Loi Travail  : Macron tente de calmer le jeu

 |   |  426  mots
Emmanuel Macron estime toutefois que le projet de loi Travail est "cohérent".
Emmanuel Macron estime toutefois que le projet de loi Travail est "cohérent". (Crédits : Reuters)
Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron assure que le projet de réforme du droit du travail n'est pas "intangible", dans un entretien au Journal du dimanche.

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron assure que le gouvernement est "à l'écoute" des syndicats et d'une partie de la majorité opposés au projet de réforme du droit du travail, qui n'est pas "intangible", dans un entretien au Journal du dimanche. "Le gouvernement est à l'écoute et ne considère pas que tout est intangible", déclare-t-il, estimant qu'il faut "mener un vrai débat démocratique, de manière calme et dépassionnée". "Nous sommes à un moment du quinquennat où on ne peut pas tout brutaliser, car ce serait prendre le risque de refermer les débats pour longtemps sans avoir réglé les problèmes", ajoute le ministre, à l'origine de la réforme du licenciement, inscrite dans le projet de loi qui sera porté au Parlement par sa collègue Myriam El Khomri.

Ne pas tout brutaliser

La ministre du Travail, qui repris les consultations jeudi, n'exclut pas de recourir à des amendements. "Cette loi est cohérente. Elle parle au pays aujourd'hui", souligne Emmanuel Macron, estimant que l'"on ne peut pas déclarer l'état d'urgence économique et social, et ne rien faire sur le marché du travail". "Mais, si l'on n'explique pas les déficiences du système actuel et ce vers quoi on veut aller, alors on ne peut créer ni du consensus, ni du progrès", conseille-t-il au Premier ministre Manuel Valls. "Nous sommes à un moment du quinquennat où on ne peut pas tout brutaliser, car ce serait prendre le risque de refermer les débats pour longtemps sans avoir réglé les problèmes", lâche-t-il encore. "C'est ce qu'il s'est passé il y a dix ans avec le CPE. La France a malheureusement l'habitude de projets lancés sur des enjeux réels mais qui, mal emmanchés, finissent dans la crispation et l'omerta politique", met en garde Emmanuel Macron.

Entendre les syndicats

Quant aux syndicats, qui demandent le retrait du dispositif, il juge qu'"il faut les entendre, les respecter, discuter" et "leur donner une plus grande part à la négociation collective". Le projet de loi prévoit, entre autres, des référendums d'entreprise pour valider des accords minoritaires, une clarification des critères de licenciement économique, un plafonnement des indemnités prud'homales et la primauté des accords d'entreprise en matière de temps de travail. Face à la contestation numérique, qui se propage sur les réseaux sociaux, notamment avec une pétition en ligne depuis vendredi, le gouvernement tente donc de jouer la carte de la pédagogie.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/02/2016 à 16:59 :
Enfin le gouvernement a écouté les bons conseils de ces syndicats, si admirés par les travailleurs qu'ils se ruent pour avoir leurs cartes et faire grève pour régler tous les problèmes de la France.
a écrit le 29/02/2016 à 12:57 :
Il prend vite de l expérience notre jeune ministre. C est du premier ministre dans le texte, il doit remplacer Valls des que possible. Ce projet de loi est nécessaire mais mal vendu, on reconnaît la brutalité de Valls toute sarkozyste. Il n est pas trop tard pour bien faire, notre pays en a besoin et quelle bouffée d espoir si on jetait les fondations de notre nouveau pacte social et d une vraie flexi sécurité pour nos entreprises et salariés. Une idée folle: que le gouvernement discute avec les partenaires sociaux et parlementaires dans un délai max de 3 mois, et referendum pour valider ou pas en juin. Chiche
a écrit le 29/02/2016 à 10:36 :
Si une bonne fée nous écoute, remplacer compétition par
coopération. Le mot intangible renvoi au sens du "toucher"
mais il ne fait pas "mouche". Nous pourrions subtilement
répondre à Monsieur Macron : si tu ne viens pas à Lagardère,
Lagardère ira à toi. Faire bonne figure par mauvais temps
c'est s'assurer d'être saint d'esprit et l'incarner c'est une
autre paire de manche, c'est pas donné à tout le monde !
Au niveau des affaires, il faut être bon joueur, perdre quelques
sous quand on en posséde beaucoup, parfois cela glace le
sang. Réfléchir aux conséquences, c'est reconnaitre la
véracité de la cause et de l'effet.
a écrit le 29/02/2016 à 8:51 :
On peut au moins faire une chose : annuler complètement les cotisations de chômage des emplois contractualisés en CDI (ne surtout pas le faire pour les CDD et les heures sup) en utilisant le CICE....et par contre faire payer aux entreprises qui licencient un CDI à l'initiative de l'employeur l'équivalent de ce que touche en moyenne un chômeur dans ce niveau de salaire (sur la période moyenne où il reste indemnisé).
a écrit le 29/02/2016 à 6:24 :
A force de vouloir remplir une coupe de liquide elle finit par déborder.
Notre gouvernement est tellement sur de lui qu'il n'a pas arrêter ces dernières années à nous asséner qu'il avait forcément "la solution".
Le résultat est bien là, faible hausse des salaires quand ce n'est pas le gel, au bénéfice de l'offre et non de la demande. En sacrifiant l'un pour l'autre HOLLANDE s'est trompé, il fallait agir sur les 2 fronts. Le résultat est donc économiquement déplorable avec un déficit de l'ordre de 72 milliards d'euros, une dette qui continue d'augmenter et un chômage qui s'est envolé.
HOLLANDE a échoué et ce n'est pas les14 prochains mois qui lui permettront de ramener le chômage au niveau de 2012, loin s'en faut hélas !
HOLLANDE NE DOIT PAS SE REPRESENTER tout comme SARKOZY. Ces personnes ont échoué et n'ont pas les réponses à nos problèmes, d'ailleurs ils ne proposent rien de neuf ou plus grand chose.
Pourtant notre pays a les capacités à se rétablir.
La réforme de la tva :Appliquer la tva 2.1 sur tout les actes médicaux y compris les visites médicales, une tva à 5.5 sur les assurances et permettre la déduction de celle-ci par les professionnels de santé ou compagnie d'assurance tout en supprimant parallèlement la taxe sur les salaires (simplification de la législation fiscale)
Supprimer la tva déductible sur les carburants, les frais de déplacements de restauration, de réception
Passer le taux normal de tva de 20 à 22 %
Augmenter la tva sur la restauration et le btp de 10 à 22 %
Cette hausse de tva doit être faite en parallèle à une baisse des cotisations sociales des salariés et entreprises
Supprimer plus de 40 % des niches fiscales qui ont été listées par la cours des comptes et l'igf qui les ont jugé inutile ou à effet d'aubaine
Conditionner les aides sociales, fiscales selon leur niveau de revenu pour les particuliers et demander leur remboursement au niveau des distributions pour les entreprises
Baisser le train de vie de l'état (fin des avantages accordés aux ministres et présidents qui ne sont plus en fonction)
Réduire le nombre de député et sénateur
Réduire le nombre d'agence qui collectent les nombreuses taxes sensées aider les filières professionnelles dont une grande partie de cet argent part on ne sait plus trop où !
Réduire les effectifs de la fonction publique grâce à une simplification des la législation sociale, fiscale etc...
Interdire tout dépassement d'endettement pour les collectivités territoriales, supprimer les comptables du trésor qui font doublon (compta tenu par le personnel des collectivtés visé par les agents du trésor (devenu dgfip)
Recentrer les moyens de la formation professionnelle sur les chômeur
Recentrer les aides sur les pme et toute petite entreprise par un fonds de garantie des prets
Supprimer les charges sociales sur les 2 premières années d'un salarié embauché lors de la création de son poste
Limiter l'usage des stagiaires dans les entreprises qui ont un recours systématique et étendu à ceux ci
Limiter la durée du statut d'autoentrepreneur à 2 ans et les soumettre à la tva (fin de la franchise en base et du régime micro tva)
Imposition des entreprise étrangère effectuant des vente en ligne avec livraison sur le marché français. (bloquer le site de vente de ces entreprises si elle ne déclare pas leur activité à la DRESG)
bref la liste est longue et on doit croire à notre potentiel sinon autant tout faire péter !
Réponse de le 02/03/2016 à 17:52 :
On peut toujours rêver, mais avec vos propositions c'est toute la classe politique qui va se mettre en gréve...;)
a écrit le 28/02/2016 à 21:47 :
il n'existe pas déjà ce modéle social qui profite aux hommes ?
Moi je pense que oui.
Il est même coûteux à financer...
Les Chinois sont fiers de travailler contrairement à certains salariés Français.
Réponse de le 28/02/2016 à 22:01 :
Vous travaillez pas avec les Chinois et donc vous les idéalisez ça se voit. Ils sont en fait peu impliqués dans leur entreprise et apres 17h il ne reste plus que le personnel de ménage.
a écrit le 28/02/2016 à 19:01 :
"Intangible"

En général quand un politicien se met à marteler un nouveau mot c'est jamais bon pour le peuple. A défaut de fond on enrichi la forme.
a écrit le 28/02/2016 à 18:51 :
Oui c'est vrai , on en a mare des syndicats , il faut liberaliser le travail :
Pour etre competitif face aux chinois doivent accepter comme paiement : le bol de riz , la semaine de 60 heures , dormir sur son lieu de travail ,3 jours de congé (pas payé par an) plus c'est pas bien vu par le chef! , bref uen vrai avancé.
Et les patrons le disent , la il seront compétitif et il pourront créer des emplois en France ,miracle non!!
Ce qui est le plus marent dans cette histoire , ces que la pluspart des gens qui critique notre systeme font 35 heures , béneficie de la sécu , des congés payés et des allocations chomages....
Justement on n'est plus en 1936 mais en 2016 , et il me semblait que la marche du temps faisait que l'on allait vers un mdoéle social qui profitait aux hommes (et pas qu' à une seul!!)....
Les chinois et autres pays de se genre (inde , bresil , etc...) n'ont pas encore eu leurs 1936 , patience...
a écrit le 28/02/2016 à 17:26 :
Nos Syndicats Français pensent à tort que nous somme toujours en 1936.
Leur programme c'est d'être toujours opposé à ce que propose le monde politique.
Réponse de le 28/02/2016 à 19:05 :
tout à fait ils ne se rendent pas compte que ce comportement ne correspond plus aux nouvelles donnes de notre pays
Réponse de le 01/03/2016 à 17:06 :
je comprends pas pourquoi le gouvernement subventionne ces syndicats puisqu'ils s'opposent toujours a lui...

Jeu de dupes?????

Je voterai desormais Bayrou, il a l'avantage de n'avoir aucune chance d'etre elu. Je ne serai ainsi pas decu.
a écrit le 28/02/2016 à 13:35 :
Ok mr macron rendez-vous le 9 mars pfffff
a écrit le 28/02/2016 à 12:37 :
Pour rappel, le salaire minimum en Europe est de UN à NEUF. Vous voulez de la croissance : relevez les salaires.
Réponse de le 01/03/2016 à 17:12 :
donnez-moi 20 Terres et je pourrai permettre a tous les humains de vivre comme les occidentaux.

Corollaire: vasectomie automatique après 2.1 enfants.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :