L'Insee confirme la reprise de l'économie française

 |   |  506  mots
Selon l'Insee, les indicateurs économique passent au vert. Le PIB augmenterait de 1,8% au lieu de 1,6% prévu. L'institut table sur une progression de 3,9% des investissements des entreprises et sur la création de 208.000 emplois dans le secteur marchand. Le taux de chômage s'établirait à 9,4%.
Selon l'Insee, les indicateurs économique passent au vert. Le PIB augmenterait de 1,8% au lieu de 1,6% prévu. L'institut table sur une progression de 3,9% des investissements des entreprises et sur la création de 208.000 emplois dans le secteur marchand. Le taux de chômage s'établirait à 9,4%. (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
La dernière note de conjoncture de l'Insee confirme le regain de l'économie française. La plupart des indicateurs repassent au vert. La croissance du PIB atteindrait 1,8% à la fin de l'année, au lieu de 1,6%.

Incontestablement, si l'on en croit la dernière note de conjoncture de l'Insee publiée ce 5 octobre, la reprise est là et plutôt vigoureuse. Résultat, l'Institut table sur une croissance du PIB de 1,8% à la fin de l'année (au lieu du 1,6% attendu jusqu'ici), après trois années de croissance plus modeste autour de 1%. Signe encourageant, l'activité continuerait de progresser dans tous les secteurs. Même l'industrie profiterait de la tonicité de la demande extérieure et la construction de la forte hausse de demande de logements des ménages. Quant à la production de services, elle bénéficierait du retour des touristes, en particulier l'hébergement-restauration et les transports.

Autre phénomène encourageant, les exportations françaises, point noir de l'économie nationale, devraient rebondir. Ainsi, après avoir baissé au premier trimestre (-0,8%), les exportations ont nettement rebondi au printemps (2,4%). D'ici la fin de l'année, les ventes à l'étranger s'accroîtraient encore solidement (0,9% au troisième trimestre puis 1,7% au quatrième), notamment dans l'aéronautique.

208.000 créations d'emplois attendues dans le secteur marchand

Ces bons indicateurs vont évidemment favoriser l'emploi. Ainsi, l'emploi marchand non agricole a continué de progresser au deuxième trimestre (69.000 postes supplémentaires, après 52.000 au premier trimestre). Pour le second semestre, l'Insee table sur une poursuite des créations mais à un niveau moins élevé (86.000 postes).

L'enrichissement de la croissance en emploi serait en revanche nul d'ici la fin de l'année. En effet, les effets favorables du CICE et du pacte de responsabilité étant compensés par la fin de la prime à l'embauche dans les PME, intervenue le 30 juin. Au total, l'économie française devrait gagner 208.000 emplois marchands sur l'ensemble de l'année 2017, après 221.000 en 2016.

En revanche, dans le secteur non marchand, l'emploi baisserait nettement au second semestre (- 46.000, contre + 29.000 au premier semestre), du fait de la réduction drastique des contrats aidés. In fine donc, la création totale d'emplois ralentirait fortement au second semestre avec 41.000 créations nettes, après 154.000 au premier semestre.

Si le taux de chômage s'est établi à 9,5% à la fin du second trimestre, soit un recul de 0,5 point sur un an, la baisse devrait continuer au second semestre. Résultat, le taux de chômage s'établirait à 9,4% à la fin de l'année, contre 10% un an plus tôt.

Quant au pouvoir d'achat, il devrait ralentir en 2017 du fait d'une certaine reprise de l'inflation. En septembre, l'inflation a atteint 1% sur un an, en nette hausse par rapport à septembre 2016 (0,4%), du fait uniquement des prix de l'énergie.

L'investissement des entreprises repart assez fortement

Reste enfin l'investissement des entreprises. Au second trimestre, selon l'Insee, il a ralenti avec la fin du dispositif de suramortissement le 15 avril (+ 1% après +2,1% au premier trimestre. Les conditions de financement tant internes qu'externes demeurant favorables, l'investissement des entreprises ne faiblirait pas d'ici la fin de l'année et augmenterait de 3,9% en 2017 contre 3,4% en 2016. Un autre signe plutôt encourageant. Ainsi, Emmanuel Macron démarre son quinquennat sous des auspices nettement meilleurs que son prédécesseur...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/10/2017 à 20:46 :
AVEC REMONN BARRE ON ENTENDEZ DIRE ON VOIS LE BOUT DU TUNNEL? ET ONT Y EST ENCORE DANS LE TUNNEL CAR LES CHOMEURS AUGMENTENT ENCORE ET LE NO NBRE DE PAUVRES AVEC???
a écrit le 06/10/2017 à 17:54 :
1.8% c'est un chiffre positif mais loin de susciter l euphorie. Je dirai e ouf quand la France fera comme l'Espagne, 3 voire 4% de croissance....
a écrit le 06/10/2017 à 13:47 :
Je n'en crois pas mes yeux, pas un commentaire positif sur un article disant que la santé de l'économie française s'est amélioré. Décidément les gens ne sont jamais content dans ce pays, toujours à se plaindre et à chercher le petit point noir. C'est à vomir
Réponse de le 06/10/2017 à 15:18 :
@Math_32
Normal, le french bashing est le 1er sport national
L’INSEE est évidement au service du pouvoir, c’est inscrit dans son nom.
L’institut national de la statistique et des études économiques est au service de tous les pouvoirs qui se succèdent.
A part des corrections dans la marge d’erreur, aucun gouvernement n’a jamais corrigé les données d’un précédent gouvernement. Et ces chiffres sont examinés par l’EU, et par des organismes internationaux et des banques mondiales qui ont accès à toutes les données de notre économie et de ses investissement et échanges internationaux.
C’est d’ailleurs pour cela que ces organismes font aussi des prévisions sur notre croissance à partir de leurs propres modèles de calculs.
FMI, OCDE (Sciences Po), OFCE, Eurostat, CE, Banque de France, IMK (institut allemand), etc.
L’INSEE est l’un des derniers à avoir annoncé cette nouvelle prévision d’accélération de la croissance française.
Ca ne matche pas avec les soupçons de bidouillages des chiffres !
C’est un peu simplet de tenter de faire gober que ces chiffres sont constamment bidouillés.
Les trolls, c’est bien connu, sont assez limités, quelques soient leurs motivations !
Leurs fonctions se limitent à l’alimentation et la reproduction. Ils sont nuls en mathématique et en incrémentation, parce qu’ils n’ont pas assez de logistique (neurones) pour stocker les données de base et les règles essentielles.
a écrit le 06/10/2017 à 13:42 :
80 PRINCIPAUX GROUPES FRANÇAIS, 2012 >2016
« En 2016, les principaux groupes français présentent un niveau de profitabilité et d’investissement au plus haut depuis cinq ans »
Banque de France
https://publications.banque-france.fr/sites/default/files/medias/documents/bdf212web1807.pdf#page=15

Chiffre d’affaire en contraction :
2012 : 1299 Mrd
2013 : 1289
2014 : 1270
2015 : 1280
2016 : 1259 Mrd
C’est le secteur énergie et environnement, dont l’activité recule fortement depuis 2012, qui plante le résultat global.

1) Energie et environnement :
2012 : 409 Mrd
2016 : 320
2) Industrie :
2012 : 470Mrd
2016 : 515 (soit + 9,6% / 5 ans)
3) Distribution et services
2012 : 160 Mrd
2016 : 160
4) Technologie, médias et télécommunications
2012 : 127 Mrd
2016 : 133
5) Transports, hébergement et construction
2012 : 134 Mrd
2016 : 130

Le chiffre d’affaire de ces entreprises est réparti ainsi en 2016:
EU : 60%
Dont France : 27%
Amériques : 16%
Reste du monde : 24%

L’industrie et ses chiffres, entre 2012 et 2016, pour ces 80 entreprises.
CA / Résultat opérationnel / net / Trésorerie / Dette / Capital
(En Mrd)
2012 : 470 / 26 / 25 / 62 / 157 / 265
2013 : 471 / 37 / 24 / 69 / 162 / 266
2014 : 473 / 42 / 31 / 69 / 151 / 265
2015 : 506 / 45 / 30 / 75 / 156 / 282
2016 : 515 / 54 / 36 / 81 / 186 / 297
L’accélération en 2015 et 2016 est notable sur toutes les composantes.
Le secteur industriel a bien réduit ses pertes d’emplois, mais sans arriver à stabiliser la situation.
En 2017, les créations d’entreprises sont encore en hausse, avec une nette diminution des défaillances annoncée.
Comment va peser la suppression des contrats aidés ?
Est-ce que l’industrie va enfin recréer des emplois en 2017 ?
…………….
Entrepreneuriat : l'embellie se confirme dans les pays développés
http://www.latribune.fr/economie/international/entrepreneuriat-l-embellie-se-confirme-dans-les-pays-developpes-752539.html
Entreprises : le nombre de défaillances au plus bas depuis vingt ans
http://www.latribune.fr/economie/france/entreprises-le-nombre-de-defaillances-au-plus-bas-depuis-vingt-ans-743375.html
Réponse de le 06/10/2017 à 20:06 :
Le problème est que ces "bonnes nouvelles" ne concernent pas la France en entière mais que certaines régions, départements, villes. Ceci ne touche pas l'ensemble des françaises et des français. Certainement moins de 40 % de la population. C'est ce que ne voient pas les chiffres et les hommes politique. Si on superpose la France qui a voté Macron et les endroits ou les gens profitent de la mondialisation ceci colle bien. Si on met la France qui va mal ça colle plus ensemble. Si tu habites la France des territoires abandonnés, oubliés, tu connais le mépris de la France.
a écrit le 06/10/2017 à 11:48 :
Que des promesses, basées sur du conditionnel, avec la caution de l'Insee. Pas crédible. On apprend même que le pouvoir d'achat pourrait ralentir avec une " reprise " de l'inflation à 1 % : Va comprendre Charles ! mais ça se présente mieux pour Manu ...
a écrit le 06/10/2017 à 11:46 :
Certains économistes disent qu'à moins de 3% de croissance on ne crée pas d'emploi. Et 3% cela semble un minima. Alors avec moins de 2% de croissance de PIB on en est encore loin. Invocation ou Méthode Coué de nos politiciens pour tranquilliser la population. Dormez citoyens, puisqu'on vous dit qu'avec +1, x de croissance tout baigne. Et même : il faut injecter combien de milliards (BCE, déficits...) pour arriver à faire +1,x% de croissance ? Cocorico !
a écrit le 06/10/2017 à 11:12 :
Encore heureux qu'il y ait de la croissance!Quand la BCE injecte 60 miyards par mois,cela fait environ 8 ou 9 miyards rien que pour la France chaque mois.
a écrit le 06/10/2017 à 10:46 :
a beau parler n a cure de bien faire ! quelle com ! pour la jeunesse une inexorable dégradation a venir
a écrit le 06/10/2017 à 9:44 :
J'ai vu que penicaud ce matin ( vous savez celle qui a gagné 1 million d'euro en plus -value sur ces stock-options en ...une journée) ,laissait entendre que cette reprise était grâce à la loi travail,ah,ah.Quand,on la voit galerer en explication vaseuse sur sa loi dans Cash Investigation ( on retrouve facilement cette emission sur le net) cela fait peur.
Réponse de le 06/10/2017 à 10:30 :
Il faut avouer qu'elle a énormément de problème à s'exprimer cette dame, dire qu'elle était DRH d'une multinationale laisse franchement rêveur. Elle bafouille, elle se contredit, elle énonce des banalités affligeantes et-c...

Ce serait bien d'entendre des salariés qui ont eu à faire avec elle tient. A mon avis on aurait des surprises.
a écrit le 06/10/2017 à 9:31 :
SI AVEC LA CASSE DU CODE DU TRAVAIL LES EMTREPRENEURS N INVESTISSENT PAS SE SERAIS LA PREUVE QUE L INPORTANTC EST BIEN LE CARNET DE COMMANDE QUI PRIME ET PAS LES MENSONGES DE L INSSE???
a écrit le 06/10/2017 à 9:25 :
Il devient donc urgent pour nos dirigeants de mettre en oeuvre leurs lois anti-travail afin que la classe moyenne ne ne court pas le risque de s'enrichir...
a écrit le 06/10/2017 à 9:14 :
Ça fait 10 ans qu'on nous parle de reprise de l'économie avec chiffres à l'appui, cela veut donc dire que ce ne sont que des reprises artificielles que l'on proclame afin que les gens, enthousiastes et optimistes se mettent à consommer alors que ça fait plus de dix ans qu'on leur baisse leurs revenus ne comprenant pas que si on a pas d'argent à dépenser on ne peut pas le dépenser.

Et pousser à emprunter alors qu'on nous terrifie avec la crise de la dette et les politiques d'austérité que l'on nous impose en son nom c'est complètement ridicule et même un peu cynique.

Lithium pour nos décideurs économiques et politiques.
a écrit le 06/10/2017 à 8:32 :
De toute façon l'INSEE confirme tout, On prend rendez-vous en fin d'année. Chiche....
a écrit le 06/10/2017 à 6:01 :
Une excellente nouvelle.Nous allons pouvoir bénéficier d'une cagnotte grace a cette bonne croissance.J'éspère qu'elle sera utilisée pour compenser les dotations aux collectivités locales,ainsi que pour la modernisation des services publics(justice,sécurité,éducation nationale et culture)
Réponse de le 06/10/2017 à 8:25 :
Et si on en profiter pour réduire la dette et que les politiques arrêtent de dépenser à tour de bras en mutualiste les moyens
a écrit le 05/10/2017 à 21:33 :
On s'en doute depuis plus de deux ans, et c'est sûr depuis début 2017
A quoi sert l'Insee? A donner des certitudes à ceux qui n'ont aucune idée de ce qu'est l'économie française? 90% des politiciens, par exemple ?
a écrit le 05/10/2017 à 21:08 :
Une reprise économique avant les réformes Macron, on se moque du monde.
De toute façon , elle sera utilisée par le gouvernement pour justifier ses réformes, rien de nouveau sous le soleil.
a écrit le 05/10/2017 à 19:56 :
Bonne nouvelle si c'est vrai, car l'INSEE a un passé et est un organisme proche du pouvoir :-)
Réponse de le 05/10/2017 à 22:58 :
Ces chiffres mettent en valeur le mandat de monsieur Hollande et du Parti Socialiste... que le pouvoir déteste.
Réponse de le 07/10/2017 à 9:10 :
@Havoc: tu ne pouvais pas choisir un meilleur mot pour décrire le mandat Hollande ! Au cas très probable où tu l'ignorerais, "havoc" signifie "ravage, dévastation, saccage, etc." :-)
a écrit le 05/10/2017 à 19:49 :
Pas besoin d'être bien malin pour comprendre qu'Uber va se faire uberiser.
La Chine est en train de bouleverser le monde de la tech, elle est capable de casser les prix est dispose d'un réservoir d'utilisateurs immense. Uber, Apple, Intel,Amazon ont du soucis à se faire à court terme.
Réponse de le 06/10/2017 à 7:58 :
Désolé pour le hors-sujet, répondu au mauvais article...
a écrit le 05/10/2017 à 18:44 :
Les previsions de L'INSEE c'est comme madame soleil ca fait des annees qu'ils nous prennent pour des GOGOS.
a écrit le 05/10/2017 à 18:43 :
Rappelez nous les prévisions de l Insee qu’on rigole un peu
Il change leur prévision tous les jours c’est pire que mme irma
Le chômage ne baisse pas et le Fn a fait 38% les français en ont plus que marre de la clique politique
Si macron échoue on sera pas loin de la fin de l Europe
Arrêtez de faire des discussions de comptoir
Réponse de le 05/10/2017 à 19:41 :
@ BONJOUR : MACRON un pauvre "pitre" L'Europe est dirige par le pays qui tient les cordons de la bourses c'est à dire l'ALLEMAGNE !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :