Bandeau Présidentielle

Mais si, Pôle emploi a bien travaillé affirment l'Igas et l'IGF

 |   |  401  mots
Le rapport IGF-Igas salue notamment la mise en oeuvre du nouveau parcours du demandeur d'emploi avec un redéploiement de moyens au profit de ceux qui en ont le plus besoin.
Le rapport IGF-Igas salue notamment la mise en oeuvre du nouveau parcours du demandeur d'emploi avec un "redéploiement de moyens au profit de ceux qui en ont le plus besoin". (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Une fois n'est pas coutume, l'agence chargée de la prise en charge des demandeurs d'emploi reçoit des compliments tant de l'Inspection des finances que de celle des affaires sociales.

Pôle emploi a pour l'instant satisfait aux objectifs de réformes fixés pour 2015-2018, selon un rapport d'évaluation publié lundi par l'Igas et l'IGF, qui souhaitent que l'opérateur continue de faire progresser l'accompagnement intensif et le conseil aux entreprises.

L'Inspection générale des finances (IGF) et celle des affaires sociales (Igas) étaient chargées d'évaluer à mi-parcours la convention tripartite signée entre Pôle emploi, l'Etat et l'Unédic, qui a tracé une feuille de route pour la période 2015-2018.

"Des améliorations rapides sont à portée de main"

La mission IGF-Igas porte un regard "nettement positif" sur la mise en oeuvre par l'opérateur des engagements pris, et considère que des "améliorations rapides sont à portée de main pour consolider et amplifier les effets des réformes engagées".

Le rapport salue notamment la mise en oeuvre du nouveau parcours du demandeur d'emploi avec un "redéploiement de moyens au profit de ceux qui en ont le plus besoin", et note que "le temps consacré au suivi et à l'accompagnement personnalisé a continué d'augmenter en 2016, dépassant l'objectif fixé".

La satisfaction des employeurs en augmentation

Le développement de l'offre de services aux entreprises avec ses 4.300 conseillers dédiés "se traduit par une meilleure visibilité auprès des employeurs et une augmentation de leur satisfaction", poursuit-il.

Sur les indicateurs de suivi, les résultats sont en "nette amélioration", avec "12 indicateurs sur 14 ayant atteint l'objectif fixé", rappelle la mission. Elle note que le taux de satisfaction des demandeurs d'emplois, qui était de 64,1% en 2016, soit en-dessous de la cible fixée à 67%, a nettement progressé en février 2017 en atteignant 71,3%.

Relations de confiance avec les PME et TPE, accessibilité numérique...

Les deux inspections soulignent aussi la "progression" de Pôle emploi en matière d'indemnisation, puisque "plus de 94% de demandeurs d'emploi ont obtenu leur premier paiement dans les délais en 2016".

Pour les deux inspections, Pôle emploi devra, en 2017, continuer à "faire évoluer les pratiques des conseillers", en consacrant "plus de temps pour l'accompagnement personnalisé", et en renforçant la "personnalisation du suivi de l'indemnisation".

Elles souhaitent que l'opérateur "approfondisse la relation de confiance avec l'ensemble des entreprises sur les territoires, en particulier en personnalisant les services proposés aux PME et TPE".

Sur le numérique, elles prônent une "attention particulière pour l'accessibilité à l'ensemble des services".

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2017 à 13:07 :
Désolée, mais j'ai plus de mal à trouver des offres d'emploi avec le nouveau moteur de recherches d'offres, lancé le 21.03. Il est devenu très restrictif... J'ai beau taper le mot clé "Assistant" avec un seul lieu maintenant (alors qu'avant, on pouvait mettre plusieurs lieux!!) il n'y a rien qui s'affiche. Avant, c'était possible d'avoir plein d'offres selon différents secteurs d'activité, juste avec ce mot clé...
a écrit le 20/03/2017 à 21:29 :
"Mais si" c'est quoi ce ton condescendant ? Le journaliste qui a écrit ce titre malvenu sait que 50000 agents gèrent des vies brisées ou abîmées tous les jours ?
a écrit le 20/03/2017 à 18:06 :
entre administrations publiques et fonctionnaires dans le style Bernard Cazeneuve cireur de pompe "vous avez fait du bon travail" alors qu'ils sont payés pour faire le boulot. L'état et la fonction publique passent leur temps à ceux cirer les chaussures alors que le service public et en pleine déroute du à la faible productivité, absentéisme et au service rendu calamiteux suffit de regarder côté éducation nationale...
Réponse de le 20/03/2017 à 18:35 :
Oui enfin...sauf que le statut de pôle emploi est privé et plus public ! faudrait se renseigner avant de dire n'importe quoi !
a écrit le 20/03/2017 à 17:58 :
Ce qui était souvent reproché à Pole Emploi, par les entreprises, c'est le manque d’analyse des besoins et parfois le manque de sélectivité au niveau des candidats. Pas spécialement la sélection par les diplômes, mais en réalisant un travail de sourcing, comme le font les cabinets RH. En se basant également sur l’expérience des candidats, ou sur les dénominateurs communs entre métiers, permettant une certaine polyvalence et portabilité.
L'usage des code métier ou code ROME (Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois) est trop restrictif par rapport au parcours des candidats et aux besoins des entreprises. C'est bon pour les stats et encore, il serait intéressant de savoir quelle pourcentage de la population active rentre dans ces "cases", trop nombreuses.

D'ailleurs le nouveau moteur de recherche Pôle Emploi est beaucoup moins restrictif; à l'image de ce que font ses concurrents du Web.

Il fut une époque ou les agences disposaient de conseillers spécialisés dans un secteur d'activités, ce qui leur permettait de suivre l’évolution de l’économie des entreprises. Certes il y a toujours les études sectorielles, mais cela n'indique pas quelle PME ou PMI va recruter dans un secteur économique et de quels profils professionnels elle aura besoin.
A la base, ce n'est pas le demandeur d'emploi qui crée l'emploi, mais l'entreprise, ou la collectivité ou un groupement...

Il est évident qu'il faut surtout se consacrer et faire progresser les moins qualifiés.
Mais, il ne faut surtout pas aller trop vite ou trop loin dans la suppression des relations humaines, on ne pourra jamais remplacer pôle emploi par l’Insee. Et si on peut éviter les labyrinthes ou les boucles kafkaïennes, ça ne produit rien, à part des égarements.

Côté administratif, on n'en est pas encore à la gestion de carrière en ligne, ou à la possibilité d'obtenir les historiques inter régions, des relevés pour la retraite, etc... Certes, il y a eu tellement de réformes et de "de-réformes" du système d'assurance chômage, que parfois il faut quasiment des enquêtes ou des expertises pour s'y retrouver....
a écrit le 20/03/2017 à 16:23 :
Bref pôle emploie n'est plus là pour servir le chômeur elle est là pour servir l’employeur.
Du coup alors que le chômage ne cesse de monter on félicite pôle emploie et ses stages qui ne servent à rien, ses conseillers venant du privé qui sont sans cesse en retard au mieux et ces boites de sous traitance privées qui sont à la limite de l'escroquerie organisée, tant que les employeurs sont contents que l'on y détourne massivement l'argent public ne les dérange pas.

Au secours.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :