Le secteur manufacturier français reste atone

 |   |  238  mots
Ce repli de la production reflète une nouvelle baisse des nouvelles commandes reçues par les fabricants français, selon Markit.
Ce repli de la production reflète "une nouvelle baisse des nouvelles commandes reçues par les fabricants français", selon Markit. (Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
La production a reculé pour la première fois en 6 mois dans le secteur manufacturier en raison d'une baisse des nouvelles commandes. En zone euro, la croissance de l'activité manufacturière ralentit.

En janvier, l'indice Markit estimait que l'industrie manufacturière française était "en panne de croissance" avec une activité du secteur manufacturier au plus bas depuis août 2015. Le mois de février reste morose dans le secteur, selon l'indice PMI Markit publié mardi 1er mars. La tendance est restée proche de celle observée en  janvier avec un indice PMI à 50.2 contre 50 un mois plus tôt. Pour rappel, au-dessus de 50, l'activité croît, en dessous elle se replie.

"Un contexte économique peu favorable à la demande"

Les fabricants ont notamment mentionné une baisse de la production pour la première fois depuis 6 mois, bien que modérée. Ce repli de la production reflète "une nouvelle baisse des nouvelles commandes reçues par les fabricants français", selon Markit.

Les entreprises interrogées par Makit justifient ces baisses de commande par "un contexte économique peu favorable à la demande" et des budgets resserrés chez leurs clients.

"Les dernières données PMI mettent de nouveau en évidence une croissance quasi-nulle du secteur manufacturier français en février", explique Jack Kennedy pour Markit.

    Lire: Les chefs d'entreprises perdent confiance malgré la prime à l'embauche

Une croissance au ralenti en zone euro

La croissance du secteur manufacturier de la zone euro a de nouveau nettement ralenti en février, également freinée par une diminution des nouvelles commandes. Le PMI manufacturier s'est établi à 51,2 contre 52,3 en janvier, explique Markit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2016 à 9:48 :
Baisse du pouvoir d'achat des ménages, baisse des commandes.

Notre crise n'a rien à voir avec le "koudutravail" dont nous martèle sans cesse 95% de nos médias appartenant à 7 milliardaires.
a écrit le 01/03/2016 à 22:59 :
Arrêtez de commenter l'indice Markit qui est souvent peu fiable.
a écrit le 01/03/2016 à 17:07 :
oui c'est sur, la france met dehors le grand capital puis s'etonne que l'industrie ( intensive en capital) ne s'y developpe pas plus que ca....
le plus drole vu les retours que j'ai, c'est que le meilleur... est a venir ;-))))))))))
Réponse de le 01/03/2016 à 18:30 :
C'est quand même le grand capital qui a déstructuré et délocalisé les entreprises depuis les années 80. Avec la bénédiction du patronat et des banques.
Apres: plus d'entreprise=plus de salariés=plus de consommateurs=plus de commandes=licenciements et ça repart pour un tour!
Maintenant on arrive au bout des tours! Nos économistes vont bien nous fournir une autre excuse.
a écrit le 01/03/2016 à 14:32 :
Quand on voit les cadences qui accélèrent chez les manufacturiers d'avions et de voitures en France, des activités pas tout à fait anecdotiques, on se demande à quoi sert Markit.
A fabriquer des mauvaises nouvelles bidons ?
Réponse de le 01/03/2016 à 15:58 :
Les industries manufacturières sont des industries de transformation de biens, par conséquent elles ne se limitent pas à la fabrication des avions et des voitures.
Il y a aussi les fabricants de meubles, les fabricants d'articles en matière plastique, les fabricants de chaussures, d'habillement, d'électroménager, d'électroportatif, de produits électronique, électrique, de boisson, etc ...
Les avions et les voitures pèsent largement moins de 50 % des industries manufacturières.
Réponse de le 01/03/2016 à 17:01 :
@Asimon 01/03/2016 14:32
En absolu, les chiffres sont probablement faux mais ce sont les écarts donc la tendance qui est importante.
Sur un mois, cela ne signifie pas grand chose mais la tendance n'est pas excellente depuis quelques mois; ce qui plombe en partie notre croissance.
Cordialement
a écrit le 01/03/2016 à 13:27 :
Et il y quelques jours l'inénarrable visionnaire M. Sapin...disait, que la croissance en 2016 ...serait de 1,4 % ...est-ce encore un mensonge de plus ...? ou des pourcents socialistes pour gogos... ?
Réponse de le 01/03/2016 à 18:27 :
C'est une Sapinade; on promet la lune et on reste sous le niveau de la mer...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :