Militants CGT "terroristes" : la condamnation de Pierre Gattaz demandée

 |   |  381  mots
Faire respecter l'Etat de droit, c'est faire en sorte que les minorités qui se comportent un peu comme des voyous, comme des terroristes ne bloquent pas tout le pays, avait déclaré Pierre Gattaz au Monde.
"Faire respecter l'Etat de droit, c'est faire en sorte que les minorités qui se comportent un peu comme des voyous, comme des terroristes ne bloquent pas tout le pays", avait déclaré Pierre Gattaz au Monde. (Crédits : © Robert Pratta / Reuters)
Le parquet de Bobigny a demandé la condamnation de Pierre Gattaz, jeudi, pour ses propos tenus dans le journal Le Monde fin mai. Alors que la CGT réclame 10.000 euros de dommages et intérêts, le procureur n'a pas préconisé de peine.

L'interview accordée par le patron des patrons fin mai au Monde avait fait grand bruit. "Ne pas céder au chantage, aux violences, à l'intimidation, à la terreur", demandait-il alors au gouvernement, en pleine période de fronde contre la loi El Khomri, avant d'ajouter, faisant allusion à la CGT, que "faire respecter l'Etat de droit, c'est faire en sorte que les minorités qui se comportent un peu comme des voyous, comme des terroristes ne bloquent pas tout le pays". Six mois plus tard, le parquet de Bobigny a demandé la condamnation pour diffamation du patron du Medef, Pierre Gattaz.

"Assimiler des syndicalistes à des voyous et des terroristes, dans le contexte actuel, en France, est quelque chose qui n'est pas digne et n'a pas sa place dans le débat social", a estimé le procureur, Loïc Pageot, appelant le tribunal à condamner Pierre Gattaz, absent lors de l'audience, sans toutefois préconiser de peine.

"Le mot 'terroriste' n'est pas interdit"

L'avocat de la centrale, Emmanuel Gayat, a déploré lors de l'audience que le mot "terroriste" "soit accolé à une organisation de salariés, dans un contexte d'état d'urgence, alors que tout le monde sait ce qu'est un terroriste aujourd'hui".

"Étonné" par les réquisitions du parquet, Me Jean Veil, l'un des avocats du prévenu, a affirmé que "l'intention de Mr Gattaz n'était évidemment pas de comparer les militants CGT à des jihadistes". "Le mot 'terroriste' n'est pas interdit", a-t-il lancé au tribunal.

10.000 euros réclamés par la CGT

"Je ne comprends pas que la CGT pousse des cris de jeune fille outragée quand on lui dit qu'elle a des méthodes de voyous ou de terroristes, elle qui nous parle dans ses tracts de 'patrons voyous', voire de 'patrons jihadistes'", a de son côté plaidé son collègue Dominique de Leusse.

La CGT, qui a assigné le patron du Medef en justice, lui réclame 10.000 euros de dommages et intérêts. Les propos de Pierre Gattaz dans le Monde avaient suscité une avalanche de réactions indignées, dans la classe syndicale comme politique. Le patron des patrons était lui-même revenu sur ses déclarations, reconnaissant que "le mot terroriste était inadapté dans ce contexte". Le tribunal rendra son jugement le 16 février.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2017 à 21:18 :
Bah, la nature l'a déjà suffisamment punis !
a écrit le 18/12/2016 à 11:46 :
CGT = Confederation Generale des Trepanes.
Refractaires au boulot et rien dans le ciboulot. La creme des degeneres en tout genres. Gattaz a eu raison de les trater de voyous et de terroristes.
a écrit le 17/12/2016 à 12:22 :
gattaz ??? un Poutine aux petits pieds !!!!
a écrit le 16/12/2016 à 16:45 :
vous faites pas de soucis, les patrons eux sont syndiqués et c'est le salarié qui paye car pris sur l'entreprise.
Heureusement que les syndicats de salariés existent, les 35hrs, les congés payés, le code du travail, la sécurité sociale, tout cela acquis par la lutte, ce n'est pas un cadeau des patrons.
La syndicalisation devrait etre OBLIGATOIRE, au salarié de choisir lequel.
Ceux qui critiquent sont bien content de trouver les syndicats quand le patron leurs posent des problèmes, combien j'en vois aux permanences juridiques qui viennent pleurnicher.
Réponse de le 17/12/2016 à 12:25 :
FREDY33 : vous devriez les envoyer pleurer ailleurs !! effectivement, vous avez 1000 fois raison : l'union fait la force mais les "fayotages" pro patron font aussi les carrières, hélas !!
Réponse de le 17/12/2016 à 14:25 :
Pleurnicher :je n'aime pas ce terme dans la bouche d'un syndicaliste , camarade rien que part ce terme , tu jettes le discrédit sur cette organisation , j'ai été délégué syndical et je ne me serais jamais permis un tel vocabulaire qui sent bon le mépris de la cause que tu es censé défendre , tu n'as pas ta place dans cette permanence .
a écrit le 16/12/2016 à 12:16 :
La justice n'a-t-elle autre chose à faire que de régler des querelles politiciennes? Rien de plus important? Les vrais délits? Les patrons des organisations ne sont-ils pas de grands garçons pour gérer ça entre eux?
Tout ça, rappelons-le, en plein état d'urgence.
Où est la liberté de parole dans ce pays? Il n'y en a pas, si on est condamné pour ses propos. Où est la justice? Elle se prostitue auprès de l'opinion relayé par les médias. Les élites (cela m'hérisse d'appeler la CGT ainsi) sont tellement déconnectées et tellement imbues de leur ego. Quel beau pays...
Réponse de le 16/12/2016 à 16:33 :
oui il faut la condamnation de cet indivdu, je suis salarié et syndiqué CGT, et je ne suis pas un terroriste, je défend seulement mon emploi et les conditions de travail, non a cette loi pourrie que 70% des Français refusent.
Réponse de le 16/12/2016 à 16:47 :
vive la CGT
Réponse de le 16/12/2016 à 16:50 :
vive la CGT
a écrit le 16/12/2016 à 10:53 :
La CGT/FO des syndicats en majorité du public se comportent comme des égoïtes défendant simplement leurs priviléges et avantages trés loin de l'intérêt général et encore moins pour les salariès du privé. Seule la CFDT a évolué dans sa capacité à dialoguer et chercher le meilleur compromis entre salariés et entreprise mais reste encore loin des méthodes des syndicats allemands qui sont dans le dialogue et cherchant le meilleur compromis pour tous. Les syndicats français CGT/FO/UNSA/SUD... ont des comportement mafieux, de casseur, voyous ne cherchant que la violence que de solutions !!! Faisons comme les allemands formation de 6 mois obligatoire pour être représentant d'un syndicat, etc mettre fin à la professionalisation syndicale au travail du salarié occupé à passer leur journée à organisé comme à la sncf des grèves locales, départementales, régionnales et nationales !!!
Réponse de le 17/12/2016 à 12:26 :
LONGUE VIE A LA CGT SEUL SYNDICAT FIABLE !!!
a écrit le 16/12/2016 à 9:48 :
10000 euros c'est rien pour Gattaz, ce serait quand même le minimum qu'on lui fasse payer pour cette agression verbale avérée, j'aurais demandé bien plus.

Mais bon quand on voit que Lagarde ne sera pas inquiétée d'avoir escroqué les français on se doute que gattaz ne sera pas condamné non plus.

Ça se passe toujours comme ça en oligarchie.
Réponse de le 16/12/2016 à 12:26 :
Agression verbale? A moins que d'être dans le déni de réalité, les propos reflètent la situation en France. Le débat social est quasi inexistant, pollué par une politisation et un manque d'autonomie financière des syndicats. Leur stratégie est bien souvent la violence. N'oublier pas qu'ils sont subventionnés par nos impôts à défaut d'adhérents qui ne croient plus en eux depuis 20ans minimum !
a écrit le 16/12/2016 à 9:47 :
Gattaz cgt même combat : l'outrance , le premier veut faire pire que le second d'il y a trente ans .........pitoyable .
Il y a 30 ans les syndicats n'avaient qu'un slogan :"nous voulons plus d'effectifs et plus de moyens" ....et pour le reste ils ne savaient que dire Non et bien Gattaz c'est la même chose : " on veut plus ....et surtout donner moins ou mieux , ne rien donner du tout "

Avec de tels propos nous sommes sauvés ...... Les corporatismes nous perdront !!!!
Réponse de le 16/12/2016 à 16:50 :
n'importe quoi , tu as l'air d'y connaitre en syndicalisme, profite bien des acquis, congés, secu ect grace aux syndicats.
Réponse de le 17/12/2016 à 12:28 :
idefix : le rentier ultra liberal heureux !!!! AU BOULOT !!!!!!!!!!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :