Comment sortir de l'impasse économique ?

 |   |  370  mots
Pour relancer l'activité, les économistes suggèrent notamment de relancer la construction de logements
Pour relancer l'activité, les économistes suggèrent notamment de relancer la construction de logements (Crédits : reuters.com)
Dans une tribune publiée mercredi sur le site de "Mediapart" et dans "Le Monde", quelque 80 économistes, majoritairement marqués à gauche, appellent à un changement de politique en France pour relancer l'activité et réduire le chômage.

Dans une tribune publiée mercredi sur Mediapart et dans Le Monde, quatre-vingt économistes, majoritairement marqués à gauche, appellent  à un changement de politique en France, afin de "sortir de l'impasse économique".

"Le chômage, la précarité, la difficulté à boucler ses fins de mois, marquent la vie de millions de nos concitoyens", soulignent les signataires de cet appel parmi lesquels Xavier Timbeau, Michel Aglietta, Philippe Askenazy, ou encore Liem Hoang-Ngoc.

"Les partisans du libéralisme économique plaident pour réduire plus drastiquement encore la dépense publique" et "démanteler le droit du travail", poursuivent les économistes. Selon eux, ces solutions sont vouées à l'échec.

Un pacte productif pour relancer l'activité

Pour "répondre à l'urgence économique et sociale", les signataires proposent le lancement  d'un plan de sortie de crise articulé autour de trois axes : un pacte productif écologique et social, un programme de soutien à l'activité et à l'emploi et une remise en cause des règles européennes en matière de déficit public.

Que recouvre le plan productif ?  " Les besoins ne manquent pas ", estiment les économistes. Ils  évoquent notamment les investissements pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, la construction de logements ou l'aide aux personnes en perte d'autonomie. A la clé, " des centaines de milliers d'emplois ".

Une hausse des dépenses dans les pays excédentaires

Pour soutenir et financer l'activité, les signataires avancent l'idée d'une enveloppe de "40 milliards d'euros par an", par le redéploiement de sommes consacrées au pacte de responsabilité, "dont l'échec en matière d'emploi est patent", et par un recours à l'endettement, "à l'instar de ce que n'ont pas hésité à faire les Etats-Unis".

Clouant au pilori "les règles néolibérales qui font que l'Union est devenue le grand malade de l'économie mondiale", les économistes appellent à une hausse des dépenses dans les pays excédentaires, pour "réduire par le haut les déséquilibres commerciaux" et "juguler les pressions déflationnistes".

"La sortie du sombre tunnel politique dans lequel (l'Europe) est engagée ne passe pas uniquement par l'économie. Mais elle restera hors de portée si l'on s'acharne à poursuivre des politiques néolibérales qui creusent les inégalités", concluent-ils.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2016 à 22:31 :
La question est plutôt "pourquoi" sortir de l'impasse économique? Ce "pourquoi" est pourtant à la mode des titres des journalistes modernes, avec réponse en trois à cinq points. En fait l'impasse est une vrai sinécure pour tous les nantis, comme les fonctionnaires, les hommes de pouvoir qui ne prennent pas de risque, et les assistés (RSA et retraités) qui ne s'engage à rien pour survivre et sont même incités à se désengager de tout.
a écrit le 11/02/2016 à 21:14 :
'''''......... et par un recours à l'endettement, "à l'instar de ce que n'ont pas hésité à faire les Etats-Unis".Les Etats-Unis ont l'exorbitant privilege de battre monnaie à leur guise ,le $ étant la monnaie des echanges internationnaux et il y a sur terre autant de gens qui veulent que le $ baisse que de gens qui veulent qu'il monte, ce qui lui permet de rester au plus haut, la FED agissant à la marge .Les signataires ne veulent pas dire qu'il faut modifier les traités européens ce que refuseront énergiquement tous les pays d'europe du nord Allemagne en tete .Il n'est pas prévu que la BCE prete aux états et à juste raison et il est prévu que la dette soit à 60 % maxi du PIB .Donc la réalité intangible d'aujourd'hui est d'emprunter sur les marchés ;Pour l'instant la France emprunte à taux bas ce qui est tout l'édifice de la politique de Hollande .Si on laisse filer la dette et les deficits ,les marchés demanderont des primes de risques de plus en plus hautes ce qui fera s'envoler les taux .Les taux d'aujourd'hui sont les impots de demain et il m'étonnerait que ces économistes distingués acceptent de payer demain le double d'impot qu'ils paient aujourd'hui !De plus l'état croulant sous les dettes et les deficits serra incapable d'aider la société civile si celle çi le sollicite pour des aides (agriculteur ,pecheur,PME ,ext .....)et serra pied et main liés pour mener une quelconque politique industrielle et son pendant social ,car les deficits sociaux serront au rendez vous !Qui les comblera ,l'état en empruntant encore plus !Il n'est pas pensable que des pseudo économistes soient à ce niveau .........
a écrit le 11/02/2016 à 18:26 :
Mais cela ne coûtera rien puisque c'est l'état qui paye !
a écrit le 11/02/2016 à 16:35 :
Toujours le même déni de la réalité chez ces "experts" socialisants ! Pour relancer l'économie , on va ouvrir des chantiers dans tout le pays, dans tous les domaines, en créant ainsi des emplois pérennes pour tout le monde. Jusqu'ici, tout le monde est d"accord.
Ensuite, qui va payer ? L'Etat bien sûr. Comment ? En supprimant les "cadeaux aux entreprises" du Pacte de responsabilité et en augmentant un peu plus la dette. Car il s'agit tout de même de débloquer 40 milliards par an.
Et puis, comme cela ne suffira pas, on obligera les Allemands à dépenser beaucoup plus pour aider les Français à exporter davantage vers l'Allemagne.
Autrement dit, on fait l'impasse complète sur toutes les réformes indispensables pour relancer notre économie. Et il s'est trouvé 80 économistes pour signer un papier semblable ! ...
a écrit le 11/02/2016 à 15:17 :
Arreter de prendre toujours plus aux vrais productifs pour donner toujours plus aux inactifs.Le nombre d'nactifs augmente sans cesse quand le nombre de productifs baisse.Les productifs sont certains fonctionnaires artistes ou travailleurs du privé.Les inactifs sont souvent présentés comme productifs(banques,assurances ,société vivant de l'état,consultants,chargés de mission,traders,etc...)
a écrit le 11/02/2016 à 14:31 :
Tant que l'UE et la France sont des passoires, une politique de la "demande" n'a aucune chance! Surtout que nous n'avons plus rien a "offrir"!
a écrit le 11/02/2016 à 13:55 :
En faisant une politique de l'offre, i.e. de l'investissement productif, et certainement pas une politique keynésienne de pêche aux votes par la dépense publique.
Réponse de le 11/02/2016 à 16:16 :
Cela fait 20 ans que les médias de l'oligarchie nous rabâchent les discours sur la politique de l'offre, qui ne donne aucun résultat. Pire, ces politiques créent la précarité c'est à dire aggrave le chômage partiel. Où est la différence entre un précaire et un travailleur "normal" ?
a écrit le 11/02/2016 à 13:49 :
Et toujours à l'abri de ses guichets l'omni - présente bureaucratie , le mépris des banquiers et autres , mais aussi la haine du peuple de gauche pour l'entreprise individuelle, l'innovation , cette peur de perdre leurs privilèges , leurs rentes...Des mots , des mots , un de ces économistes s'est-il colleté à la réalité ?
a écrit le 11/02/2016 à 13:09 :
Plus de dettes pour refiler la patate chaude a nos enfants, du grand n'importe quoi. On devrait etre interdit de s'appeler economiste et se revendiquer d'une quelconque legitimite en proferant de telle conneries.
La verite est que si nous sommes en marasme c'est ce gouvernement mais aussi le precedent n'a pas fait les reformes douloureuses mais indispensable de liberation de l'activite, du droit du travail, ni reformé la fonction publique pour reduire les taxes.
Contre le chomage, on a RIEN tenté, rien de ce qui marche.
Réponse de le 11/02/2016 à 16:18 :
Il y a des bonnes dette et des mauvaises dettes. Les bonnes dettes sont à usage productif (écologie, investissement etc;). Les mauvaises servent à rembourser les fonds spéculatifs comme c'est le cas aujourd'hui.
a écrit le 11/02/2016 à 13:01 :
Depuis 60 ans, on explique aux français que la construction européenne est l’avenir de la France. Que l’Europe serait inéluctable et qu’elle nous apporterait paix, bonheur, démocratie et prospérité.

Pourtant, plus la « construction » européenne avance et plus elle ressemble à une destruction. Les pays d’Europe dégringolent, notre industrie se délocalise hors de la zone euro, la précarité gagne, nos bulletins de vote ne servent plus à rien, les armées européennes mènent des guerres illégales à travers le monde, tandis que les États-Unis et les grandes banques règnent désormais en maître sur le continent et une large partie du globe.

Alors comment s' en sortir ? Et bien en en sortant tout simplement, en faisant nôtre la recette bien comprise de l' UPR de F. ASSELINEAU ...

http://u-p-r.wikia.com/wiki/Les_10_raisons_qui_nous_imposent_de_sortir_de_l%E2%80%99Europe
Réponse de le 11/02/2016 à 19:43 :
Je l' ai partagé avec tous mes amis, une puissante analyse d'un homme politique trop rare.
a écrit le 11/02/2016 à 12:25 :
effectivement, coller une dette supplementaire a ses enfants pour financer la secu des uns et les retraites des autres, ca n'a rien de liberal
ces neo-keynesiens et neo-marxistes ne sont vraiment qu'un ramassis d'ultra-egoistes
Réponse de le 11/02/2016 à 13:06 :
+1!
a écrit le 11/02/2016 à 12:05 :
La relance, ça ne marche pas.

Le fiasco de la relance de 1981 est là pour le démontrer.

Grâce à l’INSEE, il est possible de comparer entre l’état de la France en 1980 et en 1983. Le résultat est sans appel.

Année 1980
Dette publique : 20,7% du PIB
Déficit des comptes publics : 0,4% du PIB
Taux de chômage (au sens du BIT) : 5,3%

Année 1983
Dette publique : 26,6% du PIB
Déficit des comptes publics : 2,5% du PIB
Taux de chômage (au sens du BIT) : 7,2%

Cette relance a agravé notre déficit commercial.

En 1982, le taux de couverture de notre commerce extérieur a obtenu son pire résultat de toute la 5ème République.
Réponse de le 11/02/2016 à 14:08 :
Et la bourse qui plonge, le crack est en vue, je plante double ration de patates ce printemps...
a écrit le 11/02/2016 à 11:45 :
Ca Va fait 40 ans qu'on applique leurs mesures et on voit le resultat la relance permanente a creusé la dette

Faire de la demande va juste augmenter les importations et faire des dettes

On ne produit plus rien
Meme Renault et Peugeot grand employeur du passé préfèrent produire ailleurs
Sortez des idees politiciennes !!!
Réponse de le 11/02/2016 à 12:49 :
# Luc et Polo
Parce que la politique de l'offre ça marche?
Rien ne peut marcher si les Etats ne reprennent pas en main la "finance".
Qu'ont fait les banques des milliers de milliards déversés par les QE?
Elles se sont renforcées et on continué à spéculer. Elles n'ont pas soutenu
l'économie réelle. Il faut les remettre sur les rails de l'utilité publique. Un trait de plume suffirait pour les nationaliser, virer leurs dirigeants en même temps que leurs pratiques douteuses avec les paradis fiscaux.
Réponse de le 11/02/2016 à 13:05 :
Le seul probleme n'est pas la finance

On dépense plus qu'on gagne tous les ans depuis 40 ans pour payer des retraites et des fonctionnaires

On refuse de s adapter à la mondialisation et on ouvre les frontières

Fermer les frontières alors qu'on exporte ça me semble pas terrible

Le vrai débat est la s adapter ou couler
Réponse de le 11/02/2016 à 21:25 :
Reponse à VALBEL89 ;Les taux d'interets pour les entreprises et pour les particuliers n'ont jamais été aussi bas .Emprunter pour un logement à 3 % sur 20 ans est exceptionnel et ça c'est jamais vu depuis plus de 60 ans !Quand aux banques parlons en .En 1981 TOUTES LE BANQUES FRANCAISES ONT ETES NATIONNALISEES .La moitié de l'économie française était nationnalisée ,on a vu le resultat ,0 sur toutes la lignes et un trou de 600 milliards d'€ dans les caisses du Credit Lyonnais avec des brillants administrateurs venus du Berçy et nommés par les socialistes les communistes étaient au pouvoir à ce moment là .......
a écrit le 11/02/2016 à 11:40 :
Tant que l'économie est tenue en laisse par les conservateurs, à savoir tout ces multi milliardaires qui en veulent encore et toujours plus sans jamais vouloir redistribuer quoi que ce soit, nous sommes condamnés à la crise économique perpétuelle.

Mais comme ces gens là, dont les politiciens obéissent comme de bons chiens, détiennent la plupart des pouvoirs économiques et politiques rien ne changera.

Je pense que si la population ne descend pas dans la rue afin de faire pression envers nos élus, la médiocrité générale de notre oligarchie finira par tout emporter avec elle.

C'est un appel à la désobéissance civile et à la manifestation qu'il faut faire dorénavant, le reste étant trop tard les jeux étant faits depuis bien trop longtemps maintenant
Réponse de le 11/02/2016 à 12:14 :
Si c'est ce que vous croyez, vous appartenez à une autre époque.
Réponse de le 11/02/2016 à 12:49 :
N est ce pourtant pas la vérité?!
On parle en permanence de compétitivité, mais pourquoi les patrons et actionnaires ne montrent ils pas l exemple? Ces patrons sont ils 1000 fois plus efficaces que leurs employés au SMIC (1000€ vs 1M/mois)?
Je ne crois pas. Et me parlez pas des risques que prennent ces derniers: pile ils gagnent, face on perd
Réponse de le 11/02/2016 à 13:42 :
Cafeine, vous êtes sincère ? Tout ce que les travailleurs ont obtenu au XXème est grignoté, rongé, démantelé depuis 30 ans. Evidemment, ça ne se fait pas en un jour, mais la pente est prise.
Je ne vois pas bien la différence entre un Bill Gates et consorts avec un Rockfeller et autres Carnegie.
Réponse de le 11/02/2016 à 13:44 :
Caféine, les fais sont têtus et les faits sont de mon côté, pourriez vous argumenter un minimum afin d'essayer de contredire les faits je vous prie ?

Merci.
Réponse de le 11/02/2016 à 14:53 :
Il faut être vraiment naïf pour croire que l'inefficacité de la redistribution et la croissance nulle des pays occidentaux est le fruit du hasard. La croissance des pays émergeant (inde et chine) est positive car les investissements occidentaux ont été fait chez eux, au détriment de notre propre croissance. Cela permet de renforcer l'impérialisme occidental, et de faire par la même occasion du dumping en occident, donc de juteux profits. Il faut comprendre que l'économie, c'est d'abord et avant tout une arme politique. C'est évident aujourd'hui avec la manipulation du cours du pétrole qui vise à faire céder de grandes puissances.
Réponse de le 11/02/2016 à 15:56 :
"pour croire que l'inefficacité de la redistribution"

Quelle redistribution je vous prie ? Pour ma part je ne la vois nulle part la redistribution des richesses de ce monde, elle s'empile dans les paradis fiscaux et la nationalité des uns et des autres n'a rien à voir, milliardaires du monde tous unis parce qu'ayant des intérêts convergents tout simplement.
Réponse de le 11/02/2016 à 16:46 :
Vous ne connaissez qu'un seul remède à tous nos maux ; la redistribution. Or, on ne peut redistribuer que ce que l'on a produit.
N'espérez pas que cela tombe du ciel.
Réponse de le 11/02/2016 à 19:35 :
FERRES, l'argent qui s'empile dans les comptes ofshore et autres paraids fiscaux n'ai pas tombé du ciel, il a juste été volé aux Etats, suffit d'aller le récupérer.
a écrit le 11/02/2016 à 11:38 :
Le grand Krach est en cours il va ruiner les assurances vies et donnera le signal de la charge contre les "paradis fiscaux" par un décret d'une ligne un vendredi soir : interdiction faite aux banques de tout trafic avec les "paradis" sous peine de retrait des licences bancaires et confiscation des biens . L'esprit de Roosevelt est en train de revenir et ce n'est même pas de gauche c'est du bon sens .....ce sont alors de 20 000 à 60 000 milliards qui pleureront pour revenir vers l'économie réelle et qui seront taxés à 60% voire 90% . le high frequency trading est une aberration économique ce n'est qu'une combine à cash qu'il faut interdire en imposant un délai entre les transaction, chaque minute par exemple . Si Hollande fait cela il sera réélu à 60% comme Roosevelt (Réélu ...4 fois...)
Réponse de le 11/02/2016 à 12:54 :
@cafeine

Pour mettre le feu aux poudres, il suffit d'une seule étincelle.
Les étincelles n'ont pas d'époque, deux vulgaires silex suffisent depuis des millénaires...Et il est encore plus facile d'en produire aujourd'hui... des étincelles.
Réponse de le 11/02/2016 à 13:03 :
Réflexion perso ou reposant sur qqe chose de validé/sourcé ..?
Réponse de le 11/02/2016 à 16:21 :
Si je suis banquier je prefere me barrer il n y a aucune solution !!!
Réponse de le 11/02/2016 à 21:38 :
Roosevelt réelus 4 fois ? Et pourquoi pas 10 fois !Il a été réelu parce qu'il a fait du keysianisme .Il a réunis tous les patrons americains autour d'une table et il a réussi à les convaincre d'augmenter tous ensemble les salaires comme ça pas de fausse concurrence .De ce fait la demande est repartie par la consommation donc les carnets de commande des entreprises puis l'emploie derriere .Seul hic et de taille ,à cette époque les USA vivaient quasiment en autarcie avec pas de produit étranger sur son sol pour concurencer les produits américains dont le prix augmentait .Maintenant c'est plus du tout pareil vu l'intrication des marchés !Augmenter le pouvoir d'achat sans que cela soit compensé par des gains de productivité et une augmentation des exportations ,c'est arroser du sable et quand on arrose du sable ,ça dure pas longtemps ;
a écrit le 11/02/2016 à 11:33 :
"s'acharne à poursuivre des politiques néolibérales qui creusent les inégalités"... Un monde non capitaliste, donc. Rien que ça, y'a du boulot pour des milliards de personnes...
a écrit le 11/02/2016 à 10:54 :
se mettre à 80 pour dire de telles âneries , ...et ils n'ont même pas peur .
Réponse de le 11/02/2016 à 11:42 :
j'ai du lire des centaines de fois ce genres de commentaires insipides, non argumentés, se reposant seulement sur la confiance que l'on fait à son auteur, à savoir personne excepté ses autres nombreux propres comptes...

Valeur sémantique proche du néant.

Si vous pouviez évoluer je vous prie, merci.
Réponse de le 11/02/2016 à 11:42 :
@kakech
Merci beaucoup: je n'ai pas osé l'écrire.
Cordialement
Réponse de le 11/02/2016 à 16:25 :
Ni les theses de droite no celle de gauche on ne veut plus travailler on ne peut plus ou veut s enrichir donc plus d espoir un jeune qui a un diplome ne gagne pas 1500 € dans le prive 5 ans apres ses debuts parce que les entreprises ne creent plus de richesses
a écrit le 11/02/2016 à 10:42 :
Ces économistes sont des grands comiques. La dette de la France est de 100% par rapport au PIB (7ème pays le plus endetté par rapport au PIB dans l'UE28), le déficit pour 2015 est de 3,8% du PIB (un des pires pays de l'UE28) et ils osent encore dire qu'il faut s'endetter ? Ces gens sont des criminels économiques, ils veulent l'anéantissement des pauvres. Je suis pour l'austérité de ceux qui ont profité de la bulle immobilière, c'est à eux de payer, pas aux autres.
Réponse de le 11/02/2016 à 11:29 :
Ce qui est rassurant, c'est qu'il y a pour l'instant peu de commentaires de ce type. Sans doute est-ce le signe que les lecteurs de la Tribune trouvent que ces économistes ne se trompent pas complètement.
Réponse de le 11/02/2016 à 11:44 :
"Je suis pour l'austérité de ceux qui ont profité de la bulle immobilière, c'est à eux de payer, pas aux autres"

Vous pouvez nous dire quels sont les coupables de la crise économique de 2008 qui sont sanctionnés par l'austérité je vous prie ?

J'attend avec impatience, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :