Emploi : le recours à l'intérim explose

 |   |  804  mots
Le travail temporaire a progressé de 4,0 % dans le BTP après avoir stagné en août (0,0%).
Le travail temporaire a progressé de 4,0 % dans le BTP après avoir stagné en août (0,0%). (Crédits : <small>DR</small>)
[Graphique] Les créations d'emplois intérimaires ont bondi de 12% en septembre dernier par rapport à septembre 2016. De son côté, le ministère du Travail a recensé 712.000 intérimaires à la fin du mois de juin dernier, un record depuis 2000.

Le travail temporaire ne connaît pas la crise. Après l'annonce de la récente baisse du nombre de demandeurs d'inscrits à Pôle emploi, les créations d'emploi intérimaires s'amplifient particulièrement depuis la rentrée 2017. Selon les dernières données du baromètre Prism'Emploi, une organisation qui représente les professionnels du recrutement et de l'intérim, la croissance a atteint 12% en septembre (sur une année) après 8,3% en août 2017. Sur les neufs premiers mois de l'année, l'intérim progresse de 8,5%.

L'intérim en hausse dans tous les secteurs

Un des signes encourageants est que l'emploi intérimaire progresse dans tous les secteurs. La plus grande hausse concerne le secteur des transports (+20%), suivi de l'industrie (11,3%). Dans le commerce et les services, les progressions sont respectivement de 11,3% et 10,2%. Enfin, le BTP est le secteur qui connaît la plus faible progression (+4%).

En ce qui concerne les niveaux de qualification, l'intérim progresse particulièrement chez les cadres et professions intermédiaires (15,9%), suivis des employés (+14,3%). Pour les ouvriers qualifiés et les ouvriers non qualifiés, les hausses sont respectivement de 8,5% et 13,2%.

Les derniers chiffres du baromètre Prism'emploi confirment ceux publiés par le service statistique du ministère du Travail (Dares) le 18 octobre dernier.

"Au second trimestre 2017, l'emploi intérimaire est en hausse (+3,5 % par rapport à la fin du trimestre précédent) après avoir légèrement diminué au 1er trimestre 2017 (-0,5 %). Cette accélération intervient à la fois dans l'industrie (+2,9 % après -2,5 %) et dans le tertiaire (+5,8 % après +0,7 %), tandis que l'emploi intérimaire stagne dans la construction (+0,3 % après +1,3 %). Sur un an, l'emploi intérimaire augmente de 18,1 %. En moyenne sur le trimestre, le volume de travail temporaire (mesuré en équivalent temps plein) est en légère accélération (+4,3 %, après +2,9 % au 1er trimestre."

A la fin du second trimestre 2017, le nombre de salariés intérimaires est de 712.500 en France, un record depuis 2000. Ils restent néanmoins très minoritaires chez les actifs puisqu'ils ne représentent 2,8% de l'ensemble des salariés.

Par ailleurs, l'intérim participe au dynamisme des créations d'emploi salarié rappelle la Dares.

"Sur un an, l'emploi intérimaire contribue notablement au redressement de l'emploi salarié. Hors intérim, l'emploi salarié augmente de 0,8 %, soit +198.400 emplois, tandis qu'il croît de 1,2 %, soit +303.500 emplois lorsque l'on prend en compte les intérimaires."

Quels effets sur l'emploi durable ?

Si l'intérim constitue un indicateur avancé de l'emploi (et non de l'évolution du chômage), les derniers bons chiffres diffusés par les différentes institutions ne traduisent pas forcément une amélioration pour l'emploi durable. En effet comme le rappellent les auteurs du baromètre de PrismEmploi, un niveau de croissance annuel compris entre 0,6% et 0,8% permet de créer des emplois intérimaires. "Le seuil permettant aux entreprises de développer de l'emploi durable se situe aux alentours de 1,5%." Sur ce point, les dernières projections de l'Insee sont plutôt favorables. Les économistes de l'institut public tablent sur une croissance du PIB de 1,8% à la fin de l'année (au lieu du 1,6% attendu jusqu'ici).

> Lire aussi : L'Insee confirme la reprise de l'économie française

En revanche, les contrats intérimaires et de courte durée "constituent moins que dans d'autres pays un tremplin vers l'emploi durable" comme le rappelle une récente note de l'Unedic.

"Les contrats à durée limitée (CDD et intérim) restent donc minoritaires. En revanche, les personnes qui les occupent accèdent difficilement à l'emploi durable : en France, le taux de transition à 3 ans vers l'emploi permanent à temps plein demeure faible, de l'ordre de 20 %."

La multiplication des embauches en CDD très courts et la forte hausse du recours à l'intérim n'indiquent pas toujours de signes encourageants pour faire baisser la précarité sur le marché du travail. Une étude du parcours professionnel des intérimaires réalisée par l'observatoire de l'intérim en 2015 rappelait que, un an après leur inscription, plus des deux tiers d'entre eux (70%) sont toujours en emploi mais 10% sont en CDI, 9% en CDD, 50% en intérim et 1% en stage.

 __________

Méthode : Le baromètre PRISM'EMPLOI apporte un éclairage sur les tendances de l'emploi intérimaire. Il décrit les évolutions en % des effectifs intérimaires observées au cours de l'ensemble du mois précédent (par rapport au même mois de l'année précédente) selon les qualifications, les grands secteurs d'activité, les régions et les départements. Le baromètre est établi par un tiers de confiance indépendant, Umanis, à partir des statistiques transmises par un panel d'entreprises de travail temporaire représentant plus de 80 % de l'emploi intérimaire. Afin de comparer le volume d'emploi intérimaire sur une base identique, les statistiques sont corrigées du nombre de jours ouvrés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/10/2017 à 9:09 :
@ Merci patron !!!!
Casser le code du travail ,!!!! disons égratigné.
Ne boudons pas notre plaisir, l' emploi intérimaire, c'est d'abord des gens qui travaillent et nombreux très qualifiés, c'est souvent l'antichambre de l'embauche et par la souplesse qu'il offre est peut être par là que le marché du travail va en partie se développer.
Ce qui serait révélateur d'une reprise, mais aussi montrer les limites des reformes.
"Wait ans see"
Réponse de le 31/10/2017 à 9:56 :
@Aldo
"c'est souvent l'antichambre de l'embauche"

Pas vraiment si on lit l'article.

En revanche, les personnes qui les occupent accèdent difficilement à l'emploi durable : en France, le taux de transition à 3 ans vers l'emploi permanent à temps plein demeure faible, de l'ordre de 20 %. sur 712.500,donc.
a écrit le 31/10/2017 à 8:44 :
Il faut attendre l'application complète de la loi travail sur le terrain avec tous les décrets..et les entreprises embaucheront les marcheurs l'affirment!
a écrit le 31/10/2017 à 8:01 :
la nouvelle loi est tellement flou et puis, il y a ce que la presse ne dit pas

e les routiers ont obtenu que les negociations reviennent à la branche puis ensuite les dockers peut etre bientôt le BTP la presse semble ligotee
a écrit le 31/10/2017 à 2:49 :
La precarite pour tous. Modele americain par excellence. Le travailleur doit s'ajuster a la demande. Et on se demande pourquoi de + en + de jeunes veulent devenir fonctionnaires ?
a écrit le 30/10/2017 à 21:39 :
Et dire que la casse du code du travail devait créer plus d emploi en CDI.....
Merci à Gattaz et Macron
a écrit le 30/10/2017 à 18:22 :
Macron, UE, intérim, précarité, sinistre quadrilogie........

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :