Croissance, déficit, emploi... l'année 2015 est-elle celle du retournement ?

 |   |  622  mots
L'objectif 2016 de réduction du déficit public sera atteint, promet le ministre des Finances, Michel Sapin.
L'objectif 2016 de réduction du déficit public sera atteint, promet le ministre des Finances, Michel Sapin. (Crédits : © Heinz-Peter Bader / Reuters)
Ce vendredi, Michel Sapin, le ministre des Finances, a indiqué que le déficit public en 2015 a été inférieur à 3,8% du PIB, l'estimation officielle. Le taux de chômage a reculé pour la première fois depuis 2010. Le redémarrage progressif de l'investissement des entreprises se confirme.

L'économie française sort progressivement de la crise. En 2015, le PIB a progressé de 1,1%, soit 0,9 point de plus qu'en 2014, et 0,1 point de plus que la prévision officielle sur laquelle a été bâtie la loi de finances 2015.

A cette " performance " s'en ajoute d'autres. En lien avec cette augmentation surprise du PIB, Michel Sapin, le ministre des Finances, a indiqué vendredi que le déficit public en 2015 avait été inférieur à 3,8% du PIB, soit 73,3 milliards d'euros.

L'objectif 2016 conforté

" Je ne le connais pas encore définitivement, mais je peux vous dire dès aujourd'hui que non seulement il a été atteint, mais il sera même dépassé, amélioré ", a déclaré sur l'antenne d'Europe 1 Michel Sapin. Dans la foulée, le ministre assure que l'objectif d'abaisser ce déficit à 3,3% du PIB en 2016 " sera atteint ". Estimées à 600 millions d'euros, les dépenses budgétaires liées à la lutte contre le terrorisme et au renforcement de la sécurité nationale ne devraient donc pas entraîner le dérape des finances publiques, comme pouvaient le craindre un temps Paris et Bruxelles

" Cette prévision est un engagement vis-à-vis de nos partenaires européens ", a-t-il poursuivi. Une déclaration qui n'est absolument pas une garantie, la France ayant demandé trois fois à la Commission européenne l'autorisation de reporter ces engagements en matière de déficit public depuis 2012.

Ce ne sont pas les seules bonnes surprises du millésime 2015. L'année dernière a également été celle de la confirmation de la reprise de l'investissement, fruit de la conjugaison de nombreux facteurs. En effet, outre la baisse des prix du brut et de la faiblesse des taux d'intérêts, les entreprises ont pu profiter des allégements de cotisations sociales prévus par le Pacte de responsabilité - d'autres interviendront en avril -, de la montée en puissance du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) dont le taux a été porté à 6%, et de la mesure temporaire de suramortissement entrée en vigueur en avril. L'ensemble de ces mesures a permis à l'investissement des entreprises de progresser de 2%, comme en 2014. Un bémol, l'investissement industriel n'a progressé que de 1% en 2015, soit 0,2 point de moins qu'en 2014.

Le marché de l'emploi reste dégradé

Sur le marché de l'emploi, les bonnes nouvelles sont rares. En 2015, 90.000 personnes supplémentaires sont venues gonfler les rangs des demandeurs d'emplois inscrits à Pôle emploi. Seul motif de satisfaction, l'Insee a indiqué jeudi que le nombre de chômeurs avait diminué de 47.000 entre le troisième et le quatrième trimestre 2015, à 2,9 millions de personnes, abaissant le taux de chômage de 0,1 point par rapport au trimestre précédent à 10% de la population active. Résultat, grâce à cette baisse, inédite depuis 2010, le taux de chômage retrouve son niveau du premier semestre 2015.

Une reprise à confirmer

Mais cette reprise est fragile. Stimulée par la chute des prix des matières premières et notamment du brut, par la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) et par la faiblesse de l'euro par rapport au dollar, l'activité est à la merci du moindre renversement de tendance.

En outre, les statistiques en témoignent, ce redémarrage économique ne s'accompagne toujours pas d'une véritable reprise de l'emploi. Aujourd'hui, 6 millions de personnes sont inscrites à Pôle emploi, nombre auquel s'ajoutent les près de 1 million de personnes formant ce que les économistes appellent "le halo du chômage", composé de personnes qui ne sont pas disponibles à brève échéance, pour des raisons familiales ou personnelles, ou qui ne recherchent pas d'emploi. Dans ce dernier cas, il s'agit notamment des salariés âgés qui ne pensent plus pouvoir retrouver un emploi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2016 à 10:49 :
le Sapin cache la forêt des vrais mauvaises nouvelles !! Bruxelles annonce que La France s'enfonce dans les dettes , et que les objectifs n'ont pas été tenu !! Peut-on les laisser encore longtemps couler La France ???
a écrit le 06/03/2016 à 10:15 :
Ce est fou ce qu'Ain ministre peu mentir est nous en Luis fait confiances ?
a écrit le 06/03/2016 à 8:56 :
C'est bizarre, j'ai l'impression que la question est posée chaque année depuis 2008...
a écrit le 05/03/2016 à 8:02 :
la formulation est tendancieuse!
on a l'impression que le chomage baisse, alors qu'il y a 800.000 chomeurs de plus en categorie a depuis l'arrivee de hollande, auxquels il faut rajouter 400 000 emplois aides de plus et 400 .000 nouveaux fonctionnaires ( cf cour des comptes); sachant que les 800000 derniers vont faire a terme des chomeurs, soitr par effet d'eviction direct, soit via l'aumentation de la fiscalite........
et on ne compte pas ceux qui sont sortis des radars ( cf dares)
disons que si on part sur une base a +1.5 million de chomeurs, je pense qu'il est hardi de parler d'embellie!!
a écrit le 05/03/2016 à 1:41 :
avec tout ce qui a été volé aux gens et aux entreprises, cette situation est normale !!!!
a écrit le 04/03/2016 à 21:17 :
attention il se geatte les francais vont payer la grosse facture de straitres a virer sans pensions et dans la violence sinon ils reviendront les traitres

revolution 2016 virons les liberaux d egauche
Réponse de le 05/03/2016 à 12:33 :
Quoi toi vouloir écrire? C'est pas parce qu'il y a des touches sur l'écran qu'en tapant dessus au hasard les mots vont se créer tous seul. Certain font des fautes d'orthographe mais on comprend ce qu'ils disent alors que là... Il n'y a que deux lignes pourtant.J'arrive même pas remplacer votre terme "geatte" par celui que vous vouliez écrire...
a écrit le 04/03/2016 à 18:13 :
Le déficit public France :
EUROSTAT (21 octobre)
2011 : 104 milliards
2012 : 100
2013 : 86
2014 : 84
.
Engagements de la France sur le déficit public :
3,8% du PIB en 2015
3,3% en 2016
Moins de 3% en 2017
Le "pacte de stabilité" européen exige 3% du PIB.
.
Août 2015, le gouvernement avait revu en baisse à 73 Mrd, contre 74,4 Mrd inscrit dans la loi de finances, sa prévision de déficit budgétaire pour l’année 2015.
Ce déficit était de 85,6 Mrd en 2014.
2015, le déficit est prévu proche de 70 milliards (publication INSEE prévue le 25 mars)
.
Et pour l’instant l’état économise, mais dépense pour relancer l’économie, industrie, TPE-PME-Startups, investissements, modernisation, consommation, immobilier, BTP, etc.
.
L’Etat dépense aussi bien plus qu’il était prévu en au début 2014, dans la sécurité, la surveillance, le renseignement, la cyberdéfense, la contre-propagande, la sécurisation maritime et aux frontières, etc. Embauches : policiers, gendarmes, militaires, renseignements, douaniers.
Donc heures supplémentaires pour les actifs en attendant ces nouvelles entités au service de l’Etat.
A pour conséquence des dépenses supplémentaires aussi pour les formations, matériels, hébergements et entrainements supplémentaires.
Sans quoi, le déficit serait encore bien plus bas.
Réponse de le 04/03/2016 à 19:20 :
Marco1 04/03/2016 18:13
Et nos amis Allemands, qu'est-ce qu'ils font pour être en excédent budgétaire ? Dette qui se réduit, Chômage la moitié du notre ? donc bien au delà de l'effet statistique, Excédents commerciaux démentiels ?
Les trolls vont répondre que l'Allemagne, c'est le tiers monde..... avec des salaires à E 1/hr alors que le salaire net moyen est supérieur au notre pour les entreprises de plus de 10 salariés et le smic aussi (source Eurostat)
Cordialement
Réponse de le 04/03/2016 à 19:53 :
@Bernardino
L'économie allemande n'a pas les mêmes besoins que la française.
L'Allemagne s'était réformée et avait prise de l'avance avant la double crise. C'est ce qui fait la différence.
Mais vous remarquerez que durant la crise et en sortie de crise, l'excellente Allemagne n'a pas fait d'étincelles. Rappelez-moi sa croissance en 2015 et les prévisions pour 2016? Quelques dixièmes de plus que la France. Alors qu'elle aurait tout pour réussir, au contraire de la France, pas vraiment convaincant ?
Et pour 2017, 2018 et +, je mise plutôt sur la France.
a écrit le 04/03/2016 à 17:04 :
La politique actuelle porte ses fruits. Le pays repart, le pouvoir d'achat augmente rapidement et le chômage indiqué une tendance évidente à la baisse. Enfin les impôts et taxes, imposés par le gouvernement précédent , sont en rapide diminution. Alors vivement 2017 avec Francois Hollande!
Réponse de le 04/03/2016 à 17:39 :
Un tribunal du peuple pour ce dictateur
Réponse de le 04/03/2016 à 18:24 :
Bon, je ne suis pas sûr de votre conclusion...mais, j'observe très attentivement l'évolution macro-économique et ça devient un peu moins mal : productivite, cout du travail, marge des entreprises, taux d'investissement, taux de croissance, deficit public, et même taux de chômage....C'est tout un petit peu mieux...le problème, c'est le risque que les corporatistes, les archaïques, font peser sur cette petite reprise.. Et ça, élu socialiste, il faudrait quand même vous débarrasser de vos vieilles lunes et enfin d'être dans votre Siecle !!!
Réponse de le 04/03/2016 à 19:37 :
@Élu PS
Calmez-vous parce que la reprise est très timide, notamment parce que l'Europe et les BRICS (sauf Inde) tournent au ralenti.
Et que L'Europe (allemande) ne veut pas investir pour relancer alors que les taux sont bas. Ce ne serait pas dans l'intérêt des retraités allemands.
L'afflux de migrants va peut-être infléchir la position allemande..........
L'Europe n'est pas loin de la spirale déflationniste.
La reprise dépend évidement de la demande de nos voisins les plus proches, européens, d'Afrique du nord et du Moyen-Orient mais aussi des Etats-Unis, de la Chine, du Canada et du Japon, gros marchés pour la zone Euro et l'Europe.
Notre chère nation est dépendante et ne maitrise pas tous les paramètres.
Les graines qui ont été plantées commencent tout juste à germer, l'heure de la récolte n'est pas encore arrivée.
Réponse de le 05/03/2016 à 1:46 :
vous avez raison élu ps : le pays repart mais dans quel sens je ne sais pas !!
le pouvoir d'achat augmente mais pas pour moi ni pour personne autour de moi !!!
et les chômeurs augmentent chaque jour !!!!
et les impôts de CE gouvernement augmente chaque mois !!!!!
Il suffit de traverser le pays pour voir une pauvreté qui augmente de façon terrifiante !!!!! et si le pays repart, dîtes moi surtout qui repart !!! sauf ceux qui repartent à l'étranger comme moi : soyez heureux élu ps c'est la méthode coué pour les gens incapables
a écrit le 04/03/2016 à 15:10 :
Sapin est passé au ministère du travail et maintenant à faire le Cinema à Bercy

Que restera-t-il de son passage !?!?

Du vent , du cirage de pompe et pour les réformes le vide absolu
a écrit le 04/03/2016 à 14:34 :
Ils dit que des bêtises ce type orgueil un sapin à retardement 2016 un bon crue pour les refugies ?
a écrit le 04/03/2016 à 14:10 :
Chante, beau merle ! t'auras une belle cage.
a écrit le 04/03/2016 à 14:08 :
Qui peut croire encore ce type de mensonges...? Dés maintenant, la question angoissante en 2016...est : quel sera le montant de l'ardoise ...que la dernière nomenklatura au pouvoir en UE...! va laissé en héritage aux français....?
a écrit le 04/03/2016 à 13:18 :
C'est surtout l'année 2016 qui va être super fertile en bonnes nouvelles si Normal 1er veut être réélu :-)
Réponse de le 05/03/2016 à 1:54 :
quand on a tous les services à sa botte on leur fait sortir tous les bons chiffres que l'on veut surtout que les dits chiffres sont comme ses statistiques : une addition fausse de chiffres vrais ou une addition fausse de chiffres vrais !!!! ce n'est pas de moi !!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :