Bandeau Présidentielle

Financement des hôpitaux de jour : marche arrière du gouvernement

 |   |  330  mots
La FHF, qui représente les établissements de santé publics, avait critiqué début avril la nouvelle réforme tarifaire qui risquait, selon elle, d'entraîner la disparition des hôpitaux de jour, ce que le ministère de la Santé avait démenti.
La FHF, qui représente les établissements de santé publics, avait critiqué début avril la nouvelle réforme tarifaire qui risquait, selon elle, d'entraîner la "disparition" des hôpitaux de jour, ce que le ministère de la Santé avait démenti. (Crédits : AMMAR ABDULLAH)
Selon la Fédération hospitalière de France, la réforme en vigueur depuis le 1er mars visait à durcir les critères de financement de l'hospitalisation de jour (prise en charge sans nuitée à l'hôpital), en déclassant un certain nombre de prestations pour les facturer comme de "simples consultations externes", moins remboursées par l'Assurance maladie.

Le ministère de la Santé a décidé de faire marche arrière sur sa réforme de financement des hôpitaux de jour qui avait suscité la colère de la fédération représentant les hôpitaux, a appris vendredi l'AFP auprès du ministère.

Lors d'une réunion de concertation le 12 avril, "le ministère a annoncé qu'un arrêté modificatif serait pris dans les prochains jours pour revenir aux anciennes modalités de l'arrêté prestations en ce qui concerne l'hospitalisation de jour", a indiqué vendredi le ministère auprès de l'AFP.

"Un nouvel arrêté sera pris dès la concertation terminée pour retranscrire les dispositions définies au terme du processus de concertation", ajoute-t-il, confirmant une information du Figaro.

Promettant une "clarification des conditions de facturation" après les inquiétudes émises par la Fédération hospitalière de France (FHF), les autorités avaient rappelé que la concertation se "poursuivrait avec les fédérations de façon à aboutir à un texte le plus consensuel possible".

Crainte de voir "disparaître" des hôpitaux de jour

La FHF, qui représente les établissements de santé publics, avait critiqué début avril la nouvelle réforme tarifaire qui risquait, selon elle, d'entraîner la "disparition" des hôpitaux de jour, ce que le ministère de la Santé avait démenti.

Selon la FHF, la réforme en vigueur depuis le 1er mars visait à durcir les critères de financement de l'hospitalisation de jour (prise en charge sans nuitée à l'hôpital), en déclassant un certain nombre de prestations pour les facturer comme de "simples consultations externes", moins remboursées par l'Assurance maladie.

"L'objectif de cette révision n'était en aucun cas de réformer l'hospitalisation de jour en vue de générer des économies, mais de sécuriser les facturations des établissements de santé", avait assuré de son côté le ministère.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2017 à 13:47 :
""L'objectif de cette révision n'était en aucun cas de réformer l'hospitalisation de jour en vue de générer des économies, mais de sécuriser les facturations des établissements de santé",

Réponse mensongère de politiciens puisque votre information est claire et nette: "en déclassant un certain nombre de prestations pour les facturer comme de "simples consultations externes", moins remboursées par l'Assurance maladie "

Merci pour cet article

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :