José épargne Saint Martin et Saint Barth plongées dans le chaos

 |   |  741  mots
Le premier ministre Edouard Philippe a décidé l'envoi de 240 gendarmes supplémentaires à Saint Martin et Saint Barth, afin de lutter contre les pilleurs qui profitent du chaos généralisé.  Une interdiction de circulation s'apparentant à un couvre-feu est en vigueur à Saint-Martin entre 19H00 et 07H00 jusqu'à mercredi 13 septembre.
Le premier ministre Edouard Philippe a décidé l'envoi de "240 gendarmes supplémentaires" à Saint Martin et Saint Barth, afin de lutter contre les pilleurs qui profitent du chaos généralisé. Une interdiction de circulation s'apparentant à un couvre-feu est en vigueur à Saint-Martin entre 19H00 et 07H00 jusqu'à mercredi 13 septembre. (Crédits : Handout .)
Alors que, finalement, l'ouragan José a épargné les deux iles déjà dévastées, les secours s'organisent. Le Premier ministre a aussi décidé de doubler les forces de sécurité pour lutter contre les pillages.

Saint-Martin et Saint-Barthélemy, soulagées après le passage plus éloigné que prévu de l'ouragan José, vont pouvoir attaquer ce dimanche 10 septembre le considérable chantier de la reconstruction, alors qu'une partie de la population ne cache pas son exaspération face à l'action de l'Etat.

Contrairement au scénario redouté, le centre de José, ouragan de niveau 4 sur une échelle de 5, est passé à environ 135 km de Saint-Barthélémy et 125 km de Saint-Martin, épargnant les deux îles, déjà dévastées par l'ouragan Irma.

Ses effets ont été "nettement moins marqués" sur le territoire, a observé Météo-France, avec des vents soufflant en moyenne à 35/40 km/h et de 60 à 80 km/h en rafales.

"C'est un soulagement de fou ! On est très heureux, très contents", a lancé Junior Joseph, 28 ans, confiné samedi dans un établissement scolaire à Saint-Martin. A ses côtés, Donald Tchuisseu, se dit aussi "soulagé, limite heureux".

Saint-Barthélémy et Saint-Martin doivent maintenant affronter de nombreux problèmes immédiats dans un paysage de ruines: manque d'eau, de nourriture, pas d'électricité. La situation sanitaire est "délicate", car "l'hôpital est lourdement endommagé".

Pour y faire face, les secours et l'envoi de vivres "s'intensifient", a informé la préfecture de Guadeloupe. "1.036 tonnes d'eau, 85 tonnes de nourriture et 58 m³ de carburant sont partis de Guadeloupe" samedi, a-t-elle annoncé.

L'eau et la nourriture doivent "désormais être distribuées à la population dans des conditions d'acheminement difficiles", a déclaré le Premier ministre Edouard Philippe samedi soir après une réunion de crise à l'Elysée.

Un A400M, parti samedi de métropole pour renforcer les secours, est arrivé en Martinique, avec des militaires, un hélicoptère et du fret.

"Doublement" des forces de sécurité -

Il faut aussi sécuriser l'île, où le chaos profite aux pilleurs qui ont dévalisé des magasins et des pharmacies. Il y a eu 11 interpellations, selon le ministère de l'Intérieur.

Les effectifs militaires et de police vont être "doublés" pour "renforcer rapidement la sécurité des sinistrés", a tweeté le président Emmanuel Macron samedi soir.

Outre les 410 gendarmes et 80 policiers déjà sur place, trois escadrons de gendarmerie mobile, soit "240 gendarmes supplémentaires", vont être déployés, a détaillé Edouard Philippe. Deux seront "opérationnels lundi". Trois compagnies de militaires supplémentaires seront rapidement mobilisées.

Une interdiction de circulation s'apparentant à un couvre-feu est en vigueur à Saint-Martin entre 19H00 et 07H00 jusqu'à mercredi 13 septembre.

Avant le soulagement de voir José s'éloigner, la tension était parfois palpable à Saint-Martin. "Je suis en colère après Paris et sa gestion de crise", disait Nicolas, fonctionnaire installé depuis six ans sur l'île.

Un début de polémique politique montait aussi à Paris. La présidente du FN Marine Le Pen a dénoncé des moyens "tout à fait insuffisants", et des insulaires "obligés d'organiser leur propre défense". Patrick Karam (LR), ex-président du conseil représentatif des Français d'outre-mer, a condamné les "défaillances du gouvernement".

Critiquant ceux qui "voudraient faire vivre telle ou telle polémique", Édouard Philippe a assuré de la "mobilisation totale de l'État devant "une succession de phénomènes d'une intensité jamais égalée".

 "Enorme puissance destructrice" -

Un premier coût des dommages a été évalué samedi à 1,2 milliard d'euros par la Caisse centrale de réassurance (CCR).

Dans la partie néerlandaise de Saint-Martin, où le soulagement était également sensible, des évacuations de touristes devaient reprendre dimanche. Le roi des Pays-Bas, Willem-Alexander, doit se rendre sur l'île de Curaçao, pour s'informer sur les opérations de secours, puis "si possible" à Saint-Martin.

L'ouragan Irma a fait au moins dix morts et sept disparus dans les îles françaises, selon le dernier bilan, deux dans la partie néerlandaise.

Cela porte à 25 le total des personnes ayant trouvé la mort dans les Caraïbes, si l'on ajoute six décès dans les îles Vierges britanniques, quatre dans les îles Vierges américaines, deux à Porto-Rico, un à Barbuda.

Après de nombreuses destructions dans le centre et l'est de Cuba, Irma, remonté en catégorie 4, s'approchait dimanche de l'archipel des Keys dans le sud de la Floride, où plus du quart de la population a reçu l'ordre d'évacuer. "C'est une tempête d'une énorme puissance destructrice", a tweeté Donald Trump, appelant à suivre les consignes du gouvernement.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/09/2017 à 15:50 :
Pas de panique ! Il ne reste pratiquement plus rien à piller, " l'ordre républicain " est revenu, dixit le Sinistre de l'Intérieur. Au fait, pourquoi armer gendarmes, policiers et militaires si ceux-ci ne peuvent pas utiliser leurs armes contre les pilleurs ? Désarmons ces forces de l'ordre pour éviter toutes bavures ou accidents...
a écrit le 11/09/2017 à 13:17 :
Gageons que le contribuable français va largement contribuer à financer la reconstruction de ces iles, dont beaucoup de ses résidents ont fait le choix de se soustraire à l'impôt...
Réponse de le 11/09/2017 à 13:30 :
Vous avez raison de mettre l'accent sur une grande inégalité les habitants résidents de plus de 5 ans dans ces 2 îles ne payent pas d'impôt sur le revenu et d'Isf, ces éléments devraient être l'objet d'une remise à plat
Réponse de le 11/09/2017 à 16:42 :
On peut noter que la loi n° 2003-660 du 21 juillet 2003 de programme pour l'outre-mer, dite loi Girardin du nom de la ministre actuelle est un texte législatif français qui entend promouvoir le développement économique des territoires d'outre-mer et l’investissement dans l’immobilier pour les particuliers.Ce programme doit s’arrêter bientôt ,décembre 2017.
a écrit le 11/09/2017 à 12:34 :
Une façon limitée de voir l' avenir....Ces régions vivent du tourisme , ces bandits ont semé la terreur, leur gain est momentané car comme le dit le dicton, on n' attire pas les mouches avec du vinaigre autrement dit se tirer une balle dans le pied....
a écrit le 11/09/2017 à 11:23 :
C'est un sentiment d'insécurité. Rien de plus. C'est plus un problème de justice sociale et d'apartheid comme disait Valls.
En somme, les pillages ne sont qu'une redistribution du patrimoine dans une population.
C'est aussi la France qu'on aime.
Réponse de le 11/09/2017 à 12:37 :
@ Les pillages ?

Une façon limitée de voir l' avenir....Ces régions vivent du tourisme , ces bandits ont semé la terreur, leur gain est momentané car comme le dit le dicton, on n' attire pas les mouches avec du vinaigre autrement dit se tirer une balle dans le pied....
a écrit le 11/09/2017 à 10:44 :
Polémique politicienne ou substitution de bouc émissaire ?
On ne lutte pas contre le dérèglement climatique avec l’armée ou les force de l’ordre, mais au lieu de faire ce constat d’impuissance face à la nature, il est plus facile de chercher des boucs émissaires.
Beaucoup parlent de manque d'anticipation ou de précaution, il aurait fallu faire quoi ?
bâtir des digues ?
évacuer la population comme en Floride ?
envoyer des chars ou des navires de guerre ?
L’anticipation c’est d’appliquer des règles de précaution et ce n’est pas de faire dans du grand spectacle ou dans de l’opportunisme politique. Mais cela revient à taxer et à restreindre. Du coup on devrait voir les mêmes râleurs manifester contre toute mesure restrictive de circulation ou de taxes sur les énergies polluantes..
Quand aux précautions, peut-être que si ces iles, qui ont le statut de COM et qui vivent principalement du tourisme de luxe, ne bénéficiaient pas d’un régime d’exonération de taxes et d’impôts, les services publics pourraient y être plus présents. Source : http://www.douane.gouv.fr/articles/a11027-cas-particuliers-de-l-ile-de-saint-martin-et-de-l-ile-de-saint-barthelemy.
A voir l’important parc de yacht et de voiliers, on pourrait aussi en déduire qu’il est plus important d’investir dans les loisirs nautiques, que dans des constructions de qualité.

L’autre solution aurait été de réquisitionner les jets privés qui permettent habituellement aux riches célébrités de se rendre sur place. Certainement qu’ils vont abondamment participer aux dons et à l’effort de reconstruction.
Réponse de le 11/09/2017 à 11:18 :
Pour illustrer le propos : http://www.france24.com/fr/video/20170909-ouragans-nous-devons-desormais-mettre-place-infrastructures-adaptees-catastrophes-naturelles
Réponse de le 11/09/2017 à 12:00 :
Il s' agit d' arrêter de disperser notre argent de manière imbécile dans une Ue qui pompe notre budget , qui ruine notre économie à coups d' euro fort et nous empêche de faire dans cet exemple terrifiant, des choix préventifs et d' anticipation .
a écrit le 11/09/2017 à 9:07 :
Tout le monde râle contre les pouvoirs publics, mais quelqu'un peut-il nous décrire les mesures prises par les particuliers? Les cyclones sont quand même relativement fréquents dans cette zone. Ceux qui en ont les moyens avaient-ils des pièces sécurisées, des réserves d'eau et de nourriture, des groupes électrogènes?
a écrit le 11/09/2017 à 3:06 :
L'orgaination en France a tjrs ete un point deficiant. Aucune anticipation.Nous en avons une terrifiante demonstration.
Réponse de le 11/09/2017 à 9:33 :
On ne peut continuer à filer nos ronds dans une contribution imbécile à l' Ue pour se ..protéger du méchant russe et regarder nos moyens et nos armées se paupériser tous les jours un peu plus au risque de voir se renouveler ce genre de prix humain à payer ....
a écrit le 10/09/2017 à 21:37 :
Des « trous dans la raquette », il y en a malheureusement de plus en plus dans les armées françaises, et dans tous les services de l’Etat.

L’absence de l’ancien Batral Dumont-d’Urville , ou celle de son successeur, constitue le symbole d’un sommet de l’Etat complètement défaillant. Car cette capacité fait véritablement défaut au moment où il faut gérer l’une des pires catastrophes naturelles ayant frappé la région.

Il en va de même pour l’armée de l’Air, qui avait auparavant un avion de transport lourd Transall positionné aux Antilles et qui doit maintenant se contenter d’un petit Casa, aux capacités bien limitée.

Il en va de même pour l’armée de Terre, qui ne dispose plus sur place d’hélicoptères de manœuvre, les deux Puma mobilisés actuellement provenant de Guyane.

Ce constat accablant met en lumière l’extrême faiblesse – pour ne pas dire la quasi-disparition – des ressources militaires françaises dans la région caraïbe.

Cette situation, ce n’est un secret pour personne, est essentiellement liée à de nombreuses vagues de restrictions budgétaires qui, au fil du temps, ont réduit les moyens. Une décrue que les élus locaux, notamment, ne cessent de dénoncer depuis des années. Et qui n’est aujourd’hui pas sans conséquence puisque ce sont précisément ces moyens, positionnés au plus près, qui sont sensés intervenir en premier avant l’arrivée des renforts métropolitains.
https://www.upr.fr/actualite/non-assistance-a-peuple-francais-danger-ravages-provoques-louragan-irma-aux-antilles-francaises-revelent-scandale-choix-budgetaires-de-macron
Réponse de le 11/09/2017 à 9:37 :
Cet article fait un constat: Plus de Batral pour cette région, obsolète et non remplacé. Plus d'avion transport de transit lourd. Plus d'hélicoptère de manoeuvre. Donc, pour les bras cassés qui gouvernent, cela voudrait dire qu'il n'y aura plus de cyclones dans cette région? Seul ce raisonnement par l'absurde pourrait expliquer la disparition de ces moyens. Ce n'est bien sûr pas le cas. Seule explication: Il n' y a plus d'argent dans les caisses pour remplir ces missions. En revanche, soutirer 2 milliards (si ce n'est plus) pour indemniser les Russes à qui Hollande a refusé de livrer les 2 Mistral, ça ils peuvent faire!
Réponse de le 11/09/2017 à 9:45 :
@ Matagrin a écrit le 10/09/2017 à 21:37 :

Votre intervention est juste ;

50 % du parc avions et hélicoptères est cloué au sol parce qu'ils sont inaptes au vol,

l'armée n'a même plus les moyens de payer les pièces de rechanges et d'entretiens standards ;

C'est le résultat des piètres politicards depuis 20 ans,

Chirac Sarkozy Hollande Macron, et leurs piètres collaborateurs de Matignon, tous ont massacré l'Armée de la France ;

La France n'est plus protégée, la France est devenue un territoire en déshérence.
a écrit le 10/09/2017 à 17:13 :
Je veux croire que les éléments ont été tout à fait exceptionnels mais les autorités locales en ont l'expérience, ce me semble.
a écrit le 10/09/2017 à 14:49 :
Dans ces désastreux phénomènes climatiques prévus annoncés 15 jours avant leur survenances,

après avoir constaté les négligences avérées de Macron, Philippe, et de l'impotence du Ministre de l'intérieur dépassé mais très afféré à la promotion de sa femme de Nice à Paris

nous savons par avance qu'avec le Président macron et ses collaborateurs du gouvernement Philippe, nous allons assister aux décisions approximatives désordonnées et in finé stupides.

Résumons, la calamiteusitude est de mise.
Réponse de le 10/09/2017 à 20:08 :
Ce chaos est affligeant, la France est la risée pour son incapacité à défendre ses ressortissants sur ses propres terres ;

Quel désastre de nos politicards :

Un Président de pacotille maquillé Emmanuel Macron est infantile
Un 1er Ministre impotent Edouard Philippe prétentieux bon à rien mauvais à tout
Un Ministre de l’Intérieur dépassé Gérard Collomb dont l’on est en droit de se demander s’il n’est pas gâteux pour faire face

Bref, quel chienlit
a écrit le 10/09/2017 à 14:12 :
que l'on profite de cette aide de la métropole pour revenir sur le statut privilégié de ces territoires vis à vis de l’impôt.
La solidarité et la sécurité a un coût. Qu'ils paient IR et TVA comme tout contribuable, et nous viendrons à leur aide. Sinon qu'ils se débrouillent tout seuls face aux pillards.
Réponse de le 11/09/2017 à 8:41 :
Effectivement, les mêmes qui demandent plus d'aide de l'armée sont déjà gavés de subvention, RSA, régimes fiscaux spéciaux...
La partie néerlandaise de Saint Martin bosse, l'autre profite de l'assistanat à la française

Nous devrions cesser de subventionner les DOM-TOM !!
Oui pour l'aide d'urgence, oui pour plus d'armée mais non pour l'assistannat de métropole dans les îles
a écrit le 10/09/2017 à 12:46 :
Macron vas faire payées LeS retraitees pour st martins c est plus facile des voles LeS retraitees que les riches st martins cest a 7000 km de la france et st martins cest la france 🇫🇷 des riches allez leS précaire partager st martins

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :