Déficit : la Cour des comptes évoque un trou de 9 milliards d'euros en 2017

 |   |  746  mots
Le président de la Cour des comptes Didier Migaud.
Le président de la Cour des comptes Didier Migaud. (Crédits : Reuters)
Selon les calculs, cette somme correspond à environ 0,4 point de PIB, soit un déficit public atteignant 3,2% du PIB. Supérieur, donc, aux 2,8% visés par le précédent gouvernement.

L'audit des finances publiques que la Cour des comptes doit rendre public jeudi a identifié un trou conséquent de 9 milliards d'euros dans le budget 2017 par rapport à la trajectoire des finances publiques du précédent gouvernement. C'est l'hebdomadaire satirique Le Canard enchaîné qui dévoile l'information après avoir consulté le rapport.

Dans le détail, le trou correspond, selon les calculs de Reuters, à environ 0,4 point de PIB, soit un déficit public atteignant 3,2% du produit intérieur brut (PIB) en fin d'année. Un chiffre déjà évoqué par TF1 lundi soir mais que le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a refusé de commenter et également avancé mardi dans un article publié par le site internet des Echos.

Selon le quotidien économique, qui cite une source proche du dossier, l'audit de la Cour soulignerait l'impact de différents facteurs - dont certains ont été relevés par l'opposition dès la présentation du budget 2017 à l'automne dernier - comme la recapitalisation à venir d'Areva.

Sont également citées, pour expliquer le décalage entre les prévisions et la situation actuelle, des dépenses sous-budgétées (comme les emplois aidés) ou des recettes moins importantes qu'attendu dans la lutte contre la fraude fiscale au niveau du service qui gère les "repentis fiscaux", le STDR (service de traitement des déclarations rectificatives).

Des mesures d'économie pour atteindre l'objectif

Interrogé mardi par des journalistes en marge d'un déplacement à Paris, Bruno Le Maire a une nouvelle fois botté en touche. "Je recommande, même si c'est une lecture peut-être un peu plus aride, de lire le rapport de la Cour des comptes qui sortira jeudi pour avoir des chiffres exacts plutôt que de lire Le Canard enchaîné", a déclaré le ministre de l'Economie.

Son prédécesseur à Bercy, Michel Sapin, contacté par l'hebdomadaire, a déclaré qu'un déficit de 3,2% avait bien été prévu par la direction du Budget en février mais que, pour compenser, le gouvernement avait alors gelé pour 10 milliards de crédits, ce dont la Cour n'aurait pas tenu compte.

Bruno Le Maire, mais aussi le Premier ministre, Edouard Philippe, et le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, ont multiplié ces dernières semaines les déclarations suggérant que le déficit public de la France serait supérieur aux 2,8% du PIB visés par le précédent gouvernement, voire au seuil de 3% sous laquelle la France s'est engagée à le contenir en fin d'année.

Pour respecter ses engagements européens et préserver sa crédibilité, l'exécutif - qui a affirmé à plusieurs reprises son intention de ne pas avoir recours à une loi de finances rectificative cet été - prévoit donc des mesures d'économies.

"Nous ferons avec Gérald Darmanin, au Premier ministre, au président de la République, un certain nombre de propositions qui concerneront tous les secteurs de la dépense publique. On ne va pas passer le rabot sur un ministère ou sur un autre. Il faut que l'Etat, les collectivités locales, les dépenses sociales, chacun fasse un effort", a ainsi déclaré Bruno Le Maire lundi sur TF1.

Un trou de 17 milliards d'euros en 2018

La Cour a déjà estimé le mois dernier que les conditions propices de l'année 2016 n'avaient pas été suffisamment mises à profit pour rétablir les finances publiques et que l'accélération durable des dépenses ainsi que des reports de charges et des "accommodements critiquables" faisaient peser "un risque sur l'exécution 2017".

Elle avait également estimé que l'accélération des dépenses observée l'an dernier, en lien avec le plan d'urgence pour l'emploi, les recrutements dans la police et l'armée ou encore les effets différés des mesures en faveur des fonctionnaires, se manifesteraient au-delà de l'année 2017.

De fait, les 17 milliards d'euros manquants pour 2018 évoqués par Le Canard enchaîné représentent un écart de 0,7 point de PIB, ce qui aboutirait à un déficit public à 3,0% en fin d'année, contre 2,3% dans les prévisions du précédent gouvernement.

Le programme économique d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle repose sur un déficit public à 3% du PIB à fin 2017 - un niveau comparable aux prévisions des grands organismes internationaux - et prévoit de maintenir le solde public sous ce seuil des 3% (hors mesures exceptionnelles) tout au long du quinquennat.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/06/2017 à 17:14 :
certain expert on deja chiffres que pour efectue tout le progamme macron il faudras AUGMENTE LA C S G EN LA DOUBLANT pour faire face aux depenses social corespondande,? JE CROIS QUE CELA VAS FAIRE DU BRUIT DANS QUELQUE TEMPT,? CERTAIN VONT REGRETE DAVOIR VOTEZ MACRON???
a écrit le 29/06/2017 à 19:59 :
Bonjour,
Ou sont passé les neufs milliards ?
Changé les personnes du service compta car avec tout les radars , les restructuration budgetaires sur les communes, je ne comprends pas que nous soyons toujours en deficit.
Arrêté de mettre la faute sur les fonctionnaires , les employés de mairie, du smea et d entretien n ont pas des salaires élevé.
Ce ne sont pas des ministres ou des députés .
a écrit le 29/06/2017 à 18:13 :
c est normal nos ministres sont les premiers a devaliser les caisses de l etat c est a dire NOS IMPOTS
a écrit le 29/06/2017 à 16:16 :
Suite au rapport de la Cour des comptes annonçant un déficit abyssal, j'espère qu'Emmanuel MACRON ne pourra pas mettre en place la suppression de la taxe d'habitation pour 80 % des français ! En effet, pour les 20 % qui la paieront elle deviendra rapidement un impôt insupportable, étant certaine qu'elle augmentera chaque année.
Réponse de le 29/06/2017 à 21:26 :
parce que vous y croyez ???? cette disposition , si elle est retenue , est prévue pour 2020 .... désolé de tempérer votre enthousiasme , j' ai bien peur que vous vous êtes fait " blouser " .......
a écrit le 29/06/2017 à 16:10 :
Suite au rapport de la Cour des comptes annonçant un déficit abyssal, j'espère qu'Emmanuel MACRON ne pourra pas mettre en place la suppression de la taxe d'habitation pour 80 % des français ! En effet, pour les 20 % qui la paieront elle deviendra rapidement un impôt insupportable, étant certaine qu'elle augmentera chaque année.
a écrit le 29/06/2017 à 15:03 :
Mais qu'en est ce que le gouvernement taxera plus l'immobilier ? Nous sommes face à un bulle qui conduit a une rente nefaste pour l'economie et fortement inégalitaire entre les différentes générations.
Une taxe de 2% de la valeur des biens immobiliers, rapporte 120 Mrds€ (valorisation des biens immobiliers a 6,000 Mrds€)
=>Suppression de l'ISF (6 Mrds€), baisse des charges sociales (-100 Mrds€) (50% pour les salariés, 50% pour baisser les couts du travail) et baisse du deficit (-14 Mrds€)

1. Cela rapporte de l'argent sans possibilité de cacher ses avoirs
2. Cette taxe contribuera a sortir de la bulle immobiliere
a écrit le 29/06/2017 à 14:59 :
9 milliards ! .Quand on pense que le patronat a encaissé quelque chose comme 41 milliards de crédits impôt-compétitivité-emploi, et sans créér un seul emploi ! .
a écrit le 29/06/2017 à 14:58 :
Les réformes telles celle du code du travail El Komri/Macron imposée à force d´article , 49.3 ne visaient qu´à satisfaire les demandes de l´UE et à éviter la chute du gouvernment Hollande... Cet article apporte la justification dont Macron a besoin aujourd´hui pour une continuation de la destruction de notre système social et économique, culturel, etc... .

Les francais ont été avertis : Le projet Macron augmentera la dette de 106 milliards la première année de sa présidence... une broutille ?
https://www.youtube.com/watch?v=9hMcFaYsYpI

"Selon les calculs, cette somme correspond à environ 0,4 point de PIB, soit un déficit public atteignant 3,2% du PIB. Supérieur, donc, aux 2,8% visés par le précédent gouvernement. "

.... cette somme correspond également aux 9 milliards que la France "offre" annuellement á l´UE. Brexit ! Combien la France devra-t-elle payer en plus de cette somme en raison de la sortie de la GB de cette cage aux folles ?

En 2016, sur 28 Etats membres, seuls les trois petits pays baltes respectaient intégralement les règles du pacte de stabilité et de croissance, incluant celle des 3 %. ..

Pourquoi 3 % et non pas 2 ou 4 ? A cette question, personne n’a de réponse économique sérieuse. Même si on a tenté de trouver une justification rationnelle elle ne convainc pas grand-monde. D’ailleurs, aucun autre pays du monde n’a installé une telle règle dans sa Constitution, certainement pas les Etats-Unis, le Japon ou la Chine.
Le consensus économique international sur le sujet est clair : en période de récession, les pouvoirs publics doivent laisser filer les déficits (voire les creuser volontairement) en dépensant davantage et/ou abaissant les impôts pour éviter que, l’activité s’effondrant par la demande, le chômage explose, in fine les déficits. La pire chose à faire en période de récession est de se lancer dans une cure d’amaigrissement du budget national. "
Or voilà explicitement ce que l´UE préconise et impose à ses états membres.. la Grèce en est une exemple flagrant.
Réponse de le 29/06/2017 à 20:26 :
La promesse d'économies sur la cotisation à l'UE qu'on aurait pu redéployer ailleurs, faite aux britanniques, a d'ores et déjà fait pschitt, comme l'a reconnu Farrage lui-même. Les 3% n'ont peut être pas une signification très rigoureusement établie, elle avait au moins le mérite de fixer une borne supérieure au déficit public à ne pas dépasser même en bas de cycle. Et le problème de la France est un peu le même que l'Italie : elle a tellement laissé filer ses déficits et gonfler sa dette sans jamais tenir un seul budget à l'équilibre depuis 1980 même lorsque la conjoncture était porteuse comme entre 1988 et 1991, 1998 et 2001, 2005 et 2007 qu'elle n'a plus les munitions pour mener une politique contracyclique. Et par ailleurs avec une croissance prévue pour 2017 à 1,6%, la France n'est pas en récession et devrait avoir un budget à l'équilibre. Au lieu de ça on est à 3,2%...
a écrit le 29/06/2017 à 14:55 :
" recettes moins importantes qu'attendu dans la lutte contre la fraude fiscale au niveau du service qui gère les "repentis fiscaux"

Surtout plus ils se « repentent » tôt, moins la facture est lourde.
a écrit le 29/06/2017 à 12:02 :
M. Macron qu'a-t-fait pendant son passage à Bercy ? Surement accentuer le trou avec ses énormes dépenses
Mais de qui se moque-t-on ?
Il était parfaitement informé de la situation
a écrit le 29/06/2017 à 9:51 :
Un trou dans quoi ? dans le trou?
C'est bien d'avoir une Cour des Comptes, mais on ne peut vraiment dire que ses avis aident beaucoup, au vu de l'endettement un peu monstrueux de l'Etat, qui paie pour tous les déficits qu'on a laissé filer.
Faute de courage politique, vraisemblablement.
a écrit le 29/06/2017 à 8:37 :
cette administration francaise toujours aussi nulle!!!
a écrit le 29/06/2017 à 7:51 :
Le planque de Moscovici ne devrait pas donner de leçons lui qui n'a pas été capable de bien gérer les finances de la France
Encore un qui n'a pas fini de nous coûter cher
a écrit le 29/06/2017 à 6:08 :
Apres sarko-bismuth le megalo, vous voila avec un imperator en puissance.
Micron" le parfait".
Bon courage a tous.
a écrit le 28/06/2017 à 22:58 :
Mais Hollande a trouvé un déficit à 5.2% en arrivant. On verra si Macron arrivera à faire baisser le déficit de 2% sur son quinquennat alors que la conjoncture économique de 2017 n'a rien à voir avec celle de 2012.

Idem pour le chômage qui est quasiment stabilisé. On verra de combien il aura chuté une fois que tous les freins aux licenciements auront été levé, puisque c'est le credo Macroniste.
a écrit le 28/06/2017 à 20:47 :
Rassurez-vous : ce trou sera facilement comblé: méthode habituelle , augmentation des impots et taxes pour les classes moyennes ( csg) aussi pour les entreprises ( oubli du CICE) et oubli de la promesse de baisse de L'ISF qui aurait permis de diminuer la fuite des capitaux et des cerveaux. Par contre aucune baisse des dépenses , et on nomme meme une ambassadrice pour les pôles !
Le France continue mal !
Réponse de le 29/06/2017 à 6:18 :
@Bouchu , Mais ,c'est une urgence stratégique de nommer une ambassadrice pour les pôle ...! seul moyen d'équilibrer la balance commerciale ...en vendant des charentaises aux manchots....
Réponse de le 29/06/2017 à 12:07 :
Je partage cet avis, c'est une fois de plus et encore les classes moyennes qui vont être ponctionnées. Nous sommes les pigeons idéaux pour le gouvernement Macron, lui qui avait tant promis
a écrit le 28/06/2017 à 19:16 :
@ kwizats le 28/06/2017 à 13:41

Vous êtes l'une de ces exceptions qui confirment la règle. Hors la règle c'est la France asphyxiée par une fonction publique pléthorique shoutée à la dépense publique : près de 57% du PIB, record co-détenu en Europe avec la Finlande. Pour comparaison, les USA 37.7%, Japon 39.5%, Allemagne 44%...Hors à ma connaissance les services publiques d'outre-Rhin fonctionnent au moins aussi bien que ceux de mon pays! (source : https://data.oecd.org/fr/gga/depenses-des-administrations-publiques.htm
Réponse de le 29/06/2017 à 10:01 :
comme vous avez raison, aucune baisse drastique de notre super endettement ne pourra avoir lieu sans baisse drastique des dépenses publiques; du reste on est à 57,3% du PIB pour celle ci et les prélèvements obligatoires à plus de 45%; la fonction publique est supérieure de 12 points à celle de l'Allemagne et à 25 points du Royaume Uni; notre chômage qui est la conséquence première de notre incurie budgétaire est le double de LA MOYENNE DES PAYS DE L,EURO GROUPE, dont bien sûr nos voisins, concurrents et partenaires; Mais voilà tout cela n'intéresse pas vraiment la grande majorité des Français, pour preuve leur abstention de plus de 57% aux législatives. Donc comme en 1789: ah ça ira ça ira ......
a écrit le 28/06/2017 à 19:15 :
La réalité est j'en ai peur bien pire que ces 9 petits milliards.... Il serait temps que la Cour des Comptes fasse un peu d'effort pour accroître la qualité des comptes de l'Etat.
Réponse de le 29/06/2017 à 7:53 :
Qu'on nous dise la vérité sur le déficit
a écrit le 28/06/2017 à 19:14 :
@ kwizats le 28/06/2017 à 13:41

Vous êtes l'une de ces exceptions qui confirment la règle. Hors la règle c'est la France asphyxiée par une fonction publique pléthorique shoutée à la dépense publique : près de 57% du PIB, record co-détenu en Europe avec la Finlande. Pour comparaison, les USA 37.7%, Japon 39.5%, Allemagne 44%...Hors à ma connaissance les services publiques d'outre-Rhin fonctionnent au moins aussi bien que ceux de mon pays! (source : https://data.oecd.org/fr/gga/depenses-des-administrations-publiques.htm
a écrit le 28/06/2017 à 18:39 :
Faux et archi faux, rien que du pipeau. Un pays voulant les JO, des Aéroports flambants neufs, des forces militaires partout dans le monde n'a aucun trou.C'est un bricolage comptable pour freiner les ardeurs dans les attentes de chacun qui il est vrai sont très nombreuses.
a écrit le 28/06/2017 à 18:30 :
Aucun problème : les promesses de campagne seront remisées, la Tva va prendre 2 points, la csg 25 %...le double effet kisscool. Merci M. Macron, vivement 2022😁
a écrit le 28/06/2017 à 15:55 :
Mais bon sang de bon sang, quand l’État va-t-il cesser de dépenser à outrance... Faut-y que le peuple aille lui expliquer ?!!!
a écrit le 28/06/2017 à 15:45 :
il est urgent de réformer l'état et la fonction publique et territoriale avec ses effectifs car les économies sont là ! la suède comme le canada, l'angleterre n'ont pas hésité à réorganiser leurs services et à procéder à des licenciements secs de fonctionnaires pour cause de déficit excessif. ces pays sont aujourd’hui vertueux avec leurs administrations. macron, édouard, le maire auront-il la capacité et le courage de réformer ? en bon énarque ils en resteront aux directives et la france continuera son déclin et surendettement par son incapacité à réformer la ou ça fait mal
Réponse de le 29/06/2017 à 7:56 :
Merci l'abstention
Voilà ce qui arrive quand on est élu avec moins de 20% des électeurs
a écrit le 28/06/2017 à 13:12 :
Voilà c'est validé ! E.Macron à bien refilé astucieusement, l'ardoise de Normal 1er aux 2 transfuges de droite en quête de notoriété... , c'est quelque part avantageux pour le Président , il possède désormais 2 pare-feu ...! mais , ca va vite devenir intenable pour ces 2 mutants ...reste à considérer , qu'une hausse des taux ,va rendre le cout du service de la dette anxiogène....!
a écrit le 28/06/2017 à 12:48 :
9 milliards d'euros dans le budget , ce n'est que 9 jours de remboursement de la sécu!!!!
Réponse de le 28/06/2017 à 23:02 :
ou alors 2% du budget de l'état français hors sécu.
ou 0.7% du budget si l'on inclut la sécurité sociale...

Bref c'est peanuts.
a écrit le 28/06/2017 à 12:06 :
En clair, cela veut dire qu'il va falloir trouver l'argent pour combler ce trou. Et devinez comment ils vont procéder ? Heureusement, l'ENA leur a enseigné que le plus simple, c'était l'augmentation des taxes et impôts :-)
a écrit le 28/06/2017 à 11:26 :
Comme à son habitude le président de la Cour des comptes Didier Migaud parle dans le vide. Toutes les recommandations seront sans effets comme depuis plusieurs années. On connaît les recettes pour réduire les dépenses de l'état : fermeture des administrations publiques sans utilités ou en doublons (sous-préfecture, agences publiques bidons...), sureffectif ou sans taches de travail des agents publics et territoriaux avec une faible productivité des agents, il faut une augmentation des heures de travail, contrôle de l’absentéisme stratosphérique chez les fonctionnaires, remettre les enseignants du public au travail avec une éducation nationale en pleine déroute, etc, etc, etc,... Le problème c'est qu'aucun responsable politique ose s'attaquer à cette caste de nababs que l'on appelle les serviteurs de l'état !!!
Réponse de le 28/06/2017 à 13:41 :
30 ans d'administration et 2 semaines d’arrêt maladie. Vous faites mieux monsieur le gros bosseur du prive qui crache sur ceux qu'il ne connait pas ?
a écrit le 28/06/2017 à 11:19 :
"La Cour a déjà estimé le mois dernier que les conditions propices de l'année 2016 n'avaient pas été suffisamment mises à profit pour rétablir les finances publiques"
Comme d'hab, quoi. Chaque fois que la conjoncture est un peu meilleure l'exécutif en profite pour se lâcher sur les dépenses (ex : déblocage du point d'indice de la fonction publique). Outre que ça ne permet jamais de réduire déficit et dette, c'est contraire aux bases élémentaires de l'économie : la dépense publique doit être contracyclique, pas procyclique.
a écrit le 28/06/2017 à 11:07 :
Pas que le gouvernement!Demandez a votre maire de combien il compte augmenter les impots locaux cette année!C'est sur que les postes évènementiel et consulting-études explosent partout
a écrit le 28/06/2017 à 10:49 :
C'est pas compliqué, plus les politiciens augmentent les impôts , plus les déficits se creusent. La fiscalité française est la source du problème, les prélèvements obligatoires empêchent toute forme de croissance , nous végétons à 1 % depuis des année et nos politiciens ne comprennent toujours pas, la preuve Macron va augmenter la CSG qui ne sera d'ailleurs pas déductible de l'IR( double peine). Les collectivités locales vont compenser la suppression de la TH par une augmentation de la taxe foncière et une révision des bases cadastrales.
Réponse de le 28/06/2017 à 15:46 :
Pourtant il y a un consensus scientifique sur le fait que ce sont les baisses d’impôts qui creusent les déficits!

Et si on comptabilise le CICE comme une baisse de prélèvements et non comme une dépense fiscale (ce qui correspond à l réalité économique), on a eu une baisse des prélèvements obligatoire!
Réponse de le 28/06/2017 à 21:39 :
@gringo : c'est bien pour rétablir cette vérité qu'il faut d'urgence transformer le CICE en baisse définitive et inconditionnelle de cotisations sociales patronales.
a écrit le 28/06/2017 à 10:12 :
doivent rendre des comptes sur ce déficit qui va être supporté par les contribuables il y en a assez de leur gabegie budgétaire !!!
a écrit le 28/06/2017 à 9:32 :
Ce que pourrait rapporter sans problème la légalisation du cannabis. C'est ballot d'être encore les otages des curés hein...

Bien entendu ne revenons pas sur la fraude fiscale des fortunes françaises qui nous coutent 80 milliards par an quand même.

Mais non ne rêvons pas, la démocratie c'est pas pour aujourd'hui, comme l'exige lemaire la seule solution, qu'ils connaissent tous, c'est de taper sur les classes moyennes et sur les pauvres, ça stimule qu'ils disent...
Réponse de le 28/06/2017 à 21:50 :
Le tabac et l'alcool sont légaux et pourtant ils coûtent plus en santé publique que ce qu'ils rapportent. Le cannabis est probablement aussi sinon plus dangereux... D'autant plus qu'il est souvent associé à l'un ou l'autre des deux précédents.
Quant au recouvrement de la fraude fiscale... que proposeriez-vous ? J'imagine que si Bercy avait une solution elle serait appliquée.
Réponse de le 29/06/2017 à 9:06 :
"Le cannabis est probablement aussi sinon plus dangereux..."

L'alcool tue près de 50000 personnes chaque année, on n'a toujours pas pu impliquer le cannabis dans une mort directe quelconque.

Vous racontez n'importe quoi car votre méconnaissance du sujet est désastreuse mais bien même si vous avez une idée en tête, aussi fausse soit elle il faut quand même que vous la donniez.

Ignorance ou trollage ?
Réponse de le 29/06/2017 à 21:18 :
@citoyen :
"on n'a toujours pas pu impliquer le cannabis dans une mort directe quelconque".
Ah bon.
http://www.medisite.fr/cancer-du-poumon-cannabis-un-risque-de-cancer-du-poumon.1758718.524087.html
http://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/charente-maritime/la-rochelle/cannabis-plus-plus-responsable-accidents-mortels-route-1131897.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Association_Marilou
http://teleobs.nouvelobs.com/actualites/20140220.OBS7152/complement-d-enquete-se-penche-sur-le-cannabis.html
Mais les cancers du poumon, les accidents de la route (pardon, les crimes et les suicides des conducteurs sous l'emprise du cannabis), les suicides, ce ne sont que des morts indirectes.
Là où je suis d'accord avec vous, c'est qu'il y a de l'argent public à faire avec le cannabis. Sûrement pas en le légalisant mais en contraventionnalisant son usage (de fait sa simple consommation n'est pas réellement réprimée actuellement, et c'est bien ça le problème). Le produit des amendes,surtout si elles sont progressives en cas de récidive, permettrait de renforcer l'indispensable répression de son trafic et de la délinquance criminalité qui l'accompagne. Pas de mansuétude pour les trafiquants, contre eux il faut une répression implacable avec un considérable renforcement des peines encourues.
Réponse de le 04/07/2017 à 11:27 :
Vos liens ne donnent aucun chiffre, ce ne sont que des suppositions.

Par ailleurs j'étais sûr que par facilité, décidément vous avez un karma bien triste, vous nous parleriez des accidents de la route tandis que les 90000 morts dus à l'alcool eux sont liés aux maladies développée par l'alcool.

"Mais les cancers du poumon, les accidents de la route (pardon, les crimes et les suicides des conducteurs sous l'emprise du cannabis), les suicides, ce ne sont que des morts indirectes."

Cette phrase est un véritable brouillon, vos ressentiments explosent faites attention on les voit et c'est pas beau vous savez quelqu'un qui vit seul et s'invente un monde parfait sans jamais bouger de chez lui.

"Sûrement pas en le légalisant mais en contraventionnalisant son usage"

ca y est donc dorénavant vous êtes macron à fond, le problème de la seule dépénalisation c'est qu'elle va accentuer le trafique de drogue et les revenus de la mafia mais hélas j'ai bien peur que cela soit pour ça que cette mesure est validée par notre serviteur des marchés financiers.

Dites vous bien que je ne veux pas vous interdire votre ricard hein, ne vous inquiétez pas ce n'est pas du tout mon but c'est juste que tandis que l'alcool fait 90000 morts chaque année et est autorisé on interdit le cannabis, bien moins nocifs et qui nous rapporterait plusieurs milliards chaque année.

C'est bien quand vous ne me répondez pas vous savez, alors je comprends que ce sujet vous tienne à cœur mais de grâce élevez votre niveau de sorte que je perde moins de temps, merci.
a écrit le 28/06/2017 à 9:19 :
Qu'est-ce-qu'on attend pour mettre en prison ceux qui ont publié des comptes inexacts,engagé des dépenses inconsidérées, emprunté sachant qu'ils ne pourrait pas rembourser;
Réponse de le 28/06/2017 à 15:48 :
En l'espèce c'est plutôt la cour de comptes qui publie un faux à des fins politiques.

La cour des comptes n'est pas neutre politiquement.
Réponse de le 28/06/2017 à 21:55 :
@gringo: je doute fort que la cour des comptes, présidée par le socialiste Migaud, ait une profonde animosité politique contre les exécutifs, l'actuel et le précédent. Même si elle n'a malheureusement pas le pouvoir de bloquer des dépenses publiques, heureusement qu'elle est là au moins pour son rôle de -vrai- lanceur d'alerte

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :