Après l'attentat, quel impact pour le tourisme de la Côte d'Azur ?

 |   |  507  mots
Nice est la deuxième ville la plus visitée de France, après Paris.
Nice est la deuxième ville la plus visitée de France, après Paris. (Crédits : lamax - Fotolia.com)
Les attentats à Nice devraient frapper le secteur du tourisme local. Chaque année, la Côte d'Azur accueille environ 11 millions de touristes, la moitié d'origine étrangère.

Après le décompte macabre des victimes, voici l'heure des comptes d'épicier.... Après les attentats de Paris, comme après ceux de Bali, de Boston ou d'Orlando, d'autres hauts lieux du tourisme international, la question se pose : les touristes reviendront-ils ?

Les experts interrogés par La Tribune se gardent bien de faire le moindre pronostic chiffré. Une chose est à peu près certaine, le secteur touristique devrait souffrir dans les prochaines semaines.

Ce n'est pas sans conséquence sur le tissu économique local. Chaque année, 11 millions de touristes viennent séjourner sur la Côte d'Azur qui, avec environ 20% de parts de marché, est la deuxième destination touristique tricolore. La moitié d'entre eux est d'origine étrangère. A elle seule, Nice accueille 4 millions de touristes chaque année, ce qui la place au deuxième rang des villes les plus visitées en France, après Paris.

Environ 150.000 emplois

Selon le Comité régional du tourisme, les recettes annuelles liées aux dépenses des touristes s'élevaient à 14 milliards d'euros en 2014, dont 5 milliards provenaient des dépenses des touristes internationaux. Au total, ce secteur représente 11% du PIB régional. En cumulant les emplois directs et les emplois indirects, le tourisme emploie environ 150.000 personnes.

Les nouvelles mesures de sécurité, liées à la prolongation de l'état d'urgence pour une durée de trois mois seront-elles suffisantes pour éviter les annulations de réservation ?  A Paris, nombreux sont les professionnels de l'hôtellerie qui observent une baisse d'activité depuis les attentats de janvier et novembre 2015.

A Nice, les conséquences se font déjà ressentir. Les professionnels du tourisme, bien évidemment pour l'heure "sous le choc", subissent déjà des annulations de séjours.

Le président du syndicat des hôteliers Nice Côte d'Azur, Denis Cippolini évoque "de nombreuses annulations", ce que confirme son prédécesseur, Michel Tschann qui exploite un hôtel à quelques mètres de la Promenade des Anglais et qui considère que "la saison d'été et celle d'hiver vont être impactées avec des conséquences sur l'emploi". Et de considérer que "le meilleur soutien à nous apporter est de continuer à consommer français, de continuer à venir à Nice".

Car l'enjeu va bien au-delà de la seule saison touristique estivale 2016. L'impact sera aussi ressenti aux villes alentours comme Cannes, Antibes ou Monaco, tant la Côte d'Azur est perçue, notamment à l'international, comme une seule et même destination. Michel Chevillon, le président du syndicat des hôteliers du bassin cannois reconnaît que "le tourisme, pilier de l'économie, est ébranlé sur ses bases. Mais nous devons rester professionnels, rassurer les clients, leur expliquer que l'on ne doit pas céder à la panique et au n'importe quoi". Et si l'annulation du concert de Rihanna prévu ce soir à l'Allianz Riviera ou celle du Festival de jazz de Nice auront bien sûr leurs conséquences en terme économique, pour l'heure la préoccupation des professionnels n'est ni aux chiffres ni à la stratégie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/07/2016 à 9:03 :
moi qui a fuit cette ville de mon enfance ,ville dangereuse ,sale ,prix multiplies par 3 ou 4 l été,plage de galets ,ou plages privees a 20 euros le matelas souillé ..!!bonne vacances !!
a écrit le 19/07/2016 à 8:07 :
Depuis tjrs, les prix durant la saison estivale ont ete gonfles a l'exces.
Nombre de commerces font leur beurre durant l'ete.
Le fric est le denominateur commun sur la cote d'alerte.Pourquoi s'en etonner?
a écrit le 16/07/2016 à 12:36 :
Il y a des malins qui ont été choqués psychologiquement. Il y aura sûrement des abus chez certains pour être indemnisé. On voit déjà le nombre de personnes autour du bataclan. L'Etat indemnise à tout de bras, pourquoi les gens se généraient. Alors que l'on est en déficit budgétaire astronomique, où va t'on. Dans le mur!
a écrit le 16/07/2016 à 12:05 :
Quoi de plus naturel dans notre monde de parler de l'impact financier de cet acte. N'oublions jamais que l'être humain est dans l’histoire de la chair à canon et que les conflits quels qu'ils soient et où qu'ils sont ne profitent qu'à une minorité. N'oublions pas les grandes dynastie industrielles et les fortunes (encore aujourd'hui) construite sur les massacres. Oui, les faibles esprits sont manipulés au profit des manipulateurs, à méditer ?
a écrit le 15/07/2016 à 14:59 :
Penser a l'impact sur le tourisme alors qu'il y a eu un grand malheur la veille c'est tout simplement écœurant.
Réponse de le 15/07/2016 à 19:26 :
Il faut toute suite quantifier les effets de l'attentat , les milliards avant les dizaines de victimes ! Le message est pourtant clair à qui fait preuve de clairvoyance , nos vies ne valent pas grand chose face au sacro saint capital! Et qu'on n'évite de mettre en avant l'emploi comme bouclier , ça coupe de toute part dans les effectifs , l'objectif : ROE ou return on equity ! Point barre

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :