Les auto-entrepreneurs boostent les créations d'entreprises

 |   |  291  mots
Les immatriculations de micro-entrepreneurs, à l'image des coursiers à vélo, ont augmenté de 2,3% par rapport à juillet.
Les immatriculations de micro-entrepreneurs, à l'image des coursiers à vélo, ont augmenté de 2,3% par rapport à juillet. (Crédits : Reuters)
Plus de 46.000 entreprises ont été créées en août contre quelque 45.500 en juillet, selon l'Insee. De bons chiffres dus en partie à la hausse des immatriculations de micro-entrepreneurs.

Le nombre de créations d'entreprises en France s'est redressé en août (+1,6%) après deux mois de baisse, en raison principalement des immatriculations d'auto-entrepreneurs, a annoncé mardi l'Insee dans un communiqué.

Au total, 46.295 entreprises ont été créées contre 45.576 en juillet, selon les données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables. "Cette reprise est surtout due aux immatriculations de micro-entrepreneurs (+2,3%)", souligne l'institut statistique, qui fait état d'une hausse de 1,1% des créations d'entreprises classiques, après +0,6% en juillet. L'organisme public emploie le terme de "micro-entrepreneurs" pour désigner les "auto-entrepreneurs".

Accélération des créations sur les douze derniers mois

Le nombre cumulé de créations au cours des trois derniers mois augmente lui aussi nettement par rapport à la même période un an plus tôt (+4,8%). "Les secteurs du transport et du soutien aux entreprises sont ceux qui contribuent le plus à la hausse globale", détaille l'Insee. Au cours des douze derniers mois, les créations d'entreprises continuent par ailleurs d'accélérer (+3,5% en août après +2,5% en juillet et +2,0% en juin), malgré une nouvelle baisse des immatriculations de micro-entrepreneurs (−8,4% après −10,3% en juillet).

En données brutes, les demandes d'immatriculation de micro-entrepreneurs représentent 40,8% des entreprises créées au cours des douze derniers mois. Un pourcentage en baisse sensible, puisque la part était de 46,1% voilà un an.

Ce statut, entré en vigueur en 2009, permet aux salariés, chômeurs, retraités ou étudiants de développer une activité à titre principal ou complémentaire pour accroître leurs revenus, avec des démarches simplifiées et un régime fiscal avantageux. Mais la loi Pinel, adoptée en 2014, y a apporté quelques modifications rendant ce statut un peu plus contraignant.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2016 à 11:59 :
C'est loin d'être une bonne nouvelle étant donné qu'avec 5 millions de chomeurs ces derniers n'ont que peu de choix pour retrouver une activité.

C'est une autre façon de tirer les salaires vers le bas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :