISSAGE:
> Facilité pour les entreprises grâce à l’assouplissement des procédures relatives à la protection des travailleurs mineurs.
.
DIVERS
> Modification du périmètre des critères d’ordre des licenciements économiques.
> Suppression de la nullité d’une cession en cas de non information préalable des salariés.
> Assouplissement du travail le dimanche. Plus de journées autorisées à la possibilité d'ouvrir chaque dimanche et les soirs de la semaine jusqu'à minuit dans des zones.
> Plafonnement des indemnités aux prud'hommes.
> Aménagement des contrats à durée déterminée.
> Simplification des instances représentatives du personnel.
> Gel de l’effet des franchissements de seuils fiscaux.
> La lutte contre les fraudes au détachement
.
ETC.
a écrit le 02/03/2016 à 23:51 :
EN FRANCE IL N Y PAS BESOIN D ETRE INTELIGENT POUR FAIRE LES GRANDE ECOLES IL SUFIT D ETRE NE ET ELEVE AVEC UNE CUILLIERE D ARGENT? MOLLIERE DISSEZ SUIVENT QUE L ON SOIT NE RICHE OU MISERABLE? ? ?
a écrit le 02/03/2016 à 23:35 :
4000 euros d'aides , un milliard de mis sur la table... le gouvernement espère donc 250 000 emplois au minimum.

Sachant qu'il escomptait 500 000 emplois avec le contrat de solidarité et qu'il n'y a eu que 50 000 emplois sauvegardés, il est possible que l’enveloppe serve à autre chose.
Il faut dire que les deux seuls types d'employés dont les entreprises ne veulent pas, c'est un jeune ou un vieux.... alors leur proposer d'avoir les deux et penser que ca pouvait marcher, c’était gentiment surréaliste.
Réponse de le 03/03/2016 à 7:22 :
Faut être réaliste. Les vieux, une formation pour apprendre leur nouvel emploi puis quelques années après retraite (en général ils cherchent un emploi pour moins de 5 ans); et les jeune ont une très mauvaise publicité car si énormément d'entre eux sont sérieux rigoureux et ne demande qu'à apprendre et travailler, quelque uns sont de véritable profiteurs de la société en travaillant un peu pour acquérir les droits puis tombent malade jusqu'à être viré... Et quand vous êtes côté entreprise et qu'un des ces individu vous a refroidi, vous chercher plus ce type de personne et ce au détriment des nombreux jeunes qui veulent travailler.
a écrit le 02/03/2016 à 21:52 :
Pour stimuler l'activité économique les classes influentes ne proposent toujours que les même solutions : diminution du coût du travail, subventions de l'etat, precarisation des salariés, suppression des entraves au libre exercice de l'activité de l'entreprise ( frein à l'action syndicale, limitation du droit des associations de consommateurs, limitation du pouvoir des juges, etc ). Cette panoplie de mesures utilisées depuis 30 ans avec les résultats que chacun peut apprécier ne donne pas une images de dynamisme, voire même d' intelligence des classes qui nous dirigent.
a écrit le 02/03/2016 à 20:13 :
Moi aussi j'ai demandé des infos... mais moi aussi, c'est juste pour voir si je pouvais profiter d'un effet d'aubaine !!!
a écrit le 02/03/2016 à 17:53 :
Et pendant qu'on y est, on met tout le monde sous statut de fonctionnaire et on élimine ainsi le chômage, comme en ex-Union Soviétique ! Mais comme l'État ne peut pas verser de hauts salaires, on distribue des cartes d'alimentation au lieu d'argent sonnant et trébuchant, comme à Cuba :-) Ce cher George Orwell avait tellement raison quant à l'avenir si la génération actuelle ne se réveille pas rapidement !!!
a écrit le 02/03/2016 à 17:27 :
CETTE LOI ET VENUE TROP TARD ? DOMMAGE POUR LES SOCIALISTES QUI ON VRAIMENT CRU QUE LE PATRONNAT ALLEZ JOUE LE JEU POUR 50MILLIARDS SUR LA TABLE? ET QUI Y CROIE ENCORE EN SINPLIFIANTS LES LICECIMENT???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :