Comptes de campagne 2012 : Sarkozy mis en examen

 |   |  212  mots
L'ancien président est déjà mis en examen depuis juillet 2014 pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire dite des écoutes.
L'ancien président est déjà mis en examen depuis juillet 2014 pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire dite des écoutes. (Crédits : JACKY NAEGELEN)
L'ancien chef de l'Etat a été entendu toute la journée de mardi par le juge d'instruction, dans le cadre de l'enquête sur l'affaire Bygmalion. La justice soupçonne un trucage des comptes destiné à cacher une explosion du plafond légal des dépenses de 22,5 millions d'euros en 2012.

Nouvelle embûche sur le chemin de l'Élysée pour l'ex-Chef de l'État. Nicolas Sarkozy a été mis en examen mardi pour financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012, dans le cadre de l'enquête sur  l'affaire Bygmalion, a annoncé le procureur de la République de Paris François Molins dans un communiqué.

Une explosion du plafond légal de dépenses

L'ancien chef de l'État a été entendu toute la journée par le juge d'instruction, qui soupçonne que ses comptes de campagne ont été truqués pour cacher une explosion du plafond légal des dépenses de 22,5 millions d'euros.

Convoqué "devant le magistrat instructeur premier saisi du dossier" (Serge Tournaire), le président des Républicains a été mis en examen pour "financement illégal de campagne électorale pour avoir, en qualité de candidat, dépassé le plafond légal de dépenses électorales", indique le communiqué du procureur de Paris.

Nicolas Sarkozy "a par ailleurs été placé sous le statut de témoin assisté des chefs d'usage de faux, escroquerie et abus de confiance", est-il également précisé. L'ancien président est déjà mis en examen depuis juillet 2014 pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire dite des écoutes.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2016 à 19:04 :
Pourquoi ne pas créer une loi interdisant aux "magouilleurs" de pouvoir toucher leur salaires/retraites pour rembourser ce qu'ils ont détournées, ainsi que la percision de tous leur biens... Après tous vous ou moi on a un accident de la route coupable on peut tous perdre, on paie pas notre crédit maison pareil et eux peuvent faire tous ce qu'il leur plaint avec NOTRE ARGENT A TOUS en toute impunité?
a écrit le 18/02/2016 à 12:58 :
Je pense qu'il savait....ce n'est pas possible autrement que de nous prendre pour des imbéciles.Tous ces politicards me font mourir de rire ( heureusement ) : ils n'ont jamais rien faits, ne savaient pas, etc....des menteurs (ah Mr Hollande et compagnie ), des manipulateurs et de surcroit des paranos !
Que deviens la France avec tout ça !
Réponse de le 21/02/2016 à 11:10 :
Il y a deux cas possible:
- il savait, conséquence: il est trop malhonnête pour ce présenté;
- il ne savait pas conséquence: il est trop nul et incapable pour ce poste (comment espérer diriger un pays bourrer de magouilleurs/tricheurs si il n'arrive déjà pas à gérer le petits de son partie?)

Dans les deux cas et si il voulait tant de bien pour notre pays, il ne se présenterait pas et tiendrait sa promesse de 2012 de se retirer de la politique...
a écrit le 18/02/2016 à 7:51 :
Sur les 3 juges en charge de cette affaire, Van Ruymbeke, Le Loire et Tournaire, seul ce dernier était favorable à une mise en examen, sans doute en l'absence quasi totale de preuves. C'est dire que le parquet a toutes chances de requérir le non-lieu et que si Tournaire, comme Gentil dans le cas de Woerth, s'obstine, la relaxe en correctionnelle est quasi certaine. Décidément, pour en finir une fois pour toutes avec les juges d'instruction qui se veulent justiciers solitaires, une réforme de l'instruction s'impose, ce devra être le chantier prioritaire en 2017 que la suppression pure et simple des juges d'instruction.
Réponse de le 18/02/2016 à 15:27 :
effectivement c'est bien plus simple pour éviter les ennuis. NS en avait conscience, car il savait qu'il était souvent "borderline" et il aurait bien aimé supprimer ces empêcheurs de tourner en rond. Le seul petit problème c'est que les politiques sont des justiciables comme tout un chacun et qu'ils ne sont pas, fort heureusement, au dessus des lois. Vous devriez relire "l'esprit des lois" de Montesquieu pour éclairer votre lanterne, un peu défaillante semble t-il.
Réponse de le 19/02/2016 à 11:13 :
Ou Sarkozy en a arrosé deux sur les trois croyant que se serait suffisant...
a écrit le 18/02/2016 à 7:02 :
Lorsque l'on est condamné pour une infraction au code de la route, on a bien une double peine. La premiére une mendie condamnation fiscale et la seconde un retrait de permis de conduire ou de points sur celui-ci une peine administrative.
Un avocat ou un juge veut bien nous éclairer dans cette rubrique?
a écrit le 17/02/2016 à 23:02 :
Adieu gribouille ! La droite , hors quelques grognards dévoyés , te trouvera bien vite un successeur pour tenir les comptes de la boutique !
a écrit le 17/02/2016 à 20:59 :
Vraiment un complot contre sa candidature à la prochaine présidentielle est lancée; hollande paas vraiment mais du coté des républicains çà chauffe fort.
a écrit le 17/02/2016 à 15:11 :
Les sommes impliquées sont tellement énormes (dépassement de l'ordre de 18.5 millions d'euros, soit 85%...) que ça n'a pas pu échapper au candidat, lequel est un politicard chevronné (il avait déjà participé à la campagne de Balladur en 1995).

Remarquez, ce manque total de lucidité explique surement l'état dans lequel il a laissé l'UMP (75 millions de dettes), et la France... Mais expliquer ne veut pas dire justifier.pourtant, les umpeistes doivent aimer, puisqu'ils en redemandent en le nommant président du LR.

En tant que citoyen, je ne peux que constater qu'il s'agit d'une forme d'escroquerie électorale majeure qui devrait entraîner non seulement une amende record dissuasive, mais aussi une inéligibilité à vie pour le candidat... Voire même (soyons fou), une déchéance de la nationalité.

Après tout ce genre de pratique est bien plus dangereux pour la démocratie que de consulter des sites obscènes.
a écrit le 17/02/2016 à 14:14 :
Les fauves sont presque lâchés. VGE disait récemment que la France n'avait plus de président depuis 20 ans. Le spectacle actuel, avec de 75% des Français qui votent dans l'abstention ou l'extrémisme, devrait, si ce n'est pas impossible politiquement, conduire à la proportion de 90%. Ite missa est !
Réponse de le 18/02/2016 à 8:24 :
Considérer Mitterrand comme un président est lui faire trop d'honneur. Dans son cas je parlerais plutôt de parrain.
a écrit le 17/02/2016 à 12:41 :
Il serait temps de modifier les règles de financement des partis. Pourquoi 22 millions maximum et pas 30 ou 15. Si la somme allouée n'est pas suffisante et c'est le cas, il suffit de regarder les difficultés du PS , de l'UMP ou du FN , il faut augmenter ce montant.
Sinon, des juges plus ou moins politisés vont sans arrêt intervenir dans la vie démocratique. Par ailleurs , on se plaint du manque d'effectifs de la justice. Dans ces conditions, ces juges qui vérifient les comptes des partis ne seraient-ils pas mieux utilisés dans la lutte contre la délinquance ou le terrorisme?
Réponse de le 17/02/2016 à 15:17 :
en 2012 voici le coût des campagnes

François Hollande (PS) : 21,8 millions d'euros (28,6 % puis 51,7 % des voix)
Nicolas Sarkozy (UMP) : 21,3 millions d'euros (27,2% puis 48,3 % des voix)
Marine Le Pen (FN) : 9,1 millions d'euros (17,9 % des voix)
Jean-Luc Mélenchon (FG) : 9,5 millions d'euros (11,1 % des voix)
François Bayrou (MoDem) : 7 millions d'euros (9,13 % des voix)
Eva Joly (EELV) : 1,8 million d'euros (2,3 % des voix)
Nicolas Dupont-Aignan (DLR) : 1,2 million d'euros (1,8 % des voix)
Nathalie Arthaud (LO) : 1 million d'euros (0,6 % des voix)
Philippe Poutou (NPA) : 824 000 euros (1,1 % des voix)
Jacques Cheminade (SP) : 500 000 euros (0,25 % des voix)

On peur donc faire campagne pour un budget très inférieur aux 22 millions autorisés et même l'emporter sans tricher grossièrement.

On peut aussi tricher et ne pas l'emporter...
Réponse de le 17/02/2016 à 18:56 :
Il n'y a pas beaucoup d'abstention et de blanc dans vos comptes. Vous travailler pour les gouvernemetns?
Réponse de le 18/02/2016 à 7:40 :
@Faux !
Le conseil constitutionnel n'a attribué qu'un dépassement de 360000€ à Sarko, c'est dire si ses moyens d_investigation de la commission des comptes de campagne sont limités puisqu'on parle en réalité de 30 millions. Autrement dit la validation par celui-ci des comptes de Hollande ne vaut pas brevet de sincérité. Il vaudrait mieux en finir avec les plafonds.
Réponse de le 18/02/2016 à 13:59 :
Qui paient ces sommes? Vous et moi en tant que contribuables, c'est certainement bien assez.
Quant à cette affaire Bygmalion, elle concerne essentiellement l'UMP. Nous en tant que contribuables, on n'a pas versé un centime de plus que les sommes que pouvaient recevoir l'UMP (21.8 M). Qu'ils se débrouillent avec leurs magouilles. Le plus grave, c'est le Sarkhoton où là en tant que contribuables nous avons reversé 33% des sommes versées par les adhérents de ce cher parti !!! Quant à la morale de l'histoire, il y a bien longtemps que nos politicards s'en désintéressent (je suis poli !!!)
a écrit le 17/02/2016 à 10:53 :
En gros à quoi sert une signature sur un document si on n est pas responsable .
Je vous signale que des parents s étant portés garants pour leurs enfants payent pour ceux ci . Tout en étant en ce qui les concernent non responsable de leur insolvabilité .
Réponse de le 18/02/2016 à 11:54 :
Juste à justifier leurs magistrales primes mensuelles. Pour les responsable c'est jamais eux... Y a qu'à regarder le livre de ce petit homme, il a fait des erreurs lorsqu'il était président et il se représente quand même...
a écrit le 17/02/2016 à 10:31 :
c'est parfait ! SARKOSY ne se présentera pas et JUPPE sera élu en 2017. Good bye HOLLANDE et surtout, ne reviens pas !
Réponse de le 17/02/2016 à 11:33 :
Marc Hassin n'avez vous pas remarqué qu'il n'y a aucune différence de politique économique entre Hollande et Juppé ? Renseignez vous au lieu de vous laisser aller à des humeurs mauvaises
Réponse de le 17/02/2016 à 12:05 :
La différence, c'est que HOLLANDE a dû être obligé de gérer l'énorme trou dans les dépense publiques let la sous-compétitivité laissée par SARKOZY. Et que lui n'a pas fait exploser les dépenses et le déficit, mais les a réduit, malgré la faible croissance de la zone euro.
Déficit public FRANCE 2011 = 5.2% du PIB
Déficit public ALLEMAGNE 2011 = 1 % du PIB
Et que HOLLANDE a été obligé de faire le CICE pour gérer le déficit de compétitivité laissé par SARKOZY.

D'après le site de du think tank lié au MEDEF, COE-REXECODE,
le coût du salaire horaire en 2000 (soit après la mie en place des 35 h) était de 24.42 € en 2000 en FRANCE, contre 26.34 E en Allemagne.
En 2012, il était passé à 37.29 e en FRANCE, contre 33.81 € en Allemagne.

Voir le site..
http://www.coe-rexecode.fr/public/Indicateurs-et-Graphiques/Indicateurs-du-cout-de-l-heure-de-travail-en-Europe
Réponse de le 17/02/2016 à 12:32 :
@ Monti Python: parce qu'évidemment, les socialos ne sont responsables de rien, même pas de l'islamisation de la France avec le bac pour tous (merci Jospin) complété par la réforme de l'orthographe pour s'assurer les voix des immigrés !!!
@petit cochon: sûr qu'en élisant un repris de justice, on va solutionner tous les problèmes :-)
a écrit le 17/02/2016 à 10:14 :
Aux états unis, plus personne n'aurait osé parler de sarkozy 6 mois après les premiers scandales, il aurait été légitimement effacé du milieu de spectacle, avec plein d'argent pour qu'il se taise donc loin d'être malheureux mais il aurait été mis sur la touche en france, 4 ans après, on n'a toujours pas vu poindre la moindre condamnation.

Il faut quand même se poser des questions quant à nos institutions qui non seulement font que sarkozy coure encore mais en plus qui aient permis à un homme comme lui de gouverner pendant 5 ans sans qu'aucun garde fou n'ait été dressé devant lui.

Au lieu sur un cas de ce genre de se cantonner à la pensée binaire pour ou contre sarkozy le mieux serait de penser à long terme afin que ce genre de situations dramatiques ne puissent plus jamais se produire. Oups mais pardon je parle de "penser à long terme", l'insulte suprême en néolibéralisme, où donc ai-je la tête...
a écrit le 17/02/2016 à 9:22 :
"Quand on se croit tout permis"; il serait dangereux de lui donner du pouvoir!
Réponse de le 17/02/2016 à 18:59 :
Il est honteux pour notre pays qu'un individus pareil puisse encore poser sa candidature.... Il devrait être exclus à vie, perquisitionné de tout ces biens et déchus de la nationalité...
a écrit le 17/02/2016 à 9:09 :
Faux, la mise en examen de l'ex chef d'Etat ne concerne pas l'affaire Bygmalion, mais relève de la signature de comptes de campagne contestés et déjà sanctionnés par le Conseil Constitutionnel. Il s'agit d'une mise en examen relevant du Droit de la procédure, et non des faits eux mêmes déjà jugés et ayant fait l'objet d'une amende payée. La technique journalistique consistant à mélanger les sujets relève soit de l'incompétence juridique, ce qui peut se comprendre, soit de la manipulation de l'information à des fins politiques, ce qui peut également se concevoir, mais ce n'est pas de l'information, c'est de la propagande.
Réponse de le 17/02/2016 à 23:32 :
La vérité habite un puit, mais sans les porteurs d’eau elle y resterait.
Il a toujours été plus facile de dénoncer le sonneur de tocsin que l'allumeur d'incendie.
Ce sont souvent les mêmes qui se plaignent de la corruption des politiques et qui fustigent les journalistes et les juges qui les poursuivent.
a écrit le 17/02/2016 à 9:07 :
Et Hollande ? Pour non déclaration dis àvec Trierweiller et Valls Hamon Macron et peillon tous inscrits au registre du commerce en totale contradiction avec article 23 de la constitution de 58! Et Juppe ??? Etc. Bref on va plus voter
Réponse de le 17/02/2016 à 23:36 :
Si vous avez connaissance d'éléments précis de malversations vous devez les transmettre aux autorités compétentes. Dans le cas contraire cela s'appelle de la délation.
Ragots, rumeurs, quand tu nous tiens !
a écrit le 17/02/2016 à 8:16 :
alléluia,alléluia,allééééluia ...
a écrit le 17/02/2016 à 8:14 :
on assiste à une judiciarisation de la vie politique. les politiques on les connaissait pour leurs libertés avec les règles, voila que ce sont les juges qui font de même.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :