Loi Travail : des députés PS réclament des modifications

 |   |  374  mots
Les deux signataires assurent cependant partager les objectifs du gouvernement.
Les deux signataires assurent cependant partager les "objectifs" du gouvernement. (Crédits : REUTERS/Charles Platiau)
Deux parlementaires socialistes, qui partagent les objectifs du gouvernement, ont fait part au Premier ministre Manuel Valls de leurs "interrogations". Ils demandent en particulier "la suppression du barème" sur la question polémique du plafonnement des indemnités prud'homales.

La contestation de la loi Travail touche aussi les rangs socialistes. Deux députés PS, Catherine Lemorton, présidente de la Commission des Affaires sociales, et Christophe Sirugue, pressenti pour être rapporteur du projet de loi travail, ont fait parvenir au Premier ministre Manuel Valls une lettre dans laquelle ils lui demandent de modifier le texte contesté jusqu'au sein de la majorité.

Des dispositions "ajoutées à la dernière minute"

Dans ce courrier de deux pages, que s'est procuré France Info, les deux députés indiquent vouloir faire part au Premier ministre de leurs "interrogations", voire de leur "opposition sur plusieurs dispositions, dont certaines ont été ajoutées à la dernière minute, contenues dans ce qui n'est encore qu'un avant-projet de loi".

Sur la base de cet avant-projet, antérieur aux discussions ouvertes la semaine dernière avec les partenaires sociaux et avec les parlementaires socialistes, ils demandent en particulier "la suppression du barème" sur la question très polémique du plafonnement des indemnités prud'homales. Les trois autres dispositions contestées ont trait au licenciement économique, autre sujet très débattu. Les deux signataires assurent cependant partager les "objectifs" du gouvernement -"accorder une plus grande protection des salariés dans un cadre plus souple pour les entreprises" et considérer "que rien ne serait pire que le statu quo".

     | Lire Loi Travail : Hollande promet "des améliorations" afin "d'avancer"

Les auteurs reçus par Valls en début d'après-midi

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a estimé sur France Info que cette lettre "montre à quel point c'est la cacophonie". "Ca montre bien comment ce projet est préparé sans concertation, sans dialogue", a-t-il déploré.

"Il y a une pression très forte pour finalement raboter beaucoup le texte", a réagi lundi matin sur BFM Business le député PS Christophe Caresche, favorable à la ligne gouvernementale, se disant "un peu inquiet".

Selon France Info, Manuel Valls doit recevoir les auteurs de cette lettre à 13h00 à Matignon, avant de dévoiler aux partenaires sociaux une version "corrigée" du projet contesté de réforme du droit du Travail.

>> Aller plus loin Loi Travail : ce que le gouvernement va modifier

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/03/2016 à 17:05 :
Moi je propose une très grande loi, une réforme essentielle et audacieuse, digne de notre grand président: 32 heures payees 40, une 6eme semaine de congés payés à partir de 15 jours dans l'entreprise, un CPA amélioré, une sur taxation de 50% des CDD, une augmentation générale des salaires de 8 à 10%, .....
Cela passera... Il suffit que cela tienne jusqu'en 2017!
a écrit le 14/03/2016 à 15:23 :
le code du travail a rien a voir avec l embauche si l entreprise sont carnet commande et pas plein pas sous , pas de consommation
puis chaque entreprise a sa convention
il ya jamais eu d, embauche contre la flexibilité depuis 20 ans ils ont tout fait pour la destruction d, emploi apres un licenciment economique dur dur pour avoir un emploi surtout a 55 ans 40 ans de travail les gens sont pas tous des feignants tout ses dirigeants des mensonges et fonctionnaires
a écrit le 14/03/2016 à 13:45 :
De la poudre aux yeux, non à la Loi imposée par le traité de Lisbonne voté en fraude par les parlementaires français en 2007 alors que le peuple français avaient massivement rejeté ce traité constitutionnel européen en 2005.

Un peu de démocratie pourrait redonner un minimum de crédits aux politiciens et à notre europe en perdition non ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :