Les blouses blanches dans la rue pour la plus grande manifestation depuis 1991

 |   |  443  mots
Sur les banderoles, on pouvait lire la loi Touraine nuit gravement à la santé, Tiers payant généralisé - médecins enchaînés, patients trompés ou encore Un tiers payant, deux tiers méfiants.
Sur les banderoles, on pouvait lire "la loi Touraine nuit gravement à la santé", "Tiers payant généralisé - médecins enchaînés, patients trompés" ou encore "Un tiers payant, deux tiers méfiants". (Crédits : REUTERS/Gonzalo Fuentes)
Les organisateurs de la manifestation espéraient mobiliser 20.000 blouses blanches afin de manifester contre le projet de loi santé. Si les professions médicales ont des revendications diverses, toutes dénoncent le manque de concertation. La ministre de la Santé Marisol Touraine recevra dans l'après-midi des représentants des professions médicales.

Tous unis contre la ministre de la Santé. Plusieurs milliers de professionnels de la santé libéraux ont manifesté dimanche 15 mars dans l'après-midi à Paris contre le projet de loi santé de la ministre Marisol Touraine et sa mesure phare, la généralisation du tiers payant qui dispense les patients d'avance de frais médicaux.

Les organisateurs espéraient mobiliser 20.000 blouses blanches pour cette manifestation unitaire sans précédent depuis 1991 qui marque le point d'orgue d'un mouvement de protestation lancé fin 2014 et intervient à deux jours du début de l'examen du texte contesté en commission à l'Assemblée. Une délégation devait être reçue par la ministre Marisol Touraine dont certains professionnels demandent le départ du gouvernement.

Sur les banderoles, on pouvait lire "la loi Touraine nuit gravement à la santé", "Tiers payant généralisé - médecins enchaînés, patients trompés" ou encore "Un tiers payant, deux tiers méfiants".

La généralisation du tiers payant en cause

Les médecins sont vent debout depuis des mois contre le projet de loi qui, selon eux, n'apporte pas les réponses nécessaires pour préserver le système de santé français.

Marisol Touraine a confirmé en début de semaine une mise en oeuvre de la généralisation du tiers payant d'ici à fin 2017 qui serait assortie d'un dispositif de garantie de paiements pour les médecins.

Le président de MG France (généralistes) Claude Leicher a assuré que le refus du tiers payant généralisé n'était pas "une opposition de principe, mais une crainte très forte de se faire contraindre à du travail administratif alors que le métier des médecins est de soigner les patients".

... mais pas que

Les professions médicales ont toutefois des revendications diverses: refus du tiers payant généralisé, difficultés d'installation, défense de la liberté d'exercer... Si une partie des manifestants réclament le retrait du texte, voire la démission de la ministre, d'autres plaident pour une réécriture du projet de loi. Tous dénoncent le manque de concertation.

Jean-Paul Ortiz, président de la CSFM (Confédération des syndicats médicaux français), a souligné sur BFMTV que la colère des blouses blanches dépassait la seule généralisation du tiers payant.

"Il y a le problème de l'étatisation et de la bureaucratisation de la médecine, en particulier de la médecine de proximité, qui va remettre en cause à la fois le libre choix d'organisation pour les médecins mais aussi pour les patients le libre choix de leurs médecins."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2015 à 11:13 :
Déjà qu'ils ne gagnent jamais assez, alors s'ils risquent d'en perdre...
a écrit le 16/03/2015 à 7:28 :
Mon médecin travaille 11h par jours (de 8h30 à 19h30) pour pouvoir recevoir un maximum de clients. Et les médecins n'en peuvent plus de devoir toujours faire plus ; cette loi, c'est "juste" pour transférer une partie du travail de la sécu sur le dos des médecins et faire des économies. Et cela permet également de controler les médecins (les socialistes corrompus, comme les communistes ont l'obscession et la volonté de tout controler et de réduire les libertés individuelles). La France est devenue une dictature UMPS avec son parlement d'élus professionnels, ni représentatifs, ni issus du peuple !
a écrit le 15/03/2015 à 23:53 :
Chers compatriotes et chers patients, à la lecture de vos commentaires je ne peux m'empêcher de vous répondre,

Votre vision de notre profession est très juste quand je regarde mon histoire personnelle.
Si je prends exemple sur moi-même, 90% des membres de ma famille sont médecins (généralistes ou spécialistes), dentistes, pharmaciens etc.
Oui, notre mode de vie est très confortable.
Effectivement, nous avons des maisons secondaires au soleil (pour certaines on doit même prendre l’avion), le ski nous intéresse moins mais rien ne nous empêche de passer du bon temps dans les grandes stations quand ça nous chante.
Il est vrai aussi que nous aimons le golf (personnellement moins) et nous avons un penchant certains pour les voitures de sport (c’est plus mon truc).
Votre vision sur nos études est juste. En ce qui me concerne j’étais préparé depuis ma plus tendre enfance à tous les examens de la faculté, j’ai eu tous mes concours sans problèmes particuliers, toute la famille et les amis étaient passés par là, j’ai bénéficié de leurs sages conseils. Pour ce qui est de la suite, il n’y a plus de concours une fois l’internat tout se passe entre connaissances vous le savez bien.
Pour finir, mes études ont été payées par les impôts de tous les français, j’ai été formé dans les grands hôpitaux universitaires, dès mes 24 ans on me laissait libre de me former « gratuitement » au sein des plateaux techniques dernier cri les plus modernes, j’ai pu me former sans problèmes les patients étant « recrutés » par mes professeurs qui me les « confiaient ». J’ai pu me former et développer les techniques que je maitrise actuellement grâce à l’hôpital publique.
C’est donc le système public qui m’a formé. C’est même l’argent des français (les impôts) qui a fait le médecin que je suis.

En tant que chirurgien maintenant, j'ai hâte que cette loi (et celles qui suivront) passe.
Les raisons sont multiples et bien entendu elles sont au dépend de votre santé.

Passons sur l’Etat mais surtout l’administration française qui cherche depuis longtemps à passer sur le modèle de santé britannique qui consomme moins de PIB sans entrainer de problème « majeurs » en dehors des délais d’attente.

Le Tiers Payant Généralisé n’est qu’une facette de la politique de recentrage de la santé sur l’hôpital publique et en association des « centres de soins (publiques eux aussi) » qui formeront bientôt « des Groupes Territoriaux de Santé ». Tout ce que je dis est écrit noir sur blanc dans les rapports du ministère et dans la loi Touraine.

Jusque là vous suivez tous.

Vous imaginez bien qu’un système publique strict (étatisé) donc avec des médecins « fonctionnaires » qui n’auront pas d’obligations particulières à prolonger leurs heures de travail ou pire encore organiser eux mêmes le suivi de leurs patients (ils s’en fouteront puisque que leur salaire ne changera pas) ; va se développer un système ultra-privé (le capitalisme est capable de s'adapter rapidement à la différence d'autres doctrines économiques).

La belle carte vitale que vous possédez tous sera inutile dans ce système privé.

Ces hôpitaux privés naîtront à la demande des plus riches, mais surtout du marché qui va s’ouvrir à cause de l’hyper-étatisation du système publique (et des problèmes qu’il va engendrer en terme de coûts et d'organisation). Les assurances privées (= les ex-mutuelles) sauront combler ce vide et les fonds d’investissements attendent en embuscade. Ils mettront tout de suite les moyens que l’Etat ne mettra plus. Je vous l’ai dit c’est pour les riches.

Ce système privé va capter malgré vous tous les ultra spécialistes que les CHU de France auront formés.
Vous voudrez vous faire opérer par les dernières techniques dans des établissements modernes par des équipes expérimentées et sans trop attendre ? Oui ? Alors il faudra payer. Beaucoup. Sinon il faudra attendre sur la liste à l’hôpital public.
Et dans 10 ans l’hôpital public ne pourra plus former de chirurgiens. En tout cas elle ne pourra plus leur fournir les moyens de se former avec le matériel moderne et pire encore toute l’expérience sera dans ces centres privés donc les connaissances ne se transmettront plus comme avant.
Donc vous aurez votre diagnostic à l’hôpital public qui vous enverra vous faire opérer dans un centre privé (sans tiers payant) et ce centre vous proposera un moyen de paiement en plusieurs fois…

J’ai hâte que cette loi passe. A la différence de mes confrères anglo-saxons je n’ai pas payé mes études (pas de prêt étudiant à rembourser) donc tout bénéf’ cette réforme, je vais bénéficier de leur système privatisé (avec les revenus qui vont avec sans les inconvénients).


Merci Marisol. Merci.
a écrit le 15/03/2015 à 21:50 :
En France, le smic est revalorisé, le chômage explose ainsi que la précarité, 4 embauches sur 5 sont des cdd et nous avons des grévistes: les pilotes d'air France, les médecins, pharmaciens, notaires, avocats... Hallucinant!
a écrit le 15/03/2015 à 19:34 :
Comme en Allemagne on doit fonctionnariser les médecins ils n'ont qu'un client la sécu
C'est une petite bataille de nantis
Réponse de le 15/03/2015 à 21:10 :
Justement le glissement est prévu vers les mutuelles pour ceux au dessus de la cmu et sans le secret ....... il faudra alors prier très fort ou payer.. bien plus
a écrit le 15/03/2015 à 19:03 :
Autoritarisme, mépris, doctrine, hypocrisie et politique politicienne = Société déchirée. Le socialisme c'est ça. La ruine collective viendra...
a écrit le 15/03/2015 à 18:24 :
Médecins, pharmaciens, notaires, huissiers, avocats :

Pas un seul vote aux départementales pour le Ps.

Il faut leur mettre une bonne fessée electorale!

La corporation nuisible à la France : c'est l'ena!
a écrit le 15/03/2015 à 18:12 :
Espérons que Marisol Touraine tiendra bon contre cettre fronde. Cette manifestation est une honte ! La majorité des Français sont pour le tiers-payant. Plein de pays le pratiquent déjà sans que ce soit un drame, il n'y a qu'en France que chaque réforme s'accompagne de telles réactions. Ils nous ont déjà fait le coup pour la Carte Vitale, et les revoilà pour le tiers payant. Cette année, les nantis sont dans la rue, les notaires, les avocats, les huissiers, les taxis, bref les professions réglementées et libérales qui se sont gavées des bourses de l'Etat pour faire leurs études. Il ne faut pas pousser...
Réponse de le 15/03/2015 à 21:24 :
Oui effectivement c'est un combat d'arrière garde
La stratégie des socialos pour la sécu est du même niveau
Réponse de le 15/03/2015 à 23:05 :
Demain on rase gratis : la majorité des français est pour!
Les yakafokons sont pléthore pour imposer du travail administratif gratuit aux autres pour des raisons purement idéologiques (le 1/3 payant existe déjà dans les faits: votre chèque de 23 euros n'est pas encore débité sur votre compte qui a déjà été crédité à j+4 de la consultation)
Vous avez en tout cas raté une vocation
a écrit le 15/03/2015 à 18:10 :
Ce qu’ignore certainement la grande majorité d'entre nous, c’est que toutes ces mesures découlent directement de Bruxelles et plus précisément de l’article 106 du TFUE, qui nous oblige à démanteler les services publics pour ne pas faire obstacle aux sacro-saints principes de concurrence. Voir plus précisément ici : minilien.fr/a0nsl3. Tant que nous ne sortirons pas sereinement et légalement de l'UE par l'art.50, nous continuerons à assister impuissants à cette destruction rampante.
a écrit le 15/03/2015 à 17:03 :
Plus je lis les raisons pour lesquelles les médecins font grève moins je les comprends. J'ai l'impression que nous faisons face à corporatisme exacerbé et quelle que soit la proposition faite on est contre !!! J'ai l'impression de me retrouver à l'époque de l'introduction de la carte Vitale où ces mêmes médecins étaient contre. Ce qui est dommage d'avoir un dossier médical numérique qui serait accessible à tout le corps médical. Cela éviterait des examens inutiles. Dans mon domaine, j'ai tout fait informatiser cela me permet d'avoir de l'efficacité et faire des économies.
Réponse de le 15/03/2015 à 18:12 :
Il fallait juste concevoir un système qui paye tout de suite le médecin (carte VITALE = carte bleue) par une avance de l'état...l'état se faisant ensuite rembourser par les assureurs. Pas compliqué. Erreur des politiques à la base qui n'ont pas vu ce que le paiement direct des acteurs de la santé par les assureurs véhiculait comme dérive liberticide refusée par la société française...et occasionnait également de paperasserie pour ces acteurs.
Réponse de le 15/03/2015 à 22:50 :
@jkarl
Vous devriez voir un peu plus loin...
Le jour ou votre "dossier médical numérique" comme vous dites, sera entre les mains des assureurs (les mutuelles), priez pour ne pas tomber malade !!
a écrit le 15/03/2015 à 17:00 :
Il faut sortir dans la rue mais pour dénoncer les pays qui envoient des sanctions envers d'autres sans la moindre base légale. Les sanctions devraient être imposées contre les organisateurs de coups d'Etat, plutôt.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :