Le flou de Macron sur le "non-renouvellement" des fonctionnaires

 |   |  392  mots
Le programme d'Emmanuel Macron devrait être connu le 2 mars.
Le programme d'Emmanuel Macron devrait être connu le 2 mars. (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
Le candidat du mouvement "En Marche" a affiché sa volonté de ne pas renouveler un certain de nombre de postes de fonctionnaires...sans préciser leur nombre ou le secteur concerné.

A propos de la fonction publique, Emmanuel Macron adopte - comme pour d'autres sujets - la position de l'équilibriste. Invité de Radio Classique vendredi matin, le candidat à la présidentielle 2017 a d'abord tendu la main : "Je vais embaucher des fonctionnaires dans la police, la sécurité, dans l'Éducation nationale et on n'en supprimera pas dans la fonction publique hospitalière qui en a besoin", a-t-il promis.

Mais le leader d'"En Marche" a ensuite affirmé qu'il y avait "des non-renouvellements qui peuvent être faits dans d'autres secteurs et qui sont inévitables parce qu'on va moderniser". Emmanuel Macron ne s'est pas avancé davantage dans les détails : "Ce sera secteur par secteur. Il y aura un chiffre, un sérieux budgétaire, une méthode et une crédibilité, (...) et on reste dans nos engagements européens (sur le déficit, ndlr)", a assuré le candidat, qui doit annoncer le chiffrage de son programme le 22 février, et l'intégralité de ses mesures le 2 mars.

Lire aussi : Pour le programme de Macron, il faudra encore patienter

Réforme de l'ISF

Emmanuel Macron a également défendu sa proposition de transformation de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF): "Je ne change rien sur la partie immobilière. Vous avez le même seuil qu'aujourd'hui, les mêmes abattements. Je ne vais pas me mettre à taxer les œuvres d'art ou autres, toutes les exonérations existantes sont maintenues", a-t-il assuré.

En revanche, "je sors de l'assiette de l'impôt sur la fortune tout ce qui est détention de titre, de part d'entreprise, et de ce qui finance l'activité économique", a-t-il développé, disant avoir "besoin de femmes et d'hommes qui entreprennent, qui investissent dans l'activité économique".

"Qui paye l'ISF? Pas les gens du CAC 40", a-t-il avancé. "Avec le système actuel ils n'ont pas besoin de se servir des revenus, ils vivent sur de l'endettement qu'ils ont constitué, ils ont des montages qui leur permettent de ne pas payer l'ISF", a-t-il analysé.

"Qui paye l'ISF? Les gens riches ou moyennement riches, qui ont besoin de revenus (...) et ne peuvent pas optimiser", a-t-il assuré. "Quelle est la conséquence? Les gens qui entreprennent qui créent de la valeur dans le pays ou qui pourraient en créer, partent parce qu'ils ne veulent pas le payer", a-t-il expliqué.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2017 à 15:07 :
Il est trop tôt pour qu'il dévoile son futur programme , il attend de voir ceux de ses adversaires pour copier chaque tendance , c'est normal il se retrouve au centre .Bien joué .
Réponse de le 20/02/2017 à 11:58 :
Depuis quand un politicien a un programme? Avant l'election il promet mont et merveille à tous puis après il s'en fout plein les fouille et nous détruit nos pouvoir d'achat à tous... La réalité politique est bien triste.
a écrit le 19/02/2017 à 13:17 :
je recherche un l homme serieuse
a écrit le 19/02/2017 à 10:31 :
Quand on parle du sérieux budgétaire, comme la fait Macron, et l'ont fait avant lui Hollande et Sapin, c'est que l'on est tenté par la fantaisie budgétaire et notamment toutes les manipulations qui ont été faites sur 2017 en engageant des dépenses qui seront à payer un peu sur 2017, mais surtout sur 2018 et suivantes... On ne peut donc qu'être très méfiant sur cette vision de Macron de la gestion budgétaire..
a écrit le 19/02/2017 à 8:29 :
Il "veut" être Président ! On ne va quand même pas le chicaner pour quelques approximations de sa part...ou incompréhensions de notre part (parce que nous sommes des "illettrés" à ses yeux). Allons, inclinez-vous devant sa Majesté Macron 1er puisqu'il vous dit qu'il vous a compris !
a écrit le 18/02/2017 à 17:30 :
EM est appuyé sur le bénévolat des membres très durs de la Ligue générale des bénévoles travailleurs LGBT pour financer sa campagne. Bravo Manu. signé Berger
a écrit le 18/02/2017 à 10:59 :
Macron a tous les attributs du jeune étudiant attardé qui réinvente l'eau froide le matin, l'eau tiède à midi et l'eau chaude à 20h.

Lorsque l'on met bout à bout ses déclarations, il fait comme Sarkozy Fillon et Valls, Macron dit tout et son contraire, ses idées sont sans dessus sans dessous, dans le plus grand désordre ;

Les sondageurs malicieux peuvent le placer artificiellement en haut,

sa chute va être très lourde proche de celle des Sarkozy Valls Fillon et puis il retournera brasser de l'air chez les banquiers
a écrit le 18/02/2017 à 9:27 :
Évidemment qu'il faut supprimer l'ISF. Aujourd'hui son défaut est qu'il est quasiment devenu un super impôt foncier. Macron veut renforcer ce défaut. Pas vraiment intelligent si l'on veut que les riches se réinstallent en France. D'une façon générale les projets de Macron sont excessivement timorés pour un libéral. Ainsi son refus de dépénaliser le cannabis. Macron s'il ne devient pas plus téméraire, va nous faire du sous Hollande. On a déjà donné !
a écrit le 18/02/2017 à 9:27 :
Évidemment qu'il faut supprimer l'ISF. Aujourd'hui son défaut est qu'il est quasiment devenu un super impôt foncier. Macron veut renforcer ce défaut. Pas vraiment intelligent si l'on veut que les riches se réinstallent en France. D'une façon générale les projets de Macron sont excessivement timorés pour un libéral. Ainsi son refus de dépénaliser le cannabis. Macron s'il ne devient pas plus téméraire, va nous faire du sous Hollande. On a déjà donné !
Réponse de le 19/02/2017 à 8:32 :
La consommation de cannabis a des effets dangereux pour la conduite automobile de très nombreux jours après cette consommation. C'est la Sécurité Routière qui nous l'explique. Voulez-vous donc encourager l'hécatombe sur les routes ?
a écrit le 18/02/2017 à 6:54 :
Sa modification de L'ISF en le mettant uniquement sur les biens immobiliers est une erreur, il ne permettra de faire aller les capitaux vers l'investissement, l'ISF doit purement et simplement supprimé il est une des causes du renoncement de beaucoup à se laisser plumer
Réponse de le 18/02/2017 à 16:31 :
Immobilier.
M.FerryPisani conseiller de M.Macron parle de créer un loyer spécifique pour tous les propriétaires de logements( principal compris.).!!!!!
alors les déclarations blabla!!!
a écrit le 17/02/2017 à 23:50 :
Étant donnée la masse électorale que représentent les fonctionnaires, je pense que Macron ne veut pas se les mettre à dos. Ce qui révèle toutefois un mensonge par omission parce que je ne vois pas comment il va faire sans réduire massivement (comme Fillon) les effectifs. Toute sa campagne est floue et fondée sur des non-dits:-)
Réponse de le 18/02/2017 à 13:12 :
Comme disait Mme Aubry : si c'est flou, c'est qu'il y a un loup !
a écrit le 17/02/2017 à 21:26 :
Si Mr Macron veut "réformer" (le mot à la mode de la novlangue oligarchique) l'ISF en en réduisant fortement les recettes voire en le faisant disparaitre et remplacer les recettes de l'ISF par une hausse de la TVA, c'est que monsieur Macron est de droite et qu'il prend la plupart des électeurs pour des idiots en n'affirmant qu'il n'est pas de droite.
Je crois que même Bayrou ne compte pas faire ce type de "réforme".
a écrit le 17/02/2017 à 17:31 :
Sur les non renouvellement de postes et autres sujets qui fâchent, plus aucun candidat n'ose s'aventurer sur des informations précises, en raison du risque de se faire critiquer ou rejeter.

Quoi qu'il en soit, le rôle de l’état est de s'occuper du régalien et il semble qu'il y faudra beaucoup de travail pour essayer de redresser la situation. Aussi bien du point de vue économique qu'en termes d'efficacité. Les deux n’étant pas toujours liés.

Renforcer la police sur le terrain et surtout la police de proximité, c'est la moindre des choses, si l'on veut aussi faire de le prévention et pas seulement de la répression. Idem pour la sécurité.
Une fois qu'un délit a déjà été commis, on peut considérer que c'est en partie une forme d'échec, qui conduit automatiquement à une surenchère sécuritaire ou législative. Il faudra bien un jour se poser la question des limites de cette méthode, tout du moins si l'on veut rester en démocratie.

Il manque la justice dans tout cela !
et la France elle est bien mal lotie : 37ème sur 43 pays européens. La justice est à la fois garante des libertés et de la sécurité, un équilibre indispensable à conserver pour garantir les droits fondamentaux.

l'Éducation nationale : il faut privilégier les effectifs enseignants, aussi bien en nombre qu'en qualité. Le préalable étant la formation des enseignants eux mêmes.



Moi je commence à faire confiance à M. Macron, parce qu'il semble rationnel et intelligent, mais c'est surtout cette forme de coalition, qui est en cours de formation, qui présente de l’intérêt. S’attaquant aux problèmes de manière raisonnable, et sans aprioris partisans. On est trop habitués au partis pris et aux querelles stériles droite-gauche, alors que vu la situation, ce sont avant tout des accords qui sont nécessaires.
La solution passe assurément par une coalition au centre, plutôt que de choisir une extrême.
Ne serais que, il serait quasi-criminel de détruire une Union Européenne que l'on a mis des décennies à construire. Je crois que le vrai patriotisme est dans la construction et non dans la destruction.
Réponse de le 18/02/2017 à 0:32 :
Message plein de sagesse. Comme Mr Macron ! :-)
Merci pour cette agréable lecture.
Réponse de le 18/02/2017 à 18:52 :
n'importe quoi ! Si EM obtiendrait 5% il devrait s'estimer heureux: les frais occultes de sa campagne de la pêche aux voix un peu à gauche un peu à droite un peu partout seront remboursés par nous lseuls es 47% imposés en Fr
a écrit le 17/02/2017 à 17:14 :
Macron est jeune, a une bonne approche des choses et est bien entouré, il est certainement une opportunité pour les français un peu comme en son temps Giscard et sans doute en mieux. Fillon et le Pen sont des tricheurs et manipulateurs patentés donc à fuir.
Réponse de le 17/02/2017 à 19:11 :
" Macron est jeune".
Autant recruter à l'école maternelle et choisir les conseillers parmi aides maternelles. Une autre opportunité.
Réponse de le 17/02/2017 à 19:20 :
" Macron est jeune".
Autant recruter à l'école maternelle et choisir les conseillers parmi les aides maternelles. Une autre opportunité.
Réponse de le 18/02/2017 à 0:10 :
@ amazon :
Vous faites semblant de ne pas comprendre que les français, dans leur très grande majorité, appellent à un renouvellement de la classe politique. Ça passe par l'élection de dirigeants jeunes.
a écrit le 17/02/2017 à 16:44 :
Une fois qu'il a exclu certains secteurs (police, justice educ nat et hôpital), c'est simple ministère des finances, ministère du travail, et ministère des armées....Fillon voulait faire la même chose....il n'y a aucun secret en la matière....ces réformes sont dans les cartons depuis de nombreuses années. Après il faut les mettre en application et là les problèmes commencent....
a écrit le 17/02/2017 à 15:30 :
Macron le flou contre fillon le fou.

Misère...
Réponse de le 17/02/2017 à 16:18 :
Et quand vous avez écrit votre petit pensum cela changera quoi au fait que notre pays vit à crédit ?
Réponse de le 17/02/2017 à 16:26 :
On vit a crédit parce que ce n'est pas notre monnaie et bientôt plus notre pays
Réponse de le 17/02/2017 à 19:17 :
Réponse à NON MA
Alors remettons le franc, dévaluons de 10 pour cent ce qui augmentera notre dette et notre déficit budgétaire qui sera payé à des taux en nette augmentation.
Dans l'attente de vos commentaires "pertinents".
a écrit le 17/02/2017 à 15:18 :
Quelqu'un a-t'il déjà vu un libéral franc, voire honnête..?? C'est justement l'inverse du principe.
a écrit le 17/02/2017 à 14:52 :
Magnifique moulin-à-vent, Macron s'enfonce encore un peu plus dès qu'il s'agit de mettre un pied dans la réalité. Pour éructer des banalités sans nom, il est fort Monsieur la-pluie-ça-mouille, rien à dire. Content de constater enfin qu'après l'avoir mis sur un piédestal, pour des raisons que je parviens toujours pas à comprendre, la presse commence à gratter...
a écrit le 17/02/2017 à 14:49 :
Et quand s'interrogeront les hommes politiques de la façon dont on peut taxer tous ces groupes et individus, comme "les gens du CAC 40" (dit-il avec son langage maladroit et un peu basique) puisqu'il est admet lui-même qu'ils procèdent à des montages complexes pour éviter l'impôt.
Le vrai problème est là:comme ils ne payent pas l'impôt, on finit par baisser l'impôt des classes aisées pour qu'ils ne partent pas ailleurs profiter des mêmes avantages . Pour pallier à ça, on doit encore et encore réduire les dépenses au détriment des services publics, des populations les moins favorisées et par ricochet au détriment de la République.
a écrit le 17/02/2017 à 14:34 :
Et ce n'est pas le seul domaine où on ne sait pas ce que ferait ce candidat.. Si c'est lui qui est au final choisi, les Français lui auront signe un chèque en blanc comme ils en avaient signé un à F. Hollande en 2012. Les Français en ont vu le résultat... Et apparemment, ils n'en ont tiré aucune lecon !!!
Réponse de le 17/02/2017 à 16:20 :
" La connaissance inutile" JF Revel.
a écrit le 17/02/2017 à 14:15 :
monsieur macron ferait mieux de remettre les fonctionnaires au travail que cela soit la police chu éducation nationale avec leur faible productivité (32h hebdo) et mettre 3 jours de carences pour lutter contre la culture de l'absentéisme dans fonction publique... et que l'état revienne à des fonctions régaliennes comme l'a très bien fait l'Allemagne la Suède le Canada en licencient massivement des fonctionnaires... les français du privé ne veulent plus entretenir ces paresseux...
Réponse de le 17/02/2017 à 14:50 :
Certains français du privé prennent le temps de réfléchir (ce qui ne semble pas être votre cas) et voient assez facilement que le problème n'est pas la fonction publique (que le monde entier nous envie malgré ses défauts, ne vous en déplaise). Ces paresseux comme vous les appelez (curieux de connaitre votre propre utilité à la société) fournissent un travail que peux de "bon français" comme vous serez capable de fournir.
Faites un tour dans un commissariat du 93, dans n'importe quel hôpital, dans une école en ZEP, dans n'importe quel Pôle Emploi, etc... Osez dire que vous seriez prêt à faire ce travail, voir même que vous feriez mieux qu'eux.
Et sinon vous ne pensez pas que les "quasi" 100 milliards (annuel) de fraude fiscale des entreprises sont un problème autrement plus sérieux (et surtout moins démago) ?
Réfléchir... apparemment beaucoup ont encore oublié de le faire...
Réponse de le 17/02/2017 à 16:28 :
Réponse à Chich

J'étais pendant neuf ans à mon compte. J'ai bien gagné ma vie mais je n'ai pas pris de vacance durant ces neuf ans. Ma journée démarrait à 5H30 et se terminait à 19H30 avec une pause de une heure.
Alors les bobards sur le revenu universel et le travail de certains employés territoriaux il faudra me la refaire une autre fois.
A bon entendeur salut.
Réponse de le 17/02/2017 à 18:42 :
A propos des paresseux , pour sauver notre économie selon certains il faudrait supprimer un maximum de postes dans la police l'armée et aussi les hôpitaux . Les Français confrontés depuis au moins 40 ans à l'insécurité permanente apprécieront .
Réponse de le 18/02/2017 à 7:52 :
@chich : votre discours est épuisant ! Personne ne nie le travail d une infirmiere en CHU ou d un policier dans le 9 cube ! Le vrai problème est l inégalite des droits entre privé/public : 3 jours de carence , retraite bien plus avantageuse dans la fonction publique et surtout sécurite de l emploi a vie ..droit que vous justifiez par un concours ?! Mr Macron ne propose strictement rien sur l alignement des retraites et pire augmente la CSG pour la grande majorité des retraites ..Et bien je vais vous dire : la gauche et la gauche à la sauce Macron ne fait que monter les françaus les uns contre les autres ( ex 53 de français ne payent pas L IR et donc non accepté par les gens qui le payent)..Un impôt est juste s il est payé par tout le monde et bien sur au prorata de ses revenus comme au Dannemark . Il ne faudra s etonner et vous plaindre si dans quelqyes années un mr Trump arrive en france .
Réponse de le 18/02/2017 à 20:26 :
Comité d'entreprise, participation, intéressement, plan épargne entreprise abondé, nombreux avantages en nature (voiture notamment) complémentaire santé payée par l'employeur, intégration des primes dans le calcul de la retraite, rémunération confortable (15 à 20% de plus), que de PRIVILEGES dans le privé!

Je ne regrette pas une seule seconde d'avoir quitté mon emploi de fonctionnaire pour le privé, et je travaille moins dans le privé!!!

Alors oui il y a des boulets qui bossent mal dans la fonction publique, mais il y en a un paquet aussi dans le privé!

Cette séparation public privé n'a aucun sens. Il y a des postes horribles dans le public comme dans le privé, il y a aussi des bons postes dans le public et dans le privé!
a écrit le 17/02/2017 à 14:04 :
Mr Macron est un pur produit marketing, une illusion d changement, un simple leurre pour les français perdus et désabusés par la politique du pire menée depuis 40 ans.
Réponse de le 17/02/2017 à 14:43 :
Mais dans la mondialisation, il parle tellement bien anglais, on va économiser la traduction. Enfin.
a écrit le 17/02/2017 à 13:58 :
Macron n a toujours pas compris qu un bon impot est un impot a base large et taux faible. donc sortir de l ISF les investissements dans les entreprises pourquoi pas mais ca va rajouter une couche d usine a gaz. Enfin c est quand meme plus intelligent de detaxer les investissement dans l industrie que l achat d oeuvre d art


Sinon comment il compte compenser le manque a gagner ?
Réponse de le 17/02/2017 à 21:28 :
Par une hausse de la TVA comme ce que propose les autres candidats de droite.
Comme cela même le RMIste verra ses impôts indirects augmenter pour subventionner les malheureux riches français.
C'est le concept du shérif de Notthingham ou de Salluste, prendre aux pauvres comme cela ils seront plus pauvres et les riches plus riches.
a écrit le 17/02/2017 à 13:16 :
L'essentiel, c'est l'énergie. Il n'en parle pas. Personne n'aborde ce sujet.
Réponse de le 17/02/2017 à 16:29 :
Pourquoi voulez vous qu'ils en parlent puisqu'ils ne pensent qu'a leur propre personne?
Réponse de le 18/02/2017 à 8:29 :
Je pensais surtout à la réaction des électeurs et des journalistes. A quoi sert l'énergie?
a écrit le 17/02/2017 à 13:14 :
Qui disait : " quand c'est flou, il y a un loup" ?
a écrit le 17/02/2017 à 13:08 :
Mr MACRON, vous n'allez pas encore prendre l'excuse des infirmieres ,ecoles et police
ON PEUT supprimer des fonctionnaires ailleurs exemple les 1300 agences d'etat qui ne servent à rien
les commissions bidons , les sous préfectures qui ne voient plus de clients
tous ces deputés en trop et tout ceux qui gravitent autour .CE senat qui ne sert a rien
sauf a payer des heures de nuit aux jardiniers huissiers et compagnie
sans compter l'absenteisme qui represente plus de 50 000 personnes
Pouvez vous aussi nous expliquer ces nominations
Jeremy martin fils de depute ?,,,,salome peillon, thomas le Drian,Clementine AUBRY
A des postes qui devraient etre ouvert à tous
Réponse de le 17/02/2017 à 13:35 :
Et ce n'est pas *exactement* ce qu'il dit dans l'article !?

Qu'il existe des secteurs où l'on peut réduire le nombre de fonctionnaire, et qu'il faut analyser cela au cas pas cas ? plutôt que de balancer des chiffres sans queue ni tête sur un ton péremptoire ?

Dans cette course à l'Elysée où la plupart des concurrents affirment haut et fort tout et n'importe quoi, sans retenue, je suis prêt à écouter celui là.
Les autres proposent des solutions à des problèmes qu'ils n'ont même pas analysé; ou qui n'ont même pas lieu d'être posés.

Par exemple, son analyse de l'ISF est pertinente; je n'avais pas vu cela sous cette angle.
Réponse de le 17/02/2017 à 13:35 :
les députés ne sont PAS des fonctionnaires. Au delà du symbole (il ne faut pas que les politiques soient au dessus de l'indispensable et forte réduction du train de vie de l'état), même la réduction de moitié du nombre de parlementaires ne rapporterait pas grand chose. Une assemblée à 250 députés et un sénat à 125 serait parfait. Par contre même à l'éducation, fermer les 60000 postes que Hollande a rouvert par pur clientélisme électoral (ce qui coûte quand même 2,5 milliards en année pleine) sans qu'il n'y ait aucune inversion dans l'évolution des résultats aux tests internationaux, PISA ou TIMMS, donc en pure perte, ne poserait aucun problème. De toutes façons il n'y a pas de corrélation entre les effectifs par classe et les résultats (pire, elle est peut être même négative ; le privé, avec des effectifs par classe en général supérieurs, a aussi de meilleurs résultats).
Réponse de le 17/02/2017 à 14:51 :
Les trolls ne savent donc pas lire un article jusqu'au bout...
Réponse de le 17/02/2017 à 16:10 :
Macron a raison sur le fait que les plus imposés à l'ISF sont aussi ceux qui bénéficient à plein des mécanismes d’exonérations qui sont nombreux.

Par contre si on retire de l'ISF tout ce qui est titre, action, part d'entreprise, on ne taxe presque plus rien, autant le supprimer.

Si macron voulait être utile à l'économie réelle il supprimerait totalement l'ISF mais en contrepartie créerait de nouvelles tranches d'impôts pour les très hauts revenus et une plus grande taxation des héritages.

Mais ce n'est pas la philosophie de son système qui prévoit d'imposer tout le monde de façon uniforme, de faire financer la sécu par une taxe uniforme alourdie (CSG). Les gagnants de ce système sont les plus riches puisque ce seront les seuls à voir leurs impôts et taxes baisser.
Réponse de le 19/02/2017 à 10:48 :
@@ TurtleCrazy le 17/02/2017 à 16:10 : ben non, l'immobilier (qui n'est pas délocalisable) constitue l'essentiel de l'assiette de l'ISF... qui est surtout un super impôt foncier. Il ne faut pas chercher très loin la raison pour laquelle l'actionnariat français est si faible (la majorité du capital du CAC 40 est étrangère)... et pourquoi quand une entreprise française est à reprendre, on ne trouve souvent que des repreneurs étrangers, qu'il s'agisse de grandes entreprises (ex: les chantiers de l'Atlantique, Alstom...) ou des grosses PME. Les promoteurs de l'ISF en France et ceux qui l'ont maintenu depuis plus de 30 ans devraient être jugés pour atteinte aux intérêts supérieurs du pays.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :