Edouard Philippe (LR) nommé Premier ministre

 |   |  865  mots
En appelant Edouard Philippe à Matignon, juppéiste convaincu, Emmanuel Macron espère diviser le parti Les Républicains dans la perspectives des élections législatives. Déjà, une vingtaine d'élus de la droite et du centre appellent à un rapprochement avec le nouveau président.
En appelant Edouard Philippe à Matignon, juppéiste convaincu, Emmanuel Macron espère diviser le parti "Les Républicains" dans la perspectives des élections législatives. Déjà, une vingtaine d'élus de la droite et du centre appellent à un rapprochement avec le nouveau président. (Crédits : Reuters)
Le député-maire du Havre a été nommé Premier ministre à 46 ans. Le choix d'un des plus fidèles soutiens d'Alain Juppé vise manifestement à fracturer le parti "Les Républicains" à quelques semaines des élections législatives.

C'est fait. Edouard Philippe, le député maire « Les Républicains » (LR) du Havre, a été nommé Premier ministre, la composition de son gouvernement sera connue mardi 16 mai en fin d'après-midi.

Son nom circulait depuis plusieurs jours pour occuper cette fonction. Peu connu pour l'instant du grand public, Edouard Philippe, 46 ans, possède plusieurs qualités aux yeux d'Emmanuel Macron pour rejoindre l'Hôtel Matignon. D'abord, il incarne une sorte de renouvellement. De fait, ce juppéiste du premier cercle  s'est certes beaucoup impliqué dans la campagne du maire de Bordeaux pour la primaire de la droite et du centre mais il est loin d'être un pilier du parti LR.

Un "coup" politique pour fracturer "Les Républicains"

Ensuite, la nomination d'Edouard Philippe est un « bon coup » politique qui vise à diviser le parti LR à quelques semaines des élections législatives. En effet, François Baroin, le chef de file LR pour ce scrutin, espérait bien imposer d'entrée de jeu une cohabitation au nouveau président en obtenant la majorité absolue. Or, l'arrivée d'Edouard Philippe à Matignon a clairement pour objet de fracturer LR et de parvenir à rallier à Emmanuel Macron les juppéistes et d'autres éléments de la droite modérée, avant même le scrutin législatif. Benoist Apparu (Chalons en Champagne), Bruno Le Maire (Eure) - qui a d'ailleurs immédiatement félicité le nouveau premier ministre.... -, Franck Riester (Seine-et-Marne) sont dans le collimateur du président de la République mais, au total, du côté de « La République en marche », on espère entre vingt et trente ralliements.

Pour tenter de clarifier les choses, "LR", s'est immédiatement fendu d'un communiqué pour expliquer qu'avec la nomination d'Édouard Philippe "il ne s'agit en aucun cas d'une coalition gouvernementale mais bien d'une décision individuelle. Nous la regrettons".

Il n'empêche que le "piège" posé avec la nomination d'Edouard Philippe va peut être fonctionner car une vingtaine d'élus de droite et du centre (Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, Christian Estrosi, maire de Nice, gérald Damarin, maire de Tourcoing...) appellent "à répondre à la main tendue par le président de la République."..

De son côté, pour lever toute ambiguïté à ce stade, si Alain Juppé  veut voir en Edouard Philippe "un homme de grand talent", il a cependant immédiatement précisé qu'il continuait à soutenir les candidats "LR/UDI" pour les législatives.

Par ailleurs, Edouard Philippe est tout-à-fait « macron compatible ». Il possède plusieurs points communs avec Emmanuel Macron. Diplômé de Sciences-Po et de l'ENA, Edouard Philippe a en effet milité un temps au sein du PS, en soutien de Michel Rocard. Il a ainsi gardé de bonnes relations avec plusieurs leaders du PS dont il rendu sa carte pour migrer vers la droite. Il se rapproche ainsi d'Antoine Rufenacht, maire du Havre de 1995 à 2010. Il fait alors la connaissance d'Alain Juppé dont il devient un fidèle, participant à ses côtés à la naissance de l'UMP en 2002. Il deviendra même directeur général des services de l'UMP cette année-là. Après un passage dans le privé dans un cabinet d'avocats (Il est spécialiste du droit des marchés publics), il revient au service d'Alain Juppé quand celui-ci devient l'éphémère ministre de l'Ecologie au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy.  Il est élu maire du Havre en 2010, après la démission d'Antoine Rufenacht. Puis il est élu en 2012 député de la 7ème circonscription de la Seine-Maritime.

Un "vrai" centriste

Il a bien entendu soutenu Alain Juppé lors de la campagne de la primaire de la droite et du centre. Puis il s'est fait discret après la défaite de son champion face à François Fillon.

Considéré comme un « bosseur » et « un vrai centriste » - ce qui colle bien avec le « et de droite et de gauche » cher à Emmanuel Macron -, il est apprécié au Havre. Ainsi une Havraise qui le connaît bien explique:

« Doudou [c'est son surnom, NDLR], très intelligent, brillant, fort sympathique... et ambitieux. Il a poursuivi la politique de Rufenacht en y insérant une touche culturelle. Mais, à mon avis, il a mal défendu La Havre lors de la fusion entre les deux Normandie. Résultat, il n'a pas su attirer des entreprises vers la ville qui souffre toujours d'un fort taux de chômage [12,3%] ».

Seule petite ombre au tableau, selon le site Mediapart, Edouard Philippe aurait écopé d'un blâme de la Haute autorité pour la transparence de la vie politique pour avoir rechigné et mis une mauvaise volonté évidente pour remplir la déclaration complète de son patrimoine en 2014. Sur la valeur de son patrimoine immobilier, le député-maire du Havre avait répondu: « aucune idée ».

Pour l'anecdote, fait inédit, il est amusant de constater qu' Edouard Philippe, normand député-maire d'une ville portuaire, succède donc dans la fonction de premier ministre à Bernard Cazeneuve... normand et ex-député-maire d'une ville portuaire, Cherbourg. D'ailleurs, les deux hommes se sont plu a souligner cette particularité dans leurs discours, lors de la passation des pouvoirs...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2017 à 11:25 :
Cette association Macron Philippe ne semble n'être que de la "tambouille" politique traditionnelle. Pendant son siège à l'Assemblée Nationale, ce député -maire du Havre fut un des moins présents et quelqu'un qui n'a suggéré aucun texte de loi. Ne faisant aucune intervention notable. Comme Premier Ministre, il risque d'être autant performant. Que va-t-il faire à Matignon ? Etant né à Pont-Audemer (27) juste avant la guerre (1939) puis élevé à La Mailleraye-sur-Seine (76) et près de Saint-Valéry-sur-Somme (80), j'ai quelques rapports avec ce duo Macron-Philippe qui ne m'inspirent rien de bon. Espérons que je me trompe !
a écrit le 17/05/2017 à 6:47 :
" coup politique ...pour fracturer les republicains ..." ...? Vous ne croyez pas que , LR , ils avaient été assez grands pour ...se fracturer tout seuls lors de leur primaire ? Vous n'en etes ( j'espère ) plus à la theorie du complot ( contre Fillon ) organisé par Macron, et avez compris depuis un moment d'ou venaient les coups contre Fillon ...; Emmanuel Macron s'est construit un parti ...un programme ...; il a menée une campagne efficace et à été élu ...; maintenant , le President se construit une équipe solide pour gouverner , et ce n'est pas un problème de traitrise , mais d'efficacité .
a écrit le 16/05/2017 à 10:01 :
Beau coup politique, mais j'ai des doutes pour la suite parce que 1) comment faire confiance à quelqu'un qui trahit son camp 2) Doudou parle de faire appel à des compétences, mais il remet en selle les socialistes (dont les compétences sont plutôt une blague au vu du mandat de Hollande). 3) Doudou dit aux infos qu'il souhaite que la France réussisse. Franchement, c'est de la ringardise, car qui ne souhaite pas que la France réussisse ou qu'on sauve la veuve et l'orphelin ? Je ne souhaite pas personnellemet que Macron obtienne la majorité aux législatives, car a) il aurait, comme Hollande, les pouvoirs absolus du monarque pour faire ce qu'il veut et b) je trouve qu'une opposition est toujours une bonne chose en démocratie :-)
a écrit le 16/05/2017 à 9:01 :
le président nomme un premier ministre de droite soyons logique donnons lui une majorité de droite
a écrit le 16/05/2017 à 7:58 :
Tout cela fait beaucoup penser a SARKOZY quand il a fait appel a J. Lang et B. Kouchner dans l´espoir de faire éclater le PS.........
Il n´en fut rien et meme Sarko a du faire face a un méchant retour de manivelle.......
Macron risque de vivre la meme chose.
Mais il l´aura cherché!
a écrit le 16/05/2017 à 7:25 :
On pensait que chez ces gens là sic.
Le respect de leurs opinions comptait .
On pensait qu’il nous respecterait .
Ils foulent nos votes pour le fric .
On pensait que chez ces gens là .
Leur instruction leur permettait.
De comprendre le sens des mots Hélas .
Celui de l’Honneur leurs a échappé .
a écrit le 16/05/2017 à 2:00 :
En effet , tout le monde sait que c'est l'oligarchie, qui choisie ses gestionnaires pour conduire administrer l 'épicerie qu'est devenue L'Etat,,, et pas seulement en France . Observer comment procède l'union européenne et ses diverses "Commissions " Nul besoin de faire "HEC" pour comprendre !!
Réponse de le 16/05/2017 à 10:32 :
Money never stinks.
a écrit le 15/05/2017 à 22:28 :
Un feu de paille
a écrit le 15/05/2017 à 22:24 :
Un voyageur sans bagage!
a écrit le 15/05/2017 à 21:16 :
Pour les républicains le coup est rude . Le gaullisme change de main et quand on laisse s'éteindre le feu , la défaite est assurée .
a écrit le 15/05/2017 à 21:09 :
Je ne comprends pas ce relativisme totalitaire selon lequel il est interdit de penser qu’une solution est meilleure qu’une autre, sous peine d’être désigné comme un extrémiste. Que certains aiment l’eau tiède ne permet pas d’en conclure que ni l’eau froide ni l’eau chaude n’existent, ni qu’elles sont inutiles, ou pire encore, que leur existence est dangereuse. C’est exactement comme le vote utile et le vote de conviction. Macron c’est tout dans l’utilité (c’est la promesse en tout cas, rien ne dit que ce sera respecté) et rien dans la conviction. Malheur aux inutiles avec une vision pareille, et n’accorder de valeur aux choses que quand elles sont utiles c’est d’une tristesse inconcevable.

Ces parlementaires qui vont à la soupe chez Macron alors qu’ils défendent d’autres idées que les siennes et ont même été élus parce qu’ils avaient ces autres idées me dégoûtent. Ce ne sont que des magouilleurs opportunistes, et le maire du Havre, passé à la fois par le PS et l’UMP me semble être tout simplement amoral. Sa vingtaine de comparses me déçoivent aussi beaucoup. Même s’il n’y a aucune raison objective que les élus de l’UMP soient plus moraux que ceux du PS, qui comme leurs militants ont abandonné leurs idées pour en prendre des plus payantes bien avant l’élection de Macron, ça surprend tout de même un peu quand les preuves vous sont mises sous le nez.
Réponse de le 15/05/2017 à 22:25 :
Le hic c'est que l'alternance d'eau froide et d'eau chaude ne donne pas grand résultat et conduit au blocage. C'était frappant sous Hollande, quand on voyait des parlementaires de droite ne pas voter des mesures de politique de l'offre qu'ils n'auraient pourtant pas reniées...juste par logique purement partisane ! Où est l'intérêt général dans ce comportement ?

Les parlementaires "qui vont à la soupe" chez Macron, le font car ils savent bien au fond d'eux-mêmes que leurs idées sont plus proches de celles de Macron que de celles d'un Fillon, d'un Ciotti ou d'un Baroin. Ce n'est pas facile ni sans risque pour eux, il leur faut rompre avec des habitudes partisanes tellement anciennes qu'elles sont presque ancrées dans leur ADN...Macron est justement là pour accoucher cet éclatement du paysage traditionnel à bout de souffle. Et je suis sûr que les Français vont le suivre aux législatives.
Réponse de le 16/05/2017 à 7:35 :
@clairvoyant : le hic c'est qu'il n'y a pas d'alternance d'eau chaude froide et d'eau chaude, mais un mélange d'eau tiède ou dégourdie qui donne l'illusion qu'il n'y a plus de possibilité de choisir : l'illusion scientiste et bureaucratique dans toute sa splendeur, qui relègue la politique et la démocratie à un débarras d'où elles ne devraient plus sortir. Mais c'est justement contre cette trahison permanente des clercs que les Français se sont prononcés lors des primaires. Et Macron n'a en aucun cas été élu par adhésion : il a certes réuni 24 % au premier tour mais tous les ralliements au second tour l'ont été contre Marine Le PEN... C'est un peu court pour donner du sens à une action politique et prétendre incarner des idées. Et faire des choix, ce n'est pas "être partisan", c'est assumer ses idées.
a écrit le 15/05/2017 à 20:47 :
Une différence avec monsieur Macron. Philippe qui a fait la campagne avec Juppé et qui a participé à son projet était pour une hausse de 1 % de la TVA pour financer l'allègement des charges sociales. En revanche, il était contre une hausse de la CSG qui pénalise les salaires et retraites , ce n'est pas la seule différence . A suivre .....
a écrit le 15/05/2017 à 20:20 :
Et donc il a été immédiatement exclu de LR ? Non ? Donc c'est du cinéma alors, et les victimes se font très (trop) rapidement complice de l'escroquerie...
a écrit le 15/05/2017 à 20:10 :
Pompidou ou Aristote ?

Il faut tout de même essayer de sortir de ces querelles politiciennes bipolaires et des aprioris. La situation de la France est suffisamment grave pour que cela vaille la peine de tenter la voix du milieu et la coalition que propose E. Macron.

Si on se réfère à l’époque de Pompidou et aux origines du centrisme (beaucoup de journaliste ont déjà fait montré les similitudes avec la fin des années 60). A l’époque les communistes étaient à 21 %, le parti socialiste à 5 %. Les finances publiques étaient à l'équilibre (la dette était à 0) et les taux de prélèvements obligatoires à 35 % (site http://france-inflation.com).

Si Macron échoue et si on aime les querelles partisanes, on pourra toujours revenir au relativisme ambiant et à l’effet de balancier entre droite et gauche. Avec des querelles incessantes, car même à égalité on est à 50 % de satisfaits et 50 % de mécontents, sinon plus.
Ce système bipolaire, en vigueur depuis quelques décennies, nous a éloignés petit à petit du vrai sens de la politique. Au sens ou l'entendait Aristote, politique qui de manière rationnelle et dans le cadre de la république devrait œuvrer pour le bien commun, en défendant les valeurs de justice, de droit et de vertu. Tout ce qui constitue une société évoluée et qui permet de vivre dans une certaine harmonie sociale (on peut toujours rêver).

D'ailleurs, avec les récents penchants à l’extrême droite on sort de ce cadre politique et ce sont des démagogues ou des oligarques qui sont à la manœuvre et qui usent de tous les moyens pour tenter de déstabiliser les démocraties, tout en prétendant agir pour le peuple.
Dans ce contexte malsain, mieux vaut un accord centriste même virtuel, que la montée de ce climat malsain et haineux.

Reste à Macron et à son gouvernement à distinguer : « les constitutions droites qui conduisent au bien de tous, et les constitutions déviantes, qui ne profitent qu'à ceux qui gouvernent ».
a écrit le 15/05/2017 à 19:22 :
En France, il faut voter par anticipation. quand vous élisez un président, pensez toujours qu'il va être plus à droite que ce que vous croyez. Le constat est sans appels.

Nous allons payer chère l'élection de M. Macron.

Sa stratégie est pourtant claire. Faire faire de l'austérité à ceux qui ne représentent pas l'état directement :

- Tout d'abord, votre entreprise va plus ou moins à court terme vous demander des concessions. Un patron qui prend soin du revenu de ses employés va voir fondre ses parts de marchés face à ceux sans vergognes. Ce qui va engendrer, soit des baisses de revenues, soit des licenciement ou, soit des démissions (très mauvais choix: CDI contre intérim).

- Les collectivités local vont, face à la suppression de la taxe d'habitation, devoir rendre des comptes à l'état. Le discourt récurent de ces dernières années était qu'elle ne suivaient pas l'austérité de l'état à cause de leurs indépendance due à leurs revenues. Votre commune va se serrer la ceinture (Association, Poste, École, route...).

- Le report de l'impôt à la source (suppression?) Quand vous aurez votre fiche de paye, vous aurez une augmentation de revenu, vous aurez l'impression que M.Macron vous a redonné de l'argent "volé"par l'état. Cependant vos impôts vont augmenter. Donc ceux qui démissionneront vont subir, ce que beaucoup connaissent déjà, une soustraction violente entre le chômage et l'impôt la première année.

Un statut quo social empêchait de faire payer la crise financière aux plus faible. Je crois que c'est terminé et, ce, de manière sournoise.
Réponse de le 15/05/2017 à 20:45 :
@Apo -

"...Nous allons payer chère l'élection de M. Macron...." - Malheureusement vont également payer cher ceux qui n'ont pas "veauté" pour lui et ils sont des millions.
Réponse de le 15/05/2017 à 21:18 :
Évidement, ils sont moins de 25% à avoir votés pour lui, les autres ont votés contre le FN.
a écrit le 15/05/2017 à 19:08 :
il n'y a plus ni gauche ni droite.Hollande l'avait vu avant tout le monde.la société s'aligne sur le social libéralisme théorisée par le ps
a écrit le 15/05/2017 à 19:04 :
Et C est reparti pour les combinés politiciennes. ..
Macron est bien le digne héritier de Hollande..des paroles des combines...et ça marche..en arrière. .
AVEC des médias qui sont devenus gâteux devant le nouveau roi..
a écrit le 15/05/2017 à 18:32 :
Ces vielles luttes mortifères droite / gauche ont fait perdre beaucoup de temps a la France. Laissons les extrémistes a leur chimère et réunissons les hommes de bonne volonté pour redresser la France et redonner confiance aux français.
a écrit le 15/05/2017 à 18:01 :
A peine nommé, le premier ministre déclenche la vindicte de tous les conservatismes de droite et de gauche qui, mais on pouvait s’y attendre, repliés dans leur casemate respective, s'effraient à l'idée de perdre leur rente électorale!
a écrit le 15/05/2017 à 17:53 :
Peut-être faudrait-il faire la quête pour lui acheter des lames de rasoir et lui indiquer qu'il représente le gouvernement français, non :-)
a écrit le 15/05/2017 à 17:44 :
Macron se révèle être un politicien et il faut s'attendre à des "coups" politiques tout au long de cette présidence. C'est pas cela qui va redresser la France, pas plus que les cars Macron ne l'ont permis. Mais comme le seul programme c'est de conquérir le pouvoir et de s'y maintenir...
a écrit le 15/05/2017 à 17:43 :
...Ce que j’espère, que cela ne soit pas dans le prolongement de Hollande où nous avons pu constater un quinquennat mortifère, de manipulation,de mensonge, et d'immobilité.
Dans le cas contraire, 2022 sera le vote des extrêmes.
a écrit le 15/05/2017 à 17:20 :
J'en connais un qui doit cacher sa rage extrême ... : fillon. :-) Alors pour ceux qui n'aurait pas vu que macron n'a strictement RIEN de gauche, fallait réfléchir avant de voter... Là, les salariés, retraités, etc (tout ce qui n'est pas riche, en gros) ont du souci à se faire...
a écrit le 15/05/2017 à 17:16 :
Pour ma part c'est la première fois que j'entends qu'un premier ministre à peine nommé va faire campagne pour l'opposition à son président, laquelle espère bien imposer une cohabitation.

Quitte à terminer avec un premier ministre juppéiste, il aurait été plus simple de voter directement Juppé aux primaires plutôt que d'en passer par des trucs tordus et compliqués.

Soit Macron est LE génie politique absolu du siècle, soit il a fumé les tapis de l'Elysée.
a écrit le 15/05/2017 à 16:48 :
Chercher à diviser , ce n'est pas rassembler. Les RI avec Baroin ont un programme
sérieux. A la différence de Macron qui veut augmenter la CSG , la droite veut baisser de
10 % pour tous les contribuables les impôts. Notre fiscalité est trop concentrée et confiscatoire, Ce premier Ministre très proche de Juppé a défendu un programme très proche de celui de RI dans sa nouvelle version. Va t-il pouvoir l'appliquer dans cette majorité plurielle et disparate ? A suivre ....
a écrit le 15/05/2017 à 16:36 :
Place aux jeunes, c'est bien ça change un peu.
a écrit le 15/05/2017 à 16:19 :
La République en Marche de Macron ressemble trait pour trait à la République exemplaire de Hollande ;

Hollande a eu Jérôme Cahuzac, Thomas Thévenoud et Bruno Le Roux

Macron a déjà Edouard Philippe ...

selon Médiapart "Edouard Philippe aurait écopé d'un blâme de la Haute autorité pour la transparence de la vie politique pour avoir rechigné et mis une mauvaise volonté évidente pour remplir la déclaration complète de son patrimoine en 2014. Sur la valeur de son patrimoine immobilier, le député-maire du Havre avait répondu: « aucune idée »."

Ca commence bien !!!
a écrit le 15/05/2017 à 16:14 :
On est sauvé il vient de l'ENA ! Soyons rassurés, ce n'est pas parce qu'il ne sait pas évaluer son patrimoine qu'il ne saura pas dévaluer le notre !
a écrit le 15/05/2017 à 16:03 :
Voila un homme qui était de gauche(avec Rocard) qui est venu à droite se faire élire député sous LR à aidé Mr Juppé à plusieurs reprises et qui se retrouve chez en marche !!!trouvez l erreur !!comment appelez vous des gens comme cela ????J ai horreur de çà et je me méfie de ces gens la !!!
a écrit le 15/05/2017 à 16:00 :
Cazeneuve...Cherbourg...Ce port n'a t-il pas été la dernière escale du Titanic avant qu'il ne sombre dans l'Atlantique?
a écrit le 15/05/2017 à 15:57 :
Tout cela a été préprogrammé et la seule surprise c'est de voir certain surpris! Ce n'est pas les hommes qui commandent c'est le "dogme" qui désigne!
a écrit le 15/05/2017 à 15:47 :
L'heureux élu va commencer sa tache avec une loi travail qui va mettre la France dans la rue sans que les contre-parties sur l'emploi soient claires et évidentes. Il s'agit juste de faire plaisir aux allemands. Merci Les Juppéistes! Il est plus malin que son prédécesseur le petit nouveau.
a écrit le 15/05/2017 à 15:46 :
Sauf erreur de ma part il me semble qu'il bossait pour Areva (qui a fait faillite). Il faut espérer qu'il soit plus inspiré pour gérer la France (ou qu'il soit mieux "cornacqué")...
a écrit le 15/05/2017 à 15:44 :
Ben s'il peut liquider, avec l'ISF, la HATVP devenue inutile, ce sera au moins un point positif.
a écrit le 15/05/2017 à 15:06 :
il a rechigné à déclarer son patrimoine cela ne prédit rien de bon pour l'avenir de cette énarque Édouard Philippe qui arrive contaminé comme ses prédécesseurs PAUV' france
Réponse de le 15/05/2017 à 16:37 :
Cette déclaration de patrimoine est particulièrement intrusive (d'ailleurs même celle de Macron est quand même quelque peu douteuse...) et ne peut intéresser que des adeptes du voyeurisme. Le problème n'est pas le patrimoine d'un élu ou candidat (pour peu qu'il ait été légalement acquis) mais plutôt les éventuels conflits d'intérêt qui pourraient le rendre perméable à tel ou tel lobby.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :