La France reste incapable de résorber son déficit commercial

 |   |  402  mots
La balance commerciale reste très dépendante des livraisons d'Airbus.
La balance commerciale reste très dépendante des livraisons d'Airbus. (Crédits : © Pascal Rossignol / Reuters)
En janvier, le déficit commercial s'est élevé à 3,7 milliards d'euros. La baisse du prix du pétrole et la dépréciation de l'euro face au dollar ne sont pas des phénomènes assez puissants pour modifier la structure du commerce extérieur tricolore.

C'est un départ raté. Un de plus. En janvier, la balance commerciale a accusé un nouveau déficit. Selon les Douanes, il s'est élevé à 3,7 milliards d'euros, la hausse de 0,5% des exportations étant inférieure à celle des importations (+0,6%). En cause ? Un décrochage passager des livraisons d'Airbus.

Mais ceci n'est qu'une anecdote. La cause principale de ce énième déficit - le dernier excédent commercial mensuel remonte à mai 2004, le dernier excédent annuel à 2003 - c'est la faible taille de l'appareil exportateur et son incapacité à se projeter davantage hors de la zone euro, sur des marchés dynamiques tels que la Chine, même si la situation de la deuxième économie mondiale est aujourd'hui moins radieuse qu'hier.

Un tissu d'exportateurs surreprésenté par les TPE-PME

Quelles sont les forces en présence ? Selon le bilan annuel des Douanes, la France comptait 125.000 exportateurs dans ses rangs en 2015, soit à peine plus de 4% du stock total d'entreprises. Certes, ce nombre a légèrement progressé par rapport à 2014, de 3,1%, grâce à l'augmentation de commerçants exportateurs... Mais ce bataillon souffre de la comparaison par rapport à celui de l'Allemagne où l'on recense plus de 300.000 exportateurs. En outre, en France, 77% de l'export est réalisé par des TPE-PME qui emploient moins de 20 personnes, dont les ventes ne représentent en valeur que 24% des exportations totales.

Sous-capitalisées, donc incapables de se doter d'un véritable service chargé du développement international, les exportateurs n'ont donc pas d'autres choix que de limiter leurs prospections aux pays de la zone euro. Certes, la part des exportations à destination de la Chine a fait un bond entre 2005 et 2015, passant de 1,6% à 4% des ventes totales à l'étranger. Mais la France partait de si bas...

Un petit pas vers la Chine

A titre de comparaison, les exportations allemandes vers l'Empire du Milieu représentaient 2,7 % des exportations totales en 2005 et 5,95% dix plus tard. Si l'on compare ces ratios, la France n'est pas si en retard. En revanche, en valeur, l'écart est saisissant. En 2015, les exportations allemandes vers la Chine ont atteint 71 milliards d'euros. Les exportations françaises n'ont pas réussi à dépasser les 18 milliards d'euros.

Les gains de compétitivité prix offerts par la baisse des prix du pétrole et par la dépréciation de l'euro face au dollar n'auront pas été suffisamment élevés pour modifier la structure du commerce extérieur tricolore. Embryonnaire il est, embryonnaire il restera.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2016 à 23:16 :
@ BONSOIR : HOLLANDE est en parti grandement responsable de ce déficit commercial, par son embargo débile avec la RUSSIE il a privé nos agriculteurs et éleveurs d'un marché très très florissant le porc français était très demandé mais voilà HOLLANDE a préféré défendre les intérêts militaires américains (affaire d'UKRAINE (rien qu'un vulgaire mensonge) plutôt que les intérêts commerciaux français. De toutes manières l'industrie français est en ruine alors !
a écrit le 12/03/2016 à 13:42 :
Hélas, la France industrielle est réduite à produire des DACIA et autres petits véhicules que seuls des consommateurs peu fortunés peuvent se permettre. Il est frappant de constater que sur les routes européennes ( Belgique, Pays Bas, Allemagne, GB,..) les voitures que l'on voit le plus ce sont des voitures type premium que la France ne produit pas. Nous rentrons d'un voyage en Ecosse et avons traversé la France, Belgique et les Pays Bas, puis le nord de la GB est le constat est hélas alarmant....peu de voitures de gamme supérieure françaises ( y en a t-il???) pais beaucoup de Audi A3,4,5 6, 7, 8 BMW, Mercedes, Porsche, Jaguar, VW et quelques exotiques Japonaises......des françaises??? peu, très peu....comme pour les voitures, le reste est hélas à l'identique, la France jadis 4e économie mondiale....aujourd'hui 6e....mais pour combien de temps? La répartition de la pénurie semble avoir pris le dessus sur la création de richesse....
a écrit le 12/03/2016 à 13:31 :
Le pays n'est pas compétitif car il fait fuir le capital humain en plus du capital financier. C'est le socialisme qui n'aime pas les talents et l'argent coupables de faire de l'inégalité. Tout cela est connu et dit depuis 30 ans. Rien ne changera. Il faut se résigner. Les mentalités marxistes ne se réforment pas, les Français ont fait le choix du déclin dans bien le réaliser, quoique, ça commence...
a écrit le 10/03/2016 à 13:44 :
Et ce serait bien pire si les génies qui nous gouvernent nous imposaient une sortie du nucléaire.
a écrit le 10/03/2016 à 12:15 :
le gouvernement vit a crédit sur notre dos (incapable de réduite leurs train de vie ) c'est la mentable d'étre aussi nul !!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 10/03/2016 à 7:05 :
C'est pas nouveau, ça fait 50 ans que ça dure ? Plus ou moins mais
avec une constance digne de tout les ... déficits ! C'est une des caractéristique
du déni français de son "maux d'elle" ? NOUS ON SAIT les autres ils cherchent ?
ON EST LES MEILLEURS ! POINT FINAL ?
Bon, à part ça ? Ben on est en déficit ?

Étonnant quand même non ?
a écrit le 09/03/2016 à 14:47 :
J'ai lu tous les commentaires: c'est certain, l'économie n'est pas une science rationnelle.
a écrit le 09/03/2016 à 14:14 :
Pour exporter plus de biens, il faudrait plus d'investissements industriels en France. Et pourquoi les industriels rechignent à investir dans l'outil industriel français? Vous n'avez pas une petite idée?
Réponse de le 09/03/2016 à 17:22 :
Vous avez raison, et il faut les y contraindre par amendes, et obligation d'embaucher en C.D.I :suppression du C.D.D, et Interdiction de licencier, pour que que motif que ce soit : ou Nationaliser, par Confiscation Publique. Et nationalisation par confiscation, de toutes les Banques. Et doubler le S.M.I.C et imposer à 100% au delà de 4000eur par individu.
Réponse de le 12/03/2016 à 12:20 :
@élu ps: faire du super Staline et supprimer toutes les libertés est sans doute la solution socialiste. La meinne est de se débarrasser de Hollande et des tous ses admirateurs, C'est pas grand chose, environ 10 à 15 % des voix des inscrits actuellement, mais un vrai cancer pour la France :-)
Réponse de le 12/03/2016 à 13:37 :
quand je lis elu pls je me dis que je dois investir à l'étranger !!!
a écrit le 09/03/2016 à 10:26 :
Débat intéressant, mais aucun commentaire sur la relation entre le cout du travail et le prix de l'énergie comparée avec les autres pays de la zone euro. Il faut lire la note n°6 du conseil d'analyse économique. Il y a la solution à nos problèmes.
Réponse de le 09/03/2016 à 13:05 :
Le prix du litre carburant contenant 80% de taxes, c'est très insuffisant. Le litre de carburant doit atteindre au plus vite les 5 euros. Le Gaz et Fioul et Electricité doivent subir un prix unitaire multiplié par 5. Prix des Pneus et Batteries, et de toutes les pièces détachées multiplié par Cinq : taxes. Contrôle Anti-Pollution par une Nouvelle Grande Entreprise Publique, chaque trimestre.
Réponse de le 09/03/2016 à 17:26 :
Et forte taxe Energie sur TOUTES les Entreprises : 10% du chiffre d'affaires.
Réponse de le 12/03/2016 à 13:38 :
les élus verts nous disaient que l'écologie créerait des millions d'emplois : où sont-ils ?????
a écrit le 09/03/2016 à 9:15 :
Cher Monsieur Piliu, à un moment, il faudrait quand même pas exagérer dans le déclinisme grandiloquent. Ce commerce extérieur français que vous qualifier d'"embryonnaire", il faudrait pas oublié qu'il représente 455,1 milliards d'exportations (+4,3% sur un an) et 500,7 Md€ d'importations (+1,2% sur un an) en 2015. Excusez du peu!
a écrit le 09/03/2016 à 8:52 :
L'Allemagne et la chine n'ont pas besoin de notre argent. De plus, le rapport qualité prix de leur produit est délirante.
Réponse de le 12/03/2016 à 13:39 :
ah !!!
a écrit le 09/03/2016 à 8:46 :
Vous pouviez raccourcir le titre. "La France reste incapable" suffisait :)
a écrit le 09/03/2016 à 7:29 :
Nous n'avons toujours pas compris l'importance du commerce extérieur.Cela prouve qu'à tous les niveaux ,nous sommes inefficients.Je n'arrive pas à comprendre qu' en France nous en soyons là avec une telle inertie !
a écrit le 08/03/2016 à 23:40 :
20 milliards de déficit annuel sur les biens et services. encore un effort. on y est presque.
mais bon. la France est entourée de boulets : PIIGS, Germanie et autres qui font dans la dénatalité/austérité/pauvreté/chômage massif/dumping/sous-investissement qui profitent de la demande hexagonale et plombent les débouchés pour les boîtes françaises.
a écrit le 08/03/2016 à 23:25 :
Ce n'est pas le deficit commercial qui est l'alpha et l'omega, mais la balance des paiements qui intègre les services !!! Et elle est plus ou moins équilibrée !!! Il faut évoluer et considérer les " current accounts". La ou les bras m'en tombent, c'est la position de la Commission... Lorsqu'elle considère que UK n'est pas en déséquilibre !!!
Voyons : deficit budgétaire de l'ordre de 5%, productivite lamentable, taux d'investissement des sociétés non financières faible, deficit des comptes courants abyssal ( classe 196 sur 197, de l'ordre de 170 bio de USD)....dette publique consolidée la plus importante des États europeens ( voir le Financial Times)... Et la Commission déclare UK "à l'équilibre " !!!
Réponse de le 08/03/2016 à 23:54 :
je suis d'accord avec toi.
l'Europe est une farce.
Réponse de le 09/03/2016 à 9:51 :
Je viens de lire le "paquet hiver" du semestre européen 2016 et je dois dire qu'il me laisse un goût mitige... Il semble inspire pour FR par une certaine subjectivité ( voire un certain préjugé), une faible mise en perspective, et des stats datant souvent de 2014... Bizarre, je ne reconnais pas toujours ce que je sais sur le plan macro-économique de l'Insee, Eurostat...etc ... notamment, la productivite, le taux d'investissement, la R&D, les comptes courants, la structure des exports selon les Douanes....je ne dis pas que c'est faux ou manipule, je dis étrange. M.Moscovici a-t-il accordé toute l'attention demandée... ??
Ce n'est pas
a écrit le 08/03/2016 à 22:55 :
Ce pauvre pays est tombé dans l'idéologie socialiste égalitariste. Résultat: il perd son économie. Les fonctionnaires se payent encore sur la bête mais elle est mourante. Il faut aller à la faillite pour que l'état s'écroule. Les Français ont perdu au moins 30 ans. Le PS et les syndicats sont le fléau. On le constate mais il est trop tard. Le mal est fait. Regardez Hollande !!! :-)
Réponse de le 09/03/2016 à 8:09 :
Idéologie socialiste? les comptes étaient bon en 2002 : déficit endettement dans les clous, excédent commercial....
Mais après 10 ans de sarkosisme et de ses copains l'état a été laissé à l'abandon.
Soyez honnête, ce n'est pas ce gouvernement qui a coulé la France, même s'il n'arrive pas à le redresser. Il a fait plus pour les sociétés que n'importe quel autre et au niveau commercial , il a lui vendu des rafales par exemple que votre poulain n'a jamais réussi à signer un contrat
Réponse de le 09/03/2016 à 12:49 :
@Gepitau : pas faux !! On doit le reconnaître et heureusement les choses s'améliorent, lentement, mais quand même....
a écrit le 08/03/2016 à 22:15 :
Obsédé par la courbe des 3% de déficits publics sous la pression des dirigeants l’Européens, nous avons oublié que la principale courbe est celle de la balance commerciale. Sans grands résultats les français s’épuisent à vouloir réduire leurs déficits alors que tous nos efforts devraient tendre à produire des biens de qualité qui seraient achetés en France mais aussi à l’étranger. Mais pour cela il faut détecter, orienter et former nos jeunes qui ont ces talents, et surtout les valoriser en les payant bien comme le font les allemands ou les suisses dans leurs entreprises exportatrices. Si nos produits sont innovants biens conçus et bien fabriqués alors ils seront achetés autant que les produits made in Germany. C'est un travail sur le long terme et ce n'est pas le chemin que l'on prend, pour le plus grand plaisir de l'Allemagne.
a écrit le 08/03/2016 à 22:14 :
Pour le déficit, aura-t-on pour l’équilibre long terme 3,8% d’impôts et une application du traité de Maastricht ? La Banque Mondiale publie une croissance. Les données numériques montrent sur la période après crise 2010-2014 rapportée à la période 1987-2007 en % qu’en Europe à 17 pays on ne seraient pas débordés d’activité en termes de croissance, on ferait 25,2%, les USA feraient 71,2%, le Canada 93,3%, l’Australie 75,9%, le Japon 72,2%, dans les pays hors Zone Euro on aurait 101,4% pour la Suisse, 96,4% pour la Suède, 52,5% pour la Norvège, 28% pour le Danemark, 60,6% pour l’Angleterre. Mis à part l’Allemagne à 93,5%, les pays de la zone euro se trouvent plus souvent sous les 50% de la croissance avant crise, par exemple, la France est à 44,8%, les Pays-Bas à 9,8%, la Belgique à 46,7%, l’Autriche à 49,0%, la Finlande à 19,4%, l’Irlande à 23,2%, le Luxembourg à 47,5%, d’autres sont négatifs sur la période 2010-2014. La croissance sur les périodes 87-00 puis 01-07 puis 10-14 en Allemagne serait de 2,44 puis 1,41 puis 1,96. Pour la France on trouve 2,54 puis 1,87 soit plus que l’Allemagne, puis 1,04 soit 53% de la valeur allemande. Par rapport à une moyenne de 17 pays (Allemagne, France, Italie, Espagne, Angleterre, Pays-Bas, Suisse, Suède, Norvège, Autriche, Belgique, Danemark, Finlande, Portugal, Grèce, Irlande, Luxembourg), de 87-00 puis de 01-07, la France en rapport fait 83% puis 72,8%, ainsi notre croissance aurait faibli début 2000 par rapport à l’Europe, est-ce à cause des 35h, de l’euro ou des pertes de parts de marché ? Si la moyenne de l’Europe est équivalente aux USA de 87 à 07, la valeur passe de 94% à 30,5% des américains sur la période après crise de 2010-2014. La croissance 01-07 rapportée à celle de 87-00 donne 83,4% pour l’Europe contre 72,1% aux USA, 73,6% pour la France, 105,8% pour l’Angleterre, que s’est-il passé début 2000 pour baisser la croissance d’un quart ? La croissance de pays de la zone euro sur les périodes 87-00 puis 01-07 et 10-14 sans les deux années de crise donne pour la première période 3,35 contre 2,36 en moyenne pour le Danemark, la Suisse, la Suède, l’Angleterre et la Norvège. Sur la seconde période la zone (Allemagne, France, Italie, Espagne, Pays-Bas, Autriche, Belgique, Finlande, Portugal, Grèce, Irlande, Luxembourg) fait 2,64 contre 2,42 puis sur la troisième 0,28 contre 1,61. La zone euro n’est-elle pas en décélération relative, par exemple on parle d’un déclin voire d’un suicide agricole ou de pertes de parts de marché industrielles ?
Réponse de le 09/03/2016 à 11:47 :
Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement . Vous voulez dire pleins de choses sûrement intéressante, mais c'est beaucoup trop fouilli, pas assez précis avec une avalanche de chiffres sortis d'où je ne sais où.

3.8 % d'impôts ? Non ça c'est le déficit les 3.8...
J'ai du mal à croire que la France serait à 50 pc de la période 2010 2014 par rapport à la période 87 2007. De 87 à 2007 on a du avoir une croissance naviguant autour de 1 pc. C'est simple on a perdu un pc à chaque décennie, en gros 4 pc par an dans les années 60, 3 dans les années 70, 2 dans les années 80 , 1 dans les années 90 et pas loin de 1 dans les années 2000 2010, oscillant entre les bonnes années autour de 2 au max (1.7 en 2011, 2006) mais plongeant en récession en 2008 2008 et en croissance quasi 0 entre 2012 et 2014 ( de 0 à 0.4 ...). Faire 1.1 en 2015 et sans doute 1.3 au grand maximum en 2016 après de longues années calamiteuses n'a vraiment rien de glorieux, seule l'italie fait pire , mais elle a fait des réformes et la société italienne accepte mieux les réformes que nous.

J'aimerai un renzi ici, je ne suis pas de droite par nature mais parce que nous avons la gauche la plus ringarde d'europe avec le portugal et la grèce peut être et encore eux ont du faire des sacrifices autrement plus durs que nous.

Aux usa je voterai certainement démocrate, les parti républicain est beaucoup trop conservateur au niveau des meurs pour moi (anti avortement , anti théorie de l'évolution de Darwin bref...)

D'ailleurs je me sens plus proche de Macron qui est un vrai libéral comme naguère les grands penseurs libéraux français tel Alexis de Tocqueville ou Jean Baptiste Say que des étatistes tel Henri Guaino ou Nicolas Dupont Aignant que je trouve totalement ringards en 2016 car le gaulliste avait sa logique en 1960 dans un pays assez protégé et en pleine reconstruction d'après guerre, mais qui n'a plus de sens dans la mondialisation et l'europe libérale, les marchés financiers qui nous poussent de facto à la réforme dans un sens libéral qu'on le veuille ou nous.

D'ailleurs Hollande confronté à la crise a du se convertir à une forme de libéralisme comme Mitterrand en 83 . En 2012 comme dans le film Polly et Moi, le plan d'Hollande c'est qu'il n'avait pas de plans justement lol ! A part l'antisarkozysme primaire (en off Mandon reconnait que la taxe à 75 % et la fin de défiscalisation des heures supplémentaires étaient une vrai connerie) et bien aidé par des médias à fond anti sarko, le prince de France n'a cessé de godiller mais avec moins de talents que Mitterand.

Au moins tonton c'était clair, programme quasi communiste de 81 à 83 puis adaptation à la crise après et n'en a pas varié après , y compris de 88 à 93.

Là même après 2014 Hollande louvoie, désespère à la fois la gauche par ses reniements (ce que je peux comprendre) et la droite et les chefs d'entreprises car il ne va pas assez loin, et dit tout et son contraire selon l'interlocuteur auquel il s'adresse.

Soit dit en passant, je doute qu'Alain Juppé nous sorte de la crise , quand on voit le nombre de conneries qu'il a fait en seulement 2 ans (grève de 95, hausse brutale de la tva qui a tué la demande, privatisation par dessus la jambe, déplafonnement de l'isf bref il a joué aussi contre son camp d'où la victoire de Jospin en 97.)

On ne va pas sans doute assez mal pour faire les réformes durs à la Tchatcher mais on y viendra quand les banques centrales ne pourront plus racheter de la dette ad vitam eternam d'ici 10 ans, on sera acculé à la réforme grâce à la hausse des taux qui nous forcera à diminuer nos dépenses publiques pour limiter notre dette déjà autour de 100 %, insoutenable à terme et qui pourrait faire exploser la zone euro car on est tout de même la seconde économie de la zone euro.
a écrit le 08/03/2016 à 22:13 :
La commission européenne est plus précise dans sa description des nombreuses sources d'inquiétude que la France représente: Une compétitivité qui « reste source d’inquiétude ». une réduction du déficit public « plus lente que le reste de la zone euro », une croissance potentielle qui « a reculé depuis le début de la crise », un niveau de dépenses publiques « élevé » pour une efficacité « limitée », une charge fiscale qui « continue d’augmenter » et dont la « composition n’est pas propice à la croissance », un fonctionnement du marché du travail qui « demeure peu satisfaisant » ou encore des inégalités en matière d’éducation qui « se sont accentuées au cours des dix dernières années » sont autant de reproches faits à la France. C'est encore décrit d'une manière diplomatique
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/economie-france/budget-fiscalite/021752429904-croissance-deficit-bruxelles-pointe-la-france-du-doigt-1205573.php?U14mdDz8zmuqmVEK.99
Réponse de le 08/03/2016 à 23:37 :
Je ne comprends pas vraiment la Commission. Voyez ce que je dis sur UK soit-disant a l'équilibre !!! Les chiffres de l'Insee et d'Eurostat ne corroborent pas de baisse de productivite, toujours élevée en France, les cout salariaux sont stables, les marges se sont rétablies (environ 32), la balance des paiements est revenue plus ou moins à l'équilibre, le taux d'investissement des societes non financières est haut (23 contre 22 pour la moyenne europeenne), la croissance n'est pas bien forte, loin de la, mais la France a été moins impactee sur son PIB en 2009, l' endettement reste haut, mais en termes consolidés le plus bas des 4 principaux Etats de l'UE, le chomage, trop eleve, mais commençant a se stabiliser... Personnellement, je n'accepterais pas la position de la Commission sans répondre fermement....
a écrit le 08/03/2016 à 22:00 :
Ce chiffre mensuel n'est pas représentatif puisque le déficit a fortement diminué en 2015, de 12,6 milliards d'euros.
Malgré que la France a aussi consommé bien plus d'importations en 2015, en particulier depuis l'Asie.
Pour ce qui est des conditions, $ et baril, la France est au même condition que ces voisins.
Si une nation est avantagée c'est l'Allemagne, puisqu'elle est bien plus grosse consommatrice d'hydrocarbures que la France.
Il y a quelques jours tout un cinoche a été réalisé sur les exportations allemandes vers les Etats-Unis. Mais la France a aussi fortement augmenté ses exportations vers les US.
En résumé, L'Allemagne, La France et l'Europe sont gagnantes, là est la bonne nouvelle.
Exportations vers les US en 2015:
Allemagne + 19% (les importations depuis les US ont augmenté de 20%)
France + 19,5%
a écrit le 08/03/2016 à 21:11 :
La France a toujours nourri sa population. Les Français n'ont donc jamais eu besoin d'émigrer et n'ont pas une culture cosmopolite. L'histoire démontre que nos rois ou chefs d'état n'ont jamais été intéressés par le grand large malgré nos grands explorateurs. Quant à la population française elle est globalement contre la mondialisation.
Quant aux grands groupes ils ne sont pas intéressés pour aider les petites entreprises (expérience personnelle).
a écrit le 08/03/2016 à 20:49 :
Sous capitalisées oui mais les français refusent les fonds de pension par idéologie.
On veut bien de l'immigration pour le BTP mais pas pour en assumer les autres conséquences; on se dit tous qu'on ne travaille pas assez collectivement mais personne ne veut remettre en cause les 35 heures.

Le diagnostic on l'a depuis 1995, et je trouve contrairement à ce que certains sondages nous ont fait croire que la maturité politique de mes compatriotes n'a que peu varié.

Les mêmes débats que pendant le CPE, si il avait été voté on n'en serait pas là.

A force de s'arc bouter sur des acquis d'un autre age, sans compter une inculture économique renforcé par des médias partisants, voilà où on en est. Dans le mur.

Je suis pessimiste pour ce pays, on aura à mon avis besoin d'un électrochoc politique (mai 68 à l'envers, FN incontournable ) , bref de toucher le fond économique et politique pour du passé faire table rase et repartir sur de bonnes bases car le système politique, économique, judicaire est à bout de souffle, y compris la 5 ième république.

La technostructure tient à ses avantage, la révolution est nécessaire car la réforme ne mène à rien visiblement.
Réponse de le 08/03/2016 à 21:22 :
+1 totalement raison avec votre analyse!
Effectivement le problème numéro1 de la France est...les français eux-mêmes, incultent dans beaucoup de domaines en global, des langues à l'économie. La France crève à petit feu...pas grave je suis déjà parti depuis de nombreuses années!
Réponse de le 08/03/2016 à 21:27 :
Petite question pour vous christophe, quel contrat de travail avez vous ? CDI ?
Réponse de le 08/03/2016 à 21:27 :
Petite question pour vous christophe, quel contrat de travail avez vous ? CDI ?
Réponse de le 09/03/2016 à 11:20 :
@ Tête. Un CDI mais après avoir longtemps galéré, entre intérim et CDD puis formation car je n'avais pas la formation de base (j'ai fait des ressources humaines) pour travailler dans la banque.
Oui mon parcours s'est apparenté à un chemin de croix, et je suis d'autant plus consciencieux et sérieux que j'ai plus peur que d'autres de perdre mon job, ayant déjà subit un licenciement économique avant 30 ans, ce qui m'a fait perdre énormément de temps.

J'ai fait pas mal de boites et mon ressenti est aussi le fruit de mes différentes expériences dans la banque notamment, où on entends les mêmes poncifs qu'ailleurs (un peu moins mais à peine) alors qu'à priori ce sont les employés les plus au fait de l'économie et de l'actualité de part la nature du job (par rapport à un fonctionnaire par exemple ..) Et figurez vous que l'inculture économique est générale du jeune au vieux, de gauche à droite, tout cela date de l'enseignement biaisé qu'on nous enseigne, quasi marxisant. A part les étudiants en écoles de commerces et d'ingénieurs, les autres sont quasi incultes, c'est un fait.

Bref je mets mon cas personnel mis à part, car je suis de conviction libérales; à priori vu mon parcours j'aurai tout intérêt à voter à gauche et à demander plus de protection, mais pendant mes études mes profs étaient tellement à gauche (quasi communistes on va dire) qu'ils ont transformé un étudiant plutôt centre gauche non politisé en étudiant à la fin de droite libérale. Comme quoi on peut évoluer dans la vie, heureusement !
a écrit le 08/03/2016 à 20:03 :
PIB industriel français : 12,5 % et il ne cesse de diminuer
PIB industriel allemand 27 %
a écrit le 08/03/2016 à 19:44 :
Excuses au @Pipoline. Il à déja noté l'abusitivité.
a écrit le 08/03/2016 à 19:40 :
C'est pire. Parce que l'Airbus n'est plus qu'un participation.
Mettre l'Airbus integral dans les chiffres d'exportation paraitre un truquage.
Réponse de le 08/03/2016 à 20:31 :
Les douanes françaises renseignent Bercy des parts qui reviennent à la France des produits livrés, et en aucun cas des parts de l'Allemagne, Espagne ou autres.
La participation ou facturation des constructeurs et fournisseurs (%) sur les différents modèles d'Airbus est connue.
Si l'Allemagne ou la France traine sur une livraison d'un Airbus, qui sera effectuée le mois suivant, les deux pays seront impactés et les sommes respectives sont connues.
Faut arrêter de toujours tout remettre en doute tous les chiffres, les douanes ne sont ni de gauche, ni de droite, elles surveillent et comptabilisent.
a écrit le 08/03/2016 à 19:38 :
Cet article mêle infos chiffrées et points de vue politiques...
La France , mal gérée et pas compétitive , dégage quand même un excédent commercial face à la Grande-Bretagne , et un déficit public inférieur , depuis plusieurs années ...
Quand à l'expansion du PIB : Au 4ème trimestre 2015 le PIB français progresse de 0,3% , et celui des USA de 0,25%. Mais ils le publient en valeur annuelle , soit :1%. En fait , sur cette période , le PIB français a progressé 20.% plus vite que les USA... Mais , c'est bien connu , nous sommes nuls !
Quand à l'hyper compétitivité allemande , réelle, elle repose aussi sur des recettes peu publiées , comme l'absence de salaire minimum (jusqu'au 01 janvier 2015 ) , et l'emploi de main-d'oeuvre importée souvent sous payée . Ses exploits à l'export , notamment en Chine , ont peut-être atteint leur sommet. Nos start-up (second en nombre derrière les USA) sont un élément d'espoir pour l'avenir , à moyen terme. à suivre...
a écrit le 08/03/2016 à 19:23 :
Ah là, là comme il est négatif dans le titre. Mais non, Hollande a le pays bien en main et les choses bougent. C'est vrai, elles ne bougent pas vite, mais on ressent comme un frémissement, comme ci les choses allaient bouger et on détecte une activité sur les sismomètres ultra-sensibles de Élysées !!
a écrit le 08/03/2016 à 17:31 :
Pas de surprise, il suffit de regarder les achats de bcp. de personnes. La non-maturité économiques de ces derniers explique qu'à produits pratiquement identique, ils achètent "étranger" il parait que cela fait mieux ..... Ils n'ont pas encore compris que des achats nationaux (tjs. pour des produits pratiquement identiques) génèrent du travail et donc des rentrées plus fortes de cotisations sociales, de TVA, d'impôts directs et indirects dans le pays mais surtout une fierté de produire quelques chose qui s'achètent et que l'on pourra exporter. À ce sujet, je vous invite à faire du journalisme d'investigation quant au travail fait sur le terrain par les bureaux des services commerciaux francais à l'étranger, par avance je vous remercie.
Je tiens à ajouter que je ne jette pas la pierre à celles et ceux qui n'ont pas eu, pour des raisons svt idéologiques, la chance de pas avoir le droit de connaître le B A B d'un sytème économique humain. Depuis peu, on entend sur les ondes une publicité pour un livre expliquant l'économie pour tout le monde et dont je ne souhaite pas faire la promotion, peut-être (ne l'ayant pas lu) qu'il a sa place dans les bibliothèques ou chez certains.
Nous sommes un pays de productions alimentaires de bonne qualité, voir de trés bonne qualité, mais qui est MAL EXPORTÈE. Je vous invite les à découvrir "Eataly" qui ouvrira dans quelques mois près de Paris (les grandes villes de provinces n'étant jamais prises en compte), vous y découvrirez un bon concept marchand concernant les produits de nos amis Italiens. Quelle claque pour nos cadres commerciaux issus des Grandes écoles !
Réponse de le 08/03/2016 à 20:59 :
100% d'accord avec vous. C'est mieux pour beaucoup de rouler en VW trafiquée qu'en Peugeot qui est largement aussi bonne voire mieux, mais qui a le défaut d'être fabriquée par des compatriotes.
a écrit le 08/03/2016 à 17:28 :
notre richesse c'est la fonction publique . Au lieu d'investir ...
a écrit le 08/03/2016 à 17:24 :
Eh oui ....c' est plus facile de délocaliser , que d' exporter . Maintenant la croissance
mondiale est atone...Les Qe masquent l' état de santé des entreprises qui ne sont
pas en corrélation avec les bourses ....Les émergents , les Brics , les occidentaux et surtout la Chine qui est à l' arrêt tout net , alors à qui vendre, là est la question ?
a écrit le 08/03/2016 à 15:41 :
Je suis originaire de l'aube, je vois les usines fermer les unes derrière les autres mais les centres commerciaux et les logements sociaux pousser comme des champignons... on ne produit plus rien mais on finance par la dette les prestations sociales et la consommation, je ne vois pas comment on pourrait avoir un excédent commercial.
Réponse de le 08/03/2016 à 16:27 :
je ne suis pas inquiet,il est normal que les vieilles industries ferment,c'est l'intelligence artificielle qui crée aujourd'hui la nouvelle croissance.la France regorge de startups,et de poles de compétivité dans lesquels incubent les pépites de demain.nous sommes très bien placés
Réponse de le 08/03/2016 à 17:05 :
Pour ma part, je suis du même avis que Fafa92. Une usine qui ferme c'est une expertise qui part, souvent définitivement. Les start-up, c'est bien, La nouvelle économie, c'est bien. Mais il n'y a pas lieu de se féliciter de voir les "vieilles industries" mourir. L'industrie et le monde industriel ne sont pas des vieilleries, c'est des lieux de production, de connaissances, d'expertises, d'innovation, d'emploi... C'est le fondement des économies les plus prospères (États-Unis, Corée, Taiwan, Japon, Allemagne...) et le berceau des économies émergentes (Chine, Inde...).
Réponse de le 08/03/2016 à 19:16 :
Le comble de l'optimisme béat: croire en nos pôles de compétitivité : système de recyclage d'incompétents qui se donnent l'impression d'être utiles à quelque chose en organisant des évènements bidon ou en labellisant des projets qu'ils ne comprennent ni ne suivent, avec financement BCI donc contribuable.
Quant à nos start-ups.... quelques réussites sérieuses (sigfox, blabla car) à côté de tout un tas d'initiatives ridicules (le pot de fleur wifi pour demander de l'arrosage, la ceinture avec détecteur de sur-tension pour dire au gus qui la porte: arrête de bouffer....exemples réels... ).
Je crois que la participation française au CES n'est pas non plus un indice positif, car largement boosté par des financements publics.
Réponse de le 09/03/2016 à 9:00 :
@elu ps
Dans quel monde vivez vous?
Le numérique ne se substitue pas à l'industrie.
a écrit le 08/03/2016 à 15:39 :
il est évident que ce n'est pas un signe positif et démontre une nouvelle fois l'importance de mener une politique de l'offre plutôt que celle de la demande dans le contexte actuel. Ceci dit si on avait ce déficit mais la croissance US, on s'en ficherait pas mal. Par ailleurs notre population augmente quand celle de l'Allemagne décroit, cela a également nécessairement un impact sur la structure de nos consommations respectives. Nos voisins ont commencé à augmenter les salaires et reçoivent 1 million de réfugiés, cela devrait faire un peu évoluer les chiffres macro et quasi mécaniquement notre export.
On paye le quasi abandon de notre industrie c'est clair quand on voit les chiffres allemands ou italiens. Pas certain qu'on puisse rattraper une partie de ce retard et que donc au contraire il ne faille pas plutôt insister sur nos atouts, même si ça me désole...
Réponse de le 08/03/2016 à 17:21 :
les réfugiés de Syrie et d'Irak n'ont pas vocation à rester indéfiniment en Allemagne.
a écrit le 08/03/2016 à 15:25 :
Coïncidence juste aprés les 35 heures !!!
Réponse de le 08/03/2016 à 16:17 :
Non, coïncidence juste après l'arrivé de l'UMP pendant 10 ans au pouvoir (2002-2012). Et si c'était les 35 h, il y a eu 10 ans pour les annuler.
Si vous allez sur le site de REXECODE, vous verrez que jusqu'en 2006 (soit 7 ans après les 35 h), la FRANCE possédait des coûts salariaux plus bas que l'Allemagne.
Réponse de le 08/03/2016 à 17:26 :
@René Monti : les 35 heures qui ont renchéri le coût horaire du travail de 10% ont un rôle évident ; elles ont en particulier poussé les entreprises où la main d'oeuvre correspondait à une forte proportion de la valeur ajoutée à la délocalisation et donc à éradiquer le made in France notamment industriel. En y ajoutant la perte de compétitivité agricole française vous avez tous les ingrédients du désastre. Par ailleurs vu les conditions de la réélection de Chirac il pouvait difficilement envoyer brutalement au panier la mesure-phare de la législature de la gauche1997-2002. On a contourné certes les 35 heures (heures sup), mais à un coût élevé pour les entreprises et l'état. Et la part état, il faut bien que quelqu'un la paie.
Réponse de le 08/03/2016 à 21:20 :
Après le piège mortel de l'euro surtout...
a écrit le 08/03/2016 à 14:36 :
gouvernement nul = résultats nuls France à genoux le peuple en connait la cause , l'état non
Réponse de le 08/03/2016 à 15:16 :
la cause les retraités pensions et soins santé, un gisements de réformes en 2017
Réponse de le 08/03/2016 à 16:16 :
Supprimer les retraités qui sont d'horribles charges en 2017 ? J'ai surtout l'impression que c'est à la majorité actuelle et à nos élus insatiables que la populace va faire hara-kiri ...
a écrit le 08/03/2016 à 14:32 :
Son niveau de vie antérieur, a son entrée dans l'Union et dans l'Euro, était supérieur a celle des autres et pour le maintenir le plus longtemps possible a dut s'endetter tout en essayant de rejoindre a la baisse le niveau de vie de ses voisins! La France perd sur tout les tableaux et devra se reprendre en main par un retour souverain!
Réponse de le 08/03/2016 à 17:27 :
sans l'UE, la France coulerait à pic.
a écrit le 08/03/2016 à 14:30 :
Ingénieur dans l'industrie depuis 30 ans, je constate les ravages des financiers dans notre pays depuis 1990.
Ayant travaillé en Allemagne en 2010, j'y ai retrouvé les valeurs de l'industrie de mes débuts (1985 ) : grosse part des ingénieurs, environnement de travail très technique.
Hélas, ici, c'est tout le contraire!
Le résultat est là!
Pour inverser la tendance, il faudra au moins 5 ans.
Réponse de le 08/03/2016 à 20:09 :
Très juste. Les écoles de commerce ont chassé les ingénieurs de l'industrie
les financiers qui ne savent pas produire ont découvert la martingale : faire produire hors de France . Plus de 70% des voitures qui roulent en France ont été construite hors de France ; exactement l 'inverse de l'Allemagne . Voyez Renault ; ni les Clio ni les Megane ne sont construites en France .
Réponse de le 09/03/2016 à 10:19 :
Très juste
a écrit le 08/03/2016 à 14:29 :
"la dépréciation de l'euro face au dollar"

Le principal déficit commercial de la France c'est vis a vis de l'Allemagne qui est d’ailleurs notre principal concurrent sur la marché international! C'est sortir de l'euro qu'il faudrait pour voir notre monnaie baissée par rapport à celle de notre voisin et concurrent. La baisse de l'euro dans ce contexte ne change rien à ce probleme...
Réponse de le 08/03/2016 à 17:37 :
Il faut surtout baisser nos coûts notamment salariaux. Car si certes l'€ nous empêche de brader nos productions en Allemagne, il nous permet aussi de payer pas trop cher nos matières premières et produits semi-finis importés utilisés dans nos productions (ex : écrans LCD, composants électroniques,...). Tout ça est un équilibre qu'il n'est pas sûr qu'une monnaie nationale plus faible modifierait à notre avantage.
Réponse de le 08/03/2016 à 21:17 :
@bruno_bd

le but d'une sortie de l'euro et de la remise à plat de la valeur de nos monnaies respectives n'est évidement pas "de brader nos productions en Allemagne" le marché allemand est atone depuis des années de toutes façons... C'est sur le marché mondial que nous sommes en concurrence pas uniquement sur nos marchés nationaux!
a écrit le 08/03/2016 à 14:29 :
Si nous avons l € c est bien pour exporter dans la zone € !!! Notre export en zone € est d ailleurs tres faible et en particulier en Allemagne et comme les jeunes qui sortent de bts de ci ne savent rien il est normal que l export soit nul !!
a écrit le 08/03/2016 à 14:15 :
Seriez-vous en train de sous-entendre qu'il y a une crise économique mondiale..??
a écrit le 08/03/2016 à 14:13 :
La photo de l'A380 est parlante ...! quand à grands coups de com. ! normal 1er annonce une vente d'Airbus ...faut relativisé , d'abord la France n'a que environ 17% dans le groupe Airbus , et dans le prix d'un A 380 ,par exemple , 52/54 % ((en valeur), des moteurs et leurs avionics c'est pour le motoriste Royce Roye et ses sous-traitants ...le train d'atterrissage c'est Made in USA ...appareils de navigation , sous -traitants suisses, US;UK ,Allemand et autres ...donc au final , entre l'effet d'annonce des milliards vendus , les retombées économique réelles ..c'est le grand écart...!
Réponse de le 09/03/2016 à 9:01 :
Oui les Airbus possèdent bien des pièces d'origine diverses comme les Boeing embarquent des équipements européens, dont des français.
Comme dans les avions et satellites américains ou russes on y trouve des produits français, Thales, Groupe Safran, Saft, etc.
Exemple, en février 2016, Michelin a annoncé « un contrat avec Boeing stipulant que le groupe clermontois deviendra à compter de juillet prochain le fournisseur unique de pneus pour le train d'atterrissage principal des Boeing 777-300ER (Extended Range), 777-200LR (Long Range) et 777 Cargo. »
« Les 737, 747, 787 et 777 ainsi que plusieurs avions militaires sont déjà équipés de pneumatiques à technologie radiale de Michelin. »
---
Les chiffres cités par l’article sont fournis par les douanes françaises, donc qui concernent uniquement les participations françaises dans les Airbus. Les douanes travaillent avec des données dématérialisées en temps réel, elles ont donc toutes les infos, facturation, TVA, origines, destinations, qui fait quoi, etc.
Ca se nomme la traçabilité, sans quoi, elles ne pourraient rien contrôler et ne pourraient pas appliquer la TVA.
Et donc les sommes qui sont livrées à la presse (et remontées à Bercy) concernent uniquement les parts françaises de chaque produit, même si c'est l'Allemagne qui livre le produit, et vice et versa pour la douane allemande sur les appareils livrés par la France. Les douanes européennes coopèrent. Y'a pas de manipulation des chiffres.
---
Pour info, les clients des A380 peuvent aussi choisir le moteur GP 2700.
---
Les 4 gros motoristes mondiaux sont les américains General Electric et Pratt & Whitney, le britannique Rolls-Royce et le français Snecma/Safran.
---
Le moteur CFM56 (GE 50% + Snecma 50%) est le moteur à réaction le plus vendu dans le monde « plus de 23 000 exemplaires en service sur plus de 9 700 avions »
> Airbus A320
> Airbus A340-200/300
> Boeing 737 et les C-135 (militaires)
> McDonnell Douglas DC-8
Et le remplaçant du CFM56 est le moteur LEAP, aussi issu d’une coopération GE-Snecma, avec un client supplémentaire, le chinois Comac.
LEAP-1A pour Airbus A320neo, LEAP-1B pour Boeing 737-MAX et LEAP-1C pour Comac C-919.
« Mi-2015, le moteur LEAP totalisait plus de 9 500 commandes et intentions d'achats. »
---
Oui, pendant que j’y suis, Turboméca/Safran est aussi N°1 mondial des turbines d’hélicoptères : Airbus, Bell et Boeing (US), Finmeccanica (Italie), Avic (Chine), Russian Helicopters (Russie), HAL (Inde), Denel (Afrique du Sud)
« Plus de 18 000 moteurs Safran équipent ainsi les principaux hélicoptéristes mondiaux »
---
Oui, pendant que j’y suis, j’allais oublier, Hispano Suiza/Safran et N°1 mondial des transmissions de puissance (les bananes sous les moteurs)
---
Mince, j’allais fauter, Safran est le leader mondial des fonctions d'atterrissage et de freinage d'aéronefs, pour les avions ainsi que les hélicoptères civils et militaires : trains d'atterrissage, roues et freins, systèmes d'atterrissage (systèmes d'orientation, d'extension et de rétraction, de freinage et de surveillance)
---
Bon je vais peut-être stopper là pour Safran, défense, satellites, avionique (Sagem), nacelles, fadec, groupes auxiliaires de puissance (Microturbo), etc.
---
Et puis les autres constructeurs français : Falcon de Dassault, les ATR (50%), les TMB de Daher.
Réponse de le 09/03/2016 à 14:51 :
@Alain d, j'ai simplement choisi pris un exemple parlant .....pour dénoncé la com. à 2 balles de Normal .. je maintien .donc mon explication même sommaire alors pourquoi tout c e blablas asymétrique , qui n'inverse en rien mon propos , et qui ne m'apprend rien ...
Réponse de le 09/03/2016 à 18:21 :
@pipolino
Parce que vous passez votre temps à critiquer les entreprises françaises, et que justement tous vos choix d'exemples ne sont pas neutres.
Je rééquilibre juste avec quelques petits rappels qui nous ranèment à la réalité.
---
Et j'ai fait idem au dessous pour Churchill.
a écrit le 08/03/2016 à 14:05 :
quelle surprise, hein?
la france ne produit plus rien ( c'est compatible avec la chasse au grand capital qui met de facto dehors l'industrie!!) d'industriel.....
pour les services, les jeunes ont le choix entre aller en californie et creer une boite et se la faire dailymotioniser par qui on sait
nivellement par le bas permanent, decouragement generalise, pantalonnade des politiciens sur ' les investissements justes donc pas rentables et autres entreprises d'avenir', harcelement administratif ( le compte penibilite n'est que la partie cacheee de l'iceberg), etc... la liste est longue
mais vous avez raison, des boites pas rentables ne vont pas a l'export, et sont sous capitalisees de facto, soit par non reintegration des reserves, soit par absence de possibilite d'augmentation de capital
apres, y a d'autres soucis.... les boites n'ont pas le personnel et celles qui y vont la fleur au fusil se font arracher la tete le jour venu ( j'ai une liste d'histoire longue comme le bras! ;-))) )
he oui! parler anglais a l'international, faire de l'incoterm ou rediger des cahiers des charges pour faire du business avec des chinois, ca ne s'improvise pas!
Réponse de le 09/03/2016 à 9:57 :
Pour exemple, nombreuses sont les nations qui aimeraient pouvoir afficher ceci :
http://www.usinenouvelle.com/article/infographie-qui-sont-les-acteurs-de-la-filiere-helicoptere-francaise.N379544
Aucune nation européenne peut rivaliser dans les hélicos, même pas les allemands ou britanniques.
Idem dans les satellites, Airbus, Thalès, Safran, Arianespace.
Idem dans les avions, Dassault, Airbus, ATR, Daher.
Idem dans le naval, DCNS, STX, Piriou, Socarenam, Océa, CMN, Fontaine Pajot, Bénéteau, Navalu, Chantiers Allais, Marck, Afep Marine, etc.
Et je triche, BIC Sport leader mondial de la planche à voile.
Oui, y'a des délocalisations, impossibles d'y échapper, tous nos voisins font de même. Oui les conditions n'étaient pas idéales.
Mais aussi beaucoup d'erreurs de gouvernance d'entreprises, comme Peugeot qui a fini par vendre 30% aux chinois et ses scooters (pourtant n°1 en Europe) à l'Inde pour obtenir du cash.
Renault, n'a pas vendu, il a acheté, Samsung, Nissan, Dacia, Avtovaz, Lotus.
Peugeot s'est fait jeté par BMW pendant que Renault signait avec Daimler.
Donc ce n'est pas un problème d'environnement, il était identique pour les deux constructeurs, c'est bien un problème de gouvernance, de choix et aussi de gnaque. Pas la peine d'aller chercher plus loin.
Et même si Peugeot Citroën retrouve la santé, les 33% chinois et les scooters sont perdus à jamais.
---
Juin 2015, François Turcas, le nouveau vice-président de la CGPME chargé de l'international
Si les PME exportent peu, “c’est la faute aux patrons”
Répondant à une question sur les principaux atouts à l'export, il a écarté les coûts et les prix : "Nos principaux atouts, c'est la réactivité et la volonté d'y aller, ensuite, il y a le service", a-t-il notamment estimé, "c'est notre volonté de communiquer et de prendre de la culture des autres". Si seulement 117000 entreprises exportent en France, et que l'Hexagone ne compte que 4000 ETI contre le triple en Allemagne et plus du double en Italie, "c'est la faute aux patrons".
Les coûts entrent certes en ligne de compte, mais "quand le patron décide d'aller voir ailleurs, ce n'est pas les coûts qui vont l'arrêter", a encore indiqué le vice-président de la CGPME, rappelant "que les concurrents ne sont pas forcément moins chers, à l'instar des Allemands". Et d'indiquer que dans sa nouvelle fonction à la CGPME, il comptait s'atteler à la tâche d'ouvrir ses pairs sur l'international, de les "y emmener", "avec notre force de conviction"
a écrit le 08/03/2016 à 13:49 :
Les gens achètent des produits et services dont ils ont besoin et envie....d'où la suprématie des Allemands, notamment dans le domaine des équipements lourds. Les Iphones ou Samsung Phones par exemple, fabriqués en Chine pour 10-15 euros se vendent à prix d'or en Occident. Par conséquent, ce n'est ni le prix du pétrole, ni le taux de l'euro par rapport aux autres monnaies, mais bien la qualité, l'efficacité et la convivialité des produits et services qui sont les fers de lance du commerce international :-)
Réponse de le 08/03/2016 à 14:52 :
Ce n'est pas toujours vrai, dans l'agroalimentaire et l'agriculture, les prix, donc les coûts sont un élément déterminants de la vente, y compris à l'export. DOUX s'est redressé, à l'export, sous l'effet des restructurations mais aussi de la baisse de l'euro et du CICE
Réponse de le 08/03/2016 à 16:19 :
Dans le domaine agricole, vous n'avez pas le droit d'acheter des produits alimentaires allemands. Dixit nos agriculteurs. Par contre, vous pouvez acheter des voitures allemandes, et ils ne s'en privent pas.
a écrit le 08/03/2016 à 13:43 :
Parler du déficit commercial uniquement sous le jour des exportations est largement incomplet ! Quid des importations, de leur évolution, de leur structure ? Parce que dire que la France exporte moins que l'Allemagne ou l'Italie est véridique, mais pourquoi ceux-ci importent moins ? Serait-ce à cause de leurs salaires inférieurs, qui conjugués à la baisse de l'euro rend bcp de bien importés hors de portée de leur bourse ? Plutôt que de nous rabâcher avec des "on n'y arrive pas" défaitistes, expliquez nous le rôle des importations dans le déficit commercial français !
Réponse de le 08/03/2016 à 17:37 :
Une des réponses est simple. Ailleurs qu'en France, il existe un peu de patriotisme économique. En France il y a aussi beaucoup d'égoïsme...
Réponse de le 08/03/2016 à 17:41 :
D'autant plus que la France, grâce à son électronucléaire très développé, est par exemple moins contrainte que l'Italie ou même l'Allemagne à des importations de charbon, de gaz ou de fuel....
a écrit le 08/03/2016 à 13:42 :
Parler du déficit commercial uniquement sous le jour des exportations est largement incomplet ! Quid des importations, de leur évolution, de leur structure ? Parce que dire que la France exporte moins que l'Allemagne ou l'Italie est véridique, mais pourquoi ceux-ci importent moins ? Serait-ce à cause de leurs salaires inférieurs, qui conjugués à la baisse de l'euro rend bcp de bien importés hors de portée de leur bourse ? Plutôt que de nous rabâcher avec des "on n'y arrive pas" défaitistes, expliquez nous le rôle des importations dans le déficit commercial français !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :