Les Français tentés de jouer les cigales ?

 |   |  490  mots
Les achats d'autombiles ont progressé de 6,8% en 2015
Les achats d'autombiles ont progressé de 6,8% en 2015 (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
En dépit de l'absence totale d'inversion de la courbe du chômage, le moral des Français ne s'effondre pas. La consommation a plutôt résisté cette année, porté notamment les achats d'automobiles.

Face au chômage, les Français seraient-ils résignés ? Une chose est à peu près certaine, leur moral ne s'effondre pas. En décembre, l'indicateur synthétique qui mesure la confiance des citoyens de l'Insee est resté stable. C'est déjà ça, même s'il faut rappeler qu'il se maintient toujours en-dessous de sa moyenne de longue période

Pourtant, ils auraient des raisons de douter. En dépit de la très légère baisse du nombre de demandeurs d'emplois en novembre, le marché de l'emploi est toujours aussi dégradé. Au total, toutes catégories confondues, plus de 6,1 millions de personnes sont actuellement inscrites à Pôle emploi. Un nombre en hausse de 5,1% sur un an... Le taux de chômage s'élève à à 10,2% de la population active, ce qui constitue un sommet inédit depuis 1997.

Le pouvoir d'achat progresse de plus en plus vite

En dépit de cette situation, la consommation des ménages fait mieux que résister. En 2015, elle a progressé de 1,4%, soit 0,8 point de plus qu'en 2014, grâce à l'augmentation de 1,7% de leur pouvoir d'achat, soutenue par la diminution de la facture énergétique que permet la chute des prix du brut. En 2014, leur pouvoir d'achat avait progressé de seulement 1,1%.

Certes, la consommation n'est pas à l'abri de soubresauts. La baisse de 1,1% observée en novembre trouve principalement ses origines dans la clémence du climat. Les températures se situant bien au-dessus des normales saisonnières, les ménages ont réduit leurs achats de produits textiles - un phénomène qu'amplifie l'imminence de la période des soldes - et leurs dépenses de chauffage.

Les achats d'automobiles rebondissent

Mais la tendance lourde est à la résistance de la consommation. " Les immatriculations de véhicules particuliers donnent une première indication. Ainsi, selon les chiffres du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), 183 724 voitures neuves ont été vendues en France au cours du mois dernier, en hausse de 12,5% par rapport à décembre 2014. C'est mieux qu'en novembre (+11,3%), pourtant déjà excellent. Bilan, sur l'ensemble de l'année 2015 le marché français s'est ressaisi (+6,8%), alors qu'il était resté à la traîne du reste de l'Europe en 2014. Il signe là sa meilleure performance depuis 2009 (+9,8%), dernière année de la prime à la casse ", explique Alexandre Mirlicourtois chez Xerfi qui signale l'activité toujours bien orientée des établissements spécialisés dans la distribution des crédits à la consommation dont la production de nouveaux crédits a augmenté de 12% en novembre sur un an.

" Si le financement des achats d'automobiles (crédits classiques et LOA) pousse l'ensemble (+27%), les prêts pour l'achat de biens d'équipement du foyer (électroménager, multimédia, meubles...) sont également dynamiques (+12,4%). Seul le crédit renouvelable est en retrait, indiquant une contrainte budgétaire moins serrée pour les petits achats. C'est là aussi un signal fort sur la solidité de la tendance de la consommation ", poursuit l'économiste.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2016 à 17:22 :
J'y crois pas !
a écrit le 06/01/2016 à 17:02 :
Vu le montant monumental de l'épargne des Français qui d'après Challenges est nettement mieux géré que les finances de l'Etat (+ de 4000Md€ et on comprend pourquoi les prêteurs continuent à prêter, car ils se disent qu'en cas de gros problème l'Etat tapera dedans), ceux-ci peuvent en prendre un petit peu pour se faire plaisir sans pour autant vider leur bas de laine. C'est toujours ça que l'Etat n'aura pas.
a écrit le 06/01/2016 à 16:35 :
Jouer les cigales en hiver ? Encore le réchauffement climatique, sûrement ! Peut être bien. Ca réchaufferait le cœur, des achats "coup de cœur", justement. Mais comment y croire quand le nombre de sans emploi grimpe toujours, que la classe moyenne a essuyé les plâtres fiscaux, que la croissance n'est pas à l'optimisme béât ? Méthode Coué.
a écrit le 06/01/2016 à 16:35 :
Jouer les cigales en hiver ? Encore le réchauffement climatique, sûrement ! Peut être bien. Ca réchaufferait le cœur, des achats "coup de cœur", justement. Mais comment y croire quand le nombre de sans emploi grimpe toujours, que la classe moyenne a essuyé les plâtres fiscaux, que la croissance n'est pas à l'optimisme béât ? Méthode Coué.
a écrit le 06/01/2016 à 12:38 :
Parler "d'absence totale d'inversion de la courbe du chômage" est pessimiste et probablement prématuré: 2012, 2013 et 2014 ce sont 150 000 chômeurs de plus chaque année...en 2015 ce n'est "plus que" 75 000 de plus, et surtout une stabilisation sur le dernier trimestre. Donc comme l'économie c'est du temps long, il est fort probable que dans les mois à venir on observe une "stabilisation en dents de scie", puis une baisse. Nous sommes très probablement en plein dans cette inversion.
Réponse de le 06/01/2016 à 13:20 :
Ca me paraît d'un optimisme forcené... à part que les 500000 chômeurs qui vont être envoyés en formation (ce qui en soi est bien à condition que ces formations débouchent réellement sur des métiers qui peinent à recruter) vont sortir de la catégorie A. C'est sans doute sur cette botte secrète que compte l'exécutif pour présenter un bilan moins désastreux en 2017... parce que jusqu'à présent, le chômage a plus augmenté en 3 ans et demi avec Hollande que sur toute la durée du quinquennat Sarkozy, pourtant marqué par le plus creux de la crise financière.
Réponse de le 06/01/2016 à 14:46 :
+1.il y aura inversion dès cette année.il faut que les français consomment,qu'ils se lachent un peu ,qu'ils arretent d'avoir peur de tout et qu'ils dépensent.cela créera des emplois et des rentrées fiscales qui permettront d'augmenter les dépenses d'équipement et de structures,bref un cercle vertueux.tout est psychologique!
Réponse de le 06/01/2016 à 16:15 :
On va les envoyer dans des formations bidon (payées par l'état ou la Région, bref nos impôts mais pas un vrai patron, non un vrai boulot) ou/et les radier des listes A. Les désespérer encore un peu plus, comme aux States. Mais en toute fin de l'histoire, ça n'améliorera pas les choses, n'ai pour eux, n'ai pour nous. De la poudre aux yeux. Perlimpinpin est au pouvoir.
Réponse de le 06/01/2016 à 20:38 :
@élu_ps : si effectivement par la TVA la consommation crée des rentrées fiscales, ce n'est pas pour autant qu'elle crée des emplois, du moins en France (parce qu'en Chine par contre...). Et s'il y avait, du fait d'une reprise de la consommation, des rentrées fiscales meilleures que prévu (je n'ose pas dire une cagnotte), il ne faudrait surtout pas les dépenser mais en profiter pour réduire vraiment les déficits.
Réponse de le 08/01/2016 à 9:02 :
Pas mal votre commentaire allez dire ça aux chômeurs vous allez être bien reçu surtout avec la nouvelle crise qui se profile à l'horizon. Être optimiste d'accord mais naïf c'est un peu fort, on dirait un politique qui parle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :