La grande lassitude des Français en quête d'autorité

 |   |  234  mots
(Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
Selon un sondage OpinionWay pour le Cevipof publié dans le JDD ce dimanche, les Français, éprouvés en 2015 par les attentats expriment "lassitude", "morosité" et "défiance". Un an après le massacre à Charlie Hebdo et deux mois après celui du Bataclan, les valeurs d'autorité sont en forte hausse.

Les Français sont toujours las, moroses et demandeurs d'autorité selon l'enquête annuelle du Cevipof réalisée fin décembre et publiée par le Journal du Dimanche.

L'institut de sondages OpinionWay, mandaté par le Cevipof, centre de recherches politiques de Science-Po, pour son enquête annuelle sur l'état du pays et la confiance, a interrogé quelque 2.000 personnes.

 Soumis à une liste de qualificatifs pour représenter leur état d'esprit, les Français désignent en premier lieu des mots négatifs: lassitude (31%, chiffre identique à celui de décembre 2014) devant morosité (29%, -1) et méfiance (28%, +2).

Viennent ensuite les mots plus positifs: sérénité (18%, +2), bien-être (16%, identique) et confiance (13%, +1)

Sur les institutions, les Français accordent leur confiance avant tout dans celles qui incarnent l'autorité comme l'armée (81%, +5) et la police (75%, +6). En bas de la liste se trouvent toujours les banques (29%, -3), les syndicats (27%, identique), les médias (24%, -1) et les partis politiques (12%, +3).

Plus des deux-tiers des Français (67%,-6) continuent de penser que la démocratie fonctionne mal. L'image des hommes politiques reste toujours aussi dégradée: 81% des Français ont des sentiments négatifs à leur égard et 88% (-1) jugent qu'ils ne se préoccupent pas de leur avis.

Sondage OpinionWay pour le Cevipof réalisé en ligne du 17 au 28 décembre auprès d'un échantillon représentatif de 2.064 personnes âgées de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2016 à 16:07 :
Des sondages sont publiés. L’Etat rend-il le travail impossible alors que l’export ferait en dessous de son potentiel ? Pouvons-nous expliquer par exemple qu’à la Banque Mondiale on publie que nombre de pays feraient depuis 2009 plus d’inflation que de croissance ? Par exemple depuis 1998, la France ferait 1,42 de croissance et 1,56 d’inflation, est-ce en phase avec le mandat de la BCE qui doit réaliser une croissance non inflationniste ? N’avons-nous pas après crise en Europe un dysfonctionnement économique ? Peut-on expliquer que le plein-emploi et la croissance n’ont pas été rétablis. Peut-on expliquer la destruction du pib et de l’emploi de nombre de pays d’Europe, le Parlement est-il coupable ? On parle d’un euthanasie de la croissance, n’est-ce pas celui de la population active ? Les diplômés ne sont-ils pas innocents quand on parle d’un potentiel de croissance ? Aux dernières élections, nombre d’électeurs ont voté FN est-ce à cause des violences commises et aura-t-on une protection des populations avec une détermination des complicités ?
a écrit le 18/01/2016 à 13:06 :
La grande lassitude de ne pas savoir où l'on va, du peu de confiance vis a vis de "nos guides" et des crevasses qui s'ouvrent sous nos pas!
a écrit le 18/01/2016 à 12:01 :
Les français selon ce sondage expriment surtout leur mal être républicain dans notre pseudo démocratie.
a écrit le 18/01/2016 à 10:44 :
Ok et où voyez-vous donc je vous prie que les français sont en "quête d'autorité" ?

La force des sondages c'est que chacun peut leur faire dire ce qu'il veut, attention aux interprétations hasardeuses je vous prie pour ma part je trouve que ce sondage montre surtout que les français ont peur, mais avec des médias hystériques dès qu'il y a un attentat c'est logique, et ne font aucune confiance dans ceux qui les dirigent.

Plus des deux tiers des français, je fais un peu plus confiance aux sondages de cevipof qu'à ceux d'instituts privés tentés bien souvent de faire plaisir aux clients, estiment que la démocratie n'en est pas une, si on ajoute les plus de 50% d'abstention aux élections je pense que les décideurs auraient matière à penser afin de changer notre société.

Mais comme ils n'en ont aucun intérêt financier ils vont nous diriger via les élections, via les médias, vers une gouvernance d'extrême droite encore plus inégalitaire, frauduleuse et carrément dangereuse parce que sachant pertinemment que ce parti est autant compromis que les autres.

Le capitalisme tel qu'il est, complètement à la dérive, à encore de beaux jours devant lui, l'humanité beaucoup moins.
a écrit le 17/01/2016 à 19:45 :
Arrêtons de laisser croire que les français ne sont responsables de rien ! Ils ont évidemment les politiques qu'ils méritent puisqu'ils votent. Quant aux performances des entreprises, comment expliquer que certaines réussissent même en France ?...si ce n'est en émettant peut-être l'hypothèse que les comex de ces 30 dernières années en France n'ont pas été beaucoup plus inspirés que les politiques. Souvenons-nous par exemple de ces experts en management et en finances qui ont pris la tête de technostructures performantes et ont tué tous les investissements d'avenir...Aujourd'hui on découvre qu'il faut avoir de bons produits..et que pour avoir des bons produits il faut avoir aussi des bons ingénieurs et des bons ouvriers, il faut s'intéresser un minimum à la raison sociale de son entreprise et pas seulement au cours de bourse. Mais c'est vrai à tous les niveaux : oui à l'école il faut travailler notamment ses maths et son français et pas uniquement les matières "fun" ! Mais il faut être optimiste et considérer que peut-être les jeunes d'aujourd'hui en ont pris conscience et reprendront les commandes.
Réponse de le 17/01/2016 à 21:18 :
Ah le fameux argument du vote! Non que je ne sois persuadé de la responsabilité des français, mais cet argument ne veut rien dire. Doit-on rappeler le nombre de dictateurs élus? Doit-on aborder le régime des partis, les consignes de vote (pourtant totalement illicite si on s'en réfère aux textes fondateurs portant sur la qualité de membre de la représentation nationale)? Doit-on parler des arrangements de présence, ou d'absence?
Et encore le microcosme rêve de fermer un peu plus la porte à toute pluralité réelle, en invalidant le principe d'égalité des temps de parole, ou en modifiant les principes de parrainages...
Enfin, quand le premier parti de France est de loin celui de celles et ceux qui ne trouve aucun candidat pour qui voter, et que le second n'a pour ainsi dire aucun représentant, vous avouerez que les notions de légitimité du processus et de la responsabilité de l'électeur sont sérieusement écornées.
a écrit le 17/01/2016 à 18:26 :
qui pour incarner cette attente ? : d'anciens condamnés , des gens qui placent leur argent en suisse d'autres qui ne paient pas leurs impôts et le reste qui s'engraisse à vie en politique ; tant que nous n'aurons pas réformé en profondeur nos institutions nous n'avancerons pas , le réveil pourrait être difficile
Réponse de le 18/01/2016 à 11:25 :
vous avez parfaitement résumé le problème bourdiga : à qui donner son vote et par là même sa confiance en l'avenir, parmi ces candidats interchangeables qui trichent, volent (pour certains...), dissimulent au fisc leur revenus en plaçant leur argent en Suisse et font exactement l'inverse de ce qu'ils nous imposent par les lois qu'ils votent....
a écrit le 17/01/2016 à 15:56 :
La presse a 24 % de confiance. Cela ne m'étonne pas, quand on voit que ladite presse est incapable d'expliquer aux français ce que sont les charges, les impôts, le déficit budgétaire etc.. Et que la pensée économique dans les médias est réduite à sa plus expression, à savoir une pensée unique.

Certains journalistes économiques font strictement les mêmes articles depuis 20 ans, en adaptant juste un peu afin de ne pas sortir des bêtises trop grandes (par exemple en disant du bien de l'économie de la Grèce (comme jusqu'en 2008), ou en vantant les subprimes ou la société ENRON (qui étaient des preuves positives de la créativité américaine en matière de finance).
Le prix du plus nul : Eric LE BOUCHER....
a écrit le 17/01/2016 à 14:40 :
Manip habituelle consistant à travestir un sentiment ou une position pour une autre. Non, les français ne sont pas en quête d'autorité, mais de juges qui fassent appliquer les lois uniformément, de politiques qui tiennent parole, d'élus qui se rappellent de leur devoirs essentiels de mandataires, d'état qui ne se préoccupe pas que de sa survie mais aussi (surtout) de la nation qui le porte, de législateurs qui défendent les intérêts de la nation et non de ceux qui rédigent les lois pour qu'ils puissent se targuer d'en porter le nom (ou l'inverse).
Bref, les français voudraient retrouver leurs voix et se faire entendre. Ne pas se faire traiter comme des criminels quand ils demandent des comptes quand ils ne sont pas simplement ignorés.
Ils veulent savoir pourquoi des groupes de pression représentant des intérêts particuliers sont plus puissants que la majorité de électeurs. Ils voudraient qu'on leur explique les raisons nécessairement si pertinentes qui veulent que la très grande majorité du complexe médiatico-politique favorise la disparition de la nation française au profit d'une Europe de plus en plus distante des peuples et contre laquelle ils ont voté.
Ils voudraient comprendre en quoi l'état et l'organisation politique de la nation est encore légitime quand aucune de ces questions n'est jamais posée publiquement et qu'aucune réponse n'a été donnée.
Réponse de le 17/01/2016 à 15:33 :
+1000
Réponse de le 17/01/2016 à 18:43 :
Bravo pour votre analyse ! J'adhère pleinement.
Je m'étonne avec vous de l'écart énorme existant entre l'avis des français et leur 'traduction' par les journalistes
Réponse de le 18/01/2016 à 0:04 :
+1000

Les français n'ont pas "confiance", dans l'armée, la police, ils espèrent seulement que ces corps feront leur boulot et arriveront à quelque chose, parce qu'ils n'ont aucune confiance dans le personnel politique pour y parvenir.
Réponse de le 18/01/2016 à 3:33 :
j approuve votre texte sauf le ''.. de politiques qui tiennent parole...''.
heureusement que beaucoup d hommes politiques '' ne tiennent pas parole'', plus exactement oublient leurs promesses. car vu leurs nombreux propos demagogiques et irresponsables pendant les campagnes electorales ils conduiraient a coup sur le pays a la debacle....
Réponse de le 18/01/2016 à 12:03 :
Pour faire simple, les français aimeraient que soit instaurée la nomination de gens compétents et bosseurs aux manettes... et non cette cooptation permanente et magouillesque de parasites branlos consanguins :-)
a écrit le 17/01/2016 à 12:56 :
Comme aurait dit Pompidou << Arrêtez d'emmerder les Français ! >>...Cela serait déjà un bon début, non ?
a écrit le 17/01/2016 à 12:49 :
Autorité ? Et si plutôt les Français faisaient simplement confiance aux institutions dont ils comprennent l'action et pas à celles qui font beaucoup de bruit systématiquement à côté des questions à résoudre ?
Réponse de le 17/01/2016 à 15:09 :
On a aucun besoin d institution ni celle dont on comprends l usage ni les autres : elles s occupent toutes de detruire le pays et ses habitants !!!! D ailleurs a quoi sont elle destinees sinon a controler et donc a detruire car c est bien leur action quotidienne : la destruction de l appareil de production et lá, elles sont championne du monde : c est avec le social notre meilleure performance a l'export !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :