Les dépenses de protection sociale représentent 33,8% du PIB

 |   |  327  mots
Les dépenses de santé représentent 37% du total des prestations sociales; elles s'élèvent à 238,8 milliards d'euros.
Les dépenses de santé représentent 37% du total des prestations sociales; elles s'élèvent à 238,8 milliards d'euros. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Les dépenses de protection sociale se sont élevées à 715 milliards d'euros en 2013. Le déficit du système de protection sociale s'est contracté, passant de 11,6 milliards d'euros en 2012 à 7,9 milliards un an plus tard.

Les dépenses de protection sociale représentent 715 milliards d'euros en 2013, soit 33,8 % du PIB, selon les données de la Drees (service statistiques du ministère des Affaires sociales) dans son dernier rapport sur "La protection sociale en France".

Les prestations constituent la majeure partie de ces dépenses, avec 672 milliards d'euros, soit 31,7 % du PIB. Elles augmentent à un rythme de 3,0 %, proche de celui observé entre 2010 et 2012, mais moindre que celui relevé lors de la période 2000-2009, où elles enregistraient une hausse moyenne de 4,6 %.

Parmi les principales prestations, la croissance des dépenses de santé (37 % du total des prestations) poursuit sa décélération amorcée en 2005, pour s'élever à 232,8 milliards d'euros. Quant aux dépenses liées à la vieillesse-survie (46 % du total des prestations), elles atteignent 307,5 milliards d'euros. Elles continuent de progresser à un rythme soutenu en raison des flux importants de départs à la retraite et de l'augmentation de la durée de vie.

Un déficit de 7,9 milliards d'euros en 2013

En 2013, les ressources de la protection sociale augmentent plus fortement que l'ensemble des dépenses, entraînant une baisse du déficit de la protection sociale. Celui-ci s'élève à 7,9 milliards d'euros en 2013, après 11,6 milliards d'euros 2012. Il est désormais trois fois inférieur au niveau record enregistré en 2010 (-21,9 milliards).

Cette réduction s'explique par des recettes de protection sociale en hausse de 3,0 % alors que les dépenses progressent de 2,4 %. Le relèvement des taux de cotisations retraite et la réforme des règles d'exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires intervenus courant 2012 ont contribué, en partie, à soutenir la croissance des recettes en 2013.

Enfin, les dépenses totales consacrées à la politique familiale représentent environ 4 % du PIB, soit entre 75 et 94 milliards d'euros, selon les conventions retenues. Ces dépenses sont constituées principalement des prestations légales liées à la famille (allocations familiales) et à la maternité, des droits familiaux de retraite et des mécanismes fiscaux (quotient familial) .

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2015 à 20:47 :
2013, données EUROSTAT, personnes en risque de pauvreté ou d'exclusion sociale :
A part le R.-U.-City, j’ai exclu les paradis fiscaux qui ne combattent pas à armes égales.
Italie : 28,4% de la population totale.
Espagne : 27,3%.
Pologne : 25,8%.
Royaume-Uni : 24,8%.
Allemagne : 20,3%.
France : 18,1%.
Suède : 16,4%.
Finlande : 16,0%.
Norvège : 14,1%.
Excluons la Pologne qui reste encore un semi-émergent, les 3 nations au top sont celles qui ont choisi les économies les plus libérales, et qui ont gagné le gros lot des économies les plus gangrénées par la mafia. Cette dernière apprécie fortement les pauvres et leurs petits jobs.
a écrit le 27/05/2015 à 19:07 :
EN TANT DE CRISE IL FAUT REVOIR TOUS LES CRITERS D ATRIBUTION DES DROITS SOCIAUX? C EST DE LA GESTION SINPLE DE BUJET? IL FAUT CONTINUER A REFORMER ? CAR LE TEMPT DES TRENTES GLORIEUSE ET FINIE ? PLUS JAMAIS LA FRANCE NE PRODUIRAS COMME AVANT . SONT INDUSTRIE ET PARTIS ?IL FAUT TROUVER UN AUTRE MOYEN DE RENPLIR LES CAISSES DE SOLIDARITE SOCIAL ?IL FAUT QUE LES SYNDICATS TROUVENT DES SOLUTIONS ET LES FASSENT CONNAITRE ? POUR L INSTANT ONT ENTEND QUE LE PATRONNAT ???
a écrit le 27/05/2015 à 19:01 :
Quelqu'un comprend les chiffres de cet articles?
a écrit le 27/05/2015 à 16:25 :
Au lieu de chasser a outrance sur les demandeurs d'emploi ils feraient mieux de controler ces soit disant familles monoparentales qui elles ne font que de frauder pour obtenir toutes les aides mises a leur disposition par des incompétant qui ne savent plus ou donner de la tete pour gérer et qui s'en foutent éperdument .Ces soit disant monoparentaux avec toutes ces aides gagnent plus qu'gars qui se léve au aurore et rentre la nuit pour gagner un salaire de misére .Vous verrez qu'en les controlant le déficit pourra baisser énormément
a écrit le 27/05/2015 à 15:14 :
Autrement dit un gaspillage inconsidéré. Médicaments surfacturés, personnel des höpitaux pléthoriques, magouilles aux prestations qui elles même dérivent sans raison ...
a écrit le 27/05/2015 à 13:03 :
Sans le financement de l'Etat, le déficit de la protection sociale serait en réalité de 34 milliards d'euros.

Chaque année, l'Etat verse 77 milliards d'euros à la sécurité sociale.

Dont 51 milliards d'euros en tant d'Etat employeur et 26 milliards d'euros pour financer d'autres dépenses de la sécurité sociale.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :