Loi Travail : Manuel Valls ira "jusqu'au bout"

 |   |  363  mots
Manuel Valls estime que le recours au 49-3 n'est pas le sujet principal de la loi Travail.
Manuel Valls estime que le recours au 49-3 n'est pas le sujet principal de la loi Travail. (Crédits : POOL)
Le Premier ministre a jugé que la réforme du travail présentée par Myriam El Khomri était "utile". Il estime que cette loi est "un message de confiance aux entrepreneurs et aux salariés".

Le Premier ministre Manuel Valls a martelé mardi sa volonté de "convaincre" les Français et les parlementaires que la réforme du droit du travail, décriée à gauche et par les syndicats, était "utile" pour lutter contre le chômage.

Interrogé sur RTL sur l'éventualité d'un recours au 49-3 pour faire passer le projet de loi de la ministre du Travail Myriam El Khomri, Manuel Valls a jugé qu'il n'était "pas sûr que ce soit la question essentielle".

"J'irai jusqu'au bout", a répondu le Premier ministre à un auditeur de la radio, chef d'entreprise, qui lui demandait s'il résisterait à la "pression sociale" pour l'adoption de ce texte très critiqué à gauche et par les syndicats.

Une réforme "utile"

Le texte a été "arbitré", envoyé au Conseil d'Etat, va passer au conseil des ministres le 9 mars, avant d'arriver à l'Assemblée, où "le débat va se poursuivre" à partir du 4 avril, a-t-il rappelé. Et il a de nouveau assuré : "Moi, je veux convaincre d'abord les Français" mais aussi les parlementaires que "cette réforme est utile". Il a indiqué qu'"il y aurait des amendements" à l'occasion du débat parlementaire.

"Pourquoi préjuger de l'intelligence collective", a demandé le Premier ministre, en appelant à un débat "serein" et en souhaitant que l'on soit "capable de dépasser les clivages traditionnels".

Cette loi est "un message de confiance aux entrepreneurs et aux salariés", a-t-il estimé, en démentant qu'il s'agisse de "sacrifices" imposés aux salariés.

Des dispositions qui font polémiques

Le projet de loi El Khomri prévoit notamment la primauté des accords d'entreprises en matière de temps de travail, la possibilité de référendums pour valider des accords minoritaires, une sécurisation juridique du licenciement économique pour les entreprises, des indemnités prud'homales plafonnées en cas de licenciement abusif et un recours facilité au forfait-jour dans les petites entreprises.

Côté sécurisation des salariés, il crée le Compte personnel d'activité (CPA) pour attacher une série de droits sociaux (formation, pénibilité) à la personne, et non au statut, et instaure un "droit à la déconnexion".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2016 à 11:48 :
Partant de ce principe et vu ce code, le bout ressemble à mai 2017... Remarquez si le PS ne se présente pas, c'est l'UMP qui sera content... Mais avec un peu de chance, le FN dépassera les 50% histoire qu'on puisse enfin rire durant 5 ans...
a écrit le 24/02/2016 à 9:29 :
eh eh eh ...Rebsamen ...l'a jouée fine ...en démissionnant ? non ?
a écrit le 23/02/2016 à 22:14 :
Valls dit que cette loi est un « message de confiance aux salariés ». Ah bon ? J’aurais plutôt parlé de doigt d’honneur bien profond ou d’insulte. Cet homme n’a aucune vergogne.

En tant qu’entrepreneur ou patron, je vois très bien ce que j’ai à gagner. Le salarié n’est plus qu’un kleenex à mon service.

En revanche, en tant que salarié, il va falloir qu’on m’explique.

En fait, c’est tellement écœurant que même en tant que patron, je m’inquièterai. Qui va acheter mes produits, avec la précarisation et l’appauvrissement généralisé des salariés qui s’ensuivra ? Comment pourrais-je trouver des salariés motivés alors que ce sera la peur et la menace qui les conduira au travail ?
Réponse de le 24/02/2016 à 11:51 :
Personnellement ce qui m'inquiète le plus c'est que je ne vois pas comment un salarié va pouvoir finir sa vie en France... Après avoir incité les riche à aller vivre en Belgique, Luxembourg... voila que le gouvernement OBLIGE les anciens travailleurs à quitter la France...
a écrit le 23/02/2016 à 21:43 :
Ce gouvernement est à la botte de gattaz qui n'est pas une lumière. Surprenant pour valls qui a tant d'ego.
Pour les salaries du privé, c'est retour vers germinal, dans les mines, tandis que les bobos fonctionnaires sont les nouveaux aristocrates intouchables. Si la gauche hollandienne-vallsienne-macronienne voulait perdre les elections elle ne s'y prendrait pas mieux. C'est un boulevard pour Juppé et MLP.
a écrit le 23/02/2016 à 19:29 :
Les français sont représentés par des élus. Dans une démocratie c'est de moins en moins clairs. Nous sommes des citoyens français et nous voudrions que notre pays se relèvent économiquement avant les futurs rendez vous politiques!!!!!!
Réponse de le 24/02/2016 à 11:55 :
Pour avoir un choix de représentant, il faudrait avoir un choix d'élus et non un choix de partie avec une politique commune...
a écrit le 23/02/2016 à 19:08 :
Vivement 2017 pour qu ils partes Valls Hollande sapin Ségolène est autres ?
Réponse de le 24/02/2016 à 11:57 :
Pour que qui les remplacent? DSK serait bien, mais... Quand au FN se serait excellent pour avoir un choix en 2022 mais sa nous ferait 5 ans de plus à attendre... Comme sa fait déjà 22 ans qu'on attend on est plus à 5 ans près vous me direz...
a écrit le 23/02/2016 à 16:00 :
Valls doit secouer les français,trop frileux et conservateurs.Hollande assurera une synthèse en arrondissant les angles.l'équipe idéale
Réponse de le 23/02/2016 à 17:17 :
Aucun soucis vous allez perdre les élections pour vous la traversée du désert le ps ,nous les jeunes
Réponse de le 24/02/2016 à 11:58 :
Quand je vois où on va et la direction que nous imposent les politique de droite et de gauche, je suis surtout presser de connaitre un nouveau "mai 68"...
Réponse de le 24/02/2016 à 12:00 :
Avec cette politique, Valls, Hollande et les autres ont tous leur chance à la primaire des républicains !
a écrit le 23/02/2016 à 13:10 :
Valls a raison quand il dit que certains sont encore au XIXiè siècle. Il n'y a qu'a regarder le modèle social qui se bâtit en Grande-Bretagne actuellement, c'est très exactement le cas ! Et bientôt, avec ce genre de loi, ça va être la même chose en France !!
a écrit le 23/02/2016 à 13:02 :
ce n'est pas le travail qu'il faut reformer
mais bien la constitution
qui a force de platrage devient ingerable
et n'oublier pas les politicarts eux ne se reforme pas
au contraire il vote des loi pour interdire le cumule
et profite de plus en plus des dates repousser au calandre grec
a écrit le 23/02/2016 à 12:53 :
dans la constitution la petition a force de loi
mais sera ignore par la hollandie
le regime plus proche de la dictature que de la democratie
vous savez celui qui a ete elu par defaut de candidat
celui qui se dit de gauche et qui plus proche de la droite intransigeante
Réponse de le 23/02/2016 à 13:14 :
Une pétition, fait force de loi...Dans la constitution française? J'aimerai que vous étayez un peu plus votre affirmation!Pour voir...
Cet état serait sous le joug d'une dictature? Parlez-en aux Coréens du nord, ça risquerait de les distraire...L'espace d'un instant!
a écrit le 23/02/2016 à 12:02 :
Rappelez moi un détail... j'ai un doute... Personne n'a voté pour Valls... c'est l'anti-démocratie par excellence.
C'est un coup d'état, ce mec.
a écrit le 23/02/2016 à 11:42 :
Que l'état continue de taper les salariés. Cela a été tellement productif jusqu'à présent... Si on use du bâton sans la carotte, on ne fait pas avancer la bête. Au contraire même, elle se retourne contre son maître, d'où le climat de défiance actuel. Le vrai pourvoir appartient au salarié, avec sa capacité de production et son pouvoir d'achat.
Réponse de le 23/02/2016 à 12:23 :
Ca existe encore des salariés?
La capacité de production est en Chine....au moins encore.
Et beaucoup de salariés achètent des produits made in PRC...
Réponse de le 23/02/2016 à 13:19 :
@pat
Sur 66 millions d'habitants en France, 66 % sont en âge de travailler (15-64 ans) soit 43 millions.Le taux d'activité étant d'environ 70 %, la population active occupée représente environ 30 millions de travailleurs. Entre 1970 et 2011, la population active employée (salariée et non salariée) est passée de 21,5 millions à 26,3 millions.Et au cours de ces vingt dernières années, la population active non salariée (indépendants, professions libérales) a globalement diminué , 2,5 millions
a écrit le 23/02/2016 à 11:31 :
Loi ou pas loi, ce n'est pas ce qui changera la donne en matière d'emploi. Ca permettra aux entreprises de faire des économies, mais elles ne créeront pas d'emploi parce qu la croissance n'est pas là. On peut donc s'attendre à ce que les entreprises demandent toujours plus de flexibilité, de baisses de charges, d'impôts ...Toujours plus de dérégulation, une politique de l'offre constante,en gros, l'application généralisée des idées néo-libérales. Elles ont raison de demander puisqu'on leur donne, mais en même temps, elle creusent un fossé dans la société qui s'agrandit tous les jours. Et tout fossé qui s'agrandit trop, finit par s'ébouler.
Réponse de le 24/02/2016 à 10:17 :
Déjà donnons à choisir entre baisse de charges et flexibilité et ne donnons pas les deux en même temps...pour commencer.
a écrit le 23/02/2016 à 11:27 :
On retrouve dans les réactions à ce projet de loi tout ce qui fait de la France le pays du chômage de masse et du dialogue social digne d'une guerre des tranchées.

Bref les freins à main de la France vont s'en donner à cœur joie pour tout bloquer j'espère que le gouvernement tiendra bon pour changer les choses.
Réponse de le 23/02/2016 à 22:58 :
Le frein à main de la démocratie c'est la mondialisation néo libérale. Ce sera bientôt le TAFTA. Ne vous réjouissez pas trop quand même , sans démocratie réelle, c'est la violence qui s'installe.
Réponse de le 23/02/2016 à 22:58 :
Le frein à main de la démocratie c'est la mondialisation néo libérale. Ce sera bientôt le TAFTA. Ne vous réjouissez pas trop quand même , sans démocratie réelle, c'est la violence qui s'installe.
a écrit le 23/02/2016 à 11:21 :
FAIRE VOULOIR VOTEZ DE FORCE UNE NOUVELLE LEGILATION PARS DE GENS QUI NE CONNAISENT L ENTREPRISE QUE PAR LES SIRENES PATRONALES ET UNE ABERATION? J ESPERE QUE CES TEXTES SERONT DETRICOTE PARS LES VRAIS ELUES ET LES SYNDICATS DE GAUCHES? ON VERRAS APRES CE QU IL RESTE DE CE BEAU PROJET PATRONAL? ? ON N HABILLE PAS PIERRE EN DESABILLENT PAUL? AU LIEU DE CHERCHER QUE DES ENTREPRISES S INTALLENT EN FRANCE SES M R PREFERENT S EN PRENDRE A LA CLASSE OUVRIERE C EST TELLEMENT PLUS FACILE???
Réponse de le 23/02/2016 à 12:23 :
Pour que des entreprises S installent ! Il faut des règles claires et un coût du travail acceptable dans la compétition mondiale ! Et deux supprimer le plus stupide des impôts L Isf
Réponse de le 23/02/2016 à 13:33 :
@Lheritier
"et un coût du travail acceptable dans la compétition mondiale ! "
Combien ?

Ou alors un moyen plus simple, éviter tous les métiers en compétition mondiale , pour soi et ses gosses bien sur ,certaines classes sociales l'ont bien compris.
a écrit le 23/02/2016 à 11:04 :
Cette loi est profondément inégalitaire, casse l'équilibre créé ces 40 dernières années dans la relation employeur/employé qui est par nature déséquilibrée au profit de l’employeur. De plus elle contrevient aux plafonds européens en terme de temps de travail et va à l'encontre du dialogue social et de la négociation.

De plus imposer aux salariés des heures supplémentaires non indemnisées ou peu indemnisé ne résoudra en rien le problème du chômage.

Au sein de cette loi la seule chose qui est constatée par tous les économistes c'est qu'elle conforte les employeurs, déséquilibre la relation employeur-employé, empêche le dialogue social et détruit le syndicalisme en proposant de s'en passer. Pire elle institue l'employeur en tant que grand gourou décideur et régent de la vie du salarié qui peut se voir imposer une baisse de salaire même si l'entreprise se porte bien, peut se voir imposer des heures supplémentaires même si il ne le souhaite pas et peut subir l'obligation de travailler 60h par semaine ce qui contrevient de fait aux lois sur le repos dominical et le repose quotidien obligatoire. Sans parler des impacts familiaux, des frais de gardes à la charge du salarié pour ses enfants, de l'impact sur la santé des salariés etc ... .

Cette loi est une infamie qui remet en cause toutes les avancées sociales depuis la fin de la guerre. Même la droite n'aurait pas pu penser un projet aussi extrémiste.

Au lieu de réformer la formation et l'éducation nationale qui sont les véritables clés contre le chômage (avec un salarié sur deux sans diplôme ni qualification en France le constat est sans appel), on préfère déstructurer le cdi et les règles de travail qui fonctionnent depuis 40 ans tout cela pour faire plaisir au patronat alors que l'on sait pertinemment que cette loi n'aura aucun effet sur l'emploi.

Le chômage français n'est pas conjoncturel mais structurel car les chomeurs ne sont pas formés ou à la marge, il n'y a pas assez de création d'entreprises, les startup innovantes quittent le pays après avoir eu leur financement de démarrage pour les USA ou l'Irlande, les usines ont été massivement robotisées ce qui bien entendu supprime des emplis manuels, les entreprises ont été massivement informatisées ce qui supprime bon nombre de postes administratif (une assistante aujourd'hui effectue grace l'informatique le travail de 15 secrétaire il y a 40 ans donc les gains de productivités sont clairement au rendez-vous).

Paradoxalement nous sommes un des rares pays ou nous n’investissons pas dans la croissance verte et ou le nombre d'écoles et université formant à ces nouveaux métiers est ridiculement bas. Idem pour la robotique ou les quelques écoles de renom française accueille un nombre très limité d'étudiant, il en va de même dans le jeu vidéo ou encore dans l'électronique.

Pire encoe la France ne compte plus qu'un seul constructeur de supercalculateur et ne compte aucun industriel spécialisé dans la conception de baies de stockage de données alors que le marché mondial explose. Nous achetons tout aux USA et à la Chine.

Il y a de nombreux relais de croissance mais nos dirigeants n'ont aucune connaissance technologique, en dehors de pondre des lois inutiles, parfois dangereuse et souvent imbéciles comme dans le cas présent il ne comprennent rien au monde d'aujourd'hui. Pourtant le métier de futurologue est répandu dans de nombreux gouvernements mondiaux et la France compte un nombre acceptable de think-tank scientifique et technologique qui ne sont JAMAIS consultés.

Bref, une loi inapte, un travail de fond sur les véritables blocages de l'économie inexistant et bien entendu des débats partisans qui servent des corporatismes déjà bien trop puissants et empêchant la modernisation de la nation au profit de leur petits calculs personnels. Décidément De Gaule doit se retourne dans sa tombe ... .
a écrit le 23/02/2016 à 10:01 :
Cette excellente loi ne passera pas, la gauche comme la droite la trouve... Trop libérale!! On croit rêver! Pauvre France!
Réponse de le 23/02/2016 à 13:26 :
Es-tu au moins concerné par le sujet avant d'invoquer l'excellence de cette loi ?
a écrit le 23/02/2016 à 9:48 :
Loi Travail Public : Manuel Valls n'ira pas "jusqu'au bout" par manque de courage ! Tellement plus facile de réformer le privé ainsi va la France dans son déclin ruiné par l'état et ses administrations publiques...
Réponse de le 23/02/2016 à 11:32 :
effectivement les six millions de fonctionnaires avec leur très faible productivité et absentéisme récurent auraient besoin d'une grande réforme du travail
Réponse de le 23/02/2016 à 13:28 :
@

"Tellement plus facile de réformer le privé "

En même temps, le chômage vient principalement de la , non ?
Réponse de le 24/02/2016 à 12:17 :
Jusqu'à preuve du contraire la loi s’applique à tous. Plus au privé qu'au public? Ca fait des années que les petit personnel du public font des services de permanence. Pourtant leur indemnités pour ces permanences sont ridicules, là on ne fait que mettre celle du privé à l'égalité du public. Plus qu'à créer pour le privé des CDI avec imite d'^ge histoire de vous virer à 50 ans et on sera en toute égalité. Pour le calcul de la retraite j'aime autant que ça reste comme actuellement car être calculée sur les 6 derniers moi ne m'intéresse pas vu le nombre de prime non prise en compte...
Si devenir fonctionnaire vous intéresse, les service de défenses n'ont jamais autant recrutez, courrez !
a écrit le 23/02/2016 à 9:40 :
J en suis sur !!
Il ira jusqu'au bout du renoncement pour garder son poste et se positionner pour les élections présidentielles du futur.

Il n'a rien changer à 18 mois et va continuer à faire le malin avec des initiatives pour prouver qu'il réforme et sur le fond aucune réforme pour ne fâcher personne
Le peuple s'en apercevra t'il pas sur !!!
Réponse de le 24/02/2016 à 12:26 :
Si le peuple s'en rend compte? Quand Valls été au ministère de l'intérieur, la plupart des français ne se rendaient pas compte du vent qu'il produisait. Ils ignoraient même les pierre qui passait près de sa tête dans les cités sécurisé (comme Sarkozy avait fait pour être élu en 2007). A cette époque il y aurait eut des élections, la majorité aveuglé aurait voté pour lui. Mais aujourd'hui (sont égo l'aillant obligé a accepté le poste de 1er ministre) il n'a plus aucune chance d'être élu. Les citoyens le vois comme il est. D’ailleurs c'est ce que Chirac aurait dû faire et mettre Sarkozy premier ministre histoire que les Français ne face pas l'erreur de 2007...

Maintenant la véritable question n'est plus que de savoir qui se présentera en 2017 et si le FN passera le second tour en 2017 ou si il le fera plus tard a cause de l'inaptitude à la politique de nos élus des 20 dernières années.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :