Chômage : 1 Français sur 5 croit à une inversion de la courbe avant 2017

 |   |  317  mots
"Les annonces du président de la République lors de ses voeux, notamment en matière de formation, ne semblent donc pas avoir dissipé la morosité ambiante  (...) ni le pessimisme sur la capacité du gouvernement à stimuler l'emploi", estime l'Ifop.
"Les annonces du président de la République lors de ses voeux, notamment en matière de formation, ne semblent donc pas avoir dissipé la morosité ambiante (...) ni le pessimisme sur la capacité du gouvernement à stimuler l'emploi", estime l'Ifop. (Crédits : © POOL New / Reuters)
Pour 38% des personnes interrogées dans un sondage Ifop, l'inversion de la courbe du chômage ne peut "certainement pas" survenir d'ici à la fin de l'année. Plus tôt en janvier, la ministre du Travail s'était elle-même montrée pessimiste à ce sujet.

Seuls 19% des Français croient à la possibilité de voir la courbe du chômage s'inverser d'ici à la fin de l'année, selon un sondage Ifop publié par Dimanche Ouest France. Parmi ces 19%, seuls 2% pensent que cette inversion peut "certainement" arriver.

Pour 38% des sondés, cette éventualité ne peut "certainement pas" survenir.

"Les annonces du président de la République lors de ses voeux, notamment en matière de formation, ne semblent donc pas avoir dissipé la morosité ambiante  (...) ni le pessimisme sur la capacité du gouvernement à stimuler l'emploi, pessimisme très fortement ancré", analyse l'institut de sondage.

Un niveau de pessimisme stable

"Ce niveau de pessimisme à l'égard de l'évolution du taux de chômage apparaît stable par rapport à une mesure effectuée en janvier 2013", note l'Ifop. A l'époque, 25% croyaient à l'objectif annoncé par François Hollande en 2013, puis 16% et 19% respectivement en juillet et octobre de la même année.

Sans surprise, les sympathisants de droite sont les plus pessimistes sur la possibilité de cette inversion de la courbe du chômage, puisque seuls 6% la croient possible et 9% chez les sympathisants du FN. A gauche, 50% des sympathisants du PS croient à la possibilité de cette inversion, contre 26% parmi les proches du Front de Gauche. Enfin, parmi les chômeurs, seuls 6% considèrent comme possible cette inversion de la courbe du chômage, quand 50% pensent que l'objectif ne sera "certainement pas" atteint.

La ministre du Travail s'étaient elle-même montrée particulièrement pessimiste. Elle a estimé au début du mois de janvier qu'"avec des prévisions de croissance à 1,5% par exemple sur l'année 2016, ce n'est pas suffisant, notamment pour les personnes les moins qualifiées".

Sondage réalisé par questionnaire auto-administré du 19 au 21 janvier auprès d'un échantillon de 2.007 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2016 à 15:15 :
Bien Evidemment que j'y crois : 100000 emplois aidés, 500000 en formation sortis de la stat le temps que l'élection passe, les radiations. A ce sondage je fais partie des OUI
a écrit le 25/01/2016 à 13:09 :
Belle rhétorique de gauche sur cet article... et l'on pourrait aussi dire que 80% des gens ne croient pas à l'inversion du chômage ! Quelle habileté dans cet enfumage !
Donc attendons 2017.....!
a écrit le 25/01/2016 à 12:31 :
C est sons les industrielle que ca concerne pour Hollande incapable n es plus faites confiances aux politiques Hollande aux Sarko les restes c est le bulletin de votre les ouvriers les retraitées ce regardez dans le miroir ?
a écrit le 25/01/2016 à 10:24 :
Une manière positive de voir le coté sombre de la situation. Mais le vrai titre n'aurait-il pas été 4 Français sur 5 ne croient pas à l'inversion de la courbe du chômage. Parce que le Français vit le chômage au quotidien pas sa famille, ses proches. Alors à force de toujours vouloir présenter les problèmes en les minimisant, en la adaptant au politiquement correct on en arrive à la situation actuelle du déni de réalité et pas seulement dans ce domaine !
a écrit le 25/01/2016 à 9:26 :
La chape de plomb fiscale qui s'est abattue sur toutes les entreprises à partir de 2011, fait que pour survivre et maintenir les comptes, celles-ci rabotent partout où cela est possible et notamment sur la masse salariale qui représente à priori une part très significative du budget d'une entreprise. On cherche si possible à faire autant avec moins de gens.
a écrit le 25/01/2016 à 9:26 :
La chape de plomb fiscal qui s'est abattu sur toutes les entreprises à partir de 2011, fait que pour survivre et maintenir les comptes, celles-ci rabotent partout où cela est possible et notamment sur la masse salariale qui représente à priori une part très significative du budget d'une entreprise. On cherche si possible à faire autant avec moins de gens.
a écrit le 25/01/2016 à 8:27 :
Reste à prouver que le mauvais score de la France est dû à l'action des politiques...car affirmer péremptoirement sans preuve est hélas devenu courant. Si nous ne performons plus autant qu'avant, peut-être est-ce aussi parce que nous avons perdu notre rigueur scientifique.
a écrit le 25/01/2016 à 8:20 :
Que le gouvernement soit socialiste ou de droite, promettre une baisse sensible du chômage en France est intenable. Seuls les pays européens qui ont une population sur le déclin peuvent tenir ce genre de promesses. L'intelligence artificielle, la robotique et le développement du commerce via internet vont détruire des millions d'emplois. Il n'y a guère que les métiers manuels de l'artisanat et les services à la personne qui peuvent tirer leur épingle du jeu, ou les métiers hyperqualifiés mais qui sont peu nombreux. On nous promet depuis des années une baisse mécanique du chômage avec les départs en retraite de la génération du baby boom. Elle s'est juste traduite par une augmentation de la productivité et une baisse des effectifs. Même en Chine, les travailleurs sont remplacés par des robots.
a écrit le 25/01/2016 à 7:34 :
Hormis de la désespérance, des guerres et de la destruction du vivre ensemble, le socialisme, à travers l'histoire, n'a jamais amené autre chose.
Merci aux égarés de revenir à la raison.
Réponse de le 25/01/2016 à 8:26 :
Cela fait bien longtemps qu'il n'y a pas eu de gouvernement socialiste en France. Les égarés dont vous parlez ne sont pas au gouvernement qui hormis quelques réformes sociétales pour satisfaire ses troupes fait à peu près la même politique que le gouvernement précédent. Cela explique qu'il ne soit populaire ni à droite ni à gauche.
a écrit le 25/01/2016 à 7:31 :
en clair, 80% de français ne croient pas à une inversion de la courbe du chômage.
Curieuse façon de présenter les choses.
a écrit le 25/01/2016 à 7:06 :
Le socialisme n'a jamais marché, ne marche pas, et ne marchera jamais.
a écrit le 24/01/2016 à 23:12 :
Le chômage va empire avec nôtres locomotive de gouvernement le travail pas avant 2018 ?
a écrit le 24/01/2016 à 21:24 :
Mais non, la courbe du chômage s'inversera dès 2013, c'est bien connu.
a écrit le 24/01/2016 à 20:22 :
et combien croient au père noël ?...........
a écrit le 24/01/2016 à 20:18 :
Pourquoi n'avez-vous pas logiquement titré :
"Chômage : 4 Français sur 5 ne croient pas à une inversion de la courbe avant 2017" ?
a écrit le 24/01/2016 à 19:01 :
les francais ont raison iL est trop tard pour inverser les chiffres du chomage, mais la formation par l aprentisage dans les entreprises ne seras pas du tenpt et de l argent perdu, un investissement sur l humain n est jamais perdu???
a écrit le 24/01/2016 à 11:35 :
Faute de pouvoir agir sur les causes réelles du chômage, le gouvernement en est donc réduit à des expédients pathétiques pour que l’opinion ne réalise pas bien l’ampleur du désastre.
Il nous avait déjà habitués à prendre des mesures antisociales en plein mois d’août et à mettre en avant des sujets polémiques et anecdotiques pour occulter de graves décisions prises en catimini. Le voici désormais contraint d’annoncer la fulgurante montée du chômage au moment où parents et enfants sont réunis autour du sapin de Noël.
Suivant fidèlement le processus de nécrose que connut l’URSS dans les années 70-80, la prochaine étape de nos dirigeants sera sans doute de ne plus diffuser du tout les statistiques dérangeantes et contraires au dogme des lendemains qui chantent de la prétendue « construction européenne ».
L’UPR souligne quant à elle que la progression irrésistible du chômage de masse et de la pauvreté sont inéluctables puisque le gouvernement applique de façon criminelle les mesures déflationnistes et récessives exigées par la Commission européenne et la Banque centrale européenne.
Et nous rappelle aussi que seule la sortie unilatérale de l’Union européenne et de l’euro permettra de mettre en œuvre une politique permettant de lutter efficacement et durablement contre le chômage de masse et l’appauvrissement des Français.
Réponse de le 24/01/2016 à 21:43 :
C'est exactement ce que faisait le gouvernement de Cristina Kirchner en Argentine. Nous n'en sommes pas encore à ce niveau en France, mais de toutes façons, les fameux contrats d'apprentissages pour les jeunes sont une façon artificielle de faire sortir les chômeurs de la catégorie A, ce qui permettra d'annoncer une diminution du chômage.
a écrit le 24/01/2016 à 11:00 :
La France domine le classement Deloitte Fast 500 EMEA (pour le nombre d'entreprises classées, notamment) depuis quelques années. La France est en bonne position dans le classement Thomson Reuters des entreprises innovantes (contrairement au UK qui n'apparait pas). La France est 4e du e-Government Survey de l'ONU.
Les français sont créatifs, inventifs, productifs, doués. Mais ils sont avant tout frileux et grincheux. Ils persistent à ne pas vouloir apprendre l'anglais.
il faut s'affirmer. comme on le fait sur le plan militaire.
Réponse de le 24/01/2016 à 17:39 :
et c'est d'ailleurs pour TOUT ce que vous dites que la France est la seule nation a créé encore du chômage, de la dette, à être recordman de la taxation. Mon cher sachez que la méthode Coué est propre aux socialisses vous savez ceux qui blablatent avec leurs petits poings mais qui ne font RIEN, tiens je vous lâche en pâture le plus typé le MACRON, blabla et RIEN.
Réponse de le 24/01/2016 à 18:33 :
Les entreprises préfèrent créé les emplois partout ailleurs que dans l hexagone car l administration et son cortège de contraire taxes et impossibilité fait fuir les plus courageux
Meme les Peugeot Renault sont partis !!

Vivement le debut de la libération et l élimination d une bonne partie des fonctionnaires
Réponse de le 24/01/2016 à 19:54 :
J'aurai aimé apprendre l'anglais au collège et au lycée. Mais les enseignants ne savent pas dépasser le niveau. Where is Brian? It is a table. Le principal souci français est l'école, l'enseignement et la formation continue pour les adultes. Mais nous le savons depuis 40 ans. A quand la réforme ?
Réponse de le 25/01/2016 à 0:29 :
avec des profs d'anglais aussi malpolis et imbus de leur soit disant savoir comme celle chez Pujadas, on est mal parti....
a écrit le 24/01/2016 à 10:59 :
Suite. Un jardinier met une journée pour bêcher son jardin; avec un motoculteur il mettra seulement 2 heures; le temps libéré doit-il être considéré comme du chomage ou du temps libre?
a écrit le 24/01/2016 à 10:47 :
Mais qui comprend ce que signifie le "chomage"? Et si c'était un progrès? Le problème se ramènerait au moyen de le financer. (Une taxe sur l'énergie pour financer les retraites et le chomage).
a écrit le 24/01/2016 à 10:18 :
on va dire que 4 français sur 5 croient à une manipulation des chiffres !
Réponse de le 24/01/2016 à 11:08 :
et toi tu crois la poudre aux yeux anglo-saxonne et d'ailleurs.

former les gens alors que Davos nous dit que le numérique va détruire des millions de jobs, c'est de la manipulation ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :