Avec les réformes, la "génération 1980" va perdre deux années de retraite

 |   |  551  mots
Les réformes des retraites mises en œuvre depuis 2010, en particulier les deux lois de 2010 et 2014, ont conduit à un recul moyen de départ à la retraite de deux ans pour la génération 1980. Pour cette génération, la durée passée à la retraite sera donc de 24 ans pour les hommes et de 28,5 pour les femmes.
Les réformes des retraites mises en œuvre depuis 2010, en particulier les deux lois de 2010 et 2014, ont conduit à un recul moyen de départ à la retraite de deux ans pour la génération 1980. Pour cette génération, la durée passée à la retraite sera donc de 24 ans pour les hommes et de 28,5 pour les femmes. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Pour la génération 1980, les différentes réformes des retraites menées entre 2010 et 2014 vont conduire à une diminution de deux ans de la durée passée à la retraite et à une baisse moyenne de 4,5% de la masse de pension cumulée.

La retraite, voilà un thème un peu délaissé pour l'instant par les candidats à l'élection présidentielle. Mais ça ne va pas durer. Notamment avec la proposition musclée de François Fillon de porter progressivement à 65 ans l'âge légal de départ à la retraite. Soit un retour à la situation qui prévalait avant 1981. Une énième réforme en perspective donc. A cet égard, la direction des études du ministères des Affaires sociales (Drees) a publié une étude sur les conséquences des réformes de 2010 (Woerth), de 2014 (Touraine) et des accords paritaires conclus en 2011,2013,2015 relatifs aux retraites complémentaires sur la situation des assurés. Et l'on se rend compte que les modifications intervenues ont eu un impact non négligeable. Ainsi, la durée passée à la retraite va diminuer de deux ans en moyenne et la masse de pension cumulée baisser de 4,5% pour la génération 1980.

La durée de retraite sera de 24 ans pour les hommes et de 28,5 ans pour les femmes

La Drees souligne que les réformes mises en œuvre depuis 2010, et en particulier les deux lois de 2010 et 2014, ont conduit à un recul moyen de départ à la retraite de deux ans pour la génération 1980. Pour cette génération, la durée passée à la retraite sera donc de 24 ans pour les hommes et de 28,5 pour les femmes. Dit autrement, sans ces réformes, ces durées auraient été respectivement de 25,6 ans et de 30,5 ans. C'est d'ailleurs surtout la réforme de 2010 qui a eu l'impact le plus important, en relevant de deux ans les bornes d'âge (âge d'ouverture des droits et âge d'annulation de la décote), cela a eu pour effet d'entraîner un recul de l'âge moyen de départ à la retraite de un an et demi. La réforme de 2014, elle, a retardé cet âge moyen « que » de quatre mois pour la génération 1980.

Pour leur part, les accords Agirc/Arrco ont pour effet de diminuer la pension, tous régimes cumulés de plus de 1%, dans la mesure où ces régimes complémentaires représentent en moyenne entre 30% et 40% de la pension totale d'un retraité. Rappelons que ces accords ont notamment décidé une sous-indexation des pensions entre 2016 et 2019 et le décalage de la revalorisation annuelle du 1er avril au 1er novembre.

La pension cumulée sur le cycle de vie en baisse de 1,3% à 4,5%

Globalement, la pension cumulée sur le cycle de vie, c'est-à-dire la somme des pensions perçues sur l'ensemble de la période de retraite - actualisée selon l'évolution du salaire moyen par tête - a tendance à diminuer avec les réformes intervenues. Cette baisse va de 1,3% pour la génération 1950, principalement sous l'effet des sous-indexations et des changements de date de revalorisation, à 4,5% pour la génération 1980.

Mais les réformes ont aussi un impact différent en fonction des revenus des personnes. Ainsi, pour la génération 1980, ceux à faibles revenus (inférieurs au revenu médian), sont davantage touchés avec une diminution moyenne de leur pension cumulée sur le cycle de vie de plus de 6%. La baisse de pension est « limitée » à 3,5% pour ceux ayant des relevés plus élevés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2016 à 10:37 :
FILLON VEUT NOUS DONNE UNE NOUVELLE CAISSE DE RETRAITE APPELE CERCUEIL? IL EST FACILE DE PARTIR PLUS TARD POUR DES METIER A RESPONSABLITE OU INTELECTUEL / .MAIS PAS POUR DES TRAVAILLEURS MANUELS/ LA RETRAITE A LA CARTE PROPOSE PAR MACRON EST UN BONNE IDDE???
a écrit le 08/12/2016 à 7:06 :
on fait des efforts pour réduire les écarts de salaire entre hommes et femmes

on devrait faire des efforts pour créer des écarts de cotisations retraites entre hommes et femmes

en effet les femmes vivent plus longtemps payées en retraite
a écrit le 08/12/2016 à 6:57 :
Il est beau le PROGRES (social), des voyous cravatés qui désertent en suisse (à traiter comme des braqueurs de banques, à mon sens) et le reste de la population qui crève!!
Ca va durer longtemps ?, avec nos politiques incompétents, certainement !!
Réponse de le 08/12/2016 à 11:46 :
Vous vous mettez dans la catégorie des voyous cravatés, de la population qui crève de faim, ou des politiciens incompétents ?

Votre vision de la société Française parait d'un simplisme lénifiant. (comme 99% de la société, je ne suis dans aucune de 3 catégories de français que vous décrivez, ni vous non plus d'ailleurs, enfin je vous le souhaite)
a écrit le 07/12/2016 à 19:08 :
On est arrivés à un point où le prochain qui propose d'euthanasier les + de 65 ans sera élu....
Réponse de le 08/12/2016 à 8:54 :
C est exactement l inverse qui se passe: Fillon propose de ne pas toucher aux retraites actuels et de que tous les effort soient fait par les actifs : travailler 48 h paye 35, licenciement plus facile ... Sa seule mesure "anti vieux" est de ne plus couvir par la secu la bobologie. MAis ca va probablement etre abandonne pour pouvoir faire le plien des voix des retraités
a écrit le 07/12/2016 à 18:22 :
Toute de la pipe les affirmations sur la longévité à notre époque actuelle. Vous allez dans un cimetière et vous recherchez les personnes décédées en 1886 et voir à des dates approchantes, beaucoup d'individus décédés à des âges avancés. 80 ans, 86 ans.
Réponse de le 07/12/2016 à 19:14 :
Vous oubliez un détail, les gens pouvaient vivre vieux, bien sûr. A condition pour les femmes de ne pas mourir en couches (si les marâtres étaient nombreuses, c'est qu'il n'était pas rare pour un homme de se retrouver seul pour élever ses enfants), pour les hommes de ne pas mourir à la guerre et pour tous d'éviter un accident type fracture ouverte qui pouvait causer la gangrène et vous menait droit au cimetière. Si les gens malgré tout avaient une espérance de vie de 46 ans, c'est bien qu'il y avait des vieux de 80 ans pour contrebalancer la mort de ces jeunes soldats ou de ses jeunes mamans.
Aujourd'hui non seulement les gens meurent en moyenne plus vieux mais l'écart-type est plus faible. Ce qui se voit quand on regarde les rubriques nécrologiques d'aujourd'hui : ce sont surtout des vieux qui meurent (il y a déjà plus 8 000 morts de moins par an sur nos routes par rapport à il y a 30/40 ans et c'était en majorité des jeunes qui se fracassaient sur les platanes...).
Réponse de le 08/12/2016 à 11:49 :
Vous êtes très brillants, car en visitant un cimetière, vous en savez plus sur l'espérance de vie que des statisticiens qui exploitent les données disponibles de manière large et précise.
Dites vous juste que pour les centaines de milliers d'enfants qui mourraient en bas age, il n'y avait pas de scépulture...Encore moins pour les soldats de napoléon nés en 1795 mort en Russie...
a écrit le 07/12/2016 à 18:19 :
Toute de la pipe les affirmation sur la longévité à notre époque actuelle. Allez dans un cimetière et recherché les personnes décédées en 1886 et voir à des dates approchantes, beaucoup déjà décédées à des âges avancés. 80 ans, 86 ans.
a écrit le 07/12/2016 à 17:55 :
Quelle surprise ! c'était justement ça l'objectif de ces réformes pour rééquilibrer le système. Mais c'est quand même incomparablement mieux que la situation mise en place au lendemain de la guerre selon les principes énoncés par le programme du conseil national de la résistance où l'âge de la retraite, fixé à 65 ans, compte tenu d'une espérance de vie à l'époque de 67 ans pour les hommes, leur donnait une durée moyenne passée à la retraite de... 2 ans (un peu plus pour les femmes qui vivaient en moyenne 5 ou 6 ans de plus, mais qui devaient se contenter le plus souvent de la maigre retraite de réversion de leur mari. Guère étonnant qu'à l'époque le financement des retraites ne posait aucun problème malgré des taux de cotisation très bas, surtout en plus qu'en ces périodes de reconstruction on était au plein emploi, et donc avec un rapport nombre d'actifs cotisants /nombre de retraités très favorable. Il n'y a donc aucune raison particulière de larmoyer sur le sort de la "malheureuse" génération 1980...
a écrit le 07/12/2016 à 17:19 :
ah la belle affaire ; pour ceux qui comme moi ont pris leur retraite en 2006, soit 10 ans cette année, nous avons perdu plus de 30% de nos droits à la retraite avec la réforme raffarin/fillon: pensions calculées sur 25 ou au lieu des 10 meilleures années. Mais ça ne s'arrête pas là: 2010 par SARKOZY : fin de la 1/2 part à vie à l'I.R. pour tous les retraités
2014: fiscalisation des avantages sociaux liés à avoir élever au moins 3 enfants par HOLLANDE. Enfin gel des pensions de retraite depuis 3 ans sous prétexte d'une inflation nulle, sauf en matière fiscale: taxes en nombres (plus de 300 en 4 ans) impôts locaux qui flambent.
Donc sauve qui peut généralisé des petits pensionnés à l'Etranger pour sauvegarder tant bien que mal pour les années à venir un niveau de vie décent.
Réponse de le 08/12/2016 à 8:58 :
Incroyable de lire ca !
Les retraités ont un niveau de vie superieur aux actifs (c est pas de moi mais de l INSEE), ils n ont pas besoin de se lever tous les matins pour aller travailler et ils se plaignent encore !!!
Est ce que vous savez que vous retraites c est des impots preleves sur les actifs d aujourd hui ? Vous croyez qu il faut taxer encore plus le travail ?

PS: je parle meme pas du fait qu un retraite peu aller habiter une region ou la vie est moins chere (impossible si vous devez travailler car pas de travail dans ces endroits) ou qu un retraite a pu acheter son logement a un prix au moins 50 % inferieur au prix actuel...
Réponse de le 08/12/2016 à 11:40 :
réponses à cd : je crois que vous ne regardez pas assez les reportages télé sur les petites retraites de veufs ou veuves ne percevant même pas des pensions supérieures aux seuil de pauvreté (900 euros mensuels)
Je crois que vous oubliez parce que cela vous arrange que nous avons travaillé 45 à 50h par semaine (donc 5 jours et demi)
Que nous ne sommes pas responsables d'un système par répartition de retraites tellement pillé par les différents gouvernements de droite gaulliste comme de gauche socialo communiste, qu'aujourd'hui il n'y a plus qu'un salarié pour un retraité au lieu de 3 pour que le régime fonctionne normalement.
Que les retraites complémentaires n'ont jamais été financées pour être distribuées à 60 ans sans abattement au lieu de 65 ans et donc on revient justement aux abattements avec la dernière réforme de 2015.
En résumé je me suis barré comme plus de 15.000 autres retraités au Portugal à la fois pour ne plus payer d'I.R. et préserver mon pouvoir d'achat supérieur pour le moment de 20 à 25% à mes dépenses en France
mais qu"'en sera t il dans 10 ou 20 ans ?
Et au lieu de regarder les choses en face vous continuerez à maugréer contre les retraités qui vous coûtent chers en cotisations, mais rassurez-vous compte tenu de la mauvaise gestion de tous les régimes ce n'est pas fini
Bon courage
JPB
Réponse de le 09/12/2016 à 10:07 :
@revanchard
"je crois que vous ne regardez pas assez les reportages télé sur les petites retraites de veufs ou veuves ne percevant même pas des pensions supérieures aux seuil de pauvreté (900 euros mensuels)"

Tous vos préjugés peuvent toujours être confirmés par une anecdote.
Effectivement, personne ne nie que les petits retraités sans patrimoine, ça existe. Mais dès qu'on regarde au niveau macro et pas au niveau "le cousin de mon beau-frère a une petite retraite et ne possède pas d'appartement", on voit une autre réalité.
L'INSEE, dont c'est le boulot, confirme, dans des statistiques qui couvrent l'ensemble de la population du pays, que globalement les retraités ont un niveau de vie supérieur aux actifs.
Il est également avéré que les baby-boomers retraité sont la première génération DANS L'HISTOIRE à vivre à la fois mieux que les générations précédentes et mieux que les générations suivantes. Ils ont réussi à casser une tendance historique d'amélioration constante du niveau de vie, tout ça au profit de leur enrichissement personnel.
Parallèlement, sur les dernières décennies, on a mesuré un changement de la sociologie de la pauvreté : les retraités n'y sont presque plus représentés, et les jeunes y sont beaucoup plus présents.

"vous oubliez parce que cela vous arrange que nous avons travaillé 45 à 50h par semaine"
Les 35 heures sont essentiellement une légende urbaine et un punching-ball pour la droite. Le temps de travail moyen réel en France avoisine les 40 heures, et se situe dans la moyenne haute européenne. Et en tant qu'ingénieur, je vous assure que moi non plus je n'ai jamais travaillé 35 heures.
Vous ne mentionnez pas non plus le fait que vous avez connu des augmentations de salaire constantes, ainsi que des opportunités d'évolution de carrière énormes qui faisaient qu'avec un simple bac, vous accédiez à des postes qui demandent aujourd'hui un master d'école prestigieuse.
Et avec tout ça, votre génération a connu des départs massifs en pré-retraite aux alentours de 55 ans, une fois de plus, c'est une réalité mesurée.

Vous ne répondez pas non plus à @cd au sujet de ces appartements que vous pouviez vous payer avec un salaire d'ouvrier et une femme au foyer, et qu'aujourd'hui des couples de cadres supérieurs ne peuvent pas se payer. Et le tout avec une inflation qui effaçait très rapidement la moindre dette immo, alors qu'aujourd'hui, on est partis pour se la traîner longtemps.

Donc non, ce n'est pas "maugréer", ce n'est pas une sorte de "haine gratuite", c'est une réalité statistique : la génération Y (et potentiellement la Z, les millenials et les suivantes) est sacrifiée sur l'autel de l'enrichissement inouï des baby-boomers.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :