France : la croissance atteint 1,1% en 2015

 |   |  231  mots
"Malgré les conséquences inévitables des attentats (...) les Français n'ont pas baissé les bras", a dit Michel Sapin.
"Malgré les conséquences inévitables des attentats (...) les Français n'ont pas baissé les bras", a dit Michel Sapin. (Crédits : © Mariana Bazo / Reuters)
Au quatrième trimestre, la croissance du PIB s'est établie à 0,2%. Michel Sapin estime que "2015 a été l'année de la reprise".

Objectif tenu. La croissance française a légèrement ralenti à +0,2% au quatrième trimestre 2015, un niveau conforme aux attentes, la bonne tenue de l'investissement des entreprises permettant de compenser la faiblesse de la consommation des ménages, selon la première estimation publiée vendredi par l'Insee. Pour rappel, la hausse du PIB avait atteint 0,3% au troisième trimestre.

La reprise doit "s'amplifier en 2016"

En 2015, la croissance du Produit intérieur brut (PIB) a atteint 1,1% en France. Ce chiffre, conforme aux dernières prévisions du gouvernement, est le plus haut niveau atteint depuis quatre ans. Il est cependant inférieur à celui de la zone euro, qui devrait atteindre 1,5% en 2015, selon l'Insee.

Sapin s'est enthousiasmé: "Malgré les conséquences inévitables des attentats (...) les Français n'ont pas baissé les bras" au dernier trimestre. 2015 a été l'année de la reprise", qui "doit s'amplifier en 2016", a expliqué à l'AFP Michel Sapin. Ce dernier, prudent anticipait une croissance de 1% cette année.

Les investissements des entreprises en hausse de 2% sur un an

Dans le détail, en 2015, les dépenses de consommation des ménages, qui contribuent traditionnellement à la solidité de l'activité, ont augmenté de 1,4%. Les investissements des entreprises, moteur attendu d'une reprise économique durable, ont pour leur part progressé de 2% par rapport à 2014. Les exportations ont, quant à elles, bondi de 5,9% en 2015, alors que les importations ont augmenté de 6,1%.

(Avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2016 à 17:48 :
Ils racontent n'importe quoi, pour faire baisser le chômage il vous faut une croissance d'au moins 2 % par an et cela conséqutivement.
a écrit le 01/02/2016 à 23:28 :
1.1 de croissance qu elle affaire je vois que mr sapin à bien apris sa leçon car 2016 vas pas être tout rose pour la france le pétrole bas les taux bas sa dur qu un temps la france vas devoir faire avec le ralentissement brutal de la Chine le coup de freins en Amérique la Russie qui tremble le Brésil qui pleure l alignement des planètes vas en prendre un sacrés coup vive mr sapin
a écrit le 31/01/2016 à 12:48 :
Toujours aussi fort en économie les socialistes. Vraiment un bon bilan plus 700 000 chômeurs depuis 2012, une croissance atone, des taux de prélèvements obligatoires des plus hauts des pays occidentaux et des déficits non maîtrisés.
Il faut voter François Hollande en 2017 pour que cela continue.
A j'avais c'est la faute de Sarkozy qui nous avait laissé la France dans un tel état économique mais les socialistes en presque 4 ans de pouvoir n'ont pas trouvé la recette pour rétablir la situation .
a écrit le 31/01/2016 à 2:54 :
1.1% ALORS QU'ELLE EST DE 1.5% en Europe ? Et se péter les bretelles
alors qu'on BÉNÉFICIE DES CONDITIONS OPTIMALES ? DE LA CONJONCTION
DES PLANÈTES, AVEC LE PRIX DU PÉTROLE DANS LES FONDS DE FOND ?
SANS COMPTER LA BAISSE DE L'EURO ? Ce 1.1% est l'aveu d'une incompétence
et d'une impuissance aussi navrante qu'épouvantable ! Et s'en faire une gloire
est la preuve de gouvernants DÉCONNECTÉS .... AU MIEUX ?
a écrit le 30/01/2016 à 18:13 :
ça s'est pas vu sur l'emploi et les salaires alors la croissance à sapin moi je dis : pipo !
a écrit le 30/01/2016 à 17:31 :
1.1% de croissance alors que "toutes les planètes sont alignées", ça nous fait une belle jambe, et surtout 90 000 chômeurs en plus.

J'attends surtout des propositions concrètes pour savoir comment on va résorber un volant de 6 millions de chômeurs plus ou moins à temps complet, sans attendre d'avoir 3, 5 ou 10% de "croissance", parce que ça n'arrivera pas.
a écrit le 29/01/2016 à 18:41 :
Comme il a déjà dit "il y a un frémissement ..."
a écrit le 29/01/2016 à 17:10 :
Bon, c'est pas énorme, c'est vrai, mais toujours bon à prendre !!! Cela dit, je me souviens quand la Suisse avait des taux de croissance de cet ordre, 1%, 1,5%, et on rigolait un peu... Sauf que les Suisses faisaient remarquer qu'ils n'avaient pas d'inflation... Et qu'avec 2% d'inflation (objectif de la BCE), cela fait ,à la louche, un bon 3%....Alors quand la France affichait 5% de croissance du PIB, j'aimerais bien savoir si c'était inflation comprise ou non ? Qui répond ?
Réponse de le 30/01/2016 à 14:48 :
Les taux de croissance du pub donnés sont une fois déduite l'inflation. On parle de pib réel ou en volume, voire pub en euros constants. Mais souvent ces termes complémentaires sont omis du langage courant. Le pib avec inflation est appelé pub nominal ou pib en euros courants.
a écrit le 29/01/2016 à 13:18 :
Qui peut encore croire en l'INSEE ???
Réponse de le 29/01/2016 à 15:22 :
Sauf si elle avait annoncé une baisse évidemment !
a écrit le 29/01/2016 à 13:02 :
Quelle intelligence , il devrait revendiquer le poste de PRÉSIDENT

La honte ne tue pas
a écrit le 29/01/2016 à 13:00 :
@BONJOUR : Ce n'est pas possible ce jour et à marquer d'une pierre blanche mais ou notre Président Normal va t il s'arrêter 1,1 % de croissance mais ce gouvernement nous prend pour des c..s et l'an prochain de plus en plus croissance 1,2 % qui dit mieux !
Réponse de le 29/01/2016 à 22:01 :
Baisse de l'€, baisse du coût du pétrole, baisse des taux de d'emprunt, le président normal n' y est pour rien du tout, lui il fait de la com, et avec tout ça 1,1% il n'y a pas de quoi pavoiser.
a écrit le 29/01/2016 à 13:00 :
@BONJOUR : Ce n'est pas possible ce jour et à marquer d'une pierre blanche mais ou notre Président Normal va t il s'arrêter 1,1 % de croissance mais ce gouvernement nous prend pour des c..s et l'an prochain de plus en plus croissance 1,2 % qui dit mieux !
a écrit le 29/01/2016 à 12:45 :
Qui croit encore le PS ?
Réponse de le 29/01/2016 à 14:23 :
Si, il y en a un, élu ps (message de 12h17)... Une chose est certaine, soit Michel Sapin nous enfume, soit Marc Fiorentino n'est pas un bon analyste, puisque d'après lui, la croissance de 1.1% est directement liée à la chute des matières premières, (dont le pétrole) que nous important en masse et à la baisse de l'euro par rapport au dollar qui favorise nos exportations.
Marc, j'attends avec impatience votre commentaire!... Mais ne vous pressez pas, j'ai parié sur vous!
a écrit le 29/01/2016 à 12:41 :
1,1% de croissance. Donc, 1,1% de richesses en plus. Or, tout le monde s’appauvrit. Où vont donc ces richesses ? Qui les confisque ? Ce serait intéressant qu’enfin, tout cela soit expliqué. Cela aidera les gueux à comprendre qui les tond.
a écrit le 29/01/2016 à 12:17 :
au moment ou la croissance mondiale décélère,la croissance française accélère!Big Up pour Sapin et sa politique courageuse!
Réponse de le 29/01/2016 à 18:51 :
vous savez lire un article? 1,5% de croissance pour l'Europe et 1,1% pour la France. La France est donc le boulet de l'Europe. C'est quoi votre raisonnement? de l'intox ou de l'imbecilité. Pour info, les constructeurs semblent interdire pour ces nouveaux modeles de s'approvisionner en France (pour toutes les usines hors France). Super pour nos exportations. Quelques fermetures sont annoncées ou prévues pour les fournisseurs en 2016; Vous pouvez m'ecrire pour avoir les details, vous ne semblez pas tres bien informé. Courage vous serez dans l'opposition bientot.
a écrit le 29/01/2016 à 12:14 :
"France Stratégie vient de publier une note d'analyse sur les causes du retard français en matière de productivité. Surprise, elle n'évoque pas l'insupportable coût du travail, mais le manque d'investissement dans le numérique des entreprises tricolores. Parmi les causes mises en avant dans cette étude figurent notamment un tissu d'entreprises peu productives trop protégées qui ont fait des choix d'investissement peu judicieux, ainsi que des pratiques de management peu efficientes. La bonne nouvelle paradoxale de cette étude : les entreprises en ont sous le pied si elles migrent enfin vraiment vers le numérique..."
http://www.usine-digitale.fr/editorial/au-secours-les-entreprises-francaises-ont-oublie-d-investir-dans-le-numerique.N376319
a écrit le 29/01/2016 à 11:49 :
Que dire de plus que tous ? Nous vivons une époque noyée de jargons et de chiffres, et où l'humain a vendu son âme au manichéisme technocratique de la digitalition de tout partout et dans l'immédiateté exigée. Alors, la com à gogo, ça éructe ou jase et la défiance a remplacé la confiance. On parle de démocratie et tout autant de guéguerres, terrorisme, conflits de civilisations sinon de religions. L'Occident critiqué orientalise selon des flux économiques ses moeurs et mentalités. On accuse les menteurs de mensonges alors qu'on les adopte ; un oriental haut placé dans son pays répondit à ma remarque sur ses succès et notabilité que son plus grand succès était son épouse, extraordinaire mais qui était française et qui croyait comme tous les français que les gens POUVAIENT dire la vérité. Alors que dire ou ne pas dire de pareille croissance en France ?
a écrit le 29/01/2016 à 11:33 :
Depuis le temps que tout va mieux, pourquoi ne parle t-il pas de la redistribution des fruits de la croissance ?
L'état doit rembourser aux ménages puisque la machine est repartie depuis un bon moment dixit Sapin.
Il est temps que l'état fasse des chèques, surtout en année préélectorale.
a écrit le 29/01/2016 à 11:11 :
comme tout le monde j'aimerai que ce soit plus pour voir le chômage baisser, mais j observe que c'est conforme aux prévisions du gouvernement, c'est plutôt rare quelque soit le gouvernement.
8 ans après la chute de Lehman, notre déficit va revenir à son niveau pré crise donc baisse d impôt en vue, les marges des entreprises s'améliorent donc l'investissement a repris et l'emploi doit suivre.
Cette possibilité de cercle vertueux doit nous permettre de réaliser les réformes structurelles moins douloureusement surtout avec les taux bas, qui semblent devoir perdurer encore pour quelques années, pour améliorer notre croissance potentielle et être prêt pour la prochaine crise.
Pour rappel à ceux qui veulent toujours toujours plus, le taux de croissance moyen de très longue période est autour de 1.5%, les 30 Glorieuses étaient une paranthèse...
Il nous faut un choix clair pour 2017, année charnière du cycle, et le prochain quinquennat sera décisif.
a écrit le 29/01/2016 à 11:09 :
En fait, le gouvernement n'y est pas pour grand chose. La baisse du pétrole , des matières
premières, de l'euro et les taux bas sont des facteurs exogènes qui échappent complètement aux responsables politiques. En revanche, les socialistes ne réforment
pas assez rapidement alors que le contexte est favorable. Le pétrole peut remonter,
les taux aussi et comme dans la fable de la Fontaine, Sapin aura chanté tout l'été , mais quand l'hiver ...on connaît la suite.
a écrit le 29/01/2016 à 10:32 :
"Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?" Je vois Ribouldingue qui se pâme, le Boulet qui s'enflamme, le Matamore qui s'exclame, monsieur Gendre qui déclame, dans cette tragi-comédie où le verbe remplace l'action, dans le déchirement des passions, les calculs à foison, et la raison en prison, dans une France en déréliction.
a écrit le 29/01/2016 à 10:21 :
C'est incroyable! Comment peut-on tenter d' enfumer les gens à ce point en pensant qu'ils vont avaler tout rond cette énormité. Après la baisse de la hausse, la seule évidence consécutive à son inaction et à ses déclarations successives, c'est son incompétence proverbiale.
a écrit le 29/01/2016 à 9:59 :
Le taux de croissance 2014 a été quasi nul .Celui de 2015 est composite .Il est d'abord du a un effet de rattrapage ,des achats des consommateurs et des investissements prévus pour 2014 et non réalisés qui se concretisent en 2015 comme on le voit dans l'industrie automobile par exp .Ce sont des effets temporaires et passagers qui ne serraient etre une tendance de fond .Energie et matieres premieres au plus bas ,taux d'interets historiquements faibles, voila une conjoncture des plus favorables pour une croissance bien plus forte.En y ajoutant une inflation quasi nulle ,on aurait pu attendre beaucoup mieux, meme si l'acceleration en économie est lente ;Malheureusement ,les previsions internationnales sont plutot sombres avec des BRICS au plus bas une croissance americaine qui va finir par se poser et une croissance européenne bien falote qui ne tirera en rien les exportations françaises ,donc l'activité économique qu'il y a derriere .C'est bien connu ,à 2 pts de croissance le chomage se maintient à son niveau ,au delà il diminue ,en deçà il augmente .Les artifices du gouvernement pour soustraire certains chomeurs des statistiques changeront peut de choses pour inverser la courbe ,ça pourra simplement la maintenir au niveau actuel ce dont Hollande pourra toujours se glorifier en fin d'année en annonçant sa candidature .Les blocages sont bien connues et ne sont pas dus comme le disent certains aux differents niveaux sociaux puisque ceux çi étaient les memes il y a 10 ans et plus et la croissance y était beaucoup plus vigoureuse .Tant que la confiance ne serra pas là ,le croissance ne pourra pas redémarrer fortement .
Réponse de le 29/01/2016 à 11:22 :
il ne vous a pas échappé j'imagine qu'il y a eu notamment une crise énorme en 2008 qui a creusé la dette, les déficits, durci les réglementations bancaires, engendrée des pressions énormes déflationnistes et donc du chômage et de la destruction de valeur etc...
Tant qu' à comparer l'incomparable, 10 ans après la crise de 29 c'était la 2eme guerre mondiale, ça relativise...
Libre à vous de tout noircir, mais ça parait contradictoire avec votre souhait louable de voir revenir la confiance....
Réponse de le 30/01/2016 à 19:13 :
Reponse a de @sez;Tous les pays ont étés touchés et financierement bien plus que la France .L'état a prété aux banques française qui ont tout remboursés capital plus interets en moins de 3 ans !La réalité n'a pas à etre noire ou blanche elle est ce qu'elle est ,il ne faut pas la voir à travers ses oeilleres politiques car on voit trouble dans ces cas là ..........
a écrit le 29/01/2016 à 9:42 :
Comment le Ministre de l'économie peut-il parler, sans honte, de l'année de la reprise, avec 1,1% de croissance ?
Le pétrole est au plus bas, les taux d'intérêts sont au plus bas : les planètes sont alignées pour que l'on reparte de manière beaucoup plus vigoureuse que ce n'est le cas.
Seulement, pour repartir, il faut faire des réformes, proposer des choses, faire preuve de créativité, et surtout de courage... Autant d'attributs que n'a pas ce Ministre, ni ce Gouvernement en général.
Honteux
Réponse de le 29/01/2016 à 10:33 :
Bah à part les nations qui étaient descendues très bas, comme Italie, Portugal, Espagne, qui ont croissance forte par réaction, les autres de l'UE ne cassent pas des briques, alors qu'elles profitent aussi des mêmes baisses.
Et c'est connu, 1% ne peut que stabiliser l'emploi cause plus d'actifs chaque année.
Le bâtiment repart, c'est ce qui ce dit dans le milieu de l'intérim et des sous-traitants, et les permis de construire augmentent significativement.
Délai moyen de mise en chantier:
5 mois pour les logements individuels.
8,5 mois pour les logements collectifs.
La croissance arrive.
a écrit le 29/01/2016 à 9:41 :
Roh le commentaire de Sapin, il a manqué une bonne occasion de me surprendre!
a écrit le 29/01/2016 à 9:19 :
Michel Sapin estime que "2015 a été l'année de la reprise"
Je ne savais pas que M Sapin était spécialiste de la couture ! Dior , Hermes ?
Mais s'il s'agit de la reprise économique , il est le seul au parfum .
a écrit le 29/01/2016 à 9:15 :
on y arrivera quand dans le sapin lol
a écrit le 29/01/2016 à 9:06 :
Le gouvernement se gargarise de ce chiffre brut de "mini-croissance" !
Mais si veut regarder la réalité en face, on regarde les chiffres de la courbe du chomage, y compris les chômeurs "hors catégorie A", et là... on voit bien la catastrophe !
Si on veut voir la réalité, on compare les résultats économiques de la France avec ceux de ses partenaires, et là, on constate que notre gouvernement a un super résultat : bon dernier !!
Le pire, c'est que la dernière crise date de 8 ans en arrière, et que depuis, les taux d'intérêt (pour financer l'endettement publique) sont au plus bas et ne peuvent QUE remontés, que l'économie américaine qui se portait bien est en train de fortement ralentir, la croissance chinoise est en chute libre. Quand au Brésil (2e marché de Renault, par exemple, et idem pour casino et carrefour), c'est le marasme depuis 2 ans !
Enfin, l'OPEP est en train de revoir sa production pour faire remonter les prix du pétrole !
Espérer une amélioration grace au commerce extérieur dans ces conditions relève de l'incompétence économique la plus totale... c'est une bonne description de notre gouvernement !
a écrit le 29/01/2016 à 8:59 :
Et l inflation de combien des chiffres troquets inflation 0 c est feux tout a augmenté pas de pouvoir d achat ? En 2015 /2016 retraite gèle les petits ok mais ils non pas cotiser assez aidé trimé des cotisations à 50 %
a écrit le 29/01/2016 à 8:51 :
La reprise doit "s'amplifier en 2016" d'après notre Ministre. Ou pas. Car certains de nos clients ont moins de rentrées de liquidités pour acheter nos productions nationales. Ces mêmes pays n'ont certainement pas les mêmes taux de crédit que ceux de la France. Et ceci va très vite se ressentir. Je ne doute pas que les grands oracles de la lecture dans le marc de café, FMI, Banque Mondiale revoient à la baisse toutes les croissances. Donc par ricochet, la notre baissera. Car contrairement à une comptine de notre " cher Président" toutes les économies sont liées. Car nous sommes tous en même temps des clients et des vendeurs. Des grands contrats actuellement en cours risquent d'être étalé dans le temps voir annulé.
a écrit le 29/01/2016 à 8:42 :
super, on fait mieux que les grecs !
mais encore moins bien que tous les autres pays d'europe: ça laisse de l'espoir
Réponse de le 29/01/2016 à 9:08 :
... et pour la courbe du chômage, on fait pire que les grecs !!
Et à part un maquillage des statistiques, je ne vois pas comment une amélioration de la courbe du chômage serait possible !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :