Bandeau Présidentielle

Arbitrage avec le Crédit Lyonnais : Tapie est mis en examen

 |   |  230  mots
Au début du mois de mars, Bernard Tapie avait été interrogé par les juges financiers chargés de l'enquête sur l'arbitrage controversé.
Au début du mois de mars, Bernard Tapie avait été interrogé par les juges financiers chargés de l'enquête sur l'arbitrage controversé. (Crédits : reuters.com)
Dans le cadre de l'arbitrage dans son litige avec le Crédit Lyonnais, Bernard Tapie a été mis en examen mercredi pour détournement de fonds public, après l'avoir été pour escroquerie en bande organisée en juin 2013.

Bernard Tapie à nouveau dans le collimateur de la justice. L'homme d'affaires a de nouveau été mis en examen mercredi 6 mai, pour détournement de fonds publics, dans l'affaire de l'arbitrage controversé qui lui a accordé plus de 400 millions d'euros dans son litige avec le Crédit Lyonnais, a-t-on appris de source judiciaire.

Mi-février, la justice avait annulé cet arbitrage, rendu en juillet 2008 pour mettre fin à une longue bagarre sur la vente d'Adidas, que Bernard Tapie avait racheté avant de s'en défaire en 1993.

Cette nouvelle mise en examen s'ajoute à celle pour escroquerie en bande organisée notifiée à Bernard Tapie en juin 2013 et à cinq autres personnes.

Contactés par l'AFP, ni l'homme d'affaires ni son avocat n'ont souhaité faire de commentaire.

Tapie face au juges financiers en mars

Au début du mois de mars, Bernard Tapie avait été interrogé par les juges financiers chargés de l'enquête sur l'arbitrage controversé.

Les juges d'instruction soupçonnaient alors que cette sentence de 2008 ne soit le fruit d'un "simulacre d'arbitrage". Il s'agissait du premier interrogatoire de Bernard Tapie par les magistrats sur le fond du dossier.

Ils s'interrogeaient notamment sur les relations anciennes et cachées entre Bernard Tapie, un de ses avocats, Maurice Lantourne, et un des trois juges arbitres, l'ancien magistrat Pierre Estoup -- des liens susceptibles de jeter le doute sur l'impartialité de ce dernier.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2015 à 10:26 :
Quarante cinq millions au titre de préjudice moral, passe encore que ce personnage nauséabond tienne à notre corps défendant la haut du pavé depuis si longtemps et discrédite notre justice. Mais si l'on compare avec un salarié devant les prud'hommes qui obtient royalement 2000 euros pour les mêmes raisons dans le privé on se dit que l'argent public est vraiment un puits sans fond.
a écrit le 06/05/2015 à 19:09 :
Et si c'était vous où moi qui étions à la place de BT (?) c'est flagrant, l'état, qui est devenu depuis peu une dictature, se sert de la loi en toute illégalité sans tenir compte que c'est le CLqui a baisé tous le monde - Mais dans quel pays vivons nous? - ayant suivit ce dossier je suis consterné, de l'acharnement contre un citoyen qui a pour seul tort de s'appeler BT.
C'est une honte, une honte double puisque le peuple ne dit pas "C'est assez" -assez la destruction générale, assez la justice à double vitesse. J'ai honte et ça devient insupportable à bien des égards mais que pouvons nous faire quand on est enfermé dans un goulag?
Réponse de le 06/05/2015 à 19:36 :
Nous le peuple nous le disons "Cétacé"
Réponse de le 06/05/2015 à 20:10 :
Ben voyons. 45 millions d'euros au seul titre du préjudice moral, pouvez-vous me donner une équivalence de part le monde ?
Réponse de le 06/05/2015 à 21:13 :
@criticarius Si vous cherchez une honnête homme politique, vous pouvez opter pour l' UPRet son leader Asselineau, c'est si rare qu'il faut oser le nommer, - de 2 % des politiques sont intègres, il en est-. Et là ami, et là, vous apaiserez vos tourments existentiels, d'entrée ...
a écrit le 06/05/2015 à 17:26 :
Vivement que ce quinquennat se termine et que le vent tourne !
a écrit le 06/05/2015 à 17:12 :
C'est ce type de tribunaux d'arbitrage que l'Union européenne veut nous imposer avec le TAFTA/TTIP. On voit bien que c'est la porte ouverte à toutes les magouilles et conflits d'intérêts possible et imaginables. Et au final, c'est toujours le contribuable qui passe à la caisse. 4 minutes pour comprendre le problème :
http://www.upr.fr/videotheque-upr/le-taftattip-et-ses-investisseurs-tout-puissants-expliques-en-moins-de-4-minutes
Réponse de le 06/05/2015 à 18:18 :
Et que nos dirigeants politiques vont s'empresser d'approuver, comme il n'ont aucun sens de la nation et qu'ils ne sont intéressés que par leur réélection...
Ils s'étonnent après de la montée du FN.
Réponse de le 06/05/2015 à 19:13 :
Ravie de voir que vous avez (enfin!) changer votre facon d'écrire vos commentaires pro UPR. Là au moins cela donne presque envie d'aller cliquer sur votre lien, contrairement à vos commentaires précédents.
Réponse de le 06/05/2015 à 21:16 :
@julie changé, é , Julie.. Osez la justesse !!
a écrit le 06/05/2015 à 17:06 :
Les socialiste veulent sa et avec elle la chute de Sarkozy. Leur médiocrité va finir par payer
a écrit le 06/05/2015 à 17:00 :
j'avais vu à la télé qu'il était mis en examen pour recel de détournement. Comme il a reçu l'argent de l'état c'est donc l'état que la justice considère comme un gangster. Les fonctionnaires devront faire attention en raison des salaires qu'ils reçoivent de l'état ils risquent d'être aussi mis en examen pour recel.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :