Bandeau Présidentielle

Cars Macron : les salariés de Megabus dénoncent une "banqueroute organisée"

 |   |  498  mots
Privé de son unique contrat de prestation avec l'allemand Flixbus, Megabus France va devoir cesser ses activité, laissant ses 175 salariés sur le bord de la route.
Privé de son unique contrat de prestation avec l'allemand Flixbus, Megabus France va devoir cesser ses activité, laissant ses 175 salariés sur le bord de la route. (Crédits : REUTERS/Eduardo Munoz)
Alors que la compagnie cessera prochainement ses activités, une quarantaine de grévistes se sont rassemblées à la mi-journée devant le ministère de l'Economie. Les syndicats, qui regrettent un immense gâchis, réclament des indemnités plus élevées que les 2.000 euros proposés actuellement.

Un peu plus d'un an après son lancement dans le sillage de la libéralisation du marché créée par la loi Macron, Megabus France est à la peine. La compagnie, qui emploie 175 salariés, cessera prochainement ses activités, privée de son unique contrat de prestation avec l'allemand Flixbus. Des chauffeurs de la compagnie en grève ont manifesté à Bercy, vendredi, pour réclamer un plan social à la hauteur du "préjudice subi".

Une quarantaine de grévistes se sont ainsi rassemblés à la mi-journée devant le ministère de l'Economie, où une délégation était reçue, pour demander "un appui" de l'Etat dans le cadre des négociations, dont la prochaine réunion aura lieu le mercredi 23 novembre. Benoît Hamon et Gérard Filoche, candidats à la primaire de la gauche, étaient présents pour les soutenir.

La société ne possède aucun bus, selon les syndicats

"C'est une banqueroute organisée", dénonce Mohammed Ouhnache, élu Unsa. "A aucun moment nous n'acceptons les dires de la société disant 'ce n'est pas viable'. Sur ce marché, il ne faut pas s'attendre à être bénéficiaire tout de suite." Le syndicat réclame 50.000 euros nets pour chaque employé contre 2.000 proposés actuellement.

"Les négociations sont au point mort" et les mesures d'accompagnement pas à la hauteur du "préjudice subi" selon Natasha Pinçon, représentante du personnel. "On nous remercie en nous prenant pour des mendiants", complète un délégué de la CGT. Lui espère obtenir un plan de reclassement, sans vraiment trop y croire. "Megabus, c'est une coquille vide en France ! Personne ne serait assez bête pour l'acheter", se désole-t-il. La société ne possède aucun bus, ni dépôt, mais passe par la location, d'après les syndicats.

Opération escargot avortée

Plus tôt vendredi, les manifestants ont tenté de mener une opération escargot sur le périphérique, mais seuls trois autocars sont parvenus à sortir du dépôt parisien, bloqué par la direction. Ils n'ont pas forcé le passage: "On n'est pas là pour abîmer le matériel, on est des professionnels de la route, pas des voyous. Derrière il y a des familles, des enfants, on se bat surtout pour eux", a expliqué à l'AFP Rachid Tamar, conducteur venu de Lyon.

Il y a un an, "ils nous ont démarché", "vendu du rêve". "On a tous quitté des CDI", certains ont déménagé, acheté des maisons à crédit, pour aujourd'hui "nous dire 'Merci, au revoir'", a-t-il poursuivi. "Nous sommes pleinement conscients que nos collaborateurs traversent une période d'incertitude quant à leur devenir", a répondu la direction de Megabus dans une déclaration transmise à l'AFP.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2016 à 13:26 :
Certaines personnes ont perdu tout sens des réalités. .. oui, ils doivent defendre leur droit et oui le droit de grève doit être respecté . Mais depuis quand ,, il faut aller se plaindre au ministère public alors que leur entreprise ressort du privé ! Et surtout tenter de bloquer le perif... comme si on pouvait y faire quelque chose. Il était évident que toute les entreprises qui se sont lancées dans ce créneau n'allaient pas toute prospérer. Ils ont démissionné en pensant avoir des revenus meilleurs et ce fut hélas pas le cas. Ils ont pris vle risque de partir , qu'ils assument . Un point c'est tout.
Réponse de le 20/11/2016 à 11:12 :
Je partage votre avis, et je ne vois pas ce que vient faire Macron dans tout ça! C'est incroyable " d'intituler les Cars Macron" et c'est du n'importe quoi !
a écrit le 19/11/2016 à 8:15 :
Macron les aurait roulés dans la farine ? Ben ça alors...
a écrit le 18/11/2016 à 17:51 :
Les brillantes idées du brillant Macron qui veut jouer au Président. Ce mec est encore moins crédible que notre capitaine de pédalo. Il vient de perdre quelques voix....
a écrit le 18/11/2016 à 17:30 :
"On a tous quitté des CDI", certains ont déménagé, acheté des maisons à crédit, pour aujourd'hui "nous dire 'Merci, au revoir'"

La fameuse mobilité des salariés qu'on nous prône à longueur de temps.
a écrit le 18/11/2016 à 17:13 :
"La société ne possède aucun bus, ni dépôt, mais passe par la location"

C'est donc ça la libéralisation du marché , je me disais aussi.
Réponse de le 19/11/2016 à 10:08 :
Comme beaucoup d'activités, la location permet de disposer d'outils de travail et il n'y a rien de choquant à ce principe de fonctionnement. Les plateformes de réservations hôtels, B&B etc...ne possèdent rien non plus ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :