Loi Travail : la présentation du projet reportée au 24 mars

 |   |  365  mots
Le Premier ministre a ajouté qu'il recevrait dans une semaine l'ensemble des partenaires sociaux.
Le Premier ministre a ajouté qu'il recevrait dans une semaine l'ensemble des partenaires sociaux. (Crédits : Reuters)
Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé que l'examen du projet de loi Travail en conseil des ministres est reporté d'"une quinzaine de jours". Le texte devait à l'origine être présenté le 9 mars.

| Article publié à 12h12, mis à jour à 13h00.

Face à l'opposition que suscite la loi El Khomri, le gouvernement a décidé de temporiser. La présentation du projet de loi sur la réforme du marché du travail au conseil des ministres est reportée d'une quinzaine de jours pour "lever les incompréhensions" et "corriger ce qui doit l'être", a annoncé lundi 29 février le Premier ministre, Manuel Valls.

Très critiqué par l'ensemble des syndicats et une partie des élus socialistes, le texte devait à l'origine être présenté le 9 mars au conseil des ministres.

"Le texte pourra être voté comme c'était prévu au mois de mai définitivement à l'Assemblée nationale" avant d'aller au Sénat, a précisé Manuel Valls lors d'une visite au Salon de l'agriculture.

L'examen est reporté au 24 mars, selon une source gouvernementale citée par l'AFP, le conseil des ministres ayant exceptionnellement lieu cette semaine-là un jeudi et non le mercredi en raison d'un déplacement à Bruxelles du Premier ministre le 23 mars.

Les partenaires sociaux seront consultés

Le Premier ministre a ajouté qu'il recevrait dans une semaine l'ensemble des partenaires sociaux. En fin de semaine passée, la CFDT a appelé à la concertation, livrant une analyse tempérée du très polémique projet de loi. Le syndicat s'est ainsi démarqué de la CGT, qui l'a invité, ainsi que huit autres syndicats - FSU, FO, Solidaires, la CFE-CGC, la CFTC, l'Unsa, l'Unef et l'UNL (lycéens)-, à former une intersyndicale afin d'échanger sur "l'analyse de la situation sociale, économique et politique" de la France.

800.000 signataires pour la pétition en ligne

Les syndicats ne sont pas les seuls à avoir appelé à la mobilisation contre la loi El Khomri, du nom de la ministre du Travail : sur Internet, une pétition en ligne approche désormais des 800.000 signataires et de nombreux rassemblements sont prévus le 9 mars.

     | Lire Loi Travail : la mobilisation enfle sur Internet et du côté des syndicats

Face à la grogne, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a tenté dimanche de calmer le jeu, assurant que le gouvernement était "à l'écoute" et que la réforme n'était pas "intangible".

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2016 à 8:32 :
On ne va garder que le compte épargne temps qui sera amélioré et une petite retouche de la médecine du travail. Ce sera appelé par le gouvernement la grande réforme du quinquennat. La France avance !
a écrit le 29/02/2016 à 19:39 :
26.2.2016. Loi du travail, … avec abrogation incluse.

Le gouvernement par son ministre Myriam El Khomri souhaite modifier la loi concernant le travail.
Cette loi présentée se heurte à une forte opposition de la part des salariés, des syndicats, … une pétition sur internet recueille, à ce jour, 600 000 signataires. Delà, des Politiques de gauche, pas les moindre, viennent accompagner cette fronde.
Le gouvernement réagit aux questions des détracteurs, via internet. Manuel Valls soutient son ministre par des phrases dures, (comme lui), le 49.3.

Des questions apparaissent pourtant, après visualisation du site gouvernemental internet, « rien ne change et les avantages priment ». Dans ce cas, l’accord des organisations patronales n’est pas acquis, si aucune avancée n’est perçue par les employeurs ??? Alors que l’opposition politique, LR, approuve la loi !!!
A t on entrevue d’autre sureté pour aborder cette loi ? Exemple, inclure dans cette loi une abrogation, conditionnée à des résultats ??
Certes, avec des contraintes de part et d’autre. Définir la durée d’observation, accord reconductible selon suivi et résultats, … retour strict si échec, …
Est ce possible d’obtenir la confiance de tous, des partenaires sociaux, ( sans rajouter trop de tuyaux à une usine à gaz, … sans compter les allés et retours des antagonistes Assemblée nationale / Sénat). Est ce que cette réforme remplira nos carnets de commandes sur cours et moyens termes ? l’essai répondra.

Pour rappel, ces mauvaises contreparties, « TVA réduite au profit de 40 000 embauches/ 2 ans » dans le secteur de la restauration, « badge 1 million d’emplois » promis par le Medef. Deux annonces non tenues !!!
Réponse de le 01/03/2016 à 7:18 :
Si a 14 mois de l'élection présidentielle le PS utilise le 49-3 pour passer une mesure impopulaire au niveau des citoyens, ils peuvent oublier la primaire et de se présenter... Valls menace d'utiliser ce 49-3 mais comme il veut la présidence pas forcement l'année prochaine mais pour 2022, alors finir comme le "premier ministre 49-3 premium" est loin d'être la bienvenu pour lui !
Quand à cette loi elle donne tout pour les très grands patrons alors que ce même Valls avait 3 jours avant annoncé qu'il ne donnerait plus rien aux patrons tant qu'ils n'auraient pas fait d'effort (effort promis pour les anciennes mesures déjà en leur faveur). Cette loi a tous pour réduire encore plus l'emploi dans notre pays en permettant aux grandes entreprises mondiale de pouvoir délocaliser et virer sans gène. Quand aux perdant, les petite entreprises (patrons et salariés) et tous les autres employés...
a écrit le 29/02/2016 à 15:18 :
C'est surtout les acteurs du socialisme au pouvoir , qui doivent reporter. . leurs projets au 19 siècle.....! et laissé la France avancer au 21 siècle .....!
a écrit le 29/02/2016 à 14:47 :
Valls espère que les opposants vont se lasser... Ce qui ne me paraît pas acquis.

Et puis, plus on se rapproche des primaires, plus les dissonances vont avoir un effet dans la dégradation du score hollandien.
a écrit le 29/02/2016 à 14:25 :
j été dans le milieu médical 40 , les départs en retraite aucun remplacement ., la flexibilité , polyvalent jamais eu aucun emploi de crée
faire plus plus avec moin de personnel
sa change pas depuis 15 ans
on a plus confiance
sa va toujours dans leur sens , tout pour le medef
a écrit le 29/02/2016 à 13:50 :
Les lois de ce type, c'est comme l'artillerie lourde.
Le premier tir est trop loin: cela fait peur mais ouf, c'est passé au dessus; le deuxième tir est trop court (car cela a trop pinaillé avec des discussions interminables) et enfin, le dernier: on refait les calculs trigonométriques en utilisant quelques dérivés secondes du deuxième tir et on tire en pleine figure avec un obus de 49.3.
Cordialement
a écrit le 29/02/2016 à 13:27 :
avec ce nouvel avatar, se confirme l'accumulation de désordres dans tous les domaines, une improvisation par un gouvernement "puerile" ;

résumons : les gouvernements VallAyrault c'est comme les gouvernements Fillon,

l'on peut résumer par un nouveau terme a mettre dans le dictionnaire : 'impromprodésordres3 ... au PLURIEL par constant -)
a écrit le 29/02/2016 à 12:50 :
Pour une fois que quelquechose de concret était proposé pour moderniser le code du travail et sortir les entreprises francaises du bourbier. Les syndicats ont toujours raison même s'ils ne representent personne.
Réponse de le 01/03/2016 à 7:23 :
Y a quoi pour les petites et moyennes entreprises? Voir y a quoi pour que le travail reprenne? Moi je ne vois que des options pour faciliter les licenciement et la délocalisation sans aucune aide pour les virés
a écrit le 29/02/2016 à 12:35 :
ça sent l'enterrement de première.
Réponse de le 29/02/2016 à 12:56 :
Moi, je dirais plutôt le passage en force et discrètement en août!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :