Inégalités femmes-hommes : vers des amendes directes pour les entreprises

 |   |  332  mots
Ces sanctions devraient incarner le troisième temps du plan sur l'égalité femmes-hommes, qu'envisage Marlène Schiappa après une étape de prévention et d'action.
Ces sanctions devraient incarner le troisième temps du plan sur l'égalité femmes-hommes, qu'envisage Marlène Schiappa après une étape de "prévention" et "d'action". (Crédits : Unsplash)
La secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes a annoncé, ce lundi, quelques pistes pour lutter contre les inégalités salariales.

Les entreprises ne respectant pas l'égalité salariale devraient bientôt être directement sanctionnées. La secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa a annoncé qu'un dispositif était en préparation afin de "prélever les amendes dans les entreprises", ce lundi 28 août sur France Info.

Invitée de l'émission Tout est politique, la membre du gouvernement a précisé :

"Une loi existe mais nous nous sommes aperçus avec mon collègue Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics, qu'il n'y a pas de dispositif qui permette actuellement de prélever directement les amendes et de les réinjecter dans le budget de l'Etat [...] Donc nous sommes en train de construire ce dispositif pour aller directement prélever les amendes."

Ces sanctions devraient incarner le troisième temps du plan sur l'égalité femmes-hommes, qu'envisage Marlène Schiappa après une étape de "prévention" et "d'action".

Vers plus d'informations sur les droits des femmes au travail

En parallèle, la secrétaire d'Etat a indiqué avoir signé cet été une convention avec le Défenseur des droits Jacques Toubon permettant "de multiplier les contrôles aléatoires auprès des entreprises mais aussi d'aller vers plus d'informations sur les droits des femmes au travail".

Par ailleurs, Marlène Schiappa organisera, le 12 septembre, une formation pour les dix entreprises "qui respectent le moins la féminisation des entreprises et l'égalité professionnelle" du baromètre annuel "Ethics and Boards" - il mesure l'égalité professionnelle.

La parité présente dans la réforme du code du travail

En écho à l'actualité et à la réforme du Code du travail par ordonnances, Marlène Schiappa a tenu à rassurer concernant les égalités femmes-hommes. Et d'ajouter :

"La protection des femmes au travail est bien sûr maintenue" comme "toutes les négociations qui concernent la parité professionnelle et salariale" qui "sont bien sûr maintenues au niveau le plus haut et ne seront pas faites entreprise par entreprise".

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/08/2017 à 10:17 :
Mdr, des amendes, comme les caméras incognito quand on brûle un feu orange ?
Oui, pourquoi pas ?
Des caméras dans les entreprises, ainsi personne ne pourra ne pas admettre les dérives, même certaines femmes avec leur boss, en réunion privé....
a écrit le 30/08/2017 à 0:44 :
Je ne comprends pas trop bien le problème. Normalement, il existe une grille de salaire définissant le rôle et le salaire de chacun(e) dans un poste précis. Reste à définir ce qu'est ensuite l'égalité, car il me paraît évident qu'une personne travaillant à temps partiel ne peut avoir le même salaire qu'une personne à temps plein ou faisant des heures supplémentaires. Ensuite, il y a bien évidemment celui qui se défonce pour l'entreprise et le surveillant de la machine à café et de la pendule. Il faut tout de même rappeler qu'une entreprise est faite pour gagner de l'argent, ne serait-ce que pour payer ses employés :-)
a écrit le 29/08/2017 à 14:45 :
Et pourquoi pas pour toutes les formes de discriminations ? C'est déjà discriminatoire de réserver cette initiative uniquement sur la discrimination sexuelle. Le manque à gagner en cotisation sociales sur le salaire des femmes n'est-il pas la principale motivation de ce projet ? (prélèvement des amendes à la source :)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :