Assurance-chômage : la France est-elle vraiment plus généreuse que les autres ?

 |   |  441  mots
Selon une étude du Trésor dévoilée ce mercredi, le système français d'assurance-chômage est moins généreux que les systèmes luxembourgeois, suisses ou danois par exemple.
Selon une étude du Trésor dévoilée ce mercredi, le système français d'assurance-chômage est moins généreux que les systèmes luxembourgeois, suisses ou danois par exemple. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Dans une étude publiée ce mercredi, le Trésor compare les systèmes d'assurance-chômage de seize pays européens. Le Luxembourg, le Danemark, la Suisse et Finlande sont plus généreux que la France. Notamment.

Alors que les partenaires sociaux ne parviennent toujours pas à s'entendre sur la prochaine convention d'assurance-chômage, la direction du Trésor dévoile ce mercredi une étude qui pourrait alimenter le débat sur le coût et la générosité de notre système de protection des demandeurs d'emplois. Un thème de campagne idéal pour les candidats à l'élection présidentielle.

Principal enseignement de cette étude qui compare, dans seize pays européens, les revenus de remplacement accordés aux chômeurs : en 2014, " en moyenne, la France ne se singularise pas dans le paysage européen ". Cette étude ne s'est pas bornée aux seules allocations chômage et tient compte des autres allocations (logement, familiales...) et réductions d'impôt, dont bénéficient spécifiquement les demandeurs d'emploi dans certains pays.

Comme le rappelle Trésor, les demandeurs d'emplois français bénéficient, en début d'indemnisation, d'un taux de remplacement net moyen (après cotisations et impôts) de 67% par rapport à leur ancien salaire. Ce niveau est comparable à celui de la Belgique (68%), l'Allemagne (67%), l'Irlande (67%), la Norvège et l'Italie (66%) et légèrement inférieur à la moyenne des pays testés (69%).

C'est nettement moins qu'au Luxembourg (87%), au Danemark (84%), en Suisse (77%), en Finlande (76%), au Portugal (74%) et aux Pays-Bas (71%). Seuls l'Autriche (64%), l'Espagne (61%), la Suède (56%) et le Royaume-Uni (54%) sont moins généreux que la France.

En revanche, le système français est le pays le plus généreux pour les chômeurs qui ont perdu un salaire élevé, au moins supérieur à deux fois le salaire moyen. Leur taux de remplacement net est en moyenne de 68% en début d'indemnisation, soit 20 points de plus que le taux moyen de l'échantillon (48%).

Des circuits de financement différents

La France se distingue également sur un autre point : le financement. En France, le revenu de remplacement des demandeurs d'emploi provient principalement des allocations chômage, contrairement à d'autres pays, où il est principalement lié à d'autres transferts sociaux ou à des baisses d'impôts. En Allemagne, ce sont surtout les exonérations d'impôts qui contribuent à accroître le revenu des demandeurs d'emploi. Au Royaume-Uni, les autres aides, notamment familiales, sont prépondérantes.

En outre, en France, au bout de deux ans d'indemnisation, quand beaucoup de demandeurs d'emplois arrivent en fin de droits, " le taux de remplacement net chute fortement ", constate le Trésor qui cite le cas d'un couple avec deux enfants, dont un seul membre travaille. " Pour un revenu égal au salaire moyen, le taux passe à environ 55%, un niveau très en-dessous de ce qui est observé dans la majeure partie des autres pays ".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/12/2016 à 11:36 :
Et quelles sont les plafonds des indemnisations, et plus, les durées des indemnations?
a écrit le 21/12/2016 à 21:37 :
Je ne sais pas si la France est plus généreuse que les autres pays européens, mais se qui est sur s'est le pays où il y a le plus de prélèvement, sa s'est sur..... Maintenant, dans notre pays l'on détourne tellement d'argents des çaisses, ils est difficile de contrôler quoi que ce soit.....
a écrit le 21/12/2016 à 20:17 :
Il faudrait déjà réinstaurer la dégressivité et surtout débloquer des financements pour des formations. Pas seulement des formations à faire des CV, mais des formations qualifiantes et certifiantes
Réponse de le 21/12/2016 à 20:47 :
@velka: l'enseignement scolaire obligatoire et l'enseignement universitaire procurent les bases générales. Après, c'est à tout un chacun de se spécialiser à ses propres frais. Mais on pourrait fort bien imaginer que tout ou partie des frais de formation particulière soient déductibles des impôts :-)
Réponse de le 22/12/2016 à 10:46 :
la degressivite ne sert pas a grand chose. Ca a deja ete essaye en France et ca a eut peu d effet. Si on veut limiter les abus, au lieu de faire une usine a gaz il suffit de faire comme en angletterre: un fois chomeur vous touchez un montant fixe quelque soit votre ancien salaire.
Du coup l incitation a reprendre un travail est bien plus forte pour ceux qui coutent aujourd hui le plus cher. On peu en echange taxer un peu moins les salaires (en particulier les cadres qui dans ce nouveau systeme toucheront bien moins)
a écrit le 21/12/2016 à 19:00 :
Est-on un déchet indésirable du marché du travail, dans ces 16 pays de 50 à 62, et bientot 65-67ans : retarder l'age de la retraite a pour UNIQUE motivation, de payer de faibles retraites, par manque d'annuités cotisées. Réduire les indemnités d' ASSURANCE !!!!! chomage dans le temps : seule et UNIQUE motivation, transférer passé 12 mois, les indemnités d'ASSURANCE chomage, vers le R.S.A à la charge des Dpts, et de LA FLAMBEE perpetuelle des LOURDS impots locaux. Donc Habiller Pierre pour ruiner Paul.
Réponse de le 22/12/2016 à 0:55 :
C EST LE MODELE SOCIAL FRANCAIS ( référence exemplaire) : Bannir les plus de 49 ans : bascule fatale, chomage, dépression, divorce, enfants brisés dans leurs études, saisie ou expulsion logement, fin de droits d'assur -chom, R.S.A à la charge des DPTS. Et tous les politiques en sont INDIFFERENTS-INSENSIBLES ( normal : car dégoutés-déprimés ils ne vont plus voter). 12 millions de foyers fiscaux sur les 40, (le tiers ) sous, ou légèrement au dessus du seuil de pauvreté. Facile de baisser le nombre de chomeurs à 4% : Cesser à 6 mois l'ass-chomage = transfert vers le R.S.A.
a écrit le 21/12/2016 à 18:22 :
Être un Peuple, une Communauté, un État: C'est se comparait aux autres ou travailler pour son bien être?
a écrit le 21/12/2016 à 15:02 :
Le programme Fillon qui vise un taux de remplacement net plafond de 75% est donc un progrès social. Voilà une bonne surprise
a écrit le 21/12/2016 à 13:15 :
c'est sur
apres c'est des petits pays ou il vaut mieux eviter de tricher et ou on a tendance a vous prendre par la main ' que vous le vouliez ou non'
essayer d'etre un passager clandestin dans un pays genre luxembourg, qui est un grand village.... au centre ville vous rencontrez les ministres qui font les courses ou se baladent.....
apres ya le pb des regimes speciaux.....
Réponse de le 21/12/2016 à 20:46 :
Il y a des régimes spéciaux de chômage?
a écrit le 21/12/2016 à 12:53 :
Au moment où les 'partenaires' sociaux négocient, ce rapport sort opportunément pour réduire les allocations des cadres...
Réponse de le 21/12/2016 à 16:48 :
@intox: peut-être faudrait-il plafonner les cotisations chômage, de telle sorte que les salaires les plus bas cotiseraient la même chose pour les mêmes indemnités. Les cadres cotiseraient moins, mais recevraient beaucoup moins, et la différence entre ce qu'ils cotisaient auparavant et ce qu'ils cotisent maintenant seraient bien entendu imposable :-)
Réponse de le 21/12/2016 à 18:40 :
@Patrickb Dans ce cas, un système d'assurance privée se mettrait très rapidement en place. Après tout on parle bien d'"assurance chômage", non ?
Réponse de le 21/12/2016 à 21:04 :
@Intox..: sauf que tu considères que les allocations sont une rente, alors que je pense que c'est une aide pour pallier un moment difficile de sa vie. Cela dit, ceux qui ont les moyens peuvent parfaitement acheter une assurance complémentaire ou des valeurs boursières... ce qu'ils ne se gênent déjà pas de faire, n'est-ce pas :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :