Le revenu universel, une "proposition réaliste" ?

 |   |  687  mots
Benoit Hamon est, parmi les candidats à la primaire de la gauche, un des plus fervents défenseurs du revenu universel.
Benoit Hamon est, parmi les candidats à la primaire de la gauche, un des plus fervents défenseurs du revenu universel. (Crédits : Reuters/Benoit Tessier)
Près de trois ans après son premier rapport sur le revenu universel, le think tank GénérationLibre monte à nouveau au créneau pour défendre son LIBER. Cette fois-ci, c'est sa faisabilité qui est en question.

La riposte a été bien préparée. Près d'un mois après la publication d'un rapport de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), qui avait jugé "irréaliste" l'idée d'un "revenu de base" (ou "revenu universel") versé à tous sans condition de ressources, GenerationLibre réplique. Le rapport publié par le think tank ce jeudi 5 janvier parle d'une "proposition réaliste" qui aurait "un effet neutre sur les finances publiques", dans la mesure où elle s'accompagnerait d'une vaste réforme du système fiscal.

La proposition de GénérationLibre est celle d'un "Liber", un "revenu de liberté pour tous", qui ne couvrirait que les besoins de base (habillement, nourriture, transport, énergie, télécommunications). Il serait d'un montant de 480 euros par mois pour les adultes, de 270 euros pour les 14-18 ans et de 200 euros pour les moins de 14 ans. Le Liber Jeune et le Liber Enfant prendraient ainsi la place des allocations familiales, le Liber classique remplaçant de fait le Revenu de solidarité active (RSA). Les aides personnalisées au logement (APL), allocation-chômages et minimum vieillesse seraient en revanche maintenues.

En contrepartie, le thinktank propose la mise en place d'une Libertaxe, soit un impôt à taux unique de 23%, une "flat-tax", qui remplacerait l'impôt sur le revenu (IR). Ainsi, quelqu'un qui n'a aucune source de revenus gagnerait 480 euros par mois (hors APL), une personne gagnant 1.000 euros pourrait augmenter son revenu d'environ 250 euros. "Mécaniquement, dès que vous dépassez 2.000 euros de revenus, vous devenez contributeur net au système", explique GenerationLibre. Le fait de placer l'intégralité de la population adulte sous le même taux d'imposition risque toutefois de désavantager un grand nombre de contribuables, principalement de la classe moyenne, tout en limitant considérablement le taux d'imposition des plus hauts revenus.

Un sujet qui divise les candidats à la primaire de gauche

Le sujet du revenu universel est également au cœur des débats de la primaire de la gauche. Arnaud Montebourg, Vincent Peillon et François de Rugy s'y sont opposés, rejoignant ainsi l'idée d'une mesure irréalisable. Sylvia Pinel s'est de son côté déclarée inquiète à l'évocation d'une "proposition qui coûterait plus cher que le budget de l'Etat", faisant référence au chiffrage à 300 milliards d'euros du revenu universel dans la version proposée par Benoît Hamon. L'ancien ministre délégué à la Consommation et à l'Economie solidaire et sociale, candidat à la primaire de la gauche, propose en effet dans son programme de mettre en place un "revenu universel d'existence" d'un montant de 750 euros mensuels d'ici à 2020.

Interrogé hier par la rédaction du journal "Libération" sur la question, Benoît Hamon a quelque peu précisé les conditions de la mise en place de ce revenu universel. Cela commencerait par une revalorisation des minimas sociaux, qui seraient distribués automatiquement et dès 18 ans. A l'heure actuelle, le RSA n'est octroyé aux moins de 25 ans que sous conditions. La généralisation du revenu universel n'interviendrait que dans un second temps, avec même la possibilité de le soumettre à une "condition de ressources - moins de 2000 euros". Ce qui relativiserait alors considérablement son aspect "universel", mais le rendrait aussi moins coûteux, et donc plus réaliste. Pour le financer, le candidat de l'aile gauche du PS propose, entre autres, d'augmenter la fiscalité des plus hauts revenus. Et selon lui, le revenu universel est aussi important que l'instauration de la Sécurité sociale qui, lors de son instauration au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avait un budget correspondant au PIB du pays.

     Lire aussi : Revenu universel : faut-il payer les gens qui ne travaillent pas ?

Jean-Luc Bennahmias, autre candidat à la primaire du PS et de ses alliés, et Yannick Jadot chez les écologistes, sont également favorables à un revenu universel. Manuel Valls prône pour sa part un "revenu décent" qui fusionnerait les actuels minimas sociaux, et serait donc réservé aux plus modestes. Il pourrait en revanche être d'un montant plus élevé que celui proposé par Benoît Hamon, en dépassant les 800 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2017 à 15:29 :
Je pense qu'il faut définir le concept autrement. D'abord en réaffirmant le principe d'individualisation du système socialo fiscal qui est la seule voie de simplification possible : chaque impôt ou allocation doit s'appliquer à une personne (enfant ou adulte) indépendamment de son rattachement à une famille. Plutôt que de reprendre de l'argent à deux personnes au RSA qui se marient ou d'en donner quand l'un est au RSA et l'autre est riche (via le quotient conjugal de l'IR). Plutôt que de donner deux fois aux enfants de riches ce qu'ont les enfants de pauvres : une première fois par les allocations familiales (à partir du deuxième enfant seulement bizarrement) et une deuxième fois par le quotient familial, l'individualisation donnera un même montant à chaque enfant de France. Ensuite il suffira de constater que si l'on donne de l'argent à une personne qui n'a aucun revenu alors il faudra en donner aussi à ceux qui commencent à avoir un petit revenu (sinon à quoi bon travailler ?) et ainsi de suite jusqu'aux revenus plus élevés à qui l'on prend plus que ce que l'on donne.. Cette courbe en fonction du revenu de ce que l'on prend "en net" (impôts moins allocations) doit évidemment être continue, croissante et à pente croissante (c'est à dire convexe). Aujourd'hui ce n'est pas le cas ! On reprend plus à quelqu'un touchant la prime d'activité qui accroît son revenu qu'à un autre soumis à l'impôt sur le revenu qui accroît son revenu de la même quantité...Si ces deux principes sont respectés (individualisation, continuité progressive allocation-impôt), alors le revenu de base existe de fait car il suffit de dire que la courbe dont nous venons de parler est la différence entre un impôt nul en zéro et une constante qui est le revenu universel. Le revenu universel est donc le dispositif que l'on reconstruit spontanément quand on veut reconstruire un système socialo fiscal qu'on ne comprend plus.
a écrit le 09/01/2017 à 19:31 :
L'on vas trouver l'argent ou.... Ensuite pour donner encore un peut plus au étranger... Chaque migrants touche 11 euros par jour , chaque réfugié politique 22 euros, a cela il y a les les allocations familiales, les aides au logement...la France a acceuillir 900 000. Étranger, faite le calcule . La France n'a plus d'argent....
a écrit le 09/01/2017 à 18:52 :
Que va t il se passer lorsque l’État ne pourra plus EMPRUNTER suffisamment pour payer les salaires et retraites des fonctionnaires ?
La Grèce, cela ne vous dit rien ?
Encore un petit effort dans cette idéologie des cigales de gauche, parce que les conséquences seront dramatiques.....de ce rêve idéologique .
Réponse de le 05/02/2017 à 15:34 :
Il faut asservir les dépenses de fonctionnement et de transfert aux recettes : faire payer les services publics qu'on produit, redistribuer l'argent qu'on prélève. L'investissement c'est autre chose car ça augmente les actifs.
a écrit le 09/01/2017 à 13:56 :
l'idée globale comme le souligne France Stratégie,c'est de lutter contre l'accroissement des inégalités par la redistribution en ponctionnant les plus aisés.il n'y a pas d'alternative,sinon c'est grèves ,révolution ,guerre civile.nous sommes dans un pays ou les plus riches doivent réapprendre a partager
a écrit le 09/01/2017 à 12:49 :
POUR LES SEPTIQUES JE LES ENCOURAGE A ALLEZ VOIR BENOIE HAMON SUR YOUTUBE QUI S EXPRIME SUR CES IDEES REVOLUTIONNAIRE ET INTERESSANTE POUR CHANGER LA SOCIETE?/ QUESTIONS POLITIQUES SUR FRANCE INTER DU 8 1 2017 POUR MOI JE CROIE QU IL MERITE DE GAGNIER LA PRIMAIRE DU PARTIE SOCIALITES???
Réponse de le 09/01/2017 à 13:58 :
"POUR LES SEPTIQUES":La,j'ai tout de suite arreté de lire.Propos répugnants!
Réponse de le 09/01/2017 à 18:41 :
Faux prétexte pour ne pas entrer en matière, Robert ?
Réponse de le 11/01/2017 à 3:39 :
D'autant plus que Robert se permet de critiquer l'orthographe alors qu'il commet lui-même deux fautes en un seul message d'une dizaine de mots à peine...
a écrit le 09/01/2017 à 6:51 :
C'est bien vrai, la connerie n'a pas de limite...........................
a écrit le 09/01/2017 à 3:49 :
Croire que le monde du travail n'a pas changé depuis 1960, c'est une illusion. L'époque où il suffisait d'être diplômé pour avoir un emploi et faire carrière, est terminée. Aujourd'hui, le marché du travail est devenu beaucoup plus inaccessible ; il faut être à la fois diplômé et expérimenté, parler 3-4 langues, ne pas être trop jeune ni trop vieux. Le fait est que la mondialisation et la robotisation ont changé et changeront encore complètement la donne. Il faut saisir l'opportunité plutôt que de vouloir déjouer ou contourner le monde de demain. Moi-même ayant été chômeur de longue durée après avoir réussi un apprentissage et une formation supérieure, je sais ce que c'est. Ce n'est pas à moi qu'on va pouvoir faire avaler des couleuvres comme celles consistant à prétendre que le plein-emploi pourrait revenir pour tout le monde. Dans les faits, seule une minorité, privilégiée du système, peut aspirer à s'insérer dans la société d'aujourd'hui. D'où la nécessité d'un nouveau système social qui ne soit pas clientéliste mais universel, inconditionnel.
Réponse de le 09/01/2017 à 11:10 :
Il ne faut pas trop couter à l'entreprise " on ne peut pas ou bien allez voir ailleurs"
Il faut faire preuve d'assertivité: que vous racontiez n'importe quoi avec assurance
Dénoncez vos camarades de travail
Moquez-vous d'eux
Accepter les "incivilités" de collègues sans rien dire afin de ne pas altérer le climat social et savoir montrer son acceptation de la différence
Accepter la promotion canapé
Être de mauvaise foi
Mentir
Aller toujours plus vite, faire toujours plus jusqu'à ce que ça casse. Vous serez remplacé rapidement
Ne pas penser ou créer. Votre N+1 pourra tout récupérer après votre départ forcé.
a écrit le 08/01/2017 à 21:29 :
C'est pas chère, c'est les autres qui payent!
a écrit le 08/01/2017 à 17:52 :
Pourquoi le Liber ne remplace pas l'assurance chômage ? Le principe est bien d'assurer un minimum de ressources à tous donc une personne sans travail le recevra. Ensuite pourquoi 200 euros par enfant alors que les allocations logement sont conservées ? Un couple avec deux enfants recevrait 1360 euros à rien faire plus des allocations logement, pour le coup, il va y avoir des gens pour faire des enfants pour recevoir les primes... Parce qu'entre la vie de célibataire avec qu'un salaire de 1 200 euros par exemple donc un revenu mensuel de 1 680 euros avant impôt et celle d'un couple avec enfant, il y aura encore plus de différence qu'aujourd'hui. Parce qu'il suffira qu'un membre du couple travaille pour avoir tout de même un coquet revenu mensuel : 1360 euros par mois + les allocations logement + le salaire de celui qui bosse même exemple 1 200 euros soit 2 560 euros avant impôts bien sûr, ils seront logés dans un grand appartement spacieux et pas un studio et un adulte sera à la maison pour s'occuper de toute l'intendance en sachant qu'un enfant va à l'école, à partir de 3 ans, une grande partie de la journée...(que ce soit deux mi-temps ou un temps plein pour l'un des membres du couple).
En clair, le liber est encore plus nataliste que l'actuel régime où tout de même à partir du troisième enfant, les allocations familiales marginales baissent. Là, non, plus vous jouez les lapins, plus vous encaissez des revenus... Le seul point positif est que les enfants uniques ne sont pas pénalisés comme actuellement.
Il y aurait de plus en plus de cohabitants pour parvenir à diminuer les frais de logement, de là à ce que certains se spécialisent dans l'intendance d'une maison pour loger avec des travailleurs contre l'entretien du logement ... Plus besoin d'épouser sa femme de ménage, il suffira de trouver un inactif qui accepte une colocation avec vous, moyennant le partage de votre niveau de vie.
C'est bien pour ça que le Liber est possible s'il remplace toutes les aides y compris les allocations logement et y compris les assurances chômage. Les allocations logement peuvent être remplacées par des logements sociaux, ça revient moins cher.
Réponse de le 05/02/2017 à 16:02 :
Le liber ne remplace pas l'allocation de chômage parce que c'est une assurance et non de la solidarité. On pourrait remplacer cette assurance par la garantie d'un travail rémunéré au SMIC (à temps partiel pour les cadres) que l'on subventionnerait avec l'argent de l'UNEDIC. Ca ne serait en rien contraire au liber, le liber étant là pour éviter que trop de gens ne demandent un travail (y compris les conjoints de riches désoeuvrés disposant aujourd'hui du quotient conjugal) ! Ce qu'il faut juste comprendre c'est que le SMIC disponible net d'impôt contiendra le liber mais que le SMIC portera comme tout revenu la CSG finançant le liber. Quant au logement, le liber ne le traite pas car il s'agit nullement d'une aide universelle : les besoins ne sont pas les mêmes à Paris et dans la Creuse. Pour mieux traiter le sujet et comme pour l'emploi financé par l'UNEDIC, il faut plutôt fournir le logement et non une allocation..;mais le faire payer avec un loyer normé croissant avec le revenu du foyer, qui soit compatible avec le liber (quand le revenu est nul). En refaisant vos calculs vous verrez alors qu'il n'y a rien de confortable dans ce système mais qu'il est juste et ne privilégie personne.
a écrit le 08/01/2017 à 16:29 :
Bravo à Benoit Hamon pour le revenu universel. Il est indispensable de l'étudier plus en détail. Jacques Marseille en était partisan. Cette idée doit être proposée à l'occasion de l'élection présidentielle. Discutons en.
a écrit le 08/01/2017 à 15:26 :
300 MILLIARDS/ANC pour accroitre l'Assistanat .Voilà LE SUJET CENTRAL, LE VRAI, d'une france déclinante EN FAILLITE. 2200 Miliards de dette à diviser par les 65millions de fr,bébés inclus, le déficits qui viennent chaque année en sus de la dette. Les SEULS INTERETS ANNUELS à payer 0.80% 70 Milliards d'euros. Les taux sous peu revenus à la normale 3% : la dette d'alors à 2500 Milliards d'euros, en SEULS INTERET, va couter 300 Milliards par an aux classes moyennes : empêchant à l'état tout investissement . Comme R.S.A et R.M.I, l'astuce sera d'en faire porter TOUTE LA CHARGE PAR LES DPTS = Amplification de la flambée des DEJA MASSIFS, INSOUTENABLES Impots Locaux. La C.S.G-C.R.DS à 8% et 15.5% va exonerer intégralement, les 55% qui ne paient pas l'impot sur le revenu, et passer dans un 1er temps à 16% et 35%, les impots locaux vont quadrupler, et etre supprimés pour les bénéficiaires de l'Assistanat, du Marxiste HAMON, qui n'a JAMAIS !!!!!! travaillé. Aubry, Hidalgo, Paul, Baumel, Filoche père et fille ( " élue " à la mairie de paris) Baumel, Germain.... ".travaillent " pour lui, et l'objectif du Marxisme. Il s'agit de monter de 45 à 55% d'assistés exonérés en tout, pour parvenir à un régime Communiste sans retour.
a écrit le 08/01/2017 à 15:04 :
23% d'impôts (sans réduire la TVA, la CSG, la TICPE) ça fait beaucoup vu le système de tranches successives (chaque taux concerne la tranche atteinte, pas celles du dessous). Quand je payais presque deux mois de revenus en impôts ça faisait 14% réels. 23%, bigre.... Ceux au seuil de pauvreté, donner deux mois sera difficile (prélevés à la source c'est plus sûr).
Le revenu associé à un peu de travail au noir, pas trop, adapté aux besoins, ça sera suffisant pour vivre.
Il restera de quoi dépenser ? La croissance, c'est la dépense des ménages, à 23%, faudrait calculer le reste à dépenser.
a écrit le 08/01/2017 à 13:06 :
Il est bon que ce débat soit ouvert, car nous dépensons énormément pour le protection sociale, plus de 30% de notre PIB (31,5% apparemment), et in fine, ce n'est satisfaisant pour personne. Nous sommes en tête pour les dépenses sociales/PIB au monde. Ce sont donc plus de 600 milliards qui sont dépensés chaque année, Une trop grosse partie est perdue et ne touche pas les plus fragiles. Une trop grosse partie passe dans des administrations. Sans critiqués les administrations qui ne font que suivre ce qu'ont prévu nos représentants politiques, une telle masse de travail pourrait être mieux utilisée. Est-ce normal aussi que des pressions sociales (les APL par exemple) touchent 50% des foyers fiscaux? Devant un tel échec (couteux), toutes les solutions pour être plus efficaces doivent être mises sur la table.
a écrit le 08/01/2017 à 11:05 :
Voilà le projet
Des sous pour tous monde et sans même travailler
Tout ca financé par les riches qui gagnent plus de 2000 euros
Le boulot sera fait par les chinois et les travailleurs détachés
Pour le financement on imprimera des billets si on arrive plus à emprunter

Il restera juste à planter du canabis et tous. Sera vraiment parfait
a écrit le 08/01/2017 à 11:01 :
Voilà le projet
Des sous pour tous monde et sans même travailler
Tout ca financé par les riches qui gagnent plus de 2000 euros
Le boulot sera fait par les chinois et les travailleurs détachés
Pour le financement on imprimera des billets si on arrive plus à emprunter

Il restera juste à planter du canabis et tous. Sera vraiment parfait
a écrit le 08/01/2017 à 10:20 :
Ces camelots proposent aux pauvres sujets français à peine instruits une solution économique miracle qui tient plus du bonneto que du simple bon sens.
A qui profitera l'embrouille, Monsieur Hamon?
N'est ce pas un abus de faiblesse ?
Etes vous honnête et stupide?
a écrit le 08/01/2017 à 8:09 :
Le RSA, l'Allocation logement, là multitudes des allocations sociales et familiales, les aides régionales les aides locales chauffage le revenu universel existe déjà , mais pourquoi pas le mettre en place à la place de toutes ses aides afin de clarifier de façon de combattre certains abus importants comme un département qui peut verser des allocations téléphone ou pneus !!
a écrit le 07/01/2017 à 22:01 :
En fait l'idée de génération libre c'est de transférer une partie de la fiscalité pesant sur les riches vers la classes moyenne. Je connais déjà ce qu'en pense la classe moyenne.
a écrit le 07/01/2017 à 19:18 :
Le chaos :
Certaines régions ne peuvent plus payer le RSA et font aujourd'hui appel à l'état !!!!!
Les petites et moyennes entreprises ne produisent plus suffisamment de richesses pour financer la totalité des dépenses de l'état ! L'état emprunte tous les mois pour financer ses dépenses ....( endettement de la France 2100 MILLIARDS € !)
Ah zut, je n'y avais pas pensé ..., mais c'est le père noël qui arrive avec sa hotte pleins de cadeaux !
a écrit le 07/01/2017 à 18:49 :
Même si on est contre, le revenu universel de base est inexorable du fait des progrès technologiques. Et ceux qui clament haut et fort que c'est impossible ont parfaitement... tord : Le revenu universel existe déjà en Alaska. Et ceux qui argumente avec le fait que l'Alaska dispose d'immenses ressources naturelles, l'Europe dispose elle d'énormes ressources financières et technologiques tout aussi juteuses. Encore faut-il être disposés à partager. Le travail étant la principale source de pollution dans le monde, les milliardaires partagent pour l'instant avec nous le cancers, car eux aussi doivent respirer l'air qu'ils polluent... D'une manière ou d'une autre, nous partageons la même planète.
Réponse de le 08/01/2017 à 12:07 :
1) L'Alaska a d'immenses richesses naturelles
2) Il est très peu peuplé (700000 habitants)
Réponse de le 08/01/2017 à 15:12 :
L'Alaska est un état pétrolier et gazier avec une population de moins de 800 000 personnes. Le modèle pourrait s'appliquer au Qatar, si ce dernier était une démocratie, mais pas à la France. Si le modèle était transposable au reste des états unis, il le serait déjà, vu que ça dure depuis 1982.
Réponse de le 09/01/2017 à 7:34 :
Vous avez raison. Mais c'est en fait l'usage de l'énergie qui est la principale source de pollution. Il faut lier le revenu universel et l'énergie.
a écrit le 07/01/2017 à 18:46 :
une nouvelle prime à l'oisiveté financée par la sueur des actifs ; au lieu d'assister en permanence il vaudrait mieux baisser le coût du travail
a écrit le 07/01/2017 à 18:21 :
Depuis l'impôt à la source , le chemin c'est vite ouvert pour disposer des salaires des travailleurs et les orienter vers une société où les fruits de la sueur sont distribués par les politiques selon leur bon vouloir, Ton salaire ne t' appartient plus, l'état gère t'on niveau de vie selon ce qu'il considère ce qui est tenable . Lénine n'y avait pas pensé .
a écrit le 07/01/2017 à 17:02 :
La France n'a pas de pétrole mais des idées.Sur le papier ces idées sont formidables mais quand on les mets en pratique il y a toujours quelque chose qui cloche et l'idée qui se voulait géniale n'était en définitive qu'une grosse con.."..bip".ex ,le chavisme,le capitalisme,et tous les autres lunes se terminant en isme
Réponse de le 09/01/2017 à 3:58 :
Pardonnez-moi mais en quoi est-ce différent, les idéologies de droite : "colbertisme, gaullisme, bonapartisme, orléanisme, royalisme..." ? Ce n'est pas un argument.
a écrit le 07/01/2017 à 15:03 :
"effet neutre sur les finances publiques" ?? Tu penses bien que l'appel d'air créé par une telle mesure va attirer tous les "réfugiés" du monde en France. Une telle mesure va donc mettre le pays au niveau du quart monde en un rien de temps -)
a écrit le 07/01/2017 à 13:57 :
Il faut vraiment faire très attention à ce qu'on raconte sur ces sujets : si on compte ce coûterait en brut un revenu universel du niveau du RSA socle pour les adultes et moitié moins pour les enfants, il faut en contrepartie chiffrer tout ce qui disparaîtrait dans le système socialo fiscal actuel : RSA socle, prime d'activité, allocations familiales, bourses...et aussi abattement lié au quotient familial et conjugal de l'IR. C'est énorme aussi. Au final l'opération coûtera si on n'augmente pas les prélèvements des gens de la tranche à 30% (et au delà) mais pas énormément : sans doute une trentaine de milliards d'euros essentiellement au profit des travailleurs pauvres et des jeunes. Par contre on fait souvent un contre sens sur l'impact sur l'IR : ici il est écrit "un impôt à taux unique de 23%, une "flat-tax", qui remplacerait l'impôt sur le revenu (IR)". Non ! Sinon ce serait trop beau. La flat tax c'est ce qui finance le revenu de base, par contre il resterait à financer tous les services publics gratuits à la personne (assurance maladie, éducation, formation post bac supérieure et professionnelle...) soit à peu près autant ! Cela ferait donc une CSG proche de 50% (un peu inférieure) qui serait donc presque remboursée au niveau du SMIC et qui remplacerait en effet l'IR et les cotisations non contributives. Ceci n'a d'ailleurs pas été très bien expliqué par NKM. Quant à Benoît Hamon il se trompe complètement en pensant que la composante positive de l'impôt peut rester progressive (c'est à dire convexe) avec le revenu de base : c'est le revenu de base lui-même qui assure la progressivité. Enfin le revenu décent de Valls reconduit en l'amplifiant le problème actuel qui est celui de la désincitation au travail puisque ce revenu décent resterait conditionné par des ressources.
Réponse de le 08/01/2017 à 17:48 :
Théophile a raison..Le revenu décent de Valls , n'est pas un revenu de base car il n'est pas universel, en étant conditionnel.C'est justement ce qui sera testé en Finlande.Les 2000 personnes qui participeront à l'expérience,vont recevoir les 560 euros/mois même si elles retrouvent un emploi. Elle pourront cumuler le RB avec un salaire.C'est pour ne pas désinciter les gens au travail
a écrit le 07/01/2017 à 13:19 :
Le bluff universel est sur le marché depuis 1917 ...! (je laisse aux internautes le soins de dresser le bilan de cette tragédie humanitaire) , et voilà qu'en 2017 , de petits gauchocrates prétentieux ,de la dernière nomenklatura socialiste au pouvoir en Europe ...insistent pour vendre à la TV des idées faisandées du 20 siècle...! cette guignolade socialiste est aussi pathétique que ridicule...!
Réponse de le 07/01/2017 à 14:59 :
@pipolino : + 1 c'est en effet une bouffonade populiste pour piéger des voix. Le pire est que ce type d'imbécillité pourrait bien arriver... Alors, je ne vous dis pas les effets pervers de cette "retraite à la naissance"... Etre paye sans travailler, quand on peut travailler, c'est immoral, injuste et nocif. Mais les socialos ne pensent qu'à ramasser des voix....peu importe la nocivité sociale de leur c...rie.
Réponse de le 09/01/2017 à 3:47 :
Ce qui est injuste, c'est de forcer les gens à travailler pour vivre, alors qu'une minorité de personnes reçoit des revenus inconditionnels de centaines de milliers d'euros parce qu'ils appartiennent à une caste ou une oligarchie. Ce qui est immoral, c'est le conditionnement humain. Au XXIe siècle, oui, il n'y a rien d'extraordinaire à vouloir penser une société plus juste qui permette à chacun d'exister sans être condamné à être soit producteur, soit consommateur, avant tout un être humain qui a besoin de s'épanouir et de vivre comme il veut, sans que d'autres personnes lui disent comment il faut vivre. D'ailleurs, je crois qu'il faut cesser de confondre le travail et l'activité. Beaucoup de personnes travaillent sans être payées, à commencer par les étudiants ou les personnes au foyer. Aller dire que tous ceux qui n'ont pas d'emploi sont des paresseux, c'est un pur cliché qui correspond assez à un fantasme sur lequel prospère une frange des conservateurs pour culpabiliser le pauvre ou le citoyen lambda. Dans les faits, il ne s'agit rien de moins que d'imposer sa vision du travail et de la vie aux autres, sous couvert de valeurs qui sont toujours appliquées à géométrie variable. On entend peu ces gens sur le train de vie des ultra-riches par exemple, qui, eux, sont généralement des parasites qui vivent sur le dos du contribuable. Cela n'émeut pas beaucoup les mêmes personnes qui adoptent ce ton paternaliste à l'égard du citoyen lambda.

Oui, la plupart des gens qui s'opposent au revenu universel sont soit des apparatshiks, soit des personnes âgées qui ont bénéficié des Trente Glorieuses et qui sont dans une démarche égoïste, attachée à son porte-monnaie, sans penser à leurs enfants.
a écrit le 07/01/2017 à 12:39 :
La proposition de Generation Libre est très réaliste et très attrayante, même s'il s'agit plus d'une réforme fiscale ambitieuse que d'une réforme sociale. Elle a tous les avantages :
-simplicité et lisibilité
-prise en compte de la situation familiale de façon plus juste et moins complexe que les allocs sous conditions, le quotient familial plafonné.
-universalité de l'impôt
-taux non confiscatoire pour les revenus élevés,
cerise sur le gâteau, il permet la mise en place utile du prélèvement la la source (puisque le taux d'imposition des revenus est unique), alors que l'ubuesque système concocté par Hollande d'imposition des revenus de l'année n à un taux déterminé par les revenus de l'année n-1 conduira inévitablement, en raison de la progressivité démentielle de l'impôt en France, à d'importants ajustements en fin d'année (souvent de l'ordre de grandeur de l'impôt déjà acquitté) dans les deux sens pour la plupart des contribuables.
Bref ce qui est proposé par Génération Libre est une bonne réforme à laquelle tout libéral devrait applaudir.
Réponse de le 09/01/2017 à 14:58 :
Je suis d'accord. Partant de là, Génération Libre pourrait compléter ce travail de Marc de Basquiat en dessinant maintenant l'ensemble du paysage public : étend-on le concept à l'éducation (chèque scolaire) et à la formation pour adultes (supérieur, FP) ? à l'assurance maladie (une part de l'allocation universelle utilisable avec des mutuelles ?) ? Que fait-on du financement du régalien (flat tax sur le patrimoine ? TVA sur les produits ?) ? Que devient précisément notre système de retraite (TVA sociale pour la partie basse et capitalisation pour la partie haute ? Unification des régimes ? Système à points et âge de départ choisi ?) ? Conserve-t-on la logique d'assurance pour le chômage ou introduit-on une logique plus beveridgienne (droit au travail opposable avec un salaire au SMIC) ? Quel schéma de décentralisation et business model associé (devenir des impôts locaux) ?...
a écrit le 07/01/2017 à 11:40 :
LA PROPOSITION DE GENERATION LIBE EST BONNE 480 EUROS POUR LES ADULTES ET 270 POUR LES 14 18 ANS EN MAINTENENT LES AIDES PERSONALISES AU LOGEMENT / CHOMAGE / VIELLESSE ET POUR COMMENCE UNE STRANSION ECONOMIQUE SOCIALEN DOUCEUR ET UN BON DEBUT POUR VOIR APRES L EXPERIENCE COMMENT S EN SORTE LE JEUNES PUISQUE C EST SURTOUT D EUX QU IL S AGIT D AIDE EN PREMIER? ET POUR CELA LE FINANCE AVEC 2 POINT DE C S G/ SANS TOUCHE LES BAS REVENUES???///LAISSE DU TEMPT AU TEMPT ///ROCARD///
a écrit le 07/01/2017 à 11:30 :
Il bien plus simple et moins couteux de baisser l âge de la retraite pour créer des emplois, mais trop evident et puis trop facile a mettre en place alors qu avec le revenu universel l'utopie et la démagogie sont au pouvoir.
a écrit le 07/01/2017 à 11:06 :
La redistribution va devenir une évidence de plus en plus flagrante pour les moins diplômés et ambitieux avec l'avènement de la technologie. Je ne pense pas qu'il soit possible et souhaitable que le chômage baisse d'ici 10 ans car de toute façon ces emplois seront détruits. Il faut simplement désormais se tourner vers la connaissance et la culture.

Le revenu de base en remplacement des aides social va devenir la moindre des choses. Cependant, il est évident qu'il est amené a remplacer d’abord le smic puis s'échelonner sur le diplôme.

Il faut en débattre et y penser même si c'est un peut récent comme idée. Mais dire simplement non est idiot car nous nous privons d'une alternative de ressource a la fin du travail subit.
Réponse de le 08/01/2017 à 20:26 :
Il ne s'agit pas de demander aux gens de passer un diplôme pour qu'il serve à leur donner droit à une allocation ni de remplacer systématiquement tous les métiers par des robots. Les gens ont besoin d'une utilité sociale.
Il s'agit de remarquer que le plein-emploi n'est pas là et ne le sera pas avant longtemps donc autant que ceux qui préfèrent vivre chichement au moins un temps que travailler pour vivre mieux se retirent clairement du marché du travail au lieu de les obliger à pointer au chômage.
Cela permet une meilleure vision à moyen et long terme pour tout le monde, ceux qui se retirent du marché comme les pouvoirs publics et les entreprises. Cela permet aussi de ne plus dévaloriser ceux qui restent chez eux et donc de permettre à tous de faire des aller/retour entre activité et inactivité en fonction des moments de leur vie et de leurs projets. Les petits Français qui naissent aujourd'hui risquent de vivre cent ans, il serait bon de leur proposer un autre avenir que d'aller à l'école jusqu'à 22-28 ans, d'avoir des petits boulots entre-coupés de chômage de 18 à 30 ans, un CDI de 30 à 45 ans, puis des CDD ou CDI jusque 60 ans et des CDD à temps partiel jusqu'à 70 ans pour ensuite se retrouver à la retraite pendant 30 ans. Le tout en bossant le plus au moment où les adultes ont des enfants donc de priver parents et enfants de vie familiale...
Mieux vaut étaler tout au long de sa vie à sa guise, activité et inactivité, donc volontairement que le vivre de force avec tout ce que cela représente de désagréments psychologiques et sociaux.
Après tout à l'époque du quasi plein emploi, les femmes qui étaient libres de travailler ou pas sur le marché du travail, travaillaient quand elles étaient jeunes et en pleine forme sans contraintes familiales puis se retiraient du marché pour s'occuper de leur famille et retournaient dans le monde du travail dix ans après avec une première expérience acquise dans leur jeune âge. Pourquoi ne serait-ce souhaitable aujourd'hui que les deux parents se partagent les tâches ? Les pères comme les mères pourraient se relayer s'ils en ont envie pour s'occuper des petits et donc diminuer leur activité. Il y aurait moins de crèches et de garderies... à construire et il serait possible de refaire des "places" de quartier comme autrefois il y avait des places dans les villages, parce que les quartiers ne seraient plus des quartiers "dortoirs". Pour redonner de la vie dans nos espaces urbains, il faut que des gens soient disponibles pendant un long temps pour qu'ils puissent organiser leur vie en conséquence pour le bien de tous finalement.
a écrit le 07/01/2017 à 10:41 :
Le revenu universel est une bonne opération. Il doit être lié à la nationalité qui implique le respect des droits ET des devoirs des citoyens. Il doit être modulé avec l'ensemble des revenus: indemnités diverses, allocations, retraites, etc... en utilisant la proportionnalité de l'impot sur le revenu. Il conviendrait de le mettre en place avec un impot sur l'énergie favorable à la protection du climat.
Réponse de le 08/01/2017 à 12:19 :
Pas forcément à lier à la nationalité, mais à la régularité du séjour en France (un clandestin ou débouté du droit d'asile ne devrait jamais pouvoir en bénéficier, et ça devrait être pareil pour l'AME). Et aussi à l'existence d'une réciprocité dans le cas des ressortissants de l'UE. Pas question de verser un RU à un italien si un français en Italie n'en bénéficie pas.
Réponse de le 08/01/2017 à 19:12 :
@gépété: 1) réalises-tu seulement que lier le versement à la nationalité est exactement ce qu'on reproche à LePen pour les allocations familiales. 2) Universel veut dire à tput le monde, même si dans l'esprit des socialos, c'est pour récupérer le plus de voix possible, car ils n'ont pas abandonné leur projet de faire voter les étrangers. 3) On pourrait aussi taxer l'air que tu respires en sortant de chez toi, parce que tu émets aussi du gaz carbonique :-)
Réponse de le 09/01/2017 à 15:16 :
Il faut être clair sur les assiettes de population concernées par les différents prélèvements et différentes allocations. D'abord il y a les prélèvements qui financent les services. Ceux-ci doivent avoir la typologie de redevances fléchées sur un type de dépense (ex : fiscalité des entreprises répercutées sur les prix, TVA pour dépenses liées à la production et services publics généraux, flat tax sur le foncier, tarifs d'assurance, tarif de l'année-élève, cotisations contributives, TIPP et péages en tous genres,...) : le principe est que ce sont les consommateurs des services publics qui doivent les payer mêmes s'ils sont inconnus du fisc (touristes, immigrés...). En second lieu il doit exister une redistribution entre personnes physiques avec en positif les impôts directs (IRPP, CSG, cotisations non contributives, successions, impôts sur les plus values...) et en négatif les allocations (revenu universel, chèque scolaire, chèque santé...). C'est pour le deuxième point que la population doit être précisée : s'agit-il des résidents légaux hors expats ? Des français hors étrangers résidents légaux y compris expats (avec impôt différentiel de Mélenchon) ? D'une combinaison des deux ? Notons aussi qu'une étude lilloise a montré que pour les immigrés étrangers, le deuxième compte était positif ! L'affaire est donc complexe...
a écrit le 07/01/2017 à 10:25 :
Ce système a déjà existé: le système communiste vu par karl marx et revu par lenine. Après le revenu universel payé par ceux qui ont fait des études et qui travaillent sans évasion fiscale, c est quoi...ceux qui prônent ce système n ont pas travaillés toute leur vie pour payer leur maison. Conditionons tous revenus à un travail ou équivalent sinon ce sera le appauvrissement progressif par rejet de la valeur travail au sens valeur ajoutée pour la société. Bon délire pour les élections pièges à. ..
Réponse de le 08/01/2017 à 12:15 :
relisez bien la proposition de Generation Libre, elle est bien moins communiste et bien plus libérale que l'actuel système social et fiscal qui existe en France. En particulier elle atténue sensiblement, grâce à un impôt sur le revenu à taux plat, la démentielle progressivité de l'impôt sur le revenu en France. Elle mérite, contrairement à celles de Hamon ou de Jadot, démentielles, et même celle de Valls, bien plus coûteuse que ce qu'on peut se permettre, qu'on y regarde de plus près.
Réponse de le 08/01/2017 à 12:48 :
"Ce système a déjà existé: le système communiste vu par Karl Marx et revu par Lenine. "
Petite subtilité, dans l'ex URSS, camarade, tu avais un boulot car le travail était un droit! Je n'ai pas dit que tu avais le job de tes rêves dans l'endroit de tes rêves, mais tu étais supposé contribuer à la collectivité. Il devait y avoir une faille au vu du résultat.
Ceci étant, dans la société contemporaine, le problème de fond est la disparition du travail, manufacturier ou pas, et le lien assez direct entre le revenu (lié pour une partie de la population au travail) et l'accès aux biens.
Toutes les mesures sociales visent à contourner le lien: revenu/biens.
J'ignore la solution, mais du fait même de l'évolution de la société je ne vois pas bien comment maintenir le lien travail/accès aux biens avec un taux de chômage qui ne peut que croître. La question est ouverte, le RU n'est qu'une des réponses possibles.
Réponse de le 09/01/2017 à 15:28 :
Le système actuel est de toute façon à revoir. Soit on évolue vers le RU et on n'intervient plus du tout sur le marché du travail, soit au contraire on intervient en instituant le droit au travail opposable en garantissant un SMIC à qui le demande. Ca suppose d'activer toutes les allocations existantes en subventionnant des emplois de type "CDI intérimaires" par des Entreprises à But d'Emploi et de se creuser la tête pour définir ces emplois sans cannibaliser le marché du travail normal. Le système communiste ou "d'économie administrée" est plus proche de la deuxième solution qui est proche des propositions de Mélenchon ou Montebourg. La première solution libérale du type de celle de Génération Libre est proche de ce que proposait NKM. Les propositions de Hamon et Macron comportent encore des imprécisions (disons des erreurs pour Hamon et du grand flou pour Macron)..Fillon reste dans l'approche des années 60 (rapport Armand Rueff).
Réponse de le 09/01/2017 à 16:04 :
Merci pour vos commentaires tres instructifs. J'ai été partisant du RMI puis du RSA mais avec sa dimension intégration et accompagnement. Vous avez des enfants, des adolescents. Etes vous fier quand il gagne leur premier euro par un travail? le mien vient de gagner ses premiers 50 euros. Un etudiant qui a des bourses, c'est normal. Un etudiant qui seche et ne va jamais en cours, c'est normal qu'il ait ses bourses pendant des années? Et bien je suis d'accord pour refondre le systeme mais je ne serai jamais d'accord pour donner de l'argent sans retour à des personnes en age de travailler. Chez moi on dit chaque peine merite salaire, pas dormir merite salaire. La gauche est dans un délire surencheriste. Elle n'a rien fait sur le chomage en 5 ans et elle veut nous expliquer qu'elle va resoudre tout avec le RU. Et les migrations... tout le monde prend le RU? Sans contrainte? demandez aux anglais. Enfin on nous avance l'experience au canada mais elle a été stoppé apres 2 ans en pleine faillite. personne ne l'ecrit. Merci encore pour le débat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :