France : les prix à la consommation reculent de 0,3% en juillet

 |   |  377  mots
Les prix de l'alimentation ont à peine bougé sur un mois (+0,1%), mais ils augmentent toutefois de 0,7% sur un an.
Les prix de l'alimentation ont à peine bougé sur un mois (+0,1%), mais ils augmentent toutefois de 0,7% sur un an. (Crédits : Neil Hall)
L'inflation est freiné par les soldes et surtout les prix de l'énergie. En juillet, ces derniers ont enregistré une baisse pour le cinquième mois consécutif (−1,3%), attribuée par l'Insee au repli des produits pétroliers, ainsi qu'à celui du gaz naturel et du gaz de ville. Sur un an, l'indice d'inflation sous-jacente croît de 0,5%.

Les prix à la consommation ont reculé de 0,3% en juillet en raison des soldes d'été et d'un nouveau recul des prix de l'énergie, a confirmé vendredi l'Insee dans ses chiffres définitifs. Sur un an, les prix ont poursuivi leur hausse au même rythme qu'en juin (+0,7%), a précisé l'institut national de statistiques dans un communiqué.

Les produits manufacturés et les prix de l'énergie en baissent

Sur un mois, les prix des produits manufacturés ont connu une baisse saisonnière due aux soldes, avec un recul de 2,9% identique à celui d'il y a un an, entraînés avant tout par l'habillement et les chaussures (−14,8%). Ils ont cédé 0,4% sur un an.

En juillet, les prix de l'énergie ont enregistré une baisse pour le cinquième mois consécutif (−1,3%), attribuée par l'Insee au repli des produits pétroliers (−1,5%), ainsi qu'à celui du gaz naturel et du gaz de ville (−3,9%), les prix de l'électricité demeurant identiques depuis août 2016. Sur un an, ils augmentent de 1,9%, comme le mois précédent.

L'inflation est soutenue par la hausse des prix des services

A l'inverse, les prix des services ont augmenté comme chaque année en juillet pendant les vacances d'été (+1%). Sur un an, ils progressent toutefois de 1,9%. Les prix des services d'hébergement sont ainsi en hausse de 10,5% sur un mois, "à peine plus qu'en juillet 2016" (10,3%), a souligné l'Insee.

De même, de manière saisonnière, les tarifs des transports aériens ont "fortement" accéléré (+21,8% contre 21,7% en juillet 2016) sur un mois. Les prix des tarifs d'assurance se sont redressés le mois dernier (+0,4%), en raison notamment "de la fin d'offres promotionnelles sur les contrats d'assurance habitation".

Quant aux prix de l'alimentation, ils ont à peine bougé sur un mois (+0,1%), mais ils augmentent toutefois de 0,7% sur un an.

L'inflation sous-jacente reste stable

Par ailleurs, l'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH), utilisé pour les comparaisons au sein de l'Union européenne, est aussi à la baisse sur un mois (-0,4%). Sur un an, il augmente de 0,8%, comme en juin.

Quant à l'indice d'inflation sous-jacente (ISJ), il est resté stable après avoir augmenté de 0,1% en juin. Sur un an, il croît de 0,5%, une hausse un peu plus soutenue qu'en juin (+0,4%).

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2017 à 12:39 :
Le prix des œufs et du poulet devrait baisser dû à une légère surproduction par rapport à la demande !
a écrit le 14/08/2017 à 11:40 :
depuis des annees le pouvoir d achat des travallieurs diminue et celui des retraites encore PLUS la rentre seras chaude et social???
Réponse de le 16/08/2017 à 9:19 :
Ce que vous dites est faux....
a écrit le 12/08/2017 à 16:40 :
Si on publie qu'en France les prix reculeraient, n'est-ce pas bon pour le consommateur, mais n'est-ce pas aussi révélateur d'une économie de marché garantis qui feraient des grosses commissions sans augmenter les salaires ou la consommation? Peut-on cautionner qu'en Europe on publie une masse monétaire de 4 fois celle des USA sans augmentation des salaires? Ne devrait-on, si l'économie est une conversation de marché déconnectée des faits, d'augmenter la masse monétaire à 15 fois les USA pour augmenter la demande et donc les salaires pour se payer à ne rien faire sur le dos des mauvais responsables ou de zombies, pourquoi ne pas faire une forme de cotation des cv pour faire une augmentation maximum de la demande et donc des salaires pour une loi d'enrichissement maximum en le moins de temps possible? A-t-on une bonne blague sur le mauvais fonctionnement de l'économie de marchés garantis, les entreprises aidées valent-elles plus que les eti à la bourse des mots déconnectés des faits?
a écrit le 11/08/2017 à 15:14 :
Ce qui n'empêche pas la hausse continuelle du Gaz , de l'électricité, des transports
des assurances , mutuelles etc... On ne sait pas comment est calculée par l'INSEE cette
inflation. Encore un bon prétexte pour ne pas augmenter les salaires ou les retraites.
Réponse de le 16/08/2017 à 9:22 :
En 2017 le prix de ...mon billet de train à baisser, de ma mutuelle a baissé et de mon assurance a baissé...Arrêtez de raconter n'importe quoi....Et mon salaire a été augmenté de 1%
a écrit le 11/08/2017 à 14:54 :
Un blog sur lequel je viens de tomber intéressant:"L’ARNAQUE DU MODE DE CALCUL DE L’INFLATION" http://loeildebrutus.over-blog.com/article-l-arnaque-du-mode-de-calcul-de-l-inflation-partie-1-2-112922226.html

Les objections y sont plus que pertinentes.
Réponse de le 16/08/2017 à 9:23 :
c'est vrai il faut mieux croire un blog obscur que l'insee...lol
Réponse de le 17/08/2017 à 11:23 :
"c'est vrai il faut mieux croire un blog obscur que l'insee...lol "

Non il suffit juste de lire les deux, de les recouper avec des informations que l'on connait déjà, de les mettre en perspective avec notre système qui repose sur de la compromission intégrale entre hommes politiques et hommes d'affaires et penser.

Penser ? Vous voyez ce dont je parle ?

"lol"
Réponse de le 17/08/2017 à 12:11 :
j'ai répondu à votre incroyable et si pertinente intervention mais à priori la modération devait penser que c'était trop pour votre capacité cognitive.

Je viens donc de signaler votre trollage, c'est plus simple finalement.
a écrit le 11/08/2017 à 14:12 :
CHUT ! ne le dites pas trop fort : nos gouvernants et la patronat vont s'empresser de baisser les salaires et les retraites...
a écrit le 11/08/2017 à 13:23 :
Mais bien sûr les prix de la consommation sont en baisse. On se fout de notre gueule.
a écrit le 11/08/2017 à 12:55 :
L'INSEE prend les consomateurs pour des (cons) a moins de regarder a coté comment ils peuvent dire que les prix ont baissés , (huile beurre café sucre ) et meme ils réduisent la quantité pour le meme prix. Vous faites de la désinformation !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :