Emploi : Valls et Hollande vont rencontrer les présidents de région

 |   |  445  mots
L'Association des régions de France (ARF) attend "des décisions fortes" de la part du gouvernement lors de cette nouvelle rencontre.
L'Association des régions de France (ARF) attend "des décisions fortes" de la part du gouvernement lors de cette nouvelle rencontre. (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
Manuel Valls réunira mardi matin à Matignon les présidents de régions élus en décembre pour discuter de la mise en oeuvre du plan emploi du gouvernement, avant un rendez-vous des nouveaux élus avec François Hollande à l'Elysée.

Les élections régionales de décembre étant maintenant bien digérées, il est temps de se mettre au travail. Tour à tour, le Premier ministre, Manuel Valls, et le Président de la République, François Hollande, vont rencontrer les nouveaux élus dès mardi, le premier à Matignon, le deuxième à l'Elysée.

L'objet de la réunion ? La mise en oeuvre du plan emploi du gouvernement. L'exécutif compte en effet sur les nouvelles grandes régions pour l'aider à développer la formation et l'apprentissage, qui sont au cœur du dispositif.

Des attentes élevées de la part des régions

Manuel Valls a déjà rencontré séparément la plupart des présidents des nouveaux Conseils régionaux - dont Valérie Pécresse (Les Républicains), Xavier Bertrand (LR), Alain Rousset (PS)... - désormais majoritairement de droite, et l'Association des régions de France (ARF) attend "des décisions fortes" de la part du gouvernement lors de cette nouvelle rencontre.

A partir de 10h, une première table ronde doit porter sur l'emploi, l'apprentissage et la formation, avec les patrons de régions et les préfets, a-t-on appris auprès de l'ARF. Une seconde doit ensuite être consacrée au développement économique.

Les discussions se poursuivront lors d'un déjeuner avec François Hollande à 13H00 à l'Elysée. Une réunion du "groupe de suivi des préfets de région" est ensuite programmée. Le 18 janvier, François Hollande s'est dit "prêt à modifier la loi si nécessaire" pour étendre les compétences des régions sur la formation et l'apprentissage.

Les régions veulent plus de pouvoir

Les présidents de région s'estiment les mieux placés pour connaître les vrais besoins des entreprises dans ce domaine. Ils veulent notamment que les régions soient "le seul pilote des politiques d'emploi et de formation", pour éviter toute concurrence avec Pôle Emploi.

Un "plan de mobilisation commun État-Régions pour l'emploi" doit, selon eux, passer par "l'unification du processus de commande de formation pour les chômeurs sous le pilotage des régions" et par "le pilotage par les régions du service public d'accompagnement vers l'emploi au-delà des dispositions de la loi NOTRe" sur la nouvelle organisation du territoire. Votée en juillet 2015, celle-ci renforce les prérogatives des régions sur le plan économique.

Désormais présidée par Philippe Richert (LR), le président de la région Grand Est, l'ARF entend avoir "à intervalles très réguliers" des échanges avec le gouvernement pour parvenir "à une véritable articulation dans le domaine de l'action publique".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2016 à 12:59 :
"C’est d’ailleurs exactement ce que je pense de cette administration à la compétence plus que fumeuse pour ne pas dire totalement désastreuse. Je pense également que ce sont des paresseux qui ne travaillent pas et passent leur temps dans des réceptions mondaines et dans des hélicos pour aller couper des rubans aux quatre coins du pays ce qui relève de l’action au mieux d’un Préfet. L’idée n’est pas de travailler ou de « faire » des choses, mais d’occuper le temps de télé et d’images surtout depuis la dictature des chaînes d’actu en direct 24h/24!"

http://news360x.fr/ca-tiendra-bien-jusquen-2017%E2%80%B3-laveu-dhollande-qui-en-dit-long/
a écrit le 31/01/2016 à 11:05 :
la formation et l'apprentissage sont indispensables , mais les résultats du développement de ces deux actions ne sont pas immédiats ; la situation critique de l'étendue du chômage en France demande un plan d'urgence générant un déblocage très rapide du marché de l'emploi dans le secteur marchand , le plus à même de créer de la croissance avec des emplois durables .
ce n'est malheureusement pas le choix du Gouvernement qui reste prisonnier d'une idéologie et de dogmes dépassés .
a écrit le 31/01/2016 à 10:35 :
In finé, cette réunion de Hollande Valls avec Wauquiez Bertrand Pécresse Estrosi,
c'est la réunion de la Droite Extrême pour organiser la transition énergétique vers le terrorisme social extrême au sein de la société française.
a écrit le 31/01/2016 à 0:34 :
Ca va être difficile de créer 1 million d'emplois fictifs...
a écrit le 30/01/2016 à 20:46 :
Les grandes régions, elles vont sortir d'ou, a votre avis, les fonds de formation ( formation bidon ) pour payer les salaires et les formation? Ils va y avoir des impôts nouveaux qui vont naître dans les administrations, les régions, les départements et les communes... Nous allons bien voir.
a écrit le 30/01/2016 à 18:34 :
"pour éviter toute concurrence avec Pôle Emploi."... Ca les gène, polemploi..?? Car s'ils mettent les gens de paulamploi au chômedu, on va pointer auprès de qui..?? Perso, je trouve ça bluffant : les présidents de région s'y connaîtraient mieux en emploi et formation.. C'est n'importe quoi. Déjà que polemploi a un mal d'enfer à essayer de trouver du boulot avec la méga-crise économique en cours, là, les "présidents" seraient meilleurs...
Réponse de le 30/01/2016 à 19:59 :
N importe qui serait plus efficace que polemploi !!!!
Réponse de le 30/01/2016 à 20:42 :
Pôle emploi ne les gène pas, mais à partir du moment ou l'état leur demande de s'impliquer dans un domaine où une structure d'état existe déjà, il y a risque de doublon, de double-emploi, ou, je vous accorde que l'expression n'est pas très heureuse, de concurrence.

Reste à savoir si PE doit rester état ou passer région.

PE c'est 53 000 agent, 5 milliards de frais de fonctionnement pour 32 milliards d'allocations versées, et un bilan jugé sévèrement par la cour des comptes (rapport 2 juillet 2015), qui dénonce une connaissance insuffisante des entreprises et un accompagnement des chômeurs défaillant.
Cela peut avoir un sens de confier aux régions cette mission, sachant qu'en cas d'échec, c'est localement que la note est payée (RSA département) et que les lycées professionnels sont gérés par les régions.
Réponse de le 30/01/2016 à 21:39 :
"et que les lycées professionnels sont gérés par les régions. " En effet : ERREUR grave. Les meilleures structures qui forment furent les afpa. Tués comme tout organisme paritaire par radinisme des patrons qui n'ont vu QUE l'intérêt à très court terme... Mais que les patrons se tirent une balle dans le pied, c'est tellement courant que ça en devient lamentable. Eeet .. ils ont déjà vraiment bossé, les "présidents" de région..?? Ahmon n'avis, pas franchement... Tout comme les psy de paulamploi, notes, je suis d'accord sur le niveau de nullité général. Tant que les chomeurs ne s'assemblent pas car ils sont plus nombreux que TOUTE force intérieure dans TOUS les pays, tout va "bien" pour les plus riches et dirigeants achetés. "Que vous soyez riche ou pauvre, la justice sera blanche ou .. noire."
Réponse de le 30/01/2016 à 21:41 :
P.S. : j'aime bien votre prise en otage du RSA : on dirait de l'extrême-droite... Ou de la droite tout court.
Réponse de le 31/01/2016 à 2:27 :
quoiqu'il en soit tout le système de formation est à revoir mais il ne peut pas être revu car aux mains de fonctionnaires incapables. J'ai fait une formation à l'AFPA, c'était du bla bla. QUand à reprocher aux patrons de ne pas y investir, je le comprends très bien : on ne va pas investir dans des lieux où il y a des fonctionnaires car on sait très bien que ce sera une perte !!
a écrit le 30/01/2016 à 18:07 :
Valls et Hollande vont réunir les Présidents des nouvelles régions, les inénarrables UMP Pécresse Wauquiez Bertrand Estrosi

es qualité d'ex membres des gouvernements de Fillon Sarkozy ... Pécresse Wauquiez Bertrand Estrosi ex Ministres de l'Emploi de l'industrie etc qui ont, de 2007 à 2012, participé :

- au déclin massif de l'industrie française ,

- à la montée fulgurante du chômage,

- à la naissance de la la catégorie des travailleurs pauvres qui se lèvent tôt pour gagner moins,

- à l'explosion de la misère en France

toute cette drôle d'équipe Hollande Valls Estrosi Wauquiez Pécresse Bertrand prête à rire, si ce n'était si grave que d'avoir subit leurs incompétences et leurs mensonges permanents
a écrit le 30/01/2016 à 17:22 :
Les super-régions ont été appauvries avant-même que d'avoir commencé à exister, elles n'ont aucune marge de manœuvre pour appliquer des mesures parisiennes, à moins que l'état ne leur donne les ressources correspondantes, ce qui n'est pas à l'ordre du jour et le sera d'autant moins qu'on s'approchera de 2017.

Ajoutons que dans certaines régions, les nouvelles majorités en place préfèreront laisser la situation de l'emploi pourrir afin de pouvoir en créditer la gauche et faciliter l'élection d'un candidat de droite (ou d'extrême droite) en 2017.

Hollande et valls ne doivent pas s'attendre à beaucoup de bonne volonté de la part d'un Wauquiez, d'une Pécresse, ou d'un Estrosi.
Réponse de le 30/01/2016 à 18:35 :
"Wauquiez, d'une Pécresse, ou d'un Estrosi" Certes, vu en trio, ça fait peur...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :