Île-de-France : les cadres prêts à des sacrifices salariaux pour aller en région

 |   |  430  mots
D'après cette étude, 80% des cadres interrogés envisagent sérieusement une mobilité en région.
D'après cette étude, 80% des cadres interrogés envisagent sérieusement une mobilité en région. (Crédits : Gonzalo Fuentes)
Pour travailler et vivre en région, 90% des cadres concernés sont prêts à des concessions importantes dont une baisse de salaire (56%), selon une enquête. Bordeaux arrive en tête des villes préférées (58%), suivie de Nantes (43%) puis Lyon (40%).

Ville Lumière aux plus de 200 musées mais aussi ville polluée, envahie de touristes aux dires de certains, aux loyers exorbitants et connaissant un très fort coût de la vie, Paris fatigue les cadres. Ils sont ainsi une majorité à se dire prêt à quitter la capitale ou la région Île-de-France pour aller vivre en région et connaître un environnement plus paisible et moins coûteux, améliorant leur qualité de vie quotidienne et leur bien-être, et ce au détriment de leur salaire, selon une enquête* publiée mardi par Cadremploi.

Pour travailler et vivre en région, 90% des cadres concernés sont prêts à des concessions importantes dont une baisse de salaire (56%). L'étude précise néanmoins que cette tendance touche avant tout les "hauts revenus" puisque 68% des cadres prêts à cette baisse de revenu gagnent "plus de 90.000 euros par an". D'autres accepteraient en revanche une "reconversion professionnelle" (48%) ou "un niveau de poste moins élevé" (35%).

Statista cadres franciliens

[Une infographie de notre partenaire Statista]

Nette préférence pour Bordeaux

D'après cette étude, 80% des cadres interrogés envisagent sérieusement une mobilité en région, notamment lorsqu'ils vivent en couple, sont locataires et ont un enfant. 94% souhaitent partir d'ici cinq ans dont 40% dans moins d'un an, précise cette enquête annuelle qui relevait déjà cette tendance dans son édition 2016.

Bordeaux arrive en tête des villes préférées (58%), suivie de Nantes (43%), Lyon (40%), Toulouse (32%) et Montpellier (27%). Paris (6%) se fait doubler par Brest (7%) et Rouen (8%) et arrive en dernière position.

Les transports, faille francilienne

Si les cadres reconnaissent à la Ville Lumière une accessibilité rapide à tous les services (53%), la possibilité d'y exercer un travail intéressant (49%) et une vie culturelle riche (49%), 55% d'entre eux ne sont pas satisfaits de leur vie actuelle.

Le temps de transport, de plus d'une heure quotidienne pour sept cadres sur dix, arrive en tête des fléaux parisiens: 68% d'entre eux le placent en tête des raisons de leur insatisfaction motivée par des "retards réguliers", des "infrastructures parfois vétustes" ou des "embouteillages intempestifs". Ce chiffre monte à 84% chez les banlieusards et à 76% chez ceux qui ont deux enfants. Le coût de la vie arrive en deuxième position (55%), suivi des problèmes de logement (53%), en particulier chez les personnes vivant dans Paris intramuros (72% et 67%).

*[L'enquête a été réalisée du 7 au 12 juillet par questionnaire auto-administré en ligne auprès de 2.858 candidats inscrits sur le site internet de Cadremploi. L'ensemble des répondants occupent un poste, selon Cadremploi.]

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2017 à 0:51 :
Lisez bien l'article de Cadremploi. Je suis parti de paris, mais ça ne me rendra pas suffisamment peu critique pour lire votre article, qui, par sa sur présence de chiffre, trompe la réalité.
a écrit le 30/08/2017 à 18:29 :
Finalement le problème n’est pas le salaire.

Il est évident qu'il y a beaucoup d'inconvénients à vivre à Paris et c'est souvent pire en banlieue. Mais il y a l'avantage de pouvoir changer facilement d'entreprise ou de faire carrière. Certes il faut se satisfaire de la pollution, des bouchons interminables et des temps de trajet, du rythme de travail et du stress... Mais d’un autre coté il y aune richesse culturelle et une ouverture d’esprit que l’on ne retrouve pas dans beaucoup de villes de province.

L’idéal serait de pouvoir alterner et de partir en province afin de gagner en qualité de vie. Le problème est qu’il n’est pas sur que les provinciaux acceptent de partir dans l’autre sens.

Ni d'ailleurs qu’ils acceptent les héliotropistes, alors choisissez bien votre région.
a écrit le 30/08/2017 à 9:08 :
"les cadres prêts à des sacrifices salariaux pour aller en région mais avant tout les "hauts revenus" puisque 68% des cadres prêts à cette baisse de revenu gagnent "plus de 90.000 euros par an".

Tu parles d'un sacrifice.
a écrit le 29/08/2017 à 16:42 :
Curieux. il n' y a jamais eu auant de les cadres qui fuient Paris et de migrants qui affluent. ?
Quelqu'un peut il m expliquer ces vases communicants ?
Est il plus facile d' 'être un migrant qu' un cadre à Paris ?
Réponse de le 29/08/2017 à 18:18 :
C'est l'effet Hidalgo.
Réponse de le 30/08/2017 à 10:47 :
@curieux
" il n' y a jamais eu auant de les cadres qui fuient Paris et de migrants qui affluent"

Les cadres fuient... Vous pensez que ça a un rapport avec les prix des logements qui ont plus que triplé en 15 ans? Du coup, les Anglo-Saxons ont un mot pour ça : les cadres ne partent pas de gaieté de coeur, ils sont "priced out" ("chassés par les prix" en quelque sorte).
Et les mêmes qui déplorent que Paris soit devenue une ville "sale, polluée, envahie par les migrants et les hordes de brigands, dans laquelle on peut même plus bagnoler tranquille" et autres complaintes visant à dépeindre la ville comme un mélange de Bagdad et Raqqa sont les mêmes qui trouvent tout à fait normal et justifié que le moindre taudis hors d'âge situé à l'intérieur du Périphérique se négocie 9000€ le mètre carré en moyenne (et même les coins les plus glauques de La Goutte D'Or sont à plus de 5K).
Donc à un moment il va falloir arrêter la dissonance cognitive et choisr :
- Soit Paris est une sorte d'enfer sur Terre, et dans ce cas vous serez priés de nous vendre vos logements à prix massacrés (simplement les prix décents qui avaient encore cours entre l'extinction des dinosaures et le début des années 2000, ça conviendra) à nous autres cadres nés "un peu trop tard" qui cherchons essentiellement à nous loger à une distance raisonnable du travail.
- Soit vous considérez que les tarifs indécents (loyers et prix) sont to-ta-le-ment justifiés, et vous admettez par là qu'en fait Paris ne s'est jamais aussi bien portée.
a écrit le 29/08/2017 à 15:31 :
Bordeaux c'est pas mal, mais avec le TGV qui met Bordeaux à 2 heures de Paris, les prix de l'immobilier sont en train de grimper.
a écrit le 29/08/2017 à 15:18 :
Euh, apparemment, ils ne veulent pas vraiment aller "en région", mais aller là où, pour l'instant, c'est moins cher, notamment du point de vue loyer. Quant à vraiment aller "en région" (la campagne), cela me parait plus difficile, car il n'e a pas d'emplois :-)
a écrit le 29/08/2017 à 12:34 :
On se demande surtout ce qu'ils font encore à Paris. Cette ville c'est la ruine assurée et qualité de vie pourrie. Pour avoir vécu/travaillé à Paris et en Province, Paris avait beaucoup d'avantages il y a plusieurs années comme des salaires bien plus élevées des boulots plus intéressants et un coût de la vie supportable. Aujourd'hui à moins d'être membre d'un comex rémunéré 200k avec tous frais payés (scolarité des enfants comprise) vous perdez votre temps dans cette ville. Fuyez pendant qu'il en est encore temps car les salaires et les prix de l'immobilier grimpent très vite en province.
Réponse de le 30/08/2017 à 11:20 :
Mieux encore, quittez la france. Vous serez mieux paye et mieux considéré.

Enfin, il ne faut pas desesprere: il n y a plus d argent dans les caisses. donc la politique du logement cher a coup de PTZ et Pinel va s arreter. Sans subvention le marche va baisser (surtout quand les taux vont remonter)
a écrit le 29/08/2017 à 11:52 :
Y'a que moi qui trouve ce titre extrêmement prétentieux !?
Les pôôvres petits parisiens obligés d'aller en province... elle existerait donc !?
a écrit le 29/08/2017 à 11:52 :
Y'a que moi qui trouve ce titre extrêmement prétentieux !?
Les pôôvres petits parisiens obligés d'aller en province... elle existerait donc !?
a écrit le 29/08/2017 à 11:45 :
Y'a que moi qui trouve ce titre extrêmement prétentieux !?
Les pôôvres petits parisiens obligés d'aller en province... elle existerait donc !?
a écrit le 29/08/2017 à 11:45 :
Y'a que moi qui trouve ce titre extrêmement prétentieux !?
Les pôôvres petits parisiens obligés d'aller en province... elle existerait donc !?
a écrit le 29/08/2017 à 11:45 :
Y'a que moi qui trouve ce titre extrêmement prétentieux !?
Les pôôvres petits parisiens obligés d'aller en province... elle existerait donc !?
a écrit le 29/08/2017 à 11:44 :
Y'a que moi qui trouve ce titre extrêmement prétentieux !?
Les pôôvres petits parisiens obligés d'aller en province... elle existerait donc !?
a écrit le 29/08/2017 à 11:12 :
Lyon-Paris, c'est 2 heures en TGV : et la traversée de Paris en heures de pointe, c'est combien de temps ? ... parce que les Alpes, c'est à moins de 2 heures de Lyon, et la mer à moins de 3 heures !
Réponse de le 29/08/2017 à 15:45 :
Tout est dit !
Réponse de le 29/08/2017 à 15:46 :
Tout est dit !
Réponse de le 29/08/2017 à 15:46 :
Tout est dit !
a écrit le 29/08/2017 à 10:57 :
Dégagez les poids lourds aux heures de pointe et ça régulera tout seul 80% des bouchons.
C'est très simple et ça ne coûte pas un rond.
Réponse de le 29/08/2017 à 11:09 :
et bien sur, vous doublez vos tarifs de livraison pour payer les chauffeurs arrêtés au bord des route (nb: penser à créer des parkings PL autour de Paris !), et payer le surcout en amortissement engendré par la moibndre utilisation du matériel !!!
Réponse de le 29/08/2017 à 12:27 :
Cela n'est pas suffisant mais c'est toujours bon à prendre.
Réponse de le 29/08/2017 à 14:48 :
y a pas beaucoup de camions sur le peripherique a 8 h le matin...
Et de toute facon vu la limitation de vitesse, ca va pas ralentir grand chose

en plus comme il n y a plus beaucoup d industrie dans paris, il y a peu besoin de poids lourds
a écrit le 29/08/2017 à 10:49 :
A plus de 5k€ par mois, encore heureux qu'ils veuillent bien baisser leurs salaires...
Toute une caste de nantis qui se plaint de payer trop d'impôts alors qu'ils émargent à plus de 4000€ nets par mois, impôts déduits...
Réponse de le 29/08/2017 à 23:12 :
N'hésitez pas à communiquer votre méthode de calcul à Bercy, tous les cadres sup vous en remercieront.
a écrit le 29/08/2017 à 10:38 :
Ce sondage a été réalisé avec des cadres ayant un poste mais inscrits à Pole emploi, donc ce sont des personnes qui ont probablement déjà envie de changer d'air ou de boulot.
Cette enquête a peut-être des limites.
Cordialement
Réponse de le 29/08/2017 à 17:06 :
Comportement typiquement parisien ...
La province a besoin des cadres de la région parisienne car tout le monde sait que ce sont les meilleurs ...

Il y a aussi des gens diplômés en province et qui veulent y rester ( quand on a fait ses études a Paris , on a pas forcément envié d'y travailler même pour y gagner plus et perdre son temps ).

Monsieur les cadres de Paris , les meilleurs peuvent venir ... Les autres seulement pendant leurs vacances !
Réponse de le 31/08/2017 à 7:44 :
@La province ... le 29/08/2017 à 17:06
Je n'ai pas compris votre réponse ou alors elle ne s'adressait pas à moi.
Cordialement
Réponse de le 31/08/2017 à 18:22 :
@La province ... le 29/08/2017 à 17:06
Comment savez vous tout cela ? Avez-vous des sources sures ?
De mon coté, j'ai évoqué l'idée que ce sondage était limité aux cadres ayant un emploi et qui sont inscrits à Pôle Emploi. Je suppose que ce n'est pas représentatif de tous les cadres parisiens.
Cordialement
a écrit le 29/08/2017 à 10:38 :
Il faut faire comme en Californie, vivre au bord de la mer toute l'année. Avec les nouvelles technologies et les transports , c'est plus facile. La vie est moins chère, on peut faire du sport, moins de pollution. Entasser 17 millions de personnes en île de France, c'est surréaliste.
Réponse de le 29/08/2017 à 12:26 :
Entièrement d'accord. D'autant que tous ces cadres sont en grande partie connectable à distance. Mais, pour cela, il faudrait changer les mentalités des employeurs français.
a écrit le 29/08/2017 à 10:20 :
Fellag l'a déjà dit. Un jour ou l'autre les Français vont quitter la France.
a écrit le 29/08/2017 à 9:48 :
La RATP et SNCF sont en cause suffit de regarder sur la ligne parisienne la plus encombrée d’Europe un changement de conducteur entre ratp et sncf sur une locomotive prend 20 minutes car hors de la zone ratp c'est la sncf qui prend le relais alors que le conducteur de départ pourrait très bien faire la ligne complète. De plus, un cheminot touche une prime pour remonter son retard sur l'horaire donc sont intérêt ne jamais être à l'heure pour toucher sa prime. Un vrai scandale dont les usagers devraient prendre connaissance. Il faut déclarer la guerre contre les syndicats ratp sncf et leurs méthodes maffieuses et remettre les cheminots paresseux avec leur 5 heures de travail par jour au boulot !!!!
Réponse de le 29/08/2017 à 10:19 :
meme s il y a des pb a la sncf, c est pas au cause d eux que les logements sont hors de prix (et d une qualite mediocre) ou que vous devez mettre vos enfants dans le prive pour eviter qu ils n apprennent rien
Réponse de le 29/08/2017 à 10:33 :
Si un million de passagers empruntent chaque jour la ligne A du RER cela n'est pas du aux syndicats si celle ligne est saturée !!! rajoutez le trafic de l'A86 et de la 118 et vous comprendrez que la saturation du trafic routier ou ferroviaire est la conséquence de la concentration de 30% population du pays sur 20 % du territoire.
Réponse de le 29/08/2017 à 11:00 :
C'est un problème de législation et non de gestion.
Faut se renseigner avant de critiquer, sinon on passe pour un comique.
Réponse de le 29/08/2017 à 13:24 :
Reste que le changement des conducteurs du RER A en gare de Nanterre-préfecture, auquel on n'arrive pas à mettre fin, fait perdre des millions d'heures aux usagers de cette ligne et n'en arrange certainement pas la fluidité...
a écrit le 29/08/2017 à 8:54 :
> des concessions importantes dont une baisse de salaire

En même temps, si les cadres franciliens sont prêt à renoncer à seulement 10% de leur salaire et que les cadres provinciaux sont prêts à monter à paris pour une augmentation de salaire d'au moins 30%, personne ne va bouger et tout le monde continuera à se dire mécontent et prêt à bouger.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :