Manuel Valls apostrophé par les producteurs au salon de l'agriculture

 |   |  485  mots
Manuel Valls a été bien reçu par les agriculteurs contrairement à François Hollande.
Manuel Valls a été bien reçu par les agriculteurs contrairement à François Hollande. (Crédits : POOL)
Le Premier ministre est arrivé très tôt ce lundi matin au salon de l'agriculture, deux jours après la visite agitée de François Hollande. Interrogés par l'AFP, des producteurs ont expliqué vouloir "l'apaisement". Un éleveur a toutefois interpellé Manuel Valls en affirmant qu'il était "le pantin de l'Europe".

Le Premier ministre français Manuel Valls est arrivé au Salon de l'agriculture, lundi peu avant 07H00, et a été accueilli dans le calme par des éleveurs soucieux de le sensibiliser à la grave crise du secteur.

Deux jours après une visite mouvementée du président François Hollande, M. Valls a d'abord salué le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll et le président de la FNSEA, le principal syndicat agricole, Xavier Beulin.

Un lien entre "le terroir et la société"

Puis le chef du gouvernement s'est rendu au stand des bovins où trônait, comme chaque jour, la mascotte du Salon, Cerise, une vache bazadaise, et s'est lancé dans une discussion avec des éleveurs dont un béret vissé sur la tête. M. Valls a estimé qu'en France, "la crise est plus profonde parce qu'il y a ce lien entre le terroir et la société".

Voyant Cerise qui s'agitait, Stéphane Le Foll a plaisanté à l'adresse du Premier ministre: "c'est son côté espagnol", a-t-il lancé, ce à quoi M. Valls a répondu: "c'est qu'elle t'a reconnu".

Aucune huée ni sifflet contrairement aux remous qui avaient ponctué samedi la visite du président Hollande, copieusement hué par une foule d'éleveurs en colère.

"On veut faire passer le grand cri de détresse des éleveurs dans les campagnes", a expliqué à l'AFP José Baechler, un éleveur du Lot-et-Garonne qui devait participer ensuite à un petit-déjeuner avec le Premier ministre.

Les agriculteurs "veulent l'apaisement"

Interrogé sur l'accueil prévu pour M. Valls, l'éleveur a souligné que les producteurs "veulent l'apaisement" mais souhaitent que leurs "propos soient entendus".

"Le problème (de vente sous les coûts de production, NDLR) récurrent depuis quelques années atteint maintenant un niveau vraiment insupportable", selon José Baechler, qui a jugé insuffisantes les annonces d'aides faites jusqu'à présent.

Les éleveurs attendent "des prix rémunérateurs", il faut que le lait soit payé par les laiteries au minimum à 350 euros la tonne (35 centimes le litre contre 30 voire parfois 27 actuellement), et "pour bien réinvestir, il faudrait avoisiner les 400 euros", a-t-il estimé.

Interpellé sur l'Europe par un éleveur

"Vous êtes les pantins de l'Europe", a lancé un éleveur au Premier ministre Manuel Valls, venu lundi visiter le Salon de l'agriculture, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"On a l'impression d'être abandonnés", a lancé à l'adresse du Premier ministre Claude Duval, installé depuis 1973 et qui possède 100 vaches laitières. Ce à quoi M. Valls a répondu: "on est conscients de vos problèmes".

"Il y a une prise de conscience, je pense, de la gravité de la crise", a souligné M. Valls. Pour lui, il ne peut toutefois pas y avoir de crise de confiance en Europe sur ce sujet-là. "Les deux premiers piliers de l'Europe, c'était l'acier et l'agriculture. Il ne faut pas que ce pilier-là s'effondre".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/02/2016 à 16:52 :
Le métrez la porte ce petit orgueilleux de premier ministre du nul ?
Réponse de le 01/03/2016 à 7:25 :
Remercions Hollande de l'avoir mis 1er ministre autrement comme Sarkozy en 2008 il se serait présenté à la présidentielle 2017...
a écrit le 29/02/2016 à 16:38 :
Bravo les agriculteurs vous l'avez bien jugé.
a écrit le 29/02/2016 à 16:36 :
Bravo les agriculteurs vous l'avez bien jugé.
a écrit le 29/02/2016 à 15:58 :
Trouver une table ronde et des chaises et ça y est le Fol est dans l action . Pour le verbatum il sont fort pour la prise de décision ils sont plus flous .
Parait il qu ils ont découvert que le commissaires européens de l agriculture était ultra libéral et personne en 4 ans ne s en était aperçu , qui dit mieux ?
a écrit le 29/02/2016 à 12:34 :
Les pauvres agriculteurs, dopés aux subventions sur le dos des français sans que le moindre média ne fassent le bilan de ce qu'ils touchent.
Et pourquoi les agriculteurs allemands, hollandais, Belges, Danois n'ont pas de problèmes.
Mais si les prix ne sont pas compétitif avec les prix allemands les industriels iront cherché le lait en Allemagne, sinon ce sont eux qui couleront.

Et c'est bien connu, les Allemands, les Danois, les Belges, les Hollandais ne respectent aucune norme environnementale.

Et pour finir, cela n'a pas dérangé les agriculteurs d'acheter des télévisions fabriquées en Chine, en coulant sans vergogne l'industrie de la télévision en FRANCE. Et ce n'est qu'un des multiples exemples, du : le libéralisme quand je veux et où je veux.
Réponse de le 01/03/2016 à 19:07 :
c'est mieux effectivement en le disant ...
moi , ce qui me surprend , c'est que l'on puisse ecrire que
" les eleveurs perdent 6000 euros / semaine " ...et que personne ne réagisse !
car , 6000 euros / semaine , celà fait 300.000 euros / an ...alors , quand ils ne perdent pas : combien gagnent ils ?
d'autre part , pourquoi ne pas faire la difference entre fermiers ( ce que tous les français connaissent ) et agriculteurs ( c'est à dire entreprises agricoles ) ?
je serais surpris qu'il y ait cette semaine beaucoup de fermiers à Paris ...vu le cout du voyage et d'une semaine de sejour parisien ... .
a écrit le 29/02/2016 à 12:34 :
C'est le mal de la France incapable de pouvoir concurrencer économiquement les pays même où les salaires sont équivalents. Pour les politiques, le choix semble douloureux soit abandonner une partie du modèle sociale pour rester dans une Europe et un monde d'économie libérale, soit le conserver mais alors fermer ses frontières et vivre en dehors de l'Europe. En tout cas si on continue comme ça on va droit dans le mur.
a écrit le 29/02/2016 à 11:57 :
Gonflés les paysans. Ce sont eux qui touchaient le plus d'aide Européennes. Avant on pouvait le consulter sur internet. Ils ont fait en sorte que ce ne soit plus public. Un peu comme nos élus avec leur patrimoine.......
Réponse de le 29/02/2016 à 19:51 :
J'ai un ami agriculteur ou en ce moment il perds 2000 euro par mois depuis 1 ans mais bien sur il a touché l'aide européenne mais c'est vraiment minable c'est à peine 1000 euro pour 1 an donc je pense que c'est bien du foutage de gueule !!!
Réponse de le 01/03/2016 à 19:12 :
reponse à yolan88
il y a , c'est sur , des situations critiques ;
ceci dit , pourriez vous , vous meme , perdre 2000 euros / mois ?
a écrit le 29/02/2016 à 11:43 :
les éleveurs devraient faire attention car si l'Espagnol met sa tenue de matador le salon va se transformer en arène !!
Réponse de le 01/03/2016 à 19:09 :
eh eh ...c'est un catalan ; et en Catalogne les corridas sont interdites ...
a écrit le 29/02/2016 à 11:40 :
"L’agriculture française est donc confrontée à un nouveau et implacable défi : faute d’obtenir la moindre mesure de protection, et faute de pouvoir accroître encore massivement sa compétitivité, elle est désormais dans l’impossibilité de s’aligner sur les autres pays du monde. Sauf si nous consentons à briser notre modèle social et réglementaire pour les harmoniser au niveau des autres.

Très concrètement, cela signifie que l’agriculture et la pêche artisanales françaises doivent, sous peine d’anéantissement, procéder désormais :

à la baisse des salaires. Il faut savoir que la charge salariale représente 75% des coûts de production dans les filières légumes, vins et fruits par exemple, ce qui représente un impact déterminant dans la course à la compétitivité.

à l’abaissement des normes d’hygiène et sanitaires nationales : elles sont nettement plus élevées en France, dans les filières viandes et lait notamment, mais aussi dans la pêche.

à la dégradation des normes environnementales : en règle générale, elles sont plus élevées en France, et dans toutes les filières, que dans les autres pays de l’UE et du monde.

à la poursuite effrénée de l’intensification, en augmentant encore et encore l’utilisation de produits chimiques en agriculture."


http://www.upr.fr/actualite/les-francais-vont-ils-laisser-detruire-lagriculture-francaise-par-christophe-blanc
a écrit le 29/02/2016 à 11:33 :
petit rappel.

Personne n'a voté pour Valls ni Macron.

Que font ils là, à détricoter nos acquis sociaux au profit des 1%?
a écrit le 29/02/2016 à 11:26 :
Les agriculteurs devraient sérieusement se poser la question de ce que leur apporte vraiment la FNSEA. La FNSEA, un marigot où grenouillent gros producteurs, industriels, transformateurs, distributeurs...qui s'entendent et gagnent bien leur vie sur le dos des agriculteurs traditionnels, petits et moyens. S'ils veulent vraiment s'en sortir, il leur faut créer un syndicat à leur service, capable de négocier et de défendre leurs intérêts. Tout cela avant qu'il ne soit trop tard, c'est à dire pendant qu'ils sont encore assez nombreux pour peser d'un poids économique suffisant pour peser sur les décisions des "grenouilleurs de marigot".
Réponse de le 01/03/2016 à 19:21 :
là , vous mettez le doigt sur un point clé ...
comme par hasard , dès qu'il y a les syndicats , la filière coule ...les exemple ne manquent pas , entre le port de Marseille , la SNCM , Goodyear et en cours Air-France , la SNCF ...
et là en plus , la FNSEA est dirigé par leur fournisseur d'aliments ...
qu'ils réagissent , n'ecoute plus leur syndicat , et innovent ;
qu'ils organisent leur propres filière de transformation ( seulement 2 % du lait est revendu après transformation ( fromage par exemple ) ...!
a écrit le 29/02/2016 à 11:24 :
Vu le service d'ordre mis en place pour protéger ce monsieur il ne risquait pas grand chose.Ce qu'il a répondu à son interlocuteur qui le prenait à parti était le blabla traditionnel " on est à votre écoute et on travaille pour faire changer les choses" Cela fait 4 ans qu'ils (le gouvernement et Hollande ) nous chantent le même refrain ' sur l'air de "j'y pense plus j'oublie" .Maintenant des actes ou la porte sans espoir de retour!
a écrit le 29/02/2016 à 11:21 :
"Vous êtes les pantins de l’Europe», a lancé un éleveur au Premier ministre Manuel Valls, venu lundi visiter le Salon de l’agriculture. M. Valls a été accueilli dans une ambiance calme mais tendue dans les différents stands de l’allée centrale. Il s’est arrêté à de nombreuses reprises, discutant avec les agriculteurs, le visage grave."

Deux presses et deux traitements de l' information, j' en conclus que le reporting de l' information est devenu éminemment coloré dans ce pays..

http://www.lesoir.be/1135603/article/actualite/france/2016-02-29/pantin-l-europe-valls-hue-et-chahute-au-salon-l-agriculture-video
Réponse de le 01/03/2016 à 19:25 :
la presse et autres médias ...est ..." en main " ...
vous seriez surpris d'apprendre que , pour Hollande , il n'y a pas eu ...pas eu des cris , mais manifestement ...du crotin ...
maintenant , les " pantins de l'europe " , ce b'est pas Valls , mais,les agriculteurs qui croyent ...leur syndicat .
a écrit le 29/02/2016 à 10:40 :
L' UPR invite instamment le gouvernement et les médias nationaux à prendre acte en conscience de cet état de fait et à s’inspirer du modèle britannique pour redonner vie à la démocratie en France.

Il demande en conséquence que, comme au Royaume-Uni, des débats de fond aient enfin lieu en France entre responsables compétents et sérieux, aux heures de grande écoute, sur le maintien de notre appartenance à l’Union européenne.

L’UPR demande que ces débats ne soient pas, comme à leur habitude, bâclés, caricaturés, dénaturés et réservés en exclusivité au Front National. Tant ce dernier est un parti clanique, qui n’a pas plus le monopole de la critique de la construction européenne que le British National Party, d’extrême droite ne l’a au Royaume-uni, que le FN ne propose d’ailleurs ni la sortie unilatérale de l’UE, ni celle de l’euro, ni celle de l’OTAN, et qu’il s’ingénie à salir ce débat décisif par des « dérapages » savants et des thématiques d’extrême-droite.

Pour un FREXIT décisif et sans davantage perdre de temps, l' urgence est là désormais et concerne tous nos métiers..
a écrit le 29/02/2016 à 10:36 :
Nous perdons environ 9 milliards annuels pour cette Europe ..unie désunie qui nous ruine.. L ' UPR est LE parti à l' avoir chiffré et abordé dans ses campagnes, présidentielles ou régionales..

http://upr24.fr/solde-comptable-des-contributions-des-pays-au-budget-europeen/

Chiffres auxquels s' ajoute le financement caché aux français des rabais européens..

http://www.upr.fr/actualite/scandale-cache-financement-par-la-france-des-rabais-europeens-verses-aux-pays-les-plus-riches

Courage, fuyons cette Union européenne moribonde qui nous ruine, réfléchissons sérieusement à un FREXIT, actons le avec les hommes qu' il faut..
a écrit le 29/02/2016 à 9:59 :
Valls a été clair : il ne demandera rien de plus à l'Europe (Le Foll s'y est fait rabrouer lors de sa dernière demande). Et il ne croit plus à l'avenir du monde agricole ("Les deux piliers de l'Europe, c'étaient...) : => c'est fini, ce n'est plus.
Et comment croire aux représentants de ce monde (Beulin) qui s'affichent en protecteurs du fossoyeur (Hollande) au Salon de l'Agriculture au lieu de soutenir ses électeurs ? Il représente l'agro industrie, par les producteurs de lait ou de cochon. L'avenir des exploitations modestes et moyennes passera peut être par le bio (moins de 5% des productions françaises), la qualité et les filières courtes pour celles qui le pourront.
Réponse de le 01/03/2016 à 19:29 :
bien sur :
revenir aux fermes ( et plus aux entreprises agricoles )...
revoir les filières , et transformer à la base ...
bien sur , faire du bio ...
et , que personne ne dise que c'est infaisable : il suffit de venir voir ce qui se fait en Espagne .
a écrit le 29/02/2016 à 9:01 :
Valls se moque des agriculteurs, plus 600 agriculteurs se suicident acculés par la gestion désastreuse des gouvernements Valls et Valls n'en parle pas,

c'est immonde car il y a 5,6 plus d'agriculteurs morts du terrorisme économique, que de victimes du terrorisme fanatique

le terrorisme économique Valls s'en fou totalement, Valls est méprisant, et d'une hypocrisie absolue

Valls n'a pas l'envergure d'un 1er ministre, aux primaires socialistes il avait été très minoritaire avec 5,6 % des voix au premier tour, c'est à dire "rien du tout, un résultat MéDiOCRE"

comment est-il possible que Hollande ai nommé Valls minoritaire comme1er Ministre ? c'est une incurie totale.

Valls est un double de Fillon, inactifs, incompétents notoires, blablateurs inutiles, fiers à bras,

Valls laissera les mêmes souvenirs que Fillon, des collaborateurs impuissants à agir de Présidents au ordres de la voyoucratie financière.
Réponse de le 29/02/2016 à 9:46 :
Avant de poster des commentaires ridicules pour ne pas dire autre chose, il bon de se renseigner le ministre Français qui a signé la libération des quotas laitiers est Bruno LEMAIRE sous le gouvernement Sarkozy, mais ce n'est rien les agriculteurs voteront de nouveau pour lui, si il se présente aux primaires pour les prochaines Présidentielles, il n'y a rien comprendre ils sont indécrottables, tout comme ils ont élu à la tête de la FNSEA Xavier BELIN le premier producteur d'aliment pour le bétail et acheteur de ce même bétail, enfin n'oublions pas BIGARD qui pratique les plus bas prix d'achat de viande et qui ne veut même pas publier les compte de sa société, il y a du ménage à faire hein!!!!!!!!
Réponse de le 29/02/2016 à 10:56 :
peut être pour Lemaire, mais QUATRE ANS A NE RIEN FAIRE HOLLANDE ET VALLS C'EST PIRE NON?? toujours accuser les autres c'est une maladie chez les socialistes, soignez vous, il faut travailler et arrêter de dire sur les autres, T R A V A I L L E R un mot que les socialosses n'aiment pas. "Propos ridicules"? vous c'est pire c'est diffamatoire sur M. Belin, LUI bosse, vous ? vous accusez tout le monde socialisse, un peu de dignité QUATRE ANS A GLANDER LES GUS du courage socialusse...
Réponse de le 29/02/2016 à 11:37 :
Réponse de Yervillix le 29/02/2016 à 9:46 :
oui Lemaire sous Fillon Sarkozy a foutu le bordel, mais lefoll Valls sont at agissent dans la meme veine ;
Xavier BELIN le premier producteur d'aliment pour le bétail et acheteur de ce même bétail,
et nous sommes en Etat d'Ugence, si Beulin est en conflits d'intérêts aggravés, tel un terroriste économique ou un mafieux sicilien calabrais,

que vals utilise son Etat d'Urgence absolue pour l'incarcérer en prison pour de la préventive

idem pour les dirigeats de BIGARD qui dissimule les compte de sa société, c'est contraire au Code du Commerce

que vals utilise son Etat d'Urgence absolue pour l'incarcérer en prison pour de la préventive

Mais Valls comme Hollande Sarkozy et leurs subalternes sont dans une imposture totale, ils détestent la France et méprise les Français

voila des politicards Rollex xcaviar qui traine la France et la envoient à Germinal
Réponse de le 29/02/2016 à 20:00 :
oui vous avez raison concernant Monsieur Beulin, vous vous rendez compte 1. travailler. 2. réussir ar son travail. 3. et défendre d'autres personnes qui travaillent. Quelle honte pour les gauchistes restés planqué fonctionnaires ou ......rien.
a écrit le 29/02/2016 à 8:59 :
Pour ajouter à un commentaire précédent. Sous l'occupation allemande, le marché noir. Le prix d'un oeuf............
a écrit le 29/02/2016 à 8:51 :
Les agriculteurs de la FNSEA aiment les figures incarnant l'autorité, c'est donc logique et c'est bien ce ressentiment de soumission qui les a mené là où ils en sont d'ailleurs.

Quand il y a plusieurs dizaines d'années maintenant ils se sont fait berner par les décideurs économique de l'agro-industrie qui leur ont promis gloires et fortunes ils y ont cru sans sourciller et ont foncé vers le productivisme sans prendre une seconde de recul sur les conséquences désastreuses à long terme sur leur activité.

ET bien nous y sommes au bout du long terme maintenant, seuls eux ne savaient pas qu'ils étaient condamnés à crever alors que pourtant c'est 10000 exploitations par an qui fermaient, cela aurait quand même pu leur faire se poser des questions mais non.

L'agro-industrie est ultra puissante, ils n'ont aucune chance s'ils ne se réveillent pas mais vu qu'ils ne se sont jamais réveillés et qu'ils sont loin d'être en mesure de le faire comme on peut le penser en les écoutant, ils sont bel et bien condamnés oui et les politiciens, serviteurs des actionnaires ne feront que les apaiser de belles paroles à leur chevet. Parce qu'ils ne voient toujours pas que les politiciens n'ont absolument plus aucun pouvoir en la matière, ce sont seulement des exécutants.
a écrit le 29/02/2016 à 8:23 :
évident que ce sit calme. Au vu des images TV peu de personnes pas ou peu d'agriculteurs UNIQUEMENT police, gendarmes par centaines. Valls peut continuer à parader, à jouer du menton......et ne rien faire, vieille coutume socialisse.
a écrit le 29/02/2016 à 8:21 :
Par ailleurs, l'agriculture consomme beaucoup d'énergie. Il faut peut être regarder l'influence de la variation des prix de l'énergie sur les prix agricoles.
a écrit le 29/02/2016 à 8:12 :
Une TVA sociale sur les produits agricoles permettrait de réduire la charge des agriculteurs et des éleveurs et d'augmenter les prix des produits venant de l'étranger. C'est dommage de l'avoir supprimée.
a écrit le 29/02/2016 à 8:07 :
L acier !? Lol c est Mittal ....! L agriculture c est la misère !
a écrit le 29/02/2016 à 8:07 :
Fernand Raynaud le disait déjà. Le paysan. Ça eût payé mais ça ne paye plus. On peut rajouter. Cela est toujours d'actualité. Un chômeur en fin de droit, n'a sûrement pas le patrimoine agricole familial d'un agriculteur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :