Bandeau Présidentielle

Et si François Hollande avait mené la bonne stratégie économique ?

 |   |  1345  mots
Selon l'Insee, le PIB progresserait de 0,3% et de 0,5% au premier et au deuxième trimestre. La plupart des indicateurs sont dans le vert. Grâce à la politique économique de François Hollande ?
Selon l'Insee, le PIB progresserait de 0,3% et de 0,5% au premier et au deuxième trimestre. La plupart des indicateurs sont dans le vert. Grâce à la politique économique de François Hollande ? (Crédits : CHRISTIAN HARTMANN)
Dévoilées ce jeudi, les dernières prévisions de l'Insee invitent plutôt à l'optimisme. La plupart des indicateurs repassent dans le vert. Il faudrait que cette tendance soit durable pour que le chômage recule réellement et que les finances publiques retrouvent le chemin de l'équilibre.

En annonçant le 1er décembre qu'il ne se présenterait pas à sa propre succession, François Hollande a pris tout le monde de court.

Quatre mois après cette décision inédite dans la Cinquième République, le président de la République a-t-il des remords ? Selon certains de ses proches, il s'en mordrait les doigts...

Si la situation de Benoît Hamon - lâché par un certain nombre de ténors et d'élus du PS qui préfèrent miser sur le cheval Macron - ne s'améliore pas dans les sondages, la sociale démocratie qu'il souhaite incarner risque de ne pas être représentée au second tour de l'élection présidentielle.

Croissance molle

Ce ne serait pas la seule source de regrets de François Hollande. Engluée dans une croissance molle tout au long du quinquennat, l'économie française semble enfin sortir de l'ornière. Après avoir timidement progressé de 1,1% en 2016, soit 0,4 point de moins que ce que la loi de finances 2016 envisageait initialement, l'activité accélérerait enfin cette année ! C'est ce qu'anticipe la dernière note de conjoncture de l'Insee dévoilée ce jeudi. Selon ses calculs, le PIB progresserait de 0,3% au premier trimestre puis de 0,5% au deuxième trimestre. A la fin juin, si ces prévisions se réalisent, l'acquis de croissance, qui correspond à la croissance annuelle si l'activité stagne au second semestre, s'élèverait à 1,1%.

Dans ce contexte, toujours si ces anticipations se concrétisent, la prévision de croissance sur laquelle a été bâtie la loi de finances 2017 devient réaliste. Fixée à +1,5% par Bercy, celle-ci est jugée trop ambitieuse par la plupart des économistes, le consensus s'établissant à +1,2%.

Vers une croissance enfin équilibrée ?

Comment expliquer cette embellie printanière, que semble valider la plupart des enquêtes de confiance réalisée auprès des ménages et des entreprises ? Tous les moteurs de la croissance sont allumés. Ou presque. La consommation des ménages, en hausse de +0,2% et de +0,4% au premier et au deuxième trimestre, reste solide. Atones depuis 2015, les dépenses des administrations publiques reprennent des couleurs (+0,4% lors de chaque trimestre), stimulées par les collectivités locales. L'investissement continue de progresser, que ce soit celui des entreprises (+0,9% et +0,5%) ou celui des ménages (+0,9% et +1%).

" L'investissement des entreprises peine d'ailleurs à retrouver de sa superbe. Malgré une hausse de +4,2% en 2016, il  n'est que de +3% supérieur à son niveau de 2007. Le fardeau fiscal pèse sur l'investissement des entreprises françaises : le profit brut des entreprises françaises est taxé à 60%, alors que la moyenne de l'OCDE est de 40% ", rappelle Euler-Hermes.

Après une année 2016 catastrophique, même le commerce extérieur, retrouverait des couleurs, en raison notamment du dynamisme relatif de la zone euro qui absorbe environ 60% des exportations françaises. "Au total, la croissance resterait solide dans la zone euro, à +0,4 % au premier trimestre puis s'élèverait un peu au deuxième trimestre, à +0,5 %, du fait de l'investissement privé et des exportations ", précise l'Insee. Fin juin, les exportations progresseraient de 2,6%. Sur l'ensemble de l'année dernière, elles n'avaient augmenté que de 1,1%.

Pourtant, le contexte macroéconomique est un peu moins favorable pour les exportateurs qui ont vu leur compétitivité-prix rogner par la remontée progressive des cours des matières premières et en particulier de ceux du baril de brut. Certes, le commerce extérieur retirerait encore 0,2 point de PIB à la croissance fin juin. Mais on est loin de la facture de 0,8 point de PIB que le commerce extérieur a laissé à la croissance française en 2016.

Dans ce contexte, la situation sur le marché de l'emploi continue de s'améliorer, même si cette embellie doit toujours être relativisée compte tenu du nombre toujours élevé - près de six millions - de personnes inscrites à Pôle emploi.

"Au total, au premier semestre, les créations nettes d'emplois dans le secteur marchand seraient un peu moins nombreuses, tout en restant solides (+81.000). L'effet d'enrichissement de la croissance en emplois apporté par le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), le Pacte de responsabilité et de solidarité (PRS) et la prime à l'embauche dans les PME faiblirait un peu mais ces trois dispositifs contribueraient tout de même à créer ou sauvegarder 40.000 emplois au premier semestre 2017. Par ailleurs, le reste de l'emploi (salariés du secteur agricole, des branches non marchandes et non-salariés) augmenterait modérément (+10.000 sur le semestre en cumulé)", indique l'Insee qui estime à 93.000 le nombre de créations de postes au premier semestre 2017.

Le taux de chômage devrait baisser

Certes, c'est moins que les 118.000 observées au second semestre 2016. Mais si cette dynamique se poursuit, sachant qu'il faut 150.000 créations d'emplois pour absorber les nouveaux entrants sur le marché du travail, le nombre de demandeurs d'emplois devrait enfin reculer et la courbe du chômage durablement s'inverser. L'Insee vise un taux de chômage de la population active à 9,5% en France métropolitaine à la mi-2017, contre 9,7% actuellement. " L'amélioration de la santé des entreprises est encore trop progressive pour espérer un retour rapide au plein emploi. En témoignent les défaillances d'entreprises, attendues en baisse de -7% en 2017, mais dont les niveaux restent supérieurs de +49% aux niveaux constatés avant la crise de 2007 ", relativise une nouvelle fois Euler-Hermes.

Bien évidemment, cette batterie d'indicateurs, pour encourageante qu'elle soit, n'indique pas que l'économie française est définitivement sortie de l'ornière. Cette reprise peut-elle être durable ? Rien n'est moins sûr. Certains aiguillons de la croissance actuelle ne jouent déjà plus. Avec la remontée des cours du brut, l'ère de l'énergie peu chère est révolue. D'autres ne joueront bientôt plus. A terme, la Banque centrale européenne (BCE) mettra fin à sa politique monétaire expansionniste, donnant le coup d'envoi à une remontée des taux d'intérêts aujourd'hui historiquement faibles

Par ailleurs, quel sera l'effet de la politique économique menée par le successeur de François Hollande à l'Elysée ? Les principaux candidats jouent la carte de la prudence. On notera qu'aucun d'entre eux ne prend le risque d'annoncer une reprise forte et durable lors de "son" quinquennat. Par ailleurs, notons que François Fillon, comme Emmanuel Macron, qui font partie des principaux prétendants, centrent leur stratégie en faveur des entreprises sur la transformation du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) en allègements de charges pérennes, comme l'a déjà promis l'actuel président de la République. De fait, il n'y a pas de rupture entre ces deux candidats et François Hollande.

Les déficits reculent

Au regard de ces statistiques et compte tenu de la situation de l'économie française en 2012, on peut se demander si le candidat François Hollande n'aurait pas pu présenter un bilan non pas glorieux mais au moins honnête avant de se présenter à sa propre succession. C'est d'autant plus vrai que les comptes de la Nation continuent de s'améliorer doucement. Entre 2015 et 2016, le déficit du budget de l'Etat est passé de 3,5% à 3,3% du PIB. Il s'élevait 4,8% du PIB en 2012. Sur la même période, le déficit de la Sécurité sociale et du Fonds de solidarité vieillesse (FSV) a reculé de trois milliards d'euros par rapport à 2015 pour atteindre 7,8 milliards d'euros, soit le montant le plus faible depuis 2002. En 2012, il avait atteint 17,5 milliards d'euros.

"Cette reprise intervient avec une année de retard par rapport à ce que nous avions anticipé, en raison notamment des soubresauts de la crise de 2008-2009. Parce que les effets de la politique économique menée depuis cinq ans continueront à se diffuser au cours des prochains mois, il sera alors possible d'estimer à leur juste mesure toutes les réformes mises en place lors du quinquennat", explique-t-on dans l'entourage de Michel Sapin, le ministre de l'Economie et des Finances, très proche de François Hollande.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2017 à 20:31 :
Avec des "si " bon, vous connaissez la suite.
a écrit le 20/03/2017 à 23:46 :
A la louche il y avait 1100 milliards de dette en France avant Sarko Hollande. On en a 2200 maintenant. Tout en vendant ou bradant des actifs publique : Or, actions, immobilier. On emprunte cette année 185 milliards sur les marchés financiers . .... Tout va bien?!?
Quand on crame 1100 milliards en 10 ans heureusement que l'emploi et la croissance ne s'effondre pas. Quid du remboursement? Et surtout que se passera t-il si les taux montent sérieusement?
Réponse de le 21/03/2017 à 13:09 :
Clairement ces deux derniers présidents sont à mettre dans le même panier, y compris le candidat Fillon qui était chef de gouvernement de 2007 à 2012 ! Quand on voit le travail effectué en Allemagne pendant cette même période ! On peut pleurer , après avoir mal voté.
a écrit le 20/03/2017 à 18:55 :
L'amélioration économique n'est pas à mettre au profil de Hollande ! Un peu plus de croissance, un peu moins de déficit et....et c'est tout ! Chômage qui augmente sur 2016 en catégorie À si on inclut la D et la E. Mesures du gouvernement court terme et trop complexe. Bref rien de long terme et de concret, dettes qui depassera 100% du PIB, déficit on devient cette année avant dernier (après la Grèce). Bref l'amélioration est dû à la bonne tenue de la conjoncture mondial et la l'adaptation des entreprises françaises dans ce contexte Français trop complexe !
a écrit le 20/03/2017 à 17:50 :
Je constate que depuis de Hollande a pris sa décision de ne pas se représenter, la courbe du chômage se redresse et l'économie repart. J'en déduis donc, que la bonne stratégie prise par notre Président et celle de ne pas se représenter. On ne peut que le remercier.
a écrit le 19/03/2017 à 23:07 :
Ce bons résultats avec maîtrise de l'endettement sont donc liés en partie à la politique de Macron, ce qui souligne l'intérêt de voter pour lui.
a écrit le 19/03/2017 à 21:21 :
La réponse ce jour :
Fermetures d'usines: la France a arrêté l'hémorragie l'an passé
http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/fermetures-d-usines-la-france-a-arrete-l-hemorragie-l-an-passe-1125332.html#xtor=AL-68
Réponse de le 20/03/2017 à 13:07 :
Ha!Ha!Ha!Quand il reste très peu d'usines,il est normal que le nombre de fermetures tende vers zéro.quand il n'y aura plus de secteur privé concurrentiel en France,nous ne serons plus soumis aux crises internationales.
Réponse de le 20/03/2017 à 14:19 :
Rien n'est jamais acquis, ni définitif, les tendances peuvent s'inverser.
En France, industrie totale :
En pourcentage d’emploi :
1980 : 24,1%
1990 : 20,3
2000 : 16,7
2005 : 14,8
2006 : 14,4
2007 : 14,1
2008 : 13,9
2009 : 13,3
2010 : 12,9
2011 : 12,8
2012 : 12,7
2013 : 12,5
2014 : 12,4%
Les emplois déclinent bien moins vite ces dernières années, possible même que la stabilisation ou l'inversion soit déjà actée.

la part de l’industrie dans le PIB a quasiment stoppé sa chute depuis 2011

La part mondiale de l’économie française a enrayé sa chute en 2014, chiffres CNUCED, Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement

Défaillances d’entreprises 2016 :
57844 baisse de 8,3% par rapport à 2016
Dont
Construction -12,7%.
Commerce -9,5%.
Industrie -8,3%.
Restauration -8%.

Sur le 4ème trimestre 2016, les défaillances sont en recul de 12,2%. Donc au niveau du dernier trimestre de 2007, L'amélioration est donc indiscutable. Dans le même temps les créations d'entreprises augmentent, hors micro-entrepreneurs, donc l'emploi progresse, malgré une croissance à 1,1%. Là est la nouveauté. Et comme les marges des entreprises continuent à progresser grâce au Crédit d'Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi et le Pacte de Responsabilité, les résultats pour 2017, sans les catastrophes cumulées en 2016, devraient s'afficher encore meilleurs.

les embauches ont bondi en France en 2016, ACOSS, organisme collecteur des cotisations de Sécurité Sociale .
"l'indicateur affiche une très forte augmentation sur l'ensemble de l'année 2016 (+6,4%), une croissance "notamment portée par la hausse des embauches en CDI (+9,5%) tandis que celles en CDD de plus d'un mois augmentent plus modérément (+4,0%)"
Réponse de le 20/03/2017 à 16:45 :
Bon,cette dernière année Hollande a crée 500000 stages et 500000 emplois aidés et le chomage est stable!Cela veut dire qu'il y a en vérité 1 million de chomeurs qui ont été dissimulés.
Réponse de le 20/03/2017 à 19:48 :
le commentaire qui précède le votre indique bien des CDI et CDD en forte augmentation (chiffres SS), auxquels il faut ajouter les contrats d'Intérim qui n'ont cessé d'augmenter depuis début 2016.
Les emplois aidés? Tous les gouvernements les utilisent depuis trente années, pour remettre les chômeurs et sans emplois sur le rail et aussi pour faire baisser le taux de chômage.
Ils permettent de faire "ses preuves" dans de entreprises, d'accéder à des formations, et peuvent déboucher sur des CDI.
But le surplus de CDI et job intérim annoncés en 2016 et début 2017, ne sont pas des emplois aidés.
Ne mélangeons pas tout !
Donc ce sont bien des nouveaux contrats, alors même que la population française augmente sans cesse et que les postulant actifs sont aux environs de 140000 de plus chaque année.
Notez aussi que l'augmentation progressive de la date de départ en retraite aura été néfaste à l'emploi. Beaucoup d'anciens ont vu reculer leur départ à la retraite ou en pré-retraite, ceci au détriment des nouveaux postulants.
Ce seul paramètre compte pour des centaines de milliers de postes non libérés, plus exactement retardés. Fait que tous les analystes oublient de prendre en compte.
a écrit le 19/03/2017 à 14:12 :
baisser les dépenses publiques,c'est aller droit a la récession,cela Hollande l'a compris.pour réduire les déficits restait la solution d'augmenter les impots,a partir du moment ou les français s'enrichissent(croissance positive)c'est une mesure supportable
a écrit le 19/03/2017 à 10:37 :
Pour juger de la crédibilité des prévisions, il faut juste voir le fossé entre les prévisions qu'il y a eu pour une année N et la réalité de l'année N en question. On peut dire que quel que soit N, le fossé est abyssal. Alors, les prévisions ...
a écrit le 19/03/2017 à 10:20 :
Article d'information ou titre politico-orienté ? Ce type d'article m'inviterait à ne plus lire La Tribune ! Vous ne démontrait rien, si ce n'est que la France commence, enfin, à profiter de son environnement. Sur le fond, vous démontrer donc de fait que Hollande a été un très mauvais économiste et gestionnaire du pays, pour ne pas dire plus.
a écrit le 18/03/2017 à 18:33 :
Le PS fait ici passer son message: avec Hollande tout était parfait et le million de chômeurs supplémentaire est une manne. Autrement dit, votez PS et avec un million de chômeurs de plus, le monde sera merveilleux :-)
Réponse de le 18/03/2017 à 23:07 :
Il faut aporendre à compter : ll ne s'agit no pas d'un million de chômeur supplémentaire mais de 50 000, qui sont un héritage direct direct du déficit laissé par François FILLON, soit 5.2 % du PIB en 2011 contre 0.9% en ALLEMAGNE. Sans compter les coûts salariaux français qui dépassaient ceux de l'ALLEMAGNE depuis 2010.

En outre, à moins d'avoir une baguette magique (celle qu'a eu FILLON pour laisser un trou aussi impressionnant), une politique économique met un certain temps à produire ses effets.Ne serait-ce déjà qu'il faut que les lois se mettent en place. Or, de juin 2012 à juin 2013, il y a eu 200 00 chômeurs suppléméntaires qui ne peuvent être imputés à HOLLANDE.
a écrit le 18/03/2017 à 15:18 :
Mesdames et messieurs, et si vous arrêtiez de dire n'importe quoi, emportés par votre idéologie néo libérale.
Ce matin, sur France Culture entre 12h et 12h30 vous avez des réponses.
Qui à augmenter la dette de plus de 50% en 5 ans, Hollande - Macron, ou Sarkozy - Fillon ?
Les modes de comptabilisation du chômage en Europe ne sont pas les mêmes en Allemagne, Angleterre, France, ceci explique aussi les écarts. En Angleterre, les "bénéficiaires" de contrats à zéro Heure (et oui c'est le dernière trouvaille de vos amis conservateurs) ne sont plus comptabilisés dans les stat du chômage!!!
En Allemagne, le travail à temps partiel est fortement développé, si le temps de travail légal est > au nôtre, le temps réel (le plus important) est < au nôtre. Donc le partage du temps de travail fonctionne fortement.
Dans les deux pays partenaires, le taux de pauvreté est supérieur au taux français.
Un élément non négligeable, la démographie, quand les départs à la retraite sont > aux entrées dans le marché du travail (cas allemand), c'est plus facile de gérer le chômage qu'en situation inverse (Cas de la France). Le taux de création d'emplois est là aussi pour le confirmer.
En 2012/ 2013, la France a eu quelques obligations à remplir vis à vis de Bruxelles, suite aux dérapages budgétaires des années précédentes, ce qui explique les impôts complémentaires.
La gestion de la Sécurité Sociale se passe de commentaires, tant la baisse du déficit est importante.
Et pour conclure, quels sont les budgets de la Défense de l'allemagne et de la France en % de PIB ? Imaginez le différentiel en investissement des des start-up, PME-PMI, et dans une structure d'aide à l'Export similaire au GIZ (une vraie machine de guerre économique !) ?
a écrit le 18/03/2017 à 14:46 :
Après avoir voué François Hollande et sa politique aux gémonies, ils viennent tous faire repentance ! Mais c'est trop tard, souvenez-vous la gouvernance Jospin en 2002 qui avait remis les indicateurs au vert qui a été suivi par une politique de droite inconséquente sous Raffarin, Villepin et Fillon qui a mis la France en faillite!
a écrit le 18/03/2017 à 14:07 :
Ne rien faire est donc la bonne solution, contrairement aux autres pays qui ont engagé des réformes profonde et sont de fait, dans une situation économique infiniment plus favorable ( pas d'exemple sous peine de stigmatisations)
a écrit le 18/03/2017 à 14:00 :
Il y a quelques jours la Tribune donnait la plume a un certain Prof. Mar Pérezts qui déverait son fiel gocho-bobo sur Trump, alors que celui-ci, depuis son élection a la présidence a propulsé le DOW de plus de 20%.
Voici que la Tribune recommence, mais cette fois en sens inverse a encenser la présidence de Hollande, alors que celui-ci, en 5 ans a fait augmenter le chomage et réduit al croissance a 1% en moyenne.
Décidément, a la rédaction de la Tribune, on manque sérieusement de discernement.
a écrit le 18/03/2017 à 13:01 :
En lisant ce genre d'article, je viens de découvrir que La Tribune était un journal de gauche : j'espère que les journalistes vont se réveiller et devenir un peu plus objectifs : si la situation s'améliore, ce n'est probablement pas dû à Hollande ! L'évolution 2012-2017 et la situation en France souffre de la comparaison avec l'Allemagne ou le Royaume-uni.
a écrit le 18/03/2017 à 12:40 :
Tel un coucou F.H s'est accaparé du PS dans l'espoir de mettre une politique sociale démocrate et ceux des 2013....à l' encontre des frondeurs, ne voulant pas rajouter de la misère à la misère...il n'a pas fait les réformes structurelles, mais malgré tout ramène le déficit sous les 3% et et les entreprises ont recouvré leur marges d'avant 2008 . Je pense que son problème ce sont ses gouvernements manquant de professionnalisme .
a écrit le 18/03/2017 à 12:29 :
Comment prétendre une telle chose.? Une analyse plus fine est bien sur nécessaire,avant de décerner cette absolution surprenante.
a écrit le 18/03/2017 à 10:45 :
ecrire et dire que m hollande a reussi a reduire le chomage est une honte
il y a plus de chomeur en rapport de sa prise de fonction
et plus encore de pauvre
sans oublier ses manipulations de donne pour favorise son egaux
c'est un fiasco preuve s'il en est le refus de se represente a la presidentiel
ou un score sous les 8 pour cent lui ete promis.
a écrit le 18/03/2017 à 10:07 :
Bonjour,
Lui au moins n'a pas une batterie de cuisine accrochée à la ceinture... et en plus, un certain sens de l'humour et de l'autodérision, ce qui manque cruellement et de façon tellement risible à d'autres.
a écrit le 18/03/2017 à 10:02 :
Aie, aie, aie, Le syndrome de Stockholm a encore frappé. Pauvres victimes du Hollandisme !
a écrit le 18/03/2017 à 9:30 :
Il est un peu tôt pour crier " victoire ", alors que d'un autre côté on constate une mise en sommeil de l'activité en attente des résultats de la Présidentielle, dans certains secteurs On verra dès que le prochain Président aura fait un audit financier des comptes de la France. Il a beaucoup de mesures prises, non financées, qui pourraient faire pencher la bascule.
a écrit le 18/03/2017 à 9:27 :
Attendre les vagues de la mer, n'a jamais été une stratégie, au mieux de l'opportunisme, au pire de la paresse.
a écrit le 18/03/2017 à 9:01 :
Ah..soubresauts de la crise de 2008 et 2009..donc il y a bien eu crise mondial en 2008...toujours nies par les socialistes concernant les impacts sur la précédente législature 2007/2012..
Amélioration ..oui quand on vient du pire..on ne peut que progresser..mais déficit de l UNEDIC ASTRONOMIQUE. .RFF idem...balance commerciale. ..sans les airbus en déconfiture complète. .bonne stratégie. ..on en doute..
a écrit le 18/03/2017 à 8:58 :
Les crises ont été en 2008 surtout puis un peu en 2011. Hollande est arrivé après. 4ans de mauvais résultats non stop, forcement à la fin ça s’améliore. Dire que cela vient du président normal qui n'a rien fait de son mandat un peu osé!
a écrit le 18/03/2017 à 8:13 :
On oppose au bilan de Hollande le niveau élevé du chômage en France par rapport à celui de l'Angleterre. Certes! Mais les salariés français sont-ils disposés à endosser les contrats "zéro heure" du royaume uni ? Ce n'est un secret pour personne que les salaires rapportés à la productivité sont trop élevés en France. Voilà pourquoi le chômage de masse (le fameux clapet qui frêne l'accès des jeunes à l'emploi) restera encore à un taux élevé.
a écrit le 18/03/2017 à 6:33 :
Info ...ou intox ...? Allez savoir ? Mais , peut etre que , en etant moins nombrilistique ,et en regardant les resultats de nos proches voisins , pourrait on decouvrir que les resultats ( ? ) de notre croissance ( quand meme qualifiée de ...molle ) n'ont rien à voir avec des decisions ( ? ) de F Hollande , mais que c'est un petit mieux generé par des croissances soutenues autour de nous .
a écrit le 18/03/2017 à 6:18 :
Heureusement que le conditionnel existe!!
a écrit le 17/03/2017 à 21:39 :
Pauvre Hollande en dehors de ses réformettes (CICE ou loi El Khomri) ce qu'il n'a jamais obtenu ni des entrepreneurs ni des milieux financiers : L A CONFIANCE et donc le 1er décembre 2016 c'était la délivrance la page Hollande était tournée et tout le monde reprend confiance en l'avenir
a écrit le 17/03/2017 à 21:22 :
Je pense que si les indicateurs passent au vert c'est parce que François 1er va quitter le trône et que l'on reprend espoir !
a écrit le 17/03/2017 à 19:55 :
Il faut dire qu'Hollande a un bilan contrasté. Mais le couple Sarkozy-Merkel a été assez mauvais dans la gestion de la crise financière : l'austérité, sous son vernis "sérieux" n'a pas fait reculer la dette et a appauvri l'UE.
a écrit le 17/03/2017 à 19:44 :
Moi je trouve que le résultat est exceptionnel vu l'état ou était la France après le règne sarko fillon, sacrée course à handicap!
Reconnaissons que quelques progrès sensibles avec Macron qui ont été chouettes sans coûter grand chose aux français (mutuelles, téléphone, bus, permis de conduire).
Reste que comme d'hab, l'éducation nationale n'a pas assuré et la reprise sans jeunes qualifiés ne démarre pas franchement bien, on a besoin de pros pas de diplos!
a écrit le 17/03/2017 à 18:59 :
Dans le bilan,il faut ajouter qu'il a épargné la France de l'austérité,que connaissent ou ont connu beaucoup d'autres pays,tout en maintenant la protection sociale.Cela me semble de plus en plus évident qu'Hollande a chuté pour des considérations tout autres que celle de son bilan.Eut-il fait de la France la première puissance économique de l'Europe,que ça n'aurait pas suffit.
a écrit le 17/03/2017 à 17:14 :
Avec des si et avec des scies...On peut vraiment raconter n'importe quoi et faire prendre aux gens des vessies pour des lanternes...Ah les journalistes, décidément ils les aiment eux aussi les enveloppes ou autres avantages notamment un régime fiscal sur mesure comme les costards de FF pour écrire de telles niaiseries...
a écrit le 17/03/2017 à 16:41 :
Dollar à 1.40 ,pendant le quinquennat, Pétrole quasi gratuit, taux d'intérêt à zéro... On aurait du faire 2 ou 3% de croissance avec un bon président ! Nous dans notre société on en a bavé pendant 5 ans, les courbes sont explicites: on gagnait + du temps de Sarko, même pendant la terrible crise des subprimes( 2008/2009).
Je ne crois donc pas à cette conclusion
Réponse de le 17/03/2017 à 18:16 :
@Pat34: il va pourtant falloir que tu t'y habitues pendant encore environ 2 mois. Une fois les élections passées, si le PS n'est pas reconduit, le nouvel élu ne manquera pas de dénoncer le régime Hollande et les bouffonneries de cet article :-)
Réponse de le 18/03/2017 à 8:57 :
"Nous dans notre société on en a bavé pendant 5 ans, "Pour nous au contraire,l'activité s'est accélérée d'année en année,mais on s'est bougés,on a investi et on s'est battus pour arracher de nouveaux marchés
a écrit le 17/03/2017 à 14:51 :
Les chiffres de son bilan sont les meilleurs jamais vus depuis plusieurs quinquennats!
Ils ne sont pas ceux pour lesquels ils s'étaient engagés et ils ne sont pas les meilleurs d'Europe mais ils sont là. Quand bien même on ne partagerait pas ses idées, ne pas vouloir le reconnaître est de la malhonnêteté intellectuelle .
Réponse de le 18/03/2017 à 12:08 :
Oh ! oui! vous avez certainement raison mon cher mais l'on peut ajouter depuis Vercingétorix .
a écrit le 17/03/2017 à 12:41 :
Je dirai plutôt que malgré toutes les reculades et le dogmatisme de Hollande et de son âme damné Macron,l'économie a progressé quand même..
a écrit le 17/03/2017 à 12:01 :
S'il a mener la bonne stratégie economique alors pourquoi le chômage reste aussi haut à 9.5% et pourquoi se ne sont que les stratégies de vente militaires comme vendre des Rafales qui fonctionne. Oui le chômage à 9.5% c'est beaucoup trop important et il faut le reduire à 6 ou 7% ( 4% on est au plein emploi). Donc si le président Hollande à la bonne strategie economique et la bonne stratégie commerciale qu'il l'explique clairement pour ses successseurs et pour la France. Il nous doit bien celà après 5 ans de pouvoir socialiste et d'augmentation d'impôts pour les classes moyennes !
Réponse de le 18/03/2017 à 14:16 :
Les ventes export de Rafale ont et vont peut jouer dans les balances commerciales en 2016 et 2017, soit environ 1 milliards par an, puisque la production ne sera doublée qu'à partir de 2019. Le contrat des sous-marins australiens démarrera bien plus tard, pour l'instant seule les études ont été réglées, quelques centaines de millions. Pour les frégates GOWIND égyptiennes, la première vient de commencer les essais en mer.
Il ne faut pas confondre les contrat signés et les réelles rentrées d'argent, qui sont souvent opérées par de multiples versements sur la longueur de programmes.
Les gros contrat signées durant ce quinquennat profiteront au prochain quinquennat.
---
Hollande et ses ministres, contrairement à tous ces prédécesseurs, n'ont pas fait des chèques en blanc à l'industrie. L'effort a été mis sur le long terme, l'investissement et la robotisation source de de ré-industrialisation ou au minimum d'arrêt de la perte de compétitivité de nos entreprises.
En effort particulier a été mis sur l'accompagnement des startups et plus généralement de PME, notamment à l'exportation, jusqu'à l'implication et la modernisation des Douanes et l'activation des ambassadeurs plus que jamais.
Bon choix sur le long terme puisque l'économie européenne était figée.
Augmenter le pouvoir d'achat lorsque certains produits français ne sont pas suffisamment compétitifs, ne peut qu'amener la France à importer plus.
Le choix de restaurer les marges et l'investissement, de faciliter l'accès aux premières embauches, la baisse des charges (CICE), le Suramortissement, l'accélération du numérique, de la cyber-défense, sont des bonnes mesures sur le long terme, surtout dans une économie mondiale stagnante ou freinée.
---
Hollande n'avait certainement pas prévu la crise des BRICS qui a bien cassé la croissance mondiale, ainsi que les chocs à répétitions cause la Grèce.
L'année dernière a été une catastrophe, attentats, baisse fréquentation tourisme, intempéries au premier semestre, temps moisi qui a planté les culture de céréales, gros secteur de l'export, les différentes grèves (SNCF, aéroports, ports, loi), inquiétudes sur le Brexit, Tout ceci a planté la croissance qui avait pourtant bien démarré l'année.
---
C'est bien un politique socio-libérale qui a été mise en œuvre durant ce quinquennat, un coup de pouce aux industries et services, tout en limitant la casse sociale.
---
Pour un gouvernement dit "de gauche", il est difficile de défendre une politique de relance industrielle que la droite avait promise et oublié de réaliser..
---
C'est bien pour cette raison que la gauche est maintenant nettement divisée entre réalistes et utopistes.
Réponse de le 18/03/2017 à 21:06 :
Bon Alain, la relecture avant la touche "Entrée", encore un promesse non tenue ? Hihihi ! Passes le bonjour de ma part, merci.
A +
MC
a écrit le 17/03/2017 à 12:00 :
Ok ! Mais l'article n'explique pas comment l'action de la présidence et des gouvernements de ce quinquennat a contribué à ce regain économique.
Je ne vois que des facteurs exogènes qui sont déterminants (taux de change, action de la BCE, conjoncture internationale, recul du prix des hydrocarbures etc...)
A chaque fois dans la presse on raccorde la performance économique du pays au visage du président. Expliquez-nous clairement quelle est son influence !?
Réponse de le 19/03/2017 à 10:36 :
Dans ce cas zero.
Un seul facteur exogène, la politique monetaire, a fait economiser à la France au moins 14 milliard d'euros par an.
a écrit le 17/03/2017 à 11:59 :
Des résultats timides et bien tardifs.
Avec des taux d'intérêts exceptionnellement bas, voir négatifs, et la baisse sans précédent du pétrole, la reprise aurai due être spectaculaire si le duo Hollande Macron n'avaient pas plombé l'économie avec leur matraquage fiscal.
a écrit le 17/03/2017 à 11:47 :
Ce qui est avéré, c'est qu'il n'a pas de casseroles "au c.l" comme l'ex président $arkozy de Nagy Bocsa alias Paul Bismuth, ni comme son ex premier ministre, le sinistre Fillon, pas plus que la représentante du FN (mensonges et magouilles) la fille Le Pen...Et ça, c'est déjà beaucoup. Pour le reste, l'histoire jugera, mais il est déjà assuré qu'il aura été le Président le plus "bashé" dès le 1° jour de la pire des façons, sur son physique. La droite UMP/LR (les usurpateurs) s'en est donné à coeur joie. La mésaventure qui leur est tombé sur la tête avec Fillon n'est qu'un juste retour des choses...surtout quand on sait que le problème a été initié par ses propres "amis".
Réponse de le 17/03/2017 à 12:09 :
Pas de casseroles c'est top tôt pour le dire , on verra bain !
Réponse de le 17/03/2017 à 14:49 :
@valbel89: il n'est pas avéré qu'il n'a pas de casseroles, parce que 1) ce sont les investigations qui n'ont pas été menées malgré de forts soupçons, et 2) ils trempent tous dans les combines et on est dans le concept du "aps vu, pas pris". Donnons le temps au temps et je suis certain qu'on va en savoir plus sur le passé de Hollande :-)
Réponse de le 17/03/2017 à 18:48 :
"il aura été le Président le plus "bashé" il faut dire qu'il aura tout fait pour. Depuis le casque et le scooter qui ne sont qu'une partie des bourdes en tout genre qu'il a pu faire. Il a du oublié qui il était et ce qu'il représentait le Président de la République Française ! Quand au casseroles, attendons, comme pour celle de Macron.
a écrit le 17/03/2017 à 11:07 :
Peut être faut il rappeler que la croissance françaises 2016 était très nettement inférieur au prévision de Bercy, la France est a la traine des pays européen (moyenne de 1.7%) avec une croissance de seulement 1.1% (prévision de 1.4%).
Concernant le taux de chômage, alors que jusqu'en 2013 la France faisait mieux que la moyenne européenne, désormais la France a a 2 pts de chômage en plus.
Si l'on regarde le pourcentage de la dette publique par rapport au pib, la France est également a la traine. Alors que pour la France la dette publique continue d'augmenter, la moyenne européenne a amorcée sa baisse.
Présenter le quinquennat de francois hollande comme une réussite est quelque peu présomptueux.
a écrit le 17/03/2017 à 10:59 :
Quel scoop !!!quel pub!!!toujours plus d impôts ,de taxes !! il a plumé les catégories moyennes ,il n a pas augmenté les retraites ,le chômage est au plus haut et voila que sa stratégie économique est bonne !!!vous voulez rire ???
Réponse de le 17/03/2017 à 14:33 :
"plumé les classes moyennes (oui on dit classe)" ne seriez vous pas dans l'exagération et la mauvaise foi?
a écrit le 17/03/2017 à 10:37 :
Bien sur, avec des si l'on mettraient Paris en bouteille, expertisons de nos anciens.... Dans tous les cas la realite s'est 600 000 demandeurs d'emplois en plus, la dette de notre pays à auguementer, et le vivre. Ensemble est proche de la guerre civile.... Donc le constat est catastrophique....
a écrit le 17/03/2017 à 10:29 :
C'est vraiment la meilleure du jour , vous croyez que l'on n'en serait pas aperçu au bout de cinq ans . le pays va à volo sans capitaine , la structure craque par fois résiste, est tout juste maintenu à flot , mais sans gouvernail. Pour les voiles alors je vous laisse à l' appréciation grand foc ou petit foc , navigation à mon avis à l'estime et tout droit jusqu'au boutisme .
Réponse de le 17/03/2017 à 14:40 :
Peut-être devriez vous faire quelques voyages par exemple en Grèce ou même mieux en Syrie ou en Irak? pour enfin être objectif et vous rendre compte de la chance que vous avez de vivre en France
Réponse de le 17/03/2017 à 18:50 :
vau l'eau, pas VOLO ! lol !
Réponse de le 18/03/2017 à 12:12 :
En suivant votre raisonnement je pourrai ajouter pas besoin d'aller si loin .
a écrit le 17/03/2017 à 10:24 :
Hélas, le bilan de F. Hollande et de ses gouvernements arrive trop tard. Heureusement, son action vue sur la réduction des déficits et le maintien d'une croissance somme toute dans la moyenne européenne, voire au-dessus, est positif pour le pays (l'Europe Unie hélas n'existe pas encore).
Dans le cas de F. Fillon aux commandes avec son programme, nous sortirons les mouchoirs dans 2 à 3 ans, il faudra de nouveau 4 à 5 ans pour remettre les compteurs dans le vert, soit encore 7 à 8 ans délicats à passer. Mais une infime minorité comme sous la précédente période sarkozy - fillon (les majuscules se méritent) profiteront des largesses du plan fillon !!! Ce qui explique les généreux donateurs ......
Heureusement, des conseillés auprès de la cours des comptes aux commandes savent comment réduire la dette, et ont un bonus vis à vis des marchés. Je ne pense pas que ce bonus des marchés se prolongent avec le retour de fillon et l'équipe sarkozy! il faudra intégré le 1,5 point de plus dans la dette !!!!....
Qui a remis les compteurs au vert au début 2000 ? Qui maintenant après 5 ans de n'importe quoi, d'incohérences entre 2007 et 2012? Faut-il se préparer de faire idem dans 5 ans ?
Réponse de le 17/03/2017 à 13:20 :
Vous êtes completement à coté de la plaque... VOus avez songé à consulter ? Quant aux chiffres, on a pas du voir les memes...
Réponse de le 17/03/2017 à 14:34 :
tout à fait d'accord!
Réponse de le 17/03/2017 à 14:48 :
Apparemment vous avez confondu les chiffres, la croissance française est très loin derrière la moyenne européenne en 2016 (source eurostat) :
France croissance de 1.1%
Moyenne européenne 1.7%
Au niveau du déficit publique, il n'y a rien de réjouissant : Alors que la crise a un peu moins fortement affecté les finances publiques de la France que celle de l'union européenne, les écarts se sont accentués notamment après 2012 :
En 2012, déficit publique
- France 4.7%
- Europe 4.2%
En 2015, deficit publique
- France 3.5%
- Europe 2.5%
Concernant la dette publique, elle était dans la moyenne de celles de la zone euro en 2007. Elle lui est restée très proche jusqu’à 2012. Depuis 2013, le ratio de la France s’éloigne de la moyenne de la zone euro en raison à la fois d’un déficit plus élevé et d’une croissance du PIB plus faible.
.
a écrit le 17/03/2017 à 10:18 :
Le bilan d'Hollande n'est pas brillant parce que le contexte monetaire et économique fut très favorable, beaucoup plus favorable que sous le quinquennat precedent.
La charge de la dette est l’ensemble des dépenses de l’État consacrées au paiement des intérêts de sa dette.
Dans la loi de finances pour 2016, elle s’élève à 44,5 milliards d’euros (Md€) (en crédits de paiement), soit 10,7% du budget de l’État.
Malgré un augmentation de la dette publique de 20% en volume depuis 2012, la charge de la dette a baissé de 48,8 Milliards à 44,5 milliards.
Si le taux moyen de la dette été resté constant (et les taux de 2012 étaient deja historiquement bas) on aurait une charge de la dette de 48,8 + 20%= 58,5 donc de 14 milliards en plus.
Ces 14 milliards de bonus sont dus essentiellement à l'action de la BCE.
Sous le prochain quinquennat ce bonus risque fort de disparaitre.
Donc au moins 0,6% d’amelioration du deficit sur le PIB sont dus à la politique monetaire.
Il est plus difficile d'evaluer l'effet de l'euro faible et du prix du petrole faible sur la conjuncture et sur les comptes publiques, mais si on les prends en compte le bonus extérieur porrait se rapprocher de 1%.
De 4,8% à 3,3% il y a une amelioration de seulement 1,5% et cela en cinq ans et malgré le matraquage fiscal de debut mandat.
Dans le même contexte en 2015 l’Allemagne a dégagé sans difficulté un excédent budgétaire de 0.70%.
a écrit le 17/03/2017 à 9:44 :
Quelle veulerie ...

La baisse du chômage ? Comment peut-on sérieusement s’en prévaloir quand la principale préoccupation du PR et de son gouvernement aura été de maquiller les chiffres à son avantage ? Au global, le quinquennat Hollande aura fait aussi pire que le précèdent quinquennat, dans une paradoxale gémellité étant donné le mandat implicite que s’était alloué le candidat Hollande : défaire ce que Sarkozy avait fait. Ainsi, en janvier 2017, le chômage total en France touchait 5,5 millions de personnes, soit 1 million de plus qu’à juin 2012 (4,4 millions). A un tel niveau de médiocrité, un tel écart ne fait guère de différence mais il illustre bien la qualité de la communication de la gauche, qui parvient à transformer des désastres en demi-succès.

– http://statistiques.pole-emploi.org/stmt/publication

L’assainissement des comptes publics ? La Cour des Comptes indique que « sur la période 2012-2016, plus de 40 % de la réduction du déficit public est attribuable à la baisse de la charge d’intérêts ». A vrai dire, si l’on exclut l’année 2012, ce chiffre passe même à près de 50%. Ce bilan catastrophique n’a pas fait l’objet du moindre commentaire tandis que les taux d’intérêt, subrepticement, remontent.

La préservation de la dette du pays ? Le Canard Enchainé lui-même mentionnait les stratagèmes utilisés par l’Agence France Trésor (AFT) pour limiter le montant de la dette officiel. La Cour des Comptes le confirme naïvement : « lorsque l’AFT effectue des émissions de titres sur des souches anciennes porteuses de coupons portant un taux plus élevé que le taux de marché, les investisseurs acquièrent en contrepartie ces titres à un prix supérieur à leur valeur faciale, ce qui conduit l’État à encaisser des primes à l’émission : celles-ci devraient s’élever à 0,5 point de PIB en 2016, limitant d’autant l’endettement de l’État. » Ainsi, pour un montant levé de 2 milliards, l’Etat n’en comptabilise qu’1 seul dans la dette publique, la prime d’émission étant amortie sur la durée de vie de l’emprunt. De qui se moque-t-on ?
a écrit le 17/03/2017 à 8:34 :
Hollande a quand meme beneficie d une situation assez favorable : petrole pas cher, taux d interet au plancher ... Et malgre ca, la france patine. C est pas entierement de sa faute, car l economie c est comme un tanker, il faut du temps pour qu une decision fasse effet. Il paie donc les mauvaises decisions de ses precesseurs qui ont decide de sacrifier l industrie pour faire du service ou gonfler la bulle immobiliere, ou de sacrifier l avenir pour assurer le present (quand on voit qu en france on depense des millards pour des JO ou des coupes de foot mais qu il n y a pas d argent pour l universite...) .
Mais enfin, il a pas franchement inflechit la barre.
Son quinquenat sur le plan economique ets plutot raté. Sa seule reussite est sur le plan moral : contrairement a ses 2 predecesseurs, il n a pas de juge au fesses et quand il y a eut une branche pourrie, il ne l a pas soutenu (Cahuzac ou Thevenoud on vu leur carriere brisee. pas le cas de Woerth, Fillon ou Balkany)
a écrit le 17/03/2017 à 8:26 :
Quelle politique de Hollande ? il en a mene plusieurs !
Au debut, une politique socialiste classique : taxer et depenser. Puis un arret des depenses comme en 83 puis une politique d inspiration liberale non assumée (macron/loi travail/cice)

Quant a penser qu il regrette de ne pas se presenter... Tient il tant a se faire ridiculiser ? Meme si son bilan est pas si mauvais que ca si on compare a ses prédécesseurs (sarkozy, Chirac ou Mitterrand n ont pas ete brillant) il est quand meme pas glorieux. Et il a surtout perdu toute credibilite: on peut pas declarer "mon ennemi c est la finance" et ensuite mener une politique liberale (meme honteuse).

Il reste juste a esperer que le prochain president soit meilleurs que lui. Pas gagné:
- Fillon programme inapplicable vu ses casseroles judiciaires. il fera un Chirac bis: retranche a l elysee pour se proteger de la justice

- Le Pen: la sortie de l euro va achever ce qui reste d industrie

- Macron : une sorte de Giscard de gauche. le seul des 3 capable de nous sortir de la meme s il reste persuadé que la finance est la solution et non pas une partie du probleme
a écrit le 17/03/2017 à 8:11 :
quel titre!
quand une entreprise desinvestit car c'est pas interessant, elle finit de devoir finir une fois racheter une machine, et c'est l'occasion ou jamais quand il y a double amortissement..........
avec un petrole au tas, des taux a zero, et un euro qui est passe de 1.45 a 1.07, le resultat est brillant!
le deficit ne recule que parce que les taux sont passes de 3.5 a 1%, ailleurs y a zero economie ( bien au contraire) et la france comprendra quand les taux vont remonter, peut etre dans pas longtemps.........
maintenant demandez aux 900.000 personnes au chomage categorie A depuis 2012 ( on ne parle meme pas des autres) , 500.000 personnes en formation, 500.000 personne en apprentissage qui ne trouveront pas de travail, et aux 400.000 personnes qui par eviction n'en n'auront pas ( grace a l'embauche de 400.000 fonctionnaires cf cour des comptes ), 400.000 personnes en emplois aides en plus des emplois aides sarkozy qui nen trouveront pas non plus une fois l'aide supprimee......
peut etre qu'il trouveront que tt va bien, vu que les socialistes vont recreer avec leur temps et leur argent les boites dont ils ont exige qu'elles coulent!
pourquoi croyez vous que grace a hollande son bon allie, le FN est passe de 12 a 26% ?
Réponse de le 17/03/2017 à 12:05 :
Bien vu.
Réponse de le 17/03/2017 à 13:52 :
risible de comparer un pays a une entreprise!
a écrit le 17/03/2017 à 7:39 :
........ au bout de CINQ ans entrevoir une légère amélioration -hypothétique - relève de la galéjade !
a écrit le 17/03/2017 à 7:25 :
non seulement Hollande a redressé l'économie plombée par la clique Sarko Fillon,mais il l'a fait en préservant le modèle social protecteur français.Il a compris avant tout le monde qu'il fallait placer l'humain au centre des préoccupations.L'économie n'est pas tout!
Réponse de le 17/03/2017 à 7:39 :
..... naif !
Réponse de le 17/03/2017 à 8:00 :
il a convaincu les Français en les trahissans
sur tous les sujets
que c'est la peur qui l'incite a ne pas se representer
du moi president et ses ministres inculpes pour fraude fiscale
ou est passe les emplois il s'est tres vite convertie
a la logique Merkel
qui consiste a avoir des entreprises que sur le sol germanique
et surtout de depenser les dernier euro a la guerre
pour sauver les industrie allemande
Réponse de le 18/03/2017 à 11:09 :
au moins , on voit avec vous ,le type de commentaire qu'il faut ecrire pour etre publié ...
Réponse de le 19/03/2017 à 10:14 :
Vous plaisantez ? La droite a subi la crise de 2008 et Hollande a aggravé tous les indicateurs ... cette légère embellie ne remet pas l'économie au niveau de 2012 ! Quant à la préservation du modèle sociale, le taux de chômage en serait le parfait exemple ?
a écrit le 17/03/2017 à 6:47 :
Bah, on va avoir Macron a la place. Je ne vois pas ce que ça change au niveau politiques...

C'est vrai qu'il s'est plutôt bien débrouillé, mais ce n'est pas ce qu'il nous avait vendu. La preuve, tout le centre droit veut faire la même politique, voir même jusqu’à Fillon...

Vous savez pourquoi? Parce qu'après s'être fait entubé pour la crise, ce sont nous les pauvres qui payons pour les autres pauvres. On s'est fait escroqués.
a écrit le 17/03/2017 à 6:45 :
Je constate que depuis de Hollande a pris sa décision de ne pas se représenter, la courbe du chômage se redresse et l'économie repart. J'en déduis donc, que la bonne stratégie prise par notre Président et celle de ne pas se représenter. On ne peut que le remercier.
a écrit le 17/03/2017 à 6:05 :
Formi-Formidable il y en a au moins un qui est satisfait !! contrairement à ce que dit le socialiste Migot .
Les Français s'en sont aperçu aussi ; mensonge après mensonge ,Holand laisse La France dans un état lamentable l'explosion de la dette à 2.200 Milliards , un chômage en hausse , l'insécurité à cause de son intervention dans le conflit religieux entre musulmans !En 2012, le gouvernement assurait que la balance commerciale hors énergie serait à l'équilibre en 2017. Non seulement le déficit commercial ne s'est pas réduit, mais il a augmenté ,
en 2016, le déficit commercial a progressé de plus de trois milliards d'euros pour dépasser les 48 milliards d'euros. Le nombre d'entreprises exportatrices a reculé. Sans réelle surprise, le pari d'équilibrer la balance commerciale à la fin du quinquennat, hors facture énergétique, est raté.
a écrit le 16/03/2017 à 23:51 :
Il ne faut pas s"appeler Archimède pour comprendre qu'au fond de la piscine, le moindre coup de talon permet de remonter. Pas sûr que nous remontions à la surface et si tel est le cas, l'apnée a été longue et le cerveau est peut-être endommagé ...
a écrit le 16/03/2017 à 23:45 :
C'est une blague ou une afirmation serieuse ? Son bilan est une plaisenterie a lui tout seul
Réponse de le 18/03/2017 à 14:50 :
Quand on a votre grammaire et votre orthographe, on évite de la ramener...
a écrit le 16/03/2017 à 22:44 :
Article plutôt généreux pour Hollande !
Sarko ou Hollande tout ce que je souhaite c qu'ils sortent pour de bons de la vie politique ! Mais économiquement Sarkozy et bien meilleur et son bilan n'est pas mauvais ( haie! Il augmenté la dette, le déficit, le chômage), il y a eu une grosse crise, des indicateurs noirs (pétrole à quasiment 200 dollars en 2008, taux de change 1,60 dollars pour 1€, taux de dettes plus lourd = remboursement plus lourd, effondrement de la confiance des ménages dès le début de la crise et même avant à cause du pétrole, importation massive lié à des achats de produits plus premier prix de la part des ménages, endettement des ménages et des entreprises au plus haut, effondrement des rentrées fiscale, plan de relance obligatoire= coût. etc...).
Hollande : à son arrivé il avait : taux de change favorisant l'exportation, prix bas du pétrole, taux d'intérêt bas, ça aide pour relancer un pays ! Toutefois je reconnais que ces décisions économiques sont bien meilleurs depuis 2014 à défaut d'être suffisamment maîtrisés et elles ne sont que court terme !
Bref je ne fais pas ça pour défendre Sarko il avait cas être moins arrogant et mieux justifier son bilan, mais je fais ça pour que les gens soient lucides pour leur vote ! Perso ce sera Macron ou Fillon mais pour Macron à voir.
a écrit le 16/03/2017 à 22:42 :
Avec la chape de plomb fiscal et réglementaire que Hollande a imposé au Pays a défaut de réformes structurelles, cette embellie ne peut pas allé très loin. Simplement les acteurs économiques apprennent à faire avec et essayent de repartir dans le bon sens....
a écrit le 16/03/2017 à 21:48 :
Incroyable ,l'économie au dixieme de point, pret 0.1 au lieu de 0.2 % !1pts de PIB c'est 25 milliards de plus et 0.2 % de PIB en plus ce ne sont que 5 milliards de plus dans l'économie ,une misere, une goute d'eau pas de quoi remplir le creux d'une dent !Rien n'a changé depuis 20 ans !A 2 pts de croissance l'emploie se maintient ,en dessous il augmente ,en dessus il diminue .Quand au chomage la maniere de le faire diminuer est simple !On met des categories de chomeurs en formation ils sortent donc des statistiques pour y revenir un peu plus tard quand d'autres partent à leur tour en formation et le tour est joué !!!!!Notons au passage que ces formations en direction des plus faiblement diplomés ne leur amenent rien !Que faire et obtenir de plus en 6 mois de stage quand les plus diplomés qu'eux n'arrivent pas à trouver du travail ..............
a écrit le 16/03/2017 à 21:37 :
Une campagne de dédouanement dans les cents derniers mètres, remerciement pour service rendu au "préfet" de l'UE de Bruxelles!
a écrit le 16/03/2017 à 21:09 :
Au tout début du quinquennat, rappelez vous Mr Hollande disait qu'il n'y avait pas de crise...tout ça pour contredire Sarko !
C'est bien d'être prétentieux, mais pire de le montrer avec un résultat final mauvais !
a écrit le 16/03/2017 à 21:02 :
Avec des compteurs économique dans le rouge (dette, chômage,déficit...), la France finit dernière dans tous les domaines (merci à la Grèce qui arrive à faire pire) Pendant 5 ans la France a reculé pendant que nos voisins ont réformés et progressés depuis la fin de crise.
Alors se féliciter enfin d'une croissance molle revenue et de crier victoire me parait vraiment inopportun.
Réponse de le 16/03/2017 à 21:54 :
Vous pouvez faire la liste des reformes SVP !Tout le monde en France beugle il faut reformer mais quand on arrive dans les details tout le monde se debine parce que forcement on peut etre touché .....Qui peut croire que les reformes c'est toujours pour les autres jamais pour sois ........
Réponse de le 16/03/2017 à 23:10 :
Vous êtes fâchés avec les chiffres? Le déficits recule et les chiffres vont mieux. Ça poserais problème un minimum d'objectivité.
Après ça se veux du journalisme économique, mais le mot a retenir est journalisme. Partir du principe que si il y a une amélioration elle sera permanente relève du journalisme et pas de la science. C'est ignorer qu'il existe des cycles en économie et que le fait que plusieurs cycles (Courts et moyens) soient alignés n'implique pas qu'il le resterons.
Alors après cette amélioration y aura t'il une nouvelle baisse ou est-ce un effet de la politique?
a écrit le 16/03/2017 à 21:01 :
Avec des compteurs économique dans le rouge (dette, chômage,déficit...), la France finit dernière dans tous les domaines (merci à la Grèce qui arrive à faire pire) Pendant 5 ans la France a reculé pendant que nos voisins ont réformés et progressés depuis la fin de crise.
Alors se féliciter enfin d'une croissance molle revenue et de crier victoire me parait vraiment inopportun.
a écrit le 16/03/2017 à 20:56 :
Évidemment son bilan est globalement bon!

Réduction des déficits publics, amélioration de la balance commerciale... sans pour autant trop affaiblir la croissance et en ne dégradant pas l'emploi.

Il sera vu par l'histoire comme un bon président du centre droit.

On le dirait après les élections!
a écrit le 16/03/2017 à 20:30 :
Non, la politique économique de Hollande ça été trop peu et trop tard. Il faut dire qu'avec la réouverture de 60000 postes à l'Educ Nat (2,5 milliards par an en année pleine) et le matraquage fiscal (dont la mesure symbole était la désastreuse taxation à 75%) il s'était sacrément plombé dès le départ. Certaines choses sont allées dans le bon sens (le CICE et le pacte de responsabilité, la loi Macron, la loi El Khomri) mais elles ont été dans l'ensemble bien trop modestes (le montant du CICE aurait dû être trois fois plus élevé et son mécanisme aurait dû être bien plus simple : une suppression pure et simple et définitive de certaines cotisations salariales patronales) et bien trop tardives pour produire des effets favorables avant la fin du quinquennat
a écrit le 16/03/2017 à 20:20 :
L'économie n'aurait toujours pas terminée sa croissance ?
Sera jamais adulte cette pseudo science...
a écrit le 16/03/2017 à 20:15 :
Croissance 2016 de nos amis Anglais 2 %........
Réponse de le 17/03/2017 à 11:40 :
probablement un effet d'anticipation avant que le Brexit, dans 2 ans au plus tard, ne complique sérieusement l'équation économique britannique.
Réponse de le 17/03/2017 à 12:30 :
Analyse interessante de l'INSEE sur ce point pour la période 2013-2016:
Sur le plan comptable, cet écart provient principalement des dépenses des ménages et, dans une moindre mesure, des dépenses publiques, toutes deux plus dynamiques au Royaume-Uni sur la période.
Une analyse économétrique permet de préciser les mécanismes sous-jacents. Le taux d’épargne des ménages britanniques est très sensible au taux de chômage ; leur consommation a donc fortement réagi à une politique ayant privilégié l’emploi plutôt que les salaires. Ce facteur aurait contribué pour + 1,9 point au différentiel de croissance de 4,9 points.
Le contexte monétaire et financier expliquerait 2,0 points supplémentaires d’écart. La politique monétaire a été accommodante dans les deux pays. Toutefois, au Royaume-Uni, elle a entraîné une forte hausse du prix des actifs. Celle-ci s’est répercutée sur la consommation et l’investissement des ménages par des « effets de richesse » puissants, sans équivalent en France.
Enfin, la politique budgétaire aurait contribué pour 2,2 points de plus, au prix d’un déficit public bien plus important qu’en France : en 2015, le déficit « structurel » y était estimé à 5,8 % du PIB, contre 2,5 % en France.
Au premier semestre 2016, avant même le référendum, ces facteurs semblaient s’estomper, laissant présager une convergence de la croissance des deux pays. En augmentant l’incertitude auprès des investisseurs, la perspective du « Brexit » pourrait accélérer cette convergence, voire inverser le différentiel de croissance.
Réponse de le 17/03/2017 à 14:44 :
.....qui ne profite qu'aux classes aisées puisque 3,8 millions de travailleurs pauvres et une explosion de la précarité
a écrit le 16/03/2017 à 20:05 :
C'est vrai qu'en 5 ans , ce président aura augmenté de 40 milliards d'euros les impôts payés par les classes moyennes. Malgré des taux bas , un pétrole à 26 dollars le baril, ce quinquennat a vu le chômage exploser et la dette publique grimper . Qui peut sérieusement parler d'un bon bilan?
a écrit le 16/03/2017 à 19:46 :
Des qualités chez pépère.sans blague.

Pourtant tout ce que la France compte de conseil le traité de minable....

Je vois déjà les commentaires...

Enfin je reste sur mon impression qu'il reste de loin le moins mauvais d'entre eux mais son caractère ne me sert pas.
a écrit le 16/03/2017 à 19:42 :
Avec des "si" on met Paris en bouteille. Vieux proverbe français que ne connaissent pas nos jeunes journalistes.
Réponse de le 16/03/2017 à 20:50 :
????
a écrit le 16/03/2017 à 19:22 :
Bon, alors, il annonce demain qu'il se représente ? Ce serait drôle, non ? On imagine déjà la tête des autres...
Réponse de le 16/03/2017 à 20:21 :
C'est surtout sa tête à lui qui serait impayable quand il s'apercevrait qu'il lui faut trouver 500 parrainages en 24h.
a écrit le 16/03/2017 à 19:19 :
Hollande aurait donc cru à la vérité de l enseignement de l ENA .
Son sens critique ne la jamais alerté sur la non répétition du temps des cycles économiques et que selon les paramètres , un temps plus ou moins long dirigeait leur retournement qui sont cependant quasi inévitable .
Toute cette réflexion pour comprendre que la politique économique en laquelle il croit ou
qu il croyait est simplement mauvaise .
Celle de Macron va amplifier les résultats et ce qui n aurait du jamais arriver va finir par être là .
a écrit le 16/03/2017 à 19:15 :
Ne pas perdre de vue que la croissance mondiale d'aujourd'hui est deux fois moins importante que dans les années 1960-1975. Alors, vouloir faire croire aux Français que tout va pour le mieux, je m'interroge. La croissance de notre PIB est principalement tirée de l'activité mondiale qui peine à se redresser et pratiquement zéro des décisions économiques et du peu de réformes du gouvernement Hollande.
a écrit le 16/03/2017 à 19:02 :
c'est vrai qu'il s'en est mieux sorti que le gouvernement précédent , que fera le prochain?
a écrit le 16/03/2017 à 18:45 :
Notre président avait une stratégie économique? Pour reprendre les termes de cet article, je dirais qu'il s'est malheureusement englué dans la croissance molle. Par contre, hormis ses frasques envers la gent féminine, l'homme est resté intègre, ce qui ne saute pas aux yeux pour certains candidats qui se présentent aux élections aujourd'hui.
Dommage, l'histoire en retiendra un président inverti, gauche, mais avec une qualité ; Le service de l'état.
Au niveau économique, comme tous ses congénères politiques, il a privilégié le discours aux actes, avec cependant un maigre résultat sur l'évolution du déficit budgétaire, déficit, qui n'arrête pas d'augmenter pour dépasser les 2 200 mds. Voilà pour sa présidence, pour la France un quinquennat pour rien, et un score FN à faire pleurer une paire de tongs.
a écrit le 16/03/2017 à 18:42 :
La faillite de la France n'a jamais été aussi proche et la hausse des taux par la FED va nous mettre à genoux prochainement. Hollande n'a rien fait d'un point de vue économique, aucune réforme structurelle permettant de relancer ce pays paralysé. Le chômage ne s'est pas réduit malgré les mensonges (merci au emploi avenir et autres contrats financés par le contribuable, la radiation massive etc ...). Sapin et compagnie devraient être poursuivis auprès de la CJR pour trahison et incompétence.
a écrit le 16/03/2017 à 18:37 :
Il n'avait aucune chance, oui il est bien meilleur que Sarkozy mais bon faut avouer aussi que comme catastrophe le sarko on a pas encore trouvé mieux, on ne peut pas trahir à ce point son électorat tout en trouvant cela normal en faisant même comme si les électeurs de gauches étaient injustes quand même !

Alors oui il a mené une bonne politique de droite mais c'était aux électeurs de droite de le dire forcément et comme les électeurs de droite détestent le PS ben ils n'auraient pas voté pour lui de toutes façons.

Il a eu raison et il le sait très bien.
Réponse de le 16/03/2017 à 20:16 :
J'aime bien quand les gauchos justifient le bilan catastrophique de Hollande par une politique de droite.
Je pense qu'avec une vraie politique de gauche à la Hamon, vous n'allez pas être déçu.
Réponse de le 17/03/2017 à 8:59 :
"J'aime bien quand les gauchos justifient le bilan catastrophique de Hollande par une politique de droite."

Et vous avez lu ça dans quel commentaire gauchiste svp ? Non mais que je le lise moi aussi et que l'on en discute parce que sinon cela ne va pas être facile hein, merci.

"Je pense qu'avec une vraie politique de gauche à la Hamon, vous n'allez pas être déçu. "

Je ne pense pas que Hamon génère une vraie politique de gauche, pour le moment sa campagne déjà se situant au centre gauche, alors certes c'est assez rare pour le souligner malgré tout mais il semble presque sûr que si jamais il devait accéder au pouvoir il ferait comme hollande et tous les autres, une belle politique de droite.
a écrit le 16/03/2017 à 18:28 :
L'insee c'est pratiquement trompée sur a peu près tout et subitement !!!!!!!!! vous n'avez qu'a rajouter que cela est du à Mcron et la boucle et bouclée. ????? (lamentable..
a écrit le 16/03/2017 à 18:17 :
Probablement un excellent bilan économique pour Hollande.Quel dommage que les français peu éduqués en économie ne s'en rendent pas compte.Et puis je me demande pourquoi il n'a pas voulu se représenter,avec un tel bilan économique il aurait écrasé ses adversaires!
Réponse de le 16/03/2017 à 19:20 :
Je suis même sur qu'après 8 mandats de plus, il aurait fini au Panthéon !!
Réponse de le 16/03/2017 à 20:41 :
HOLLANDE ET MACRON ET VALLS ET SAPIN c'est : 3.6 MILLIONS DE CHOMEURS dont 600 000 créés par cette bande, déficit de 3.5% en France, ailluers moyenne européenne 2.4%, dette 2250 MILLIARDS SANS CRISE AVEC LES FRAUDEURS 350 MILLIARDS SANS CRISE l'Allemagne rembourse sa dette. Dites niais sot cialo à part ça quoi de neuf chez les ploucs?
Réponse de le 20/03/2017 à 9:23 :
Oui, ça se discute. Une politique économique met du temps pour donner des résultats, mais les orientations sont les bonnes : restaurer les comptes publics, améliorer la compétitivité des entreprises, mettre l'accent sur la RDI, ce sont les 3 grands axes du rétablissement, poursuivi par les Allemands il y a 10 ans ,et soutenus par l'UE. Que vous le vouliez ou non, c'est ainsi et le reste n'est que de la foutaise...
a écrit le 16/03/2017 à 18:11 :
Ca ce saurait et s'aurait été vu depuis longtemps !
a écrit le 16/03/2017 à 18:11 :
Si hollande avait fait la bonne politique
on aurait pas 500 milles chômeurs de plus depuis 5 ans Les déficits serait à 0 comme il s y était engagé et surtout le FN ne serait pas à 27%...
toute l analyse repose sur des petites améliorations à venir ou passe !!
On a 10 millions de pauvres et des français qui en ont vraiment t marre
Sans réel amélioration dans les 5 ans à venir les français renverseront la table et quitteront l Europe
Hollande aura vraiment été minable sur tous les sujets
a écrit le 16/03/2017 à 18:11 :
Ca ce saurait et s'aurait été vu depuis longtemps !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :