Le pessimisme règne chez les dirigeants de TPE-PME

 |   |  666  mots
Dans le secteur des TPE et PME, une majorité de dirigeants voient plutôt le verre à moitié vide.
Dans le secteur des TPE et PME, une majorité de dirigeants voient plutôt le verre à moitié vide. (Crédits : Décideurs en région)
Interrogés par Opinion Way pour CCI France/La Tribune/ Europe 1 dans le cadre de « La grande consultation », les dirigeants d'entreprises témoignent de leur pessimisme. Les perspectives d'embauches restent très maussades. L'inquiétude est particulièrement vive chez les plus petites entreprises.

Le climat des affaires mesuré par l'Insee a beau se redresser, les chefs d'entreprises ont toujours aussi peu le moral. Selon le baromètre réalisé en janvier par Opinion Way pour CCI France/La Tribune/ Europe 1 dans le cadre de " La grande consultation ", les dirigeants d'entreprises affichent un optimisme moindre par rapport à novembre. L'indicateur qui mesure cette confiance est en effet en baisse et touche un plancher inédit depuis la création du baromètre.

Tous les indicateurs sont dans le rouge. L'impact des attentats du mois de novembre est palpable chez les professionnels, " même si seuls 17% ont constaté un impact sur leur chiffre d'affaires, 33% de celles-ci déclarent un impact supérieur à 20%, et dans l'hôtellerie restauration quelque 54% des entreprises touchées évaluent un impact entre 10% et 20% ", observe Opinion Way.

Que ce soit dans l'économie mondiale (25%, -8 points), dans la capacité de rebond de l'économie française (18%, - 4 points) ou, plus grave, dans leur propre entreprise (59%, -4 points), tous les indicateurs de confiance sont en baisse. En janvier, 13% seulement des chefs d'entreprises estimaient faire preuve d'audace. " Les résultats de cette enquête indiquent que les chefs d'entreprises sont à la fois inquiets pour l'économie mondiale, pour l'économie française et pour leur propre entreprise. C'est une situation rare. Le plus souvent, ce pessimisme ne se propage pas jusqu'à l'entreprise ", constate André Marcon, le président de CCI France.

Les dirigeants de TPE et de PME sont les plus inquiets

Mais l'inquiétude recule en fonction de la taille de l'entreprise. Là encore, pas de surprise, la proportion la plus élevée de dirigeants "audacieux" se cache dans les entreprises de plus de 200 personnes où elle s'élève à 33%. Point à signaler, le pessimisme varie peu selon les secteurs. " L'inquiétude est plus fortes chez les TPE et les PME que chez les ETI qui peuvent souvent compter sur leur déploiement à l'international pour échapper à la morosité hexagonale ", poursuit André Marcon. Preuve de ce décalage, le 53ème Observatoire Banque Palatine des PME-ETI réalisé par OpinionWay et Challenges témoigne d'une bouffée d'optimisme de la part des dirigeants d'ETI en ce début d'année.

Pour expliquer cette situation, André Marcon avance l'hypothèse suivante. " Il y a un an, tous les experts indiquaient que les planètes étaient enfin alignées. La baisse des prix des matières premières, la dépréciation de l'euro face au dollar et un accès moins contraint au crédit devaient faire des étincelles. Or, les effets positifs de cette conjonction d'éléments favorables ne sont pas visibles. Les attentats ont ajouté à l'inquiétude et au sentiment de frustration ».

Des perspectives peu optimistes

Les perspectives sont-elles heureuses ? Pas vraiment. Seuls 39% des entrepreneurs, contre 43% en novembre, anticipent une amélioration de la conjoncture. Sans surprise, au regard de la situation,  il y a plus d'entrepreneurs qui déclarent vouloir réduire le nombre de salariés (6%) que l'augmenter (5%), " ce qui là aussi nous ramène un an en arrière ", observe l'institut de sondage. Ils sont 89% à déclarer vouloir maintenir le nombre de leurs salariés. Malheureusement, l'inversion de la courbe du chômage n'est pas prête de se réaliser.

Dans ce contexte, quelle serait la solution miracle ? Les chefs d'entreprises formulent plusieurs propositions. La moitié des dirigeants interrogés souhaitent des délais supplémentaires pour le paiement des charges fiscales et sociales. Ils sont 37% à plaider pour la mise en place d'une campagne nationale de promotion du commerce de proximité et des professionnels du tourisme et 27% à réclamer des rétrocessions des taxes municipales. Enfin, conséquence directe des récents attentats, 16% d'entre eux veulent un renforcement de la sécurité pour la clientèle, via une meilleure visibilité des forces de l'ordre.

*Vous désirez exprimer votre avis, émettre une idée sur les questions économiques ? Rejoignez la Communauté CCI des entrepreneurs en participant à la plateforme d'échanges et de débats : www.grandeconsultation.fr

Bandeau Grande Consultation

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2016 à 22:48 :
Je n'ai pas le même lecture du rapport.
Pour ce qui est des dirigeants de PME et ETI, le rapport indique une confiance de 88% dans les perspectives, concernant leurs propres entreprises, pour les six prochains mois, neuf points de plus qu'en décembre.
"Il s'agit aussi d'un plus haut depuis le lancement de cette étude mensuelle"
Exemple d'un titre de presse "Le moral des dirigeants de PME progresse encore"
.......
Un peu à l'opposé de cet article!
a écrit le 29/01/2016 à 22:23 :
Le poids des charges Rsi pour les indépendants est trop élevés 40% du bénéfice c'est antiéconomique
a écrit le 29/01/2016 à 14:33 :
Une musique différente:
Hopwork, première plateforme française de freelances
Croissance du nombre de travailleurs indépendants en France en 2015 : 85%
Les freelances français voient 2016 en rose !
78% des indépendants sont moins ou autant stressés qu’avant
65% des freelances gagnent autant ou plus qu’avant
90% des freelances sont heureux...
Les 3 chiffres clés des freelances :
700.000 freelances français et 8.900.000 indépendants en Europe
http://www.industrie-mag.com/article8597.html
Réponse de le 29/01/2016 à 15:33 :
Les freelances déclarent toujours que tout v bien, même quand ca va très mal ;

Le freelance ne peut jamais dire qu'il est en difficulté, l'avouer c'est s'enfoncer encore plus .... et voir s'éloigner ses proches et ses éventuels clients.
a écrit le 29/01/2016 à 12:08 :
relevons "le chapeau" :
"les dirigeants d'entreprises témoignent de leur pessimisme. Les perspectives d'embauches restent très maussades. L'inquiétude est particulièrement vive chez les plus petites entreprises."

Il est un fait, c'est que les PME, TPE, toutes les entreprises de l'économie réelle subissent le déclin économique, le déclin industriel, le désastre de l'agriculture, l'étouffement des petits commerces,

Force est de constater que tous ces désastres sont à mettre au débit des CCI Chambres de Commerce et d'Industrie qui iN FiNé s'avèrent être inutiles

inutiles gravement au regard de e que les CCI sont devenues obèses en nombres d'assimilés fonctionnaires" qui jouent de mauvais rôles de piètres comédiens.
Réponse de le 29/01/2016 à 12:37 :
Etonnant. D'habitude, c'est la faute aux banques, l'état, sous-traitants, clients qui paient plus, etc... c'est vrai que les cci, ça change un peu. Sinon, bonne crise à vous.
a écrit le 29/01/2016 à 11:49 :
C'est tout le temps la même chose avec eux !!! Pleurniche perpétuelle, mais regardez en quoi ils roulent !!!!
Réponse de le 29/01/2016 à 12:24 :
+1.l'état s'épuise a les soutenir financièrement avec le CICE alors qu'elles ne sont pas rentables!combien coute le secteur privé au pays?
Réponse de le 29/01/2016 à 12:39 :
TOUS les pays de la planète sont maintenant obligés de soutenir les entreprises. Conséquence logique de cette chère crise. Mais tant que la privatisation des profits est comblée par la socialisation des pertes, ça roule.
a écrit le 29/01/2016 à 10:31 :
Avec ou sans attentats (car toutes les entreprises n'y sont pas concernées) je ne vois pas sur la conjoncture économique mondiale et surtout européenne, ce qui peut amener des petits patrons à avoir le moral, et partant, confiance en l'avenir de leur biseness avec perspectives à moyen terme, sinon un mince espoir pour le deuxième semestre 2017.
Réponse de le 29/01/2016 à 12:21 :
Surtout avec toutes les charges qui pésent sur les artisans par exemple,RSI?URSSAFcharges patronales salaires....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :