L'Insee optimiste sur la croissance malgré un "climat mondial morose"

 |   |  411  mots
A l'origine de ce "tonus" : un rebond marqué de la consommation des ménages, portée par un pouvoir d'achat "dynamique".
A l'origine de ce "tonus" : un rebond marqué de la consommation des ménages, portée par un pouvoir d'achat "dynamique". (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
L'Insee a maintenu jeudi sa prévision de croissance en France à 0,4% au premier comme au deuxième trimestre 2016, en raison principalement d'un rebond de la consommation des ménages, et en dépit d'une "conjoncture mondiale morose".

Consommation en hausse, exportations dynamiques et investissements soutenus: l'économie française devrait gagner selon l'Insee "un peu de tonus" au premier semestre 2016, permettant au chômage de refluer légèrement, malgré une "conjoncture mondiale morose".

Avec de tels chiffres trimestriels, l'"acquis de croissance" à la mi-2016, autrement dit ce que serait la progression du produit intérieur brut en cas de croissance nulle au deuxième semestre, serait de 1,1%, soit autant que sur l'ensemble de 2015, selon la note de conjoncture de l'Insee.

"La dynamique de reprise est bel et bien enclenchée", a estimé lors d'une conférence de presse Dorian Roucher, responsable de la division synthèse conjoncturelle au sein de l'organisme public.

En glissement annuel, c'est-à-dire projetée sur un an, la croissance serait de 1,5%, indique encore dans sa note de conjoncture l'institut statistique, qui ne donne toutefois pas à ce stade de prévision pour le second semestre 2016.

Rebond de la consommation

A l'origine de ce "tonus" retrouvé, selon l'Insee: la bonne tenue des investissements des entreprises, mais aussi et surtout un rebond marqué de la consommation des ménages, portée par un pouvoir d'achat "dynamique".

Au premier semestre 2016, ce dernier augmenterait de façon "vigoureuse" (+0,8%), malgré les hausses de cotisations retraite des salariés et les taxes sur le carburant entrées en vigueur au 1er janvier.

La consommation rebondirait quant à elle de 0,8% au premier trimestre et de 0,4% au deuxième trimestre, grâce notamment au faible prix du pétrole, à l'origine d'une inflation en berne en ce début d'année (-0,2% en février, -0,1% attendus en juin).

Redressement des taux des marge

Côté entreprises, les voyants sont également au vert, avec des investissements en hausse, soutenus par de meilleures perspectives de demande et la baisse des coûts d'emprunt, et des taux de marge améliorés.

"Le redressement du taux de marge est très sensible dans l'industrie, où il a déjà retrouvé son niveau d'avant crise", souligne Dorian Roucher, qui fait état d'un climat des affaires globalement amélioré.

Ces prévisions tranchent avec les projections plus pessimistes de plusieurs autres institutions, dont la Banque de France, qui a abaissé la semaine dernière sa prévision de croissance pour le premier trimestre à +0,3%.

Sur l'ensemble de l'année, l'institution monétaire prévoit une croissance d'à peine 1,4%, quand la Commission européenne et le FMI tablent sur 1,3%. Le gouvernement parie toujours pour sa part sur 1,5%.

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2016 à 15:51 :
Le secteur du commerce et du bâtiment est touché de plein fouet par la crise sur ce premier semestre 2016.
Touché comme jamais!
Attention je crois que nous prenons trop l'eau.
"Tous aux canaux de sauvetage."
J'espère qu'il n'est pas trop tard !!!
a écrit le 20/03/2016 à 8:58 :
ENCORE 60 000 ENTRRPRISSES VIABLES DEPOSENT LE BILAN ? FAUTE DE PRETS DES BANQUES TROP DURE EN AFFAIRE? LE TISSUS ECONOMIQUE DEVRAIS ETRE CONFIERS A D AUTRE FILIERE ECONOMIQUE QUE LES BANQUES???
a écrit le 18/03/2016 à 13:54 :
les experts ont parlé ... ils se plante tous le mois mais là c'est sûr la reprise est là devant nous, il est impossible de la manquer.
on aura un très gros +0,4% de grande croissance avec une marge d'erreur de + ou - 0,6%
En d'autre temps même un gros 0,4%, on appelait ça : une stagnation
a écrit le 18/03/2016 à 12:30 :
Silence nous coulons !!!!!!
a écrit le 18/03/2016 à 8:36 :
C'est très optimiste.
Le prix des carburants à la pompe a certes baissé mais dans des proportions moins extraordinaires que ce qu'on veut nous faire croire.
La Chine connait un ralentissement de sa croissance avec un impact à venir sur l'industrie du luxe.
Une augmentation de salaire ne se traduit pas forcément par une augmentation de la consommation, elle peut être épargnée.
a écrit le 18/03/2016 à 7:51 :
Prévision post electoral? L'INSE ne sert a rien pas plus que météo France
a écrit le 18/03/2016 à 7:47 :
Nous sommes pas loin des prochaines elections présidentielle s.
Cet organisme est lié a l'etat....
Mouais.....bien sur...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :